Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

de Ligne (prince Charles-Joseph), Fragments de l’histoire de ma vie, Tomes I et II & Œuvres romanesques, Tome I

Pierre Piret
p. 137-138
Référence(s) :

de Ligne (prince Charles-Joseph), Fragments de l’histoire de ma vie. Établissement du texte, introduction et notes par Jeroom Vercruysse. Tome I : Paris, Champion (L’Âge des Lumières, 6), 2000, 460 p. Tome II : Paris, Champion (L’Âge des Lumières, 13), 624 p.

de Ligne (prince Charles-Joseph), Œuvres romanesques. Tome I. Textes édités, présentés et annotés par Roland Mortier et Manuel Couvreur. Paris, Champion (L’Âge des Lumières, 11), 2000, 419 p.

Texte intégral

1Aucune édition complète et critique des écrits du prince de Ligne n’est disponible à ce jour. L’œuvre du « charmeur de l’Europe », comme l’a nommé Philip Mansel, n’est accessible que par le biais de quelques recueils anthologiques et de quelques titres particuliers, les plus importants sans doute. Mais cette sélection est loin de refléter l’importance quantitative et la diversité de cette œuvre : trente-quatre volumes de Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, publiés entre 1797 et 1811 — sans compter les nombreux textes que le prince réservait à une édition posthume (il les désignait d’ailleurs ainsi : « mes posthumes »), étant donné leur caractère trop audacieux ou trop circonstanciel. Les éditions Champion proposent donc la première édition, sinon complète, du moins rigoureusement scientifique, des œuvres du prince. Huit volumes sont annoncés : deux pour les Fragments de l’histoire de ma vie, deux pour les œuvres romanesques (romans et contes), deux pour les œuvres éthiques (pensées, portraits…), un pour les œuvres dites écologiques et un pour les œuvres esthétiques et le théâtre. Les mélanges militaires seront donc laissés de côté.

2Les Fragments de l’histoire de ma vie, que le prince rangeait parmi ses « posthumes », constituent un document exceptionnel sur lui-même et sur son époque (sur nombre de cours européennes en particulier). Ces mémoires ont aussi l’intérêt de révéler ce qu’on pourrait appeler la matière première à partir de laquelle le prince a conçu certaines de ses œuvres publiées parmi les plus importantes (en particulier Mes écarts ou ma tête en liberté et les Contes immoraux). Dans son introduction, Jeroom Vercruysse présente les résultats d’une enquête minutieuse qui lui a permis de reconstituer l’histoire tumultueuse des différents manuscrits conservés de ces mémoires, non seulement inachevés (puisque le prince y travaillait encore à sa mort en 1814), mais dispersés : « leur auteur en a multiplié les versions » et il « n’existe aucune hiérarchie entre les manuscrits » (tome II, p. 7). D’où le choix d’une formule d’édition originale : la présentation successive des manuscrits dans leur intégralité, ce qui permet d’éviter d’avoir affaire à un apparat critique indigeste. C’est donc au lecteur qu’il revient d’opérer les comparaisons entre les différentes versions, ce travail étant facilité par un tableau comparatif (tome II, p. 13) et par un index des noms de personnes, de titres et de lieux (tome II, pp. 555-621), qui semble fiable (j’ai tout de même repéré, opérant quelques sondages, un renvoi erroné).

3Le premier tome des œuvres romanesques gravite pour l’essentiel autour des Contes immoraux, parus pour la première fois en 1801, dans le tome XXIII des Mélanges. Le texte est ici précédé de trois manuscrits qui permettent de retracer la genèse d’un ouvrage à clefs successivement intitulé Supplément aux écarts et Confessions ou Indiscrétions de mes amis, ouvrage qui inspirera les Contes immoraux (sans être remplacé par eux). Dans son introduction, Manuel Couvreur analyse très finement le travail d’écriture du prince et montre qu’il témoigne d’une évolution concertée de son projet littéraire. Après la mise sous séquestre de ses biens en 1794, le prince, qui avait publié jusque-là sans visées financières, est amené, comme il le dit lui-même, à vendre « le peu d’esprit qui me reste ». Il reprend alors le manuscrit B de ce qui s’appelle encore Suppléments aux écarts et y distingue deux orientations : les « écarts » philosophiques et les « écarts sentimentaires » (p. 17), qui s’intituleront Confessions ou Indiscrétions de mes amis et qui forment le versant galant des Fragments de l’histoire de ma vie. À partir d’une réflexion portant, d’une part, sur la question du conte, de la fiction et de l’autobiographie, d’autre part, sur le genre très prisé du conte moral (Marmontel, Voisenon), Ligne reprend ensuite toute cette matière dans le cadre d’un projet neuf, qui est celui des Contes immoraux. Ainsi, c’est le feuilletage de cette œuvre majeure que ce volume nous permet de découvrir, feuilletage mis en lumière dans l’introduction de l’éditeur scientifique, mais aussi dans l’impressionnant ensemble de notes qui éclairent les textes ici rassemblés.

4Aussi peut-on affirmer que, si cette édition fournit enfin les textes que l’on attendait, elle modifie aussi considérablement l’image du prince de Ligne. C’est d’ailleurs un leitmotiv qui revient dans chacune des préfaces : « La plupart des critiques, écrit Manuel Couvreur, ont présenté Ligne comme un dilettante écrivant au fil de la plume, entre deux amours, entre deux batailles, dans une antichambre ou en carrosse » (p. 47). Cette désinvolture, affichée par le prince lui-même, est clairement contredite par la révélation des écrits préparatoires et des versions multiples, qui témoignent d’une réelle exigence d’écriture. Cette édition entend en cela sonner le glas d’une légende et donner une image plus exacte d’un écrivain, afin de réévaluer sa place dans l’histoire de la littérature européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « de Ligne (prince Charles-Joseph), Fragments de l’histoire de ma vie, Tomes I et II & Œuvres romanesques, Tome I », Textyles, 24 | 2004, 137-138.

Référence électronique

Pierre Piret, « de Ligne (prince Charles-Joseph), Fragments de l’histoire de ma vie, Tomes I et II & Œuvres romanesques, Tome I », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/827

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org