Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Tshitungu Kongolo (Antoine), Panorama de la poésie congolaise de langue française (Congo-Kinshasa). Poète ton silence est crime

Paris, L’Harmattan, 2002
Buata Malela
p. 136
Référence(s) :

Tshitungu Kongolo (Antoine), Panorama de la poésie congolaise de langue française (Congo-Kinshasa). Poète ton silence est crime. Paris, L’Harmattan, 2002, 396 p.

Texte intégral

1La particularité de la démarche de Kongolo dans cette anthologie tient à son positionnement dans les débats en cours sur le fait littéraire africain en général et le fait littéraire congolais en particulier. Confrontée aux multiples questions relatives aux études littéraires, sa contribution propose globalement deux sortes de solutions qui stimulent la discussion.

2La première, sans doute la plus convaincante, consiste à donner les critères ayant permis le découpage de son corpus, comme les textes édités, la consultation des anthologies consacrées à la poésie de la RDC en excluant les inédits et les textes publiés en revues. La démarche me semble intéressante en ce qu’elle autorise l’expression d’un désaccord éventuel sur tel ou tel critère ou aspect d’un de ces critères. De la sorte, Kongolo échappe à l’obscurantisme qui règne en maître dans certaines recherches en littérature générale et comparée qui ne définissent pas leur problématique. À partir de ce cadre, il opère une sélection dite critique et établit ses commentaires à propos des textes qu’il nous présente. Cependant, pour l’exprimer de manière scolaire, le passage des critères à ces commentaires nous laisse parfois perplexe, étant donné que, ça et là, notre auteur finit par tomber dans une sorte de subjectivité excessive, notamment lorsqu’il commente l’œuvre du poète Buluku Bulupey qui, à lire Kongolo, « […] nous invite à respirer et inspirer L’odeur première, autrement dit à nous revivifier grâce à la sève puisée aux sources du moi profond. » (p. 73) Ou encore ailleurs, pour celle du poète Claude Kiswa : « Remarquable convergence entre le drame personnel du poète et le destin maudit de sa terre spoliée et martyrisée. Il s’agit d’une parole déployée en versets qui redit le mal de vivre tout en tentant de retrouver la fonction cathartique des mots. » (p. 165) Pareille formulation ne nous éloigne-t-elle pas de l’objectivation caractéristique d’un travail scientifique ? Poser une telle question ne discrédite pas la tentative de Kongolo, mais vise simplement à clarifier le flou encore présent dans cet ouvrage. Autre élément positif, ce travail resitue le corpus découpé dans son contexte historique : la colonisation belge (qui a créé des structures éditoriales tenues par les missionnaires, ayant en outre le monopole de l’instruction des indigènes), les premières traces des écrits congolais en langue française, les tendances formelles etc.

3La seconde concerne les modalités de présentation censées échapper au classicisme des prédécesseurs, mais dont on doit bien regretter l’échec manifeste. En effet, l’option de Kongolo de présenter les auteurs par ordre alphabétique l’enferme non seulement dans l’énumération d’un catalogue de producteurs littéraires (suivi d’une petite information bio-bibliographique) sans lien objectivé entre eux, alors que notre auteur utilise constamment le concept de « champ poétique congolais » (par exemple aux pages 9, 10, 11) sans même en avoir construit rigoureusement le cadre empirique, qui lui aurait permis d’user de ce vocable « légitimement », et dont on peut penser qu’il nécessite une construction des relations objectives entre les différents littérateurs congolais.

4Ces quelques déceptions ne peuvent occulter le sérieux de l’initiative de Kongolo, ainsi que sa contribution essentielle à la constitution d’un corpus poétique contemporain sur lequel les travaux ultérieurs pourront s’appuyer. C’est en cela également que la publication de cet ouvrage est centrale, d’autant qu’elle favorise le débat, ce qui peut être bénéfique pour les études littéraires africaines encore marquées par une pensée unique digne d’un académisme soporifique et pseudo scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Buata Malela, « Tshitungu Kongolo (Antoine), Panorama de la poésie congolaise de langue française (Congo-Kinshasa). Poète ton silence est crime », Textyles, 24 | 2004, 136.

Référence électronique

Buata Malela, « Tshitungu Kongolo (Antoine), Panorama de la poésie congolaise de langue française (Congo-Kinshasa). Poète ton silence est crime », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/825

Haut de page

Auteur

Buata Malela

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org