Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Figures et paradoxes de l’Histoire au Burundi, au Congo et au Rwanda

Bruxelles/Paris, AML/Célibeco/L’Harmattan, Coll. Congo-Meuse, 2002
Buata Malela
p. 133-136
Référence(s) :

Figures et paradoxes de l’Histoire au Burundi, au Congo et au Rwanda, sous la direction de Marc Quaghebeur, avec la collaboration de Jean-Claude Kangomba et d’Amélie Schmitz, Bruxelles/Paris, AML/Célibeco/L’Harmattan, Coll. Congo-Meuse, 2002, 810 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage nous plonge dans une longue période historique, riche en données, qui va de la colonisation à l’ère récente en Afrique centrale. Il traite essentiellement des grandes figures de l’Afrique centrale, et, singulièrement, de celle de la République démocratique du Congo. Celles-ci se déploient en deux volumes divisés en cinq parties qui les abordent selon plusieurs perspectives : littéraire, historique, sociologique, etc.

2Dans la première partie consacrée aux figures de l’ordre colonial, parmi celles qui retiennent le plus l’attention s’impose, versant dominé, un petit employé supérieur dans l’administration provinciale de Coquilhatville, un « évolué », nommé Mujinga. Mujinga écrit effectivement dans le journal des « évolués », La Voix du Congolais. Il est le symbole même de l’incorporation des schèmes de perception et d’appréciation du réel colonial, nous rappelle Koen Vanhaegendoren. Les écrits de Mujinga, de tonalité moralisatrice, sont favorables à la lecture considérée comme d’utilité morale pour l’individu. Le contexte politique colonial génère le développement d’un discours inscrit dans le rapport maître/élève, en raison également de la conception élitaire des « évolués » vis-à-vis des masses : ils sont imbus de leur qualité de « Congolais de marque » et développent en conséquence une certaine condescendance, comme les maîtres qu’ils veulent remplacer (imitation du Belge). Les textes de Mujinga manifestent leur adhésion à une assimilation complète de la civilisation occidentale en vue d’un perfectionnement individuel, moral et intellectuel qui conduise à l’ascension sociale et à la réussite socio-économique. En somme, pour Vanhaegendoren, le système politique a conditionné les attitudes intellectuelles des individus représentées en l’occurrence par Mujinga, inconsciemment assimilé à la culture belge. Versant dominant, un juriste belge, Joseph-Marie Jadot (1886-1967), auquel Lissia Jeurissen consacre un long article. Jadot est un écrivain colonial et membre du tribunal de première instance de Tournai. L’intérêt de son œuvre, précise Jeurissen, est d’aborder le problème des mulâtres qui traverse le fait colonial. En effet, les conditions d’isolement et d’ennui du personnel blanc administratif et missionnaire engendrent le désir de la Négresse — souvent des filles de chefs locaux données à des fins stratégiques — et son corollaire qu’est l’anathème général. Jeune diplômé en droit, Jadot arrive au Congo pour y mener une carrière coloniale dans la justice. Seulement, il y fera des enfants avec une Africaine. De cette expérience, il en tire un livre, Sous les Manguiers en fleurs. Il s’agit d’un récit centré sur le problème du métissage et de la femme noire. À l’époque, les enfants eurafricains sont souvent délaissés par leurs parents, parce qu’ils symbolisent le fruit d’une relation honteuse, d’où leur abandon ou leur placement dans les missions scolaires locales. Quant au statut juridique, on distingue deux catégories subjectives : les sujets belges de statut européen et les Belges de statut colonial. Cette question des mulâtres perturbe le droit colonial basé sur des repères manichéens qui excluent tout métissage. Dans les faits, le métis est identifié au Noir. Pour Jadot cependant, qui réfléchit en juriste, le métis est européen. Il propose d’assimiler le métis à la classe supérieure, ou alors, de l’intégrer à la classe naissante des Noirs « évolués » en cas de relations légitimes. Cette question aura des répercussions en Métropole, notamment grâce à l’action de l’Union des Femmes Coloniales, une sorte d’organisme de propagande ancré dans le monde catholique et dans les milieux du pouvoir en général, qui fonde l’Association Pour la Protection des Mulâtres (APPM). L’objectif de cette association est l’insertion des métis dans la société belge, ainsi que la construction, au Congo, d’orphelinats destinés uniquement aux mulâtres. L’intérêt de la figure de Jadot, conclut Jeurissen, est qu’il demeure à la fois un personnage marginal — car il se situe entre le droit et les lettres —, et, normatif, parce qu’il considère que la mère d’un enfant métis n’a pas de droit et qu’il n’admet pas que les fils métis de Belge évoluent dans le cadre des sociétés coutumières locales.

3Dans la deuxième partie, les auteurs abordent les « pères » de l’indépendance congolaise. La figure plus saillante est, sans doute, celle de Lumumba qu’étudie Jean Omasombo Tshonda. Il nous montre pourquoi l’image de Lumumba constitue un enjeu politique et traite de l’entrée de Lumumba dans le monde politique au moment où la gestion de la colonie accuse des faiblesses. L’évolution de ce leader politique se fait rapidement : entre 1955-1959, il participe au système colonial et compte de nombreux amis politiques à l’extérieur ; après 1959, il devient le symbole de la libération du Congo à la Table Ronde de Bruxelles, mais aussi l’homme à abattre politiquement et physiquement. Par ailleurs, rappelle l’article de Tshombe Kayomb, cette figure était en discussion avec une autre, Moïse Tshombe. Le débat de fond portait sur la structure de l’État congolais (unitaire, fédérale ou confédérale ?) et se prolongeait à la Table Ronde de 1960. Ce n’est qu’après la débâcle de l’indépendance que le débat s’est orienté sur les connivences ou non des Partis congolais avec les puissances étrangères, ce qui a occulté la réalité, étant donné que ces Partis, nous dit Kayomb, à travers Moïse Tshombe, présentaient une certaine cohérence dans l’action. Tshombe est, au départ, sécessionniste du Katanga et devient, par la suite, Premier ministre du Congo unifié. Son idée maîtresse est que le Congo a une vocation fédéraliste, en raison même de son histoire précoloniale — existence de peuple avec des lois et des coutumes propres qui seront, ensuite, écrasées par la colonisation. Tshombe s’appuie sur ce passé pour forger une nation congolaise. Sa méthode tente de reconnaître, d’abord, les ethnies, ensuite de les amener à collaborer dans une même entité politique (fédéralisme).

4Dans la troisième partie, qui ouvre le second volume, les exposés s’orientent vers les écrivains et intellectuels africains, dont notamment, pour le Rwanda, l’abbé Alexis Kagame, sujet de l’article de Jean de Dieu Karangwa. Il met en évidence la richesse du personnage, à la fois érudit et nationaliste africain tiers-mondiste. En tant qu’érudit, Kagame s’intéresse à plusieurs disciplines, dont la littérature, l’histoire, la philosophie, la linguistique et la religion. En tant que nationaliste, il mène un combat pour le Rwanda à travers la sauvegarde de la culture rwandaise. Il est profondément passionné de son pays auquel il consacre des études historiques, et dont il utilise la langue, le kinyarwanda, pour s’adresser au public. Certains de ses articles dans les journaux lui vaudront des ennuis avec les autorités coloniales : par exemple, au moment où il défend contre le pouvoir colonial l’existence d’une histoire culturelle du Rwanda. Figure tiers-mondiste, parce qu’à partir de 1960, il aborde davantage de sujets relatifs à l’Afrique et au Tiers-Monde. Il lutte pour une Église authentiquement africaine, en proposant d’adapter le christianisme au milieu africain. Dans une perspective plus littéraire, Ngwarsungu Chiwengo étudie l’écrivain « nationaliste » congolais, Zamenga Batukezanga. Il montre comment certains critiques l’ont marginalisé, établissant la distinction entre la littérature élaborée (celle des intellectuels en exil) et la littérature populaire (celle des intellectuels non exilés et qui ne se situeraient pas dans les canons européens). Une telle distinction empêcherait, dit Chiwengo, de mettre en évidence l’originalité de Batukezanga. Cette originalité est visible grâce à la présence de traits oraux. Or, l’examen de son discours fait apparaître des contradictions : si ce discours insiste sur la centralité de la culture africaine, dans son œuvre, le Congolais renvoie à l’Européen par l’intermédiaire de la critique de l’échec des élites congolaises.

5Dans la quatrième partie, consacrée à l’ère mobutiste, deux figures intéressantes attirent l’attention : les journalistes intimes de Mobutu, Davister et Monheim. Myriam Degauque-Nayer tente de dévoiler la proximité de ces deux hommes qui ont contribué à la propagation de l’idéologie du mobutisme dans leurs écrits divers. Dans un autre article, Jean-Claude Kangoma explicite l’aspect de l’idéologie du mobutisme par le truchement des institutions et de la pratique politique. L’idéologie en question commence avec la création, d’abord, d’un parti unique auquel tout Congolais doit adhérer, — le mouvement populaire de la révolution (MPR) —, et, ensuite, avec la mise en place de l’idéologie de « l’authenticité » — bannissement des noms chrétiens, changement de tous les noms en référence aux coutumes du Congo. Mobutu confisque ainsi l’espace politique (militarisation de l’État en multipliant les forces spéciales), l’espace économique (par la nationalisation des entreprises privées, dont le fruit est réparti entre les dignitaires du régime, sans oublier la corruption généralisée dans les administrations, dont la conséquence est la naissance de l’économie informelle) et l’espace culturel (par la corruption des intellectuels promus de force à des fonctions administratives).

6La cinquième partie remplace une conclusion générale, en élargissant le débat et la perspective, avec, notamment, les articles de l’historien Isidore Ndaywel è Nziem sur l’identité congolaise contemporaine et de celui de Valentin Yves Mudimbe sur une branche des Cultural Studies, la subalternéité dont il critique l’utilisation naïve du concept.

7On peut regretter que les critères du choix de ces figures — à dominance religieuse dans la troisième partie — ne soient pas explicites. Certains articles ne rencontrent pas non plus nos attentes dans la mesure où ils souffrent d’une myopie conceptuelle en se limitant à un cadre empirique sans conceptualisation — ou même à l’inverse, une conceptualisation sans empirie. Pourtant, d’un point de vue général, force est de constater que ces deux volumes constituent une avancée considérable pour les « études africaines », parce qu’il s’agit d’un travail exemplaire, d’un point de vue épistémologique, sur les sensibilités différentes dans la perception et l’appréciation d’une histoire encore affectée de beaucoup de pathos, que la majorité des auteurs a réussi à transcender. On ne peut que saluer cette ambitieuse entreprise qui, par ailleurs, contribue à combattre l’ignorance d’une telle période par le grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Buata Malela, « Figures et paradoxes de l’Histoire au Burundi, au Congo et au Rwanda », Textyles, 24 | 2004, 133-136.

Référence électronique

Buata Malela, « Figures et paradoxes de l’Histoire au Burundi, au Congo et au Rwanda », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/824

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org