Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Association des Écrivains Belges de langue française. 1902-2002. Cent ans au service des lettres

Éditions de la Page, 2002
Bibiane Fréché
p. 132-133
Référence(s) :

Association des Écrivains Belges de langue française. 1902-2002. Cent ans au service des lettres. s.l., Éditions de la Page, 2002, 188 p.

Texte intégral

1L’Association des Écrivains Belges de langue française a fêté en 2002 le centenaire de sa fondation. À cette occasion, elle a édité un ouvrage collectif illustré, qui offre un panorama éclectique de « la plus ancienne association littéraire du pays » (p. 7).

2Dans une courte introduction, France Bastia, présidente de l’A.E.B., rappelle que son association a pour but de faire connaître la littérature belge francophone intra muros, de soutenir le parcours des écrivains nationaux et de tisser entre eux des réseaux d’amitié.

3La première partie du livre propose une description historique de la vie de l’A.E.B. Jean Lacroix en retrace la naissance, proposée par Picard et mise en œuvre par les écrivains Octave Maus, Robert Sand et Maurice des Ombiaux. Il expose ensuite le programme des premières années, que Georges Rency vint très vite marquer de sa patte organisatrice. Il explicite également les deux objectifs — le second reste toujours d’actualité — que se donna à l’époque l’association : éveiller la vigilance des pouvoirs publics et attirer l’attention du public belge. De son côté, Roger Foulon décrit chronologiquement le destin de l’A.E.B. Des anthologies de littérature belge du début du siècle aux nombreux bulletins, catalogues, annuaires, etc. ; des samedis littéraires aux Soirées des Lettres ; de l’inauguration de la Maison des écrivains aux déjeuners et banquets, en passant par les prix littéraires ; le président honoraire de l’A.E.B. retrace les différentes activités que proposa tout au long du XXe siècle la centenaire association. Il montre aussi la succession des différentes présidences et ce que chacune d’elle a apporté à la vie littéraire belge. On regrette que l’auteur ne cite pas toutes ses sources et que son texte soit parfois imprécis ou incomplet. Le lecteur apprend par exemple que tel ministre, en telle année, a assisté à la remise du prix x, mais il ne trouve le nom du lauréat nulle part dans le texte.

4Dans la section intitulée « Des lieux inspirés », trois auteurs se penchent sur la Maison Camille Lemonnier — Maison des écrivains, qui devint le siège de l’A.E.B. après la libération en 1945. C’est Eugène Flagey, bourgmestre de la commune d’Ixelles — qui était propriétaire du lieu à l’époque — et Marie Lemonnier, fille du Maréchal des Lettres, qui furent à l’origine de cette installation. Cette dernière légua à la commune d’Ixelles le cabinet de travail de son père ainsi que de nombreuses archives et objets en tous genres. Ils sont conservés depuis l’après-guerre au musée Lemonnier, qui se situe au sein de la Maison des écrivains. Giovanna Sferrazza décrit l’architecture intérieure de cette somptueuse demeure, et principalement son rez-de-chaussée. Jean Lacroix donne le programme des festivités qui ont agrémenté l’inauguration puis les différents anniversaires qu’a célébrés le lieu. Philippe Roy, enfin, présente le musée Camille Lemonnier ainsi que ses propriétaires successifs (la commune d’Ixelles puis la Communauté française de Belgique).

5De courtes notices livrent ensuite des informations bio-bibliographiques sur les huit présidents de l’A.E.B. Raymond Trousson présente le premier responsable de l’association, Octave Maus (en activité de 1902 à 1919). Joseph Boly retrace la vie de l’écrivain hesbignon Hubert Krains (1920-1934). Robert Van Nuffel dresse le portrait de Georges Rency (1934-1951), inlassable animateur des lettres belges durant la première moitié du XXe siècle. Émile Kesteman décrit le romancier et auteur d’ouvrages juridiques Alex Pasquier (1951-1962) ainsi que son successeur Georges Dopagne (1962-1970), qui joua un rôle essentiel dans l’installation de l’A.E.B. à Ixelles. Jean Lacroix dépeint le docteur en droit, journaliste et romancier Adrien Jans (1970-1973). Jacques Lefèbvre livre une esquisse « à la pointe sèche aquarellée » (p. 107) de Roger Foulon (1973-1994), président honoraire. Christian Libens, enfin, dévoile les multiples visages de France Bastia (présidente de 1994 à ce jour), qui n’est pas que l’auteur du célèbre Cri du hibou. Marie Nicolaï et Claudine Bernier proposent, dans une autre section, les portraits de Berthe Delépinne et Armand Bernier, qui furent membres de l’Association et auraient eu cent ans cette année.

6Après ces présentations, Isabelle Six détaille la correspondance épistolaire que Lemonnier tint avec ses filles. Même si les lettres ne nous livrent que peu d’informations nouvelles sur la carrière de l’écrivain, elles dévoilent quand même certains détails croustillants sur un événement ou l’autre. Elles permettent aussi de suivre géographiquement les déplacements d’un père très attaché à ses filles. Jean Lacroix, quant à lui, publie une partie du second journal de guerre de Georges Rency, 119 pages encore inédites avant la parution de ce livre-anniversaire. C’est incontestablement la partie la plus intéressante de l’ouvrage car elle nous fait découvrir un document complètement inconnu de l’histoire littéraire. Cette trouvaille du secrétaire général de l’A.E.B. montre avec quelle lucidité Georges Rency analysait au jour le jour les événements de la Seconde Guerre mondiale. Nous ne résistons pas à l’envie de citer trois courts passages de son journal rédigés en 1940 : « 16 mai. […] mon sentiment profond, appuyé sur toute ma raison, est que la France peut fléchir peut-être à cause d’une révolution intérieure — mais que l’Angleterre, elle ne cédera jamais, pas plus qu’elle n’a cédé à Napoléon. », « 28 mai. La nouvelle la plus étonnante, la plus étourdissante, la plus affolante (tous les épithètes à la Sévigné n’y suffiraient pas !) se répand à Bruxelles ce matin. Elle est vraie, confirmée à la radio par un méprisant discours de Paul Raynaud. Le Roi a capitulé […]. Si Léopold III a voulu sauver son trône, il l’a irrémédiablement perdu. » et enfin « 18 juin. […] Le Soir devient de plus en plus Cassandre et rexiste : (…) Et Van Offel, n’était-il pas de Cassandre ? Il manque Paul Colin et Degrelle. Soyez tranquilles ! On les reverra ! »

7Pour clore le volume, l’A.E.B. publie les textes lauréats du concours de nouvelles « Grand Prix du Centenaire », qui avait pour thème « Moi, qui palis au nom de … ». Leur paternité relève de trois membres de l’association : Jean Botquin, Françoise Houdart et Colette Nys-Mazure. Une double liste, des membres fondateurs de l’Association en 1902 et des membres inscrits en 2002, vient compléter l’ouvrage.

8Celui-ci, soigné, est abondamment illustré de reproductions d’archives administratives, picturales, littéraires, etc., qui complètent intelligemment le propos et en rendent la lecture séduisante. On regrette néanmoins que l’iconographie ne soit pas commentée, ni même légendée.

9Les nombreux articles dressent un tableau varié, quelquefois anecdotique, de quelques-uns des aspects de l’A.E.B. Il a le mérite de montrer qu’une histoire systématique et exhaustive de l’Association reste à faire. Ils ouvrent aussi plusieurs pistes de recherche, en suggérant, par exemple, de dépouiller les archives de Georges Rency déposées aux A.M.L. Ce travail n’a encore jamais été accompli de façon systématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « Association des Écrivains Belges de langue française. 1902-2002. Cent ans au service des lettres », Textyles, 24 | 2004, 132-133.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Association des Écrivains Belges de langue française. 1902-2002. Cent ans au service des lettres », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/823

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org