Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 2 : Stengers (Jean) et Gubin (Éliane), Le Grand Siècle de la nationalité belge. De 1830 à 1918

Bruxelles, Édition Racine, 2002
Pierre Halen
p. 131-132
Référence(s) :

Jean Stengers, Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 2 : Jean Stengers et Éliane Gubin, Le Grand Siècle de la nationalité belge. De 1830 à 1918, Bruxelles, Édition Racine, 2002, 234 p.

Texte intégral

1Nous avons rendu compte en ces colonnes, il n’y a guère, du premier volume de l’Histoire du sentiment national en Belgique des origines à nos jours par Jean Stengers. Le sujet répondait à une ancienne curiosité scientifique et sans doute sentimentale de l’auteur, mais également à ces accumulations de niaiseries que bien des journalistes et mandataires publics, ignorants de l’histoire et prenant leurs désirs ou leurs mythes pour des réalités, avaient au fil des années proféré devant les caméras, à la tribune ou dans la presse. On peut mettre en place des réalités nouvelles, il n’est pas nécessaire de s’en justifier par des fantasmes historiques. Rappelons que, dans le premier volume, Les Racines de la Belgique (2000), Jean Stengers avait notamment précisé deux éléments cruciaux de l’histoire nationale, à savoir, d’une part, la formation progressive d’une identité propre aux provinces du Sud des Pays-Bas dès que l’autonomie du Nord fut avérée, au XVIe siècle, et, antérieurement, la conscience spécifique de ces provinces, incluses avec celles du Nord dans la Bourgogne. D’autre part, pour ce qui concerne la fin du XVIIIe siècle, l’émergence et la cristallisation, bien antérieure à 1830, d’une velléité politique d’autonomie nationale.

2Ce second volume couvre la période de 1830 à 1918, soit près d’un siècle, appelé « Grand siècle » pour ce qu’on y rencontre avec constance une seule forme d’affirmation identitaire, et elle est nationale. Ce « Grand siècle » s’achève avec la guerre, en l’occurrence avec l’apparition d’un discours d’affiliation concurrent, qu’on pourrait appeler national-flamand pour éviter le qualificatif trop marqué de flamingant. Ce n’est pas seulement un sentiment « flamand », puisque, l’ouvrage le démontre avec force, ce sentiment flamand existait auparavant et faisait mieux que bon ménage avec le sentiment national-belge, qui d’ailleurs le lui rendait bien. Le Vlaamsche Leeuw n’est invoqué que pour l’illustration de « onze dierbare nationaliteit », et Vaderland se rapporte sans ambigüité à une Belgique qui, pendant longtemps, aura la nostalgie de ses provinces perdues, et même des velléités de les reconquérir. Toutefois, s’il n’est pas question d’hostilité entre elles, le chapitre 4 nous montre aussi comment l’on se prend à penser en termes de races les Wallons et les Flamands qu’on s’habitue à regrouper, jusqu’à imaginer une « ethnogénie de la Belgique » basée sur des indices céphaliques.

3Le volume se répartit en chapitres qui sont tantôt attribués à Jean Stengers, tantôt à Éliane Gubin, tantôt encore aux deux co-auteurs. Mais le lecteur a le sentiment d’un texte homogène, toujours dans une langue aussi sobre que claire. Forcément, cette histoire du sentiment national passe aussi en revue d’autres aspects, tour à tour politiques, sociaux, militaires, économiques, voire littéraires et artistiques, si bien que l’ouvrage est aussi une synthèse assez complète et équilibrée de l’histoire de la Belgique au XIXe siècle, depuis les innovations constitutionnelles de 1830 jusqu’aux débats sur le suffrage universel et, bien entendu, l’usage des langues dans les organes de l’État, puis en fonction des zones territoriales. On s’attaque notamment ici à une double légende : celle qui prête aux élites nationales la volonté d’éradiquer le flamand au XIXe siècle, et celle qui, au vu des progrès du français en Flandre à la même époque, en conclut à un abandon proportionnel des parlers thiois : sauf à Bruxelles, le mouvement de « véritable francisation tel qu’on l’avait connu surtout à partir du xviiie siècle, s’est arrêté » (p. 56).

4La littérature y trouve sa place : c’est en vers que, dès la Révolution, on célèbre des vertus nationales spécifiques, plaçant leur fierté dans le travail, le commerce et l’industrie, et chantant aussi, dans un décor de « manoirs despotiques » dépassés, la liberté et l’union. Locomotives et remorqueurs en sont les symboles poétiques privilégiés, c’est tout dire. En réalité, la littérature n’est qu’un des lieux où cette identité est produite, davantage que célébrée, et le terme de consolidation, au chapitre 2, est sans doute un peu timide eu égard aux théorisations récentes sur la nation ; il est vrai que cette production avait commencé il y a bien longtemps. On aurait pu aller un peu plus loin dans ce chapitre, en évoquant aussi les rituels identitaires, le rôle des paysages et des excursions : les perspectives ouvertes ne manquent pas.

5Parmi les écrivains cités plusieurs fois, Henri Conscience, bien entendu, héraut d’un patriotisme belge aux couleurs de Flandre ; plus tard Edmond Picard avec les spéculations sur l’âme belge ; Suzanne Lilar, à la fois témoin et interprète de la situation de bilinguisme en Flandre, et l’auteur d’une formule qui devient pour Stengers le fin mot de l’Histoire : « On a tout dit de cette question, sauf qu’il s’agissait d’une querelle d’honneur ». Et effectivement, seul cet aspect d’une blessure symbolique infiniment rouverte explique le mouvement sempiternel de revendications sans cesse renouvelées, alors même qu’on les peut raisonnablement estimer satisfaites. On ne peut qu’être frappé, à la lecture de telle citation d’il y a cent ans (p.e. p. 136), par ce qu’elle aurait pu être aussi bien formulée aujourd’hui : d’un certain point de vue, quoi qu’il en soit des bouleversements opérés par la fédéralisation, rien n’a donc changé.

6En somme, un livre encore une fois excellent, le dernier qu’aura laissé Jean Stengers. L’historien de la littérature y trouve son bien : d’abord dans le credo anti-déterministe que professe ici l’historien, permettant ainsi au discours (y compris le mythe politique, les légendes et les vers de mirliton) d’être le lieu du changement dans l’histoire ; ensuite, indirectement, en plaidant pour la conservation et l’étude des œuvres que le littéraire a tendance à négliger en raison de leur manque d’originalité mais qui sont des témoins, voire, surtout si elles sont accumulées, des acteurs décisifs de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 2 : Stengers (Jean) et Gubin (Éliane), Le Grand Siècle de la nationalité belge. De 1830 à 1918 », Textyles, 24 | 2004, 131-132.

Référence électronique

Pierre Halen, « Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Tome 2 : Stengers (Jean) et Gubin (Éliane), Le Grand Siècle de la nationalité belge. De 1830 à 1918 », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/820

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org