Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Duchenne (Geneviève), Visions et projets belges pour l’Europe de la Belle Époque aux Traités de Rome (1900-1957)

Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt/M, New York, Oxford, Wien, P. I. E.-Peter Lang, « Euroclio – Études et Documents », 2001
Maria Chiara Gnocchi
p. 129-130
Référence(s) :

Geneviève Duchenne, Visions et projets belges pour l’Europe de la Belle Époque aux Traités de Rome (1900-1957). Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt/M, New York, Oxford, Wien, P. I. E.-Peter Lang, « Euroclio – Études et Documents », 2001, 302 p.

Texte intégral

1Dans la même collection « Euroclio – Études et Documents », où en 2000 Nathalie Tordeurs a publié Naissance des mouvements européens en Belgique (1946-1950), a paru l’année suivante une intéressante anthologie de « visions et projets belges pour l’Europe ». L’auteur, Geneviève Duchenne, licenciée en histoire et diplômée en Taal en Kultuur à la Katholieke Universiteit Leuven, a entrepris une thèse de doctorat au sujet de l’idée de l’Europe en Belgique de la fin du xixe au milieu du xxe siècle. Son promoteur, Michel Dumoulin, est aussi co-directeur de la collection « Euroclio » et préfacier du présent volume.

2Les premières réalisations concrètes pour la construction de l’Europe datent des années 1950, mais il apparaît très clairement que, bien avant, plusieurs Européens — et parmi eux des Belges — ont « pensé l’Europe » : ainsi que Michel Dumoulin l’explique dans son introduction, une « Europe pensée » aurait précédé une « Europe en action », suivant des projets nombreux et divers (le préfacier renvoie à « la pièce maîtresse de cette archéologie de l’idée européenne », c’est-à-dire l’ouvrage de Denis de Rougemont Vingt-huit siècles d’Europe. La conscience européenne à travers les textes, d’Hésiode à nos jours, Lausanne, 1961 ; nouvelle édition en 1990, avec une préface de Jacques Delors). C’est surtout au cours des années 1920 et 1930 que l’on assiste à la formulation anticipée des questions qui seront posées, dans un contexte changé et mûri, dans les années 1950. « D’une part, note Dumoulin, les idées et les projets formulés dans les années 1920 et 1930 peuvent être considérés dans bien des cas comme la matrice des réalisations qui interviennent après le deuxième conflit mondial. D’autre part, les années 1930 ont vu dériver l’idée d’une Europe organisée démocratiquement dans le but de créer un lien fédéral entre les États vers celle d’une Europe, sanctuaire de la race et de la civilisation, épousant le modèle national-socialiste » (p. 12).

3L’ouvrage est divisé en cinq parties respectant l’ordre chronologique : la première partie couvre la période 1900-1918 ; la deuxième, les années 1920 ; la troisième, les années 1930 ; la quatrième, la Seconde Guerre mondiale ; la cinquième jusque 1957. Ce découpage est brièvement commenté par Dumoulin dans son introduction générale : par la suite, les sections ne comportent plus aucune présentation. Chaque texte (46 au total) est précédé d’une notice concernant son auteur et son contexte d’élaboration, et de quelques suggestions d’orientation bibliographique — complétées, par ailleurs, par une étendue bibliographie finale (12 pages).

4L’un des premiers textes cités (dans la première section) est un extrait de l’Essai d’une Psychologie de la Nation Belge d’Edmond Picard, le défenseur de l’idée de l’« âme belge » (1905). Rêvant d’une Europe unie, Picard attire l’attention vers deux nations qui apparaissent en avant-coureurs : la Suisse et la Belgique, cette dernière offrant « un avant-goût, un raccourci des futurs États-Unis d’Europe ». Contrairement à Picard, Jules Destrée (plusieurs fois cité, dans la première comme dans la deuxième section) récuse l’existence d’une âme belge, et recourt au socialisme pour supporter sa proposition de fédérer les nations, mais aussi les deux communautés qui forment la Belgique (c’est le thème défendu dans la Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre, 1912). Dans la première section figure aussi Europe d’Émile Verhaeren : issu de la Multiple Splendeur et publié en 1906, ce poème ne nourrit de projets européens que pour justifier l’action de conquête coloniale. Les vers suivants donnent le ton de l’ensemble : « l’Europe qui modèle au cours des temps / La fruste Océanie et la jeune Amérique / […] Poursuit, comme autrefois, son travail exaltant ». Quant à Louis Dumont-Wilden, il démontre, dans L’esprit européen (1914), la filiation entre l’Europe romaine et l’Europe française du XVIIIe siècle, quoique son rêve d’unification européenne soit déjà brouillé par la crainte du pangermanisme et du panslavisme.

5Dans l’idée de plusieurs auteurs écrivant dans les années 1920 et 1930, la Belgique serait un lieu privilégié pour l’aperception, intellectuelle et sensible, de l’Europe future (cf. aussi le texte cité d’Edmond Picard). Ainsi, par exemple, Franz Hellens, qui déclare, dans son article « Un balcon sur l’Europe » (paru dans Les Écrits du Nord en 1922) : « il est peu de pays où l’esprit européen se manifeste d’une façon plus claire et plus assidue qu’en Belgique. L’absence d’une véritable cohésion politique, la préoccupation unique des affaires, le mépris de tout ce qui porte la marque d’un nationalisme artificiel, favorisent le développement de cet esprit qui nous donne une grande liberté d’allure et de pensée, nous pousse aux actions d’audace, quand il ne paralyse pas entièrement nos mouvements ». Paul Colin développe des arguments semblables dans Belgique, carrefour de l’Occident (Duchenne écrit erronément : « de l’Europe »), paru à Paris en 1933 : terre « d’entre-deux », mélange de latinité et de germanité, la Belgique inspire à Colin « la nécessité d’une Europe solide » bien qu’habitée par des « races différentes » et par des « cerveaux hantés par des rêves différents ».

6Le morceau cité de Pierre Hubermont, « Si l’on songeait à l’Europe ? » (Le Peuple, 1935), d’un côté souligne l’intérêt de l’écrivain pour l’Europe dans le milieu des années 1930, et de l’autre permet d’entrevoir la récupération de l’idée d’Europe par les mouvements de droite : une idée largement développée au début des années 1940, ainsi qu’il est largement témoigné par les textes cités dans la quatrième section du volume (citons l’article « Bruxelles, ville européenne » de Raymond de Becker, 1941, ou encore L’Europe aux Européens de Pierre Daye, 1942). Signalons, en contrepartie, les interventions d’Henri De Man, qui a exprimé sa pensée universaliste et européenne à travers toute son œuvre. Dans ses Réflexions sur la paix (1942) qui, aussitôt publiées, furent confisquées, De Man prône une Union européenne socialiste : « L’Europe sera socialiste ou elle ne sera pas », dit-il. De son côté, le poète René Baert (dont l’engagement dans le national-socialisme se termine tragiquement en 1945) appelle de ses vœux l’unité spirituelle de l’Europe. Dans l’extrait cité, tiré de À la recherche d’une éthique (1944), il insiste sur la nécessité de faire émerger une conscience européenne existante chez les artistes et les penseurs, par essence « ouverts aux créations européennes ».

7Les « visions » d’après-guerre répondent, en gros, aux schémas proposés avant 1940 et même, parfois, avant 1914. Raymond Rifflet (« La révolution européenne », article paru dans Les Cahiers socialistes en 1947) reprend par exemple le point de vue de De Man, et déclare que seule une fédération socialiste européenne pourra résoudre les crises issues de la guerre. Quant à Henry Carton de Wiart, il ne croit pas à la solution paneuropéenne, et préfère envisager l’Europe sous l’angle d’ententes régionales : pour la Belgique, cela reviendrait à s’associer à la Hollande, au Grand-Duché du Luxembourg, à la France et à l’Angleterre (« À la recherche de l’Europe », dans Chronique de la Guerre Froide, 1947). Dans cette dernière section figurent également un texte de Charles Plisnier, « L’Europe demande un fédérateur », tiré du recueil d’articles posthume L’Homme et les hommes (1953), et le discours prononcé par Paul-Henri Spaak lors de la signature des Traités de Rome (25 mars 1957).

8En épilogue, Europe qui t’appelles mémoire de Jean Tordeur, de l’Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique : il s’agit d’une pièce radiophonique dédiée à André Malraux, créée le 2 mai 1957 par l’Institut Belge de Radiodiffusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « Duchenne (Geneviève), Visions et projets belges pour l’Europe de la Belle Époque aux Traités de Rome (1900-1957) », Textyles, 24 | 2004, 129-130.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « Duchenne (Geneviève), Visions et projets belges pour l’Europe de la Belle Époque aux Traités de Rome (1900-1957) », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/817

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org