Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravée de Félicien Rops et la littérature de la Décadence

Paris, Honoré Champion, 2002
Paul Aron
p. 123-124
Référence(s) :

Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravée de Félicien Rops et la littérature de la Décadence. Paris, Honoré Champion, 2002, 618 p.

Texte intégral

1Version légèrement remaniée de la thèse soutenue en Sorbonne en 1996 sous le titre Félicien Rops et le fait littéraire, ce bel ouvrage est le premier travail universitaire de grande envergure qui ait été consacré à Félicien Rops. Confiné jusqu’à présent dans les recherches de collectionneurs passionnés, ou envisagé, sous des angles souvent intéressants mais étroits, dans des contributions académiques de moindre ampleur, le travail de Rops bénéficie enfin d’une approche à la mesure de son importance dans l’histoire de l’art et dans l’imaginaire de la fin du XIXe siècle.

2Hélène Védrine ne s’est pas donnée pour objectif de rédiger une vaste monographie sur tous les aspects d’une production dont le caractère protéiforme constitue certainement la caractéristique première. Elle a défini un champ d’intervention particulier en abordant les multiples correspondances — au sens baudelairien du mot — que Rops a nouées avec la littérature de son temps. Le point de vue est pertinent : dès ses premières gravures, Rops se range sous l’autorité du poète des Fleurs du mal, qu’il a rencontré pendant son séjour bruxellois, et il n’aura de cesse de rencontrer les préoccupations et les intérêts des écrivains qu’il a illustrés. De surcroît, bénéficiant de l’exceptionnelle documentation réunie par Maurice Kunel, Hélène Védrine souligne avec raison le rôle capital des lettres que Rops adressait à de nombreux destinataires, et le travail d’écriture, voire de réécriture, dont ces lettres offrent maints exemples. Elle peut ainsi soutenir une hypothèse renouvelant l’interprétation de l’œuvre du graveur : celui-ci se placerait volontairement dans un espace de production ambigu, pictural par la forme et littéraire par ses intentions, en recourant d’ailleurs fréquemment à des formules mixtes, où le verbe, la citation, l’allégorie — techniques d’écrivain — relayeraient ou perturberaient le geste du peintre. Rops aurait ainsi réussi à définir une forme spécifique d’intervention dans le champ intellectuel de la fin de siècle, qui lui permettrait d’engranger à la fois de forts profits symboliques, et de non moins considérables bénéfices pécuniaires. Un des effets de la plus-value permise par la présence de gravures de Rops dans un ouvrage est le travail que les écrivains consentent à réaliser pour faire correspondre le texte aux images (c’est le cas de Charles De Coster ou de Théodore Hannon).

3Fondé sur une étude approfondie des gravures de Rops, sur la consultation de la majeure partie de la correspondance disponible dans les collections publiques, cette étude est présentée dans une construction rigoureuse, qui analyse successivement les conditions de production et de diffusion de l’œuvre, la gravure littéraire, l’inscription de Rops dans la littérature d’art — avec une remarquable analyse philologique des critiques de Péladan et de Mirbeau — et enfin ses stratégies épistolaires — là aussi magistralement traitées. L’ensemble est présenté avec le plus grand soin, accompagné d’un index et d’une liste des gravures citées.

4Comme son titre l’indique, Hélène Védrine privilégie l’étude des eaux-fortes de Rops pendant sa période parisienne de 1874 à 1898. Un certain nombre d’arguments plaident en faveur de ce choix, qui tiennent principalement à la reconnaissance que cette activité vaut à l’émigré, et à la place que lui accordent les écrivains français qui vont œuvrer à sa notoriété. Et, de fait, les seuls catalogues de son œuvre, qui se prétendent exhaustifs, portent précisément sur cette partie de sa production. Mais justement, on doit se demander s’il n’y a pas là un processus logique, où les collectionneurs ont fait valoir leurs trésors et les écrivains les œuvres qu’ils pouvaient connaître le plus aisément, qu’un travail scientifique devrait discuter à fond. Ce corpus exclusif occulte en effet l’apport de Rops à la peinture, qui est une pratique qu’il n’a pas cessé de défendre tout au long de sa carrière. Cette activité ne lui vaut pas la notoriété, certes, mais elle fait partie du discours de sa correspondance. Par ailleurs, la rupture de 1874 est d’autant moins nette qu’entre la lithographie de type satirique pratiquée en Belgique et les eaux-fortes de la période française, il est au moins deux formes d’expression artistique que Rops pratique constamment, et qui lui valent l’admiration des contemporains : le dessin et l’aquarelle.

5La période belge de Rops reste par ailleurs sous-estimée. Les collaborations de Rops aux journaux l’Uylenspiegel, l’Espiègle ou le Crocodile ne sont même pas mentionnées dans la bibliographie, non plus d’ailleurs que les études de Michel Draguet qui les ont révélées (Rops-De Coster, ULB-Cahiers du GRAM). N’est-ce pas à ce moment que Rops accumule un capital de notoriété dont il fera le plus large usage plus tard ? Il me semble que l’admiration que lui vouent Picard ou Lemonnier — admiration dont l’importance est bien soulignée dans l’ouvrage — trouve alors sa raison d’être. N’est-ce pas encore ce milieu qui fut pour lui au départ de la carrière mixte dans laquelle il s’engage ?

6Hélène Védrine souligne avec raison que l’œuvre de Rops est inséparable du fait littéraire, dont elle dépend par ses supports matériels (l’illustration), mais également par son imaginaire et par ses modes de légitimation. Ce point de vue me paraît pleinement démontré dans son livre à propos de la période et des thèmes de la décadence. Fallait-il en rester là, et rejeter les aspects naturalistes et réalistes ? Je ne le pense pas, et je regrette que le souci de démontrer la validité du concept de « décadence » ait occulté une part de la diversité des contacts littéraires de Rops. Cette remarque critique n’ôte rien, on l’aura compris, à la valeur intrinsèque de cette exceptionnelle enquête aux confins de la peinture et de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravée de Félicien Rops et la littérature de la Décadence », Textyles, 23 | 2003, 123-124.

Référence électronique

Paul Aron, « Védrine (Hélène), De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravée de Félicien Rops et la littérature de la Décadence », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/814

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org