Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Belgia w relacjach Polaków. Antologia (XVIe–XXe siècles) [La Belgique dans les relations des Polonais. Anthologie (XVIe–XXe siècles)]

Lublin, Towarzystwo Naukowe Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego, 1999
Józef Kwaterko
p. 122-123
Référence(s) :

Belgia w relacjach Polaków. Antologia (XVIe–XXe siècles) [La Belgique dans les relations des Polonais. Anthologie (XVIe–XXe siècles)]. Choix, introduction et rédaction de Maria Barbara Styk. Lublin, Towarzystwo Naukowe Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego, 1999, 322 p.

Texte intégral

1Cette anthologie contient un choix de quarante neuf auteurs polonais (politiciens, poètes, gens de lettres, chercheurs, critiques littéraires, historiens) qui ont vécu ou séjourné à titre divers en Belgique depuis le XVIe siècle jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’ouvrage présente dans l’ordre chronologique le même nombre des textes (poèmes, lettres, fragments de journaux intimes ou mémoires, extraits romanesques et reportages), produits dans des situations variables : écrits de circonstance consacrés à des personnages illustres, relations de voyage (missions officielles, séjour de recherche ou d’enseignement), récits d’exil (le plus souvent rattachés à une activité politique ou journalistique), correspondance de guerre, séjour touristique.

2L’introduction souligne le rapport généralement bienveillant à la Belgique de l’ensemble de ces écrits. Dès le XVIe siècle, le territoire de l’actuelle Belgique a en effet été le pays hôte de nombreux jeunes nobles, écrivains et hommes de science polonais, qui y poursuivaient leur éducation. Plusieurs lettres et poèmes du XVIe et du XVIIe siècles rendent hommage aux professeurs de l’Université de Louvain, surtout au philosophe et philologue Joest Lips (Justus Lipstus, 1547-1606), protecteur et formateur des étudiants polonais. À l’âge classique, ces « relations » ont un caractère plutôt informatif et se limitent à la description des villes, de l’architecture, de la peinture, des kermesses, coutumes populaires et revues militaires. Depuis 1795 et l’annexion de la Pologne par la Russie, la Prusse et l’Empire autro-hongrois, et surtout après l’insurrection polonaise de 1830, la perception de la Belgique se fait plus pénétrante. En tant que pays qui assume sa souveraineté, préserve son caractère monarchique et offre l’accueil (à côté la France et l’Angleterre) à un nombre important d’exilés polonais, elle suscite des interrogations à l’endroit de sa politique, sa population, sa culture et son identité nationale. Si, dans leur majorité, les textes du XIXe et du début du XXe siècles soulignent la solidarité et les complicités politiques entre l’intelligentsia belge et les exilés polonais, la vision de la Belgique et des Belges est chargée de jugements contradictoires. Certains écrivains exilés (comme Henryk Merzbach) ou ceux qui font de longs séjours en Belgique (comme Józef Ignacy Kraszewski) trouvent les Belges froids, apathiques, traditionalistes, matérialistes ; l’art contemporain, le théâtre et la littérature leur paraissent trop fidèles aux normes et modèles français ; ils tiennent en estime toutefois le patriotisme collectif, le bien-être général dû au développement de l’industrie, l’ordre social et la stabilité politique malgré les luttes entre les partis libéraux et cléricaux. Zenon Przesmycki met l’accent sur l’originalité de la littérature belge. Traducteur de Maeterlinck et de Van Lerberghe, auteur (sous le pseudonyme « Miriam ») d’études sur la littérature belge publiées dans La Jeune Belgique en 1894, il voit la spécificité des lettres belges dans le croisement des traits collectifs flamands (germaniques) et wallons (latino-celtiques), le mélange du pictural et du littéraire, de l’ « intériorité » (contemplation de la nature mystique de l’homme, effacement des contours) et de l’« exteriorité » (vivacité, mobilité, penchant pour la symétrie, le goût de la parole). Maria Dabrowska, importante romancière et publiciste polonaise (traductrice de Lemonnier et de Verhaeren, étudiante en sciences naturelles à l’ULB en 1908-1909) semble livrer, dans ses « notes de l’excursion en Belgique » et ses « esquisses belges », le tableau le plus riche et le plus nuancé de la Belgique. Dabrowska parle de ses séjours dans les villes et villages de la Flandre et de la Wallonie. Elle a le sens de l’histoire, cherche à mettre en évidence ce qu’elle appelle « la vérité de la Belgique » (p. 221) qui réside pour elle essentiellement dans la continuité et la préservation d’un certain ethos social. Elle observe en particulier les liens entre tel événement du passé (les batailles de Courtrai et de Jemappes), telle œuvre (monument d’Artevelde à Gand, celui de Wiertz à Dinant, sculptures de Camille Meunier), tel trait ou fait littéraire (l’héroïsme d’Ulenspiegel, l’éloge de Verhaeren à l’occasion du couronnement du roi Albert), et l’esprit de l’indépendance, l’engagement social, une vie professionnelle et institutionnelle foisonnante — toute cette effervescence collective, historiquement configurée, dont elle voit les signes palpables dans le programme du bloc libéral-socialiste, dans le mouvement corporatif, dans les activités théâtrales de la Maison du Peuple, voire dans l’intérêt de Léopold II et d’Albert I pour la cause ouvrière : « Matérialisme des Belges ? Entre le réel, qui est la vie créative de l’homme, et le Belge, pas de place à la phraséologie [...]. Si, par matérialisme, nous entendons une maîtrise rigoureuse de tout un appareil de techniques de vivre, de se laisser subjuguer par sa propre création (technique de vivre), dans ce sens, oui, les Belges sont à l’époque matérialiste de leur histoire. Ils sont mis en œuvre tous leurs efforts afin d’assumer leur vie économique et la mettre au service des forces victorieuses de l’homme. C’est leur voie vers une liberté absolue » (p. 223).

3La grande qualité de l’anthologie de Barbara Styk réside justement dans le choix des textes qui, au fil des pages donnent une vue de plus en plus complexe de la société et de la culture belges. En outre, chacun de ces textes est précédé d’une ample notice bio-bibliographique sur l’auteur permettant de le situer dans son cheminement intellectuel, politique ou idéologique. On aurait cependant aimé connaître la perception de la Belgique en Pologne dans la seconde moitié du XXe siècle et cette lacune laisse évidemment le lecteur sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Józef Kwaterko, « Belgia w relacjach Polaków. Antologia (XVIe–XXe siècles) [La Belgique dans les relations des Polonais. Anthologie (XVIe–XXe siècles)] », Textyles, 23 | 2003, 122-123.

Référence électronique

Józef Kwaterko, « Belgia w relacjach Polaków. Antologia (XVIe–XXe siècles) [La Belgique dans les relations des Polonais. Anthologie (XVIe–XXe siècles)] », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/812

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org