Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe

Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord Repères, 2003
Luciano Curreri
p. 120-121
Référence(s) :

Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord Repères, 2003. Tome 1 : 1830-1887, 385 p., et Tome II : 1887-1914, 375 p.

Texte intégral

1S’il y a un genre qui reviendra toujours dans l’histoire de la littérature moderne, franchissant toutes les frontières et gagnant ainsi les lecteurs de pays bien différents, c’est le fantastique. De plus en plus, la critique s’interroge sur son succès et sur ses filiations, du roman d’épouvante à la science-fiction, et la prolifération des colloques fait courir les spécialistes à travers notre Ancien Continent, au cœur duquel une « île mystérieuse » vient de remonter à la surface. Deux volumes de Littératures fantastiques couvrant deux époques distinctes — à savoir 1830-1914 et 1914-2000 — nous guideront dorénavant à la découverte de la Belgique, terre de l’étrange.

2Certes, à l’aube du XXIe siècle, qui s’annonce bien plus cynique que fantastique, quelques lecteurs pourraient même estimer que, pour bien saisir le specimen d’un passé si nébuleux, il faudrait peut-être lire les contes des deux premiers tomes au milieu des bois des Ardennes ou dans « la ligne des quais » d’une vieille ville flamande, étant donné que ces vingt-trois contes dépassent d’une certaine façon — comme tout vrai fantastique d’ailleurs — la démarcation largement historique que la chronologie nous offre entre l’indépendance de la Belgique et la Première Guerre mondiale. Mais cela ne suffirait pas, bien sûr.

3Lire l’introduction d’Éric Lysøe (pp. 9-35), riche et équilibrée, qui vise ce qui est propre au fantastique belge, est donc ce qu’il y a de mieux à faire. D’ailleurs, si Belgique et fantastique peuvent apparaître comme « des principes jumeaux » (p. 10), à partir de 1830, « année romantique entre toutes, époque des plus fantastiques coïncidences » (p. 9), les Belges, tout de même, « demeurent sceptiques » face à l’assimilation culturelle de leur pays — « qu’on se plaît généralement à nommer Flandre » (p. 10) — au mouvement romantique, à l’esprit fantastique et bien sûr à l’Allemagne. Grâce à son atmosphère « flamande », grave, austère, évoquée par Samuel-Henry Berthoud dans les Chroniques et traditions surnaturelles de la Flandre (1831), « l’autre Allemagne » qui devient la Belgique s’impose parmi les décors propices au fantastique et double l’Italie qui, avec son soleil et son ciel azur, n’inspire que des canzonette. (Il s’agit de l’Italie qui vient d’héberger le roman gothique anglais — d’Horace Walpole à Ann Radcliffe — dont Alessandro Manzoni se sert, en plus, dans certains chapitres des Fiancés (1827) et qui, dès 1831, se remet en quête elle aussi de son indépendance et de son unité).

4La perspective française de certains écrivains tels que Victor Hugo ou Gérard de Nerval se superpose malheureusement à cette vision et la Belgique devient « une contrée où le temps s’écoulait plus lentement qu’ailleurs » ou même « une terre anachronique où l’on pouvait voir des personnages dignes de Rabelais se promener en chemin de fer » (p. 15). Mais toute une nouvelle génération d’écrivains — parmi lesquels Charles De Coster (1827-1879 ; voir pp. 14-17 et 173-249) — va réagir en reprenant les stéréotypes grossiers de ce décor monotone et allemand — le modèle est l’Allemagne de Mme de Staël — et en les présentant comme de termes positifs et désormais naturalisés.

5En particulier, Charles De Coster, flamand et wallon, ouvre la porte à « une littérature du métissage » (pp. 17-25), à une littérature fantastique mixte qui s’abandonne au surnaturel mais qui ne néglige pas l’engagement d’un franc-maçon formé à l’Université Libre de Bruxelles : « Faux diables, faux loups-garous et autres prétendus serviteurs du Malin, tous sont montrés du doigt. Pour autant, l’élément surnaturel ne s’apparente pas entièrement à un froc qu’il conviendrait de jeter aux orties ». Ainsi l’inspiration fantastique — dans laquelle « tout est manifestement double et contradictoire, jusque dans la structure même du texte » (p. 23) — épouse bien « l’être Belge », qui « est nécessairement […] double » (p. 16). Mais l’avant-garde artistique va au-delà d’une oscillation politique et culturelle concernant les catholiques et les libéraux, ou bien les Flamands et les Wallons. La littérature du métissage dont parle Lysøe et d’où viennent la « richesse » et la « spécificité d’une production nationale » (pp. 26-35) se constitue d’une façon tout à fait exceptionnelle à travers « les différents jeux d’alliance entre naturalistes et parnassiens, puis entre naturalistes et symbolistes » (p. 26). Différents jeux d’alliance où, par exemple, la prose narrative et la poésie ne sont pas toujours perçues comme concurrentes, dans le sillage de la tradition du récit fantastique, proche du poème en prose au début de son histoire : il suffit de penser à Aloysius Bertrand et à son Gaspard de la nuit (1842).

6Ces jeux d’alliance aident le fantastique belge à se développer d’une façon autonome par rapport au système français, dans lequel la « fiction poétique » (p. 24), propre du fantastique, a du mal à s’imposer. Il s’agit de difficultés d’ordre théorique, qui concernent les étiquettes de deux genres connexes, le merveilleux et l’étrange, entre lesquels Tzvetan Todorov a situé le fantastique comme « catégorie-limite » dans l’esprit d’une tradition « très… parisienne de concevoir les littératures de l’imaginaire » (p. 25) qui remonte à la fin du XIXe siècle. À la même époque, en Belgique, une « dimension poétique conjointe à l’exercice de la prose » (p. 29) se retrouve aussi chez Verhaeren, « auteur de textes fantastique particulièrement attachants » (pp. 30 et 293-304). Pour ne pas parler de Georges Rodenbach (tome II, pp. 103-129) et d’autres écrivains de cette précieuse anthologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciano Curreri, « Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe », Textyles, 23 | 2003, 120-121.

Référence électronique

Luciano Curreri, « Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/808

Haut de page

Auteur

Luciano Curreri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org