Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Theatrical gestures of belgian modernism. Dada, surrealism, futurism, and pure plastic in twentieth-century Belgian theatre

New York, Peter Lang, coll. Belgian francophone library, 2002
Nancy Delhalle
p. 119-120
Référence(s) :

Theatrical gestures of belgian modernism. Dada, surrealism, futurism, and pure plastic in twentieth-century Belgian theatre. Édition et introduction Willinger (David). Traduction de Willinger (David) et Deneulin (Luc). Préface de Gerould (Daniel). New York, Peter Lang, coll. Belgian francophone library, 2002, 176 p.

Texte intégral

1David Willinger, spécialiste américain du théâtre belge, présente ici une nouvelle édition revue et augmentée d’un recueil de textes théâtraux de la modernité belge. Il y a rassemblé des « pièces » souvent peu connues, parfois non éditées et rarement représentées. Se trouvent ainsi côte à côte Clément Pansaers, Paul Joostens, Michel Seuphor, Paul Nougé, Paul Colinet, Marcel Mariën, Fernand Dumont, Michel de Ghelderode, Georges Norge et Georges Linze. Ces auteurs, Ghelderode mis à part, n’ont pas exclusivement écrit pour la scène : ils sont poètes, pamphlétaires, romanciers, peintres ou photographes, mais s’ils relèvent bien des avant-gardes des années vingt et trente, c’est surtout parce qu’ils ne respectent pas les frontières établies entre les genres. Toutefois, leur appartenance aux avant-gardes reconnues comme le dadaïsme, le surréalisme, le constructivisme ou le futurisme se négocie de manière toute spécifique. Souvent désynchronisés par rapport aux principaux courants internationaux, ils n’en respectent pas forcément l’orthodoxie. Il y aurait en ce sens, une marginalité de l’avant-garde théâtrale belge. Cette marginalité — cette autonomie — lui fait encourir le risque d’être négligée et même perdue. Cependant, elle maintient aussi intacte la force d’opposition aux normes esthétiques quant à l’écriture dramatique et à la mise en scène.

2L’introduction retrace les temps forts de la vie de ces artistes en s’attachant à mettre en évidence la singularité de leur production théâtrale en regard des avant-gardes « officielles ». Pansaers, Joostens et Seuphor adoptent ainsi quelques caractéristiques dadaïstes, dont la provocation et l’iconoclasme, mais y amalgament des traits tout personnels, par exemple une certaine vision cubiste pour Pansaers, une obsession de la virginité à travers le motif des filles prépubères chez Joostens, une influence du style du peintre Mondrian pour Seuphor. Les surréalistes belges, quant à eux, sont d’emblée éclatés en plusieurs groupes. La tendance emmenée par Paul Nougé, autour du Groupe Correspondance, s’écarte de la ligne d’André Breton par le refus de l’écriture automatique, du carriérisme et de la gloire personnelle en art ou de l’identification à l’avant-garde politique. Ainsi, le concert-spectacle que donna le Groupe en 1926, intitulé Le dessous des cartes, se fonde sur la technique du collage qu’il tire vers le pastiche et le style de Magritte, tout en accordant une grande importance à la danse et à la musique. Le Groupe Surréaliste de Bruxelles marqua par ailleurs avec force sa singularité en chahutant la pièce Tam-Tam de Norge créée par le Groupe Libre. Ce texte, fondamentalement éclectique, empruntait aux diverses avant-gardes du moment mais aussi au cirque et au vaudeville. À côté d’autres surréalistes de mouvances diverses, Ghelderode forge une dramaturgie personnelle, appelée, elle, à s’imposer. Willinger retrace l’émergence de l’auteur et brosse les grands traits de son premier théâtre. Il envisage enfin différentes pièces écrites par le poète liégeois Linze, dans la ligne du futurisme que celui-ci introduisit en Belgique.

3Ces représentants si singuliers de la modernité belge et des avant-gardes des années vingt et trente montrent néanmoins plusieurs traits communs. Ils s’accordent, en effet, à dénoncer et à bousculer les conventions morales autant que théâtrales. Dans cette perspective, ils façonnent un langage hermétique, éclaté, « amputé », apte à suggérer les conditions et les menaces de la vie moderne. S’ils provoquent par l’humour — un humour sombre à la façon de Jarry ou de Lautréamont —, ils donnent aussi forme à l’angoisse de la mort en représentant cette dernière de manière très concrète, personnifiée, et en s’emparant de l’imagerie chrétienne. La référence à la Grande Guerre hante également tous ces textes, souvent de manière oblique, à travers un traitement tantôt ironique tantôt grave. Mais, si la subversion s’inscrit aussi dans la représentation de la femme, c’est surtout, a contrario de toute la tradition aristotélicienne fondée sur la mimesis, la mise en avant du caractère théâtral, dans la déconstruction du personnage notamment, qui relie ces textes aux grandes ruptures annonciatrices du théâtre futur de Beckett, Foreman ou Wilson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy Delhalle, « Theatrical gestures of belgian modernism. Dada, surrealism, futurism, and pure plastic in twentieth-century Belgian theatre », Textyles, 23 | 2003, 119-120.

Référence électronique

Nancy Delhalle, « Theatrical gestures of belgian modernism. Dada, surrealism, futurism, and pure plastic in twentieth-century Belgian theatre », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/806

Haut de page

Auteur

Nancy Delhalle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org