Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Renwart (Marc), Libres échanges. Une histoire des avant-gardes au pays de Liège de 1939 à 1980

Crisnée, Yellow Now, 2000
Denis Laoureux
p. 118-119
Référence(s) :

Renwart (Marc), Libres échanges. Une histoire des avant-gardes au pays de Liège de 1939 à 1980. Crisnée, Yellow Now, 2000, 195 p.

Texte intégral

1« Il s’agit, désormais, d’art en Wallonie et non plus d’art wallon », est-il précisé dans le préambule méthodologique. Cette prudence intellectuelle témoigne d’une volonté de bâtir une histoire selon un regard affranchi des caprices liés au rapport affectif que nous avons à notre mémoire collective dès lors qu’il s’agit de problématiques identitaires. Et dans ce cas, mémoire collective liégeoise de surcroît !

2Cet ouvrage consacré par Marc Renwart aux avant-gardes au pays de Liège constitue le catalogue de l’exposition homonyme qui s’est tenue au Centre wallon d’art contemporain « La Châtaigneraie » durant l’hiver 2000. Elle se présente comme le recensement de ce qui constitue le fondement du discours de l’historien : les faits. Ceux-ci sont relatés selon la logique de leur succession, telle une matière première, neutre parce que livrée brute, qu’il nous reste à lire selon la partialité de notre regard, et à interpréter selon les principes du propos critique que nous cherchons éventuellement à construire.

3Les libres échanges dont il est question renvoient aux nombreuses interactions entre les arts plastiques et la littérature vécues au long de ces quarante années (portrait d’écrivain par un peintre, monographie de peintre par un écrivain, livre illustré et livre d’artiste, développement de la sémiotique visuelle, maison d’édition, revue interdisciplinaire …). Il faut souligner à quel point est impressionnante la quantité de données factuelles rapportées par M. Renwart. La démarche ne relève en aucun cas d’un repli régionaliste qui prendrait la partie pour le tout. D’un point de vue centripète, il ressort que le champ culturel liégeois fut joyeusement perméable aux apports extérieurs (Kandinsky par exemple) ; d’un point de vue centrifuge, il apparaît que la reconnaissance des mérites d’un plasticien de la cité, certes ardente, mais néanmoins décentrée, s’acquiert en dehors du milieu d’origine. Les enjeux et les causes souterraines de ce double mouvement sont brillamment analysés en tête du livre par une contribution de Jean-Marie Klinkenberg.

4Il s’agit donc d’une chronique conçue comme une restitution des faits, plus que d’une chronologie commentée selon une volonté critique. L’ouvrage s’ouvre en 1939 et se clôture en 1980. Pris entre ces deux jalons, structurés selon la rigueur de chiffres qui s’écoulent de décennie en décennie, les acteurs de cette histoire des avant-gardes défilent les uns après les autres. Leurs œuvres (nombreuses), leurs formations (diversifiées), leurs activités (foisonnantes), leurs rencontres (interdisciplinaires), les lieux (multiples) où celles-ci ont pris place, sont compilés, empilés, inventoriés dans l’ordre de leur apparition. Cette trame factuelle est accompagnée de textes — essentiellement des écrits d’époque.

5Ce type d’approche bâtie sur l’apparente objectivité du fait ne peut être appliquée sans se heurter à plusieurs écueils de méthode. Le nivellement de faits restitués dans leur évidence chronologique peut-il rendre compte des différents degrés d’importance historique dont s’étoffent les actes posés ? Il est, en outre, impossible de compiler exhaustivement la masse des événements. D’autant que la période couverte est récente. La date butoir et arbitraire de 1980, ainsi que l’article indéfini employé dans le titre — « une histoire », parmi d’autres — attestent d’ailleurs, dans le chef de M. Renwart, de la conscience d’un tel leurre. Enfin, les citations de textes contemporains des événements relatés forment un corpus de commentaires essentiels sur le plan contextuel, mais neutres en termes d’analyse critique. Il est clair que cette méthode austère restreint le caractère subjectif de l’approche. Faut-il s’en plaindre ? D’aucuns revendiquent, à tort ou raison, la subjectivité du regard comme une composante actuelle de disciplines telles que l’anthropologie ou l’histoire de l’art, précisément. Au demeurant, il est évident que ce livre constitue un redoutable instrument de travail dont on peut espérer, avec son auteur, qu’il facilite la préparation des analyses qui donneront aux événements le sens qui leur fait encore défaut. Sur ce point, on ne peut que regretter l’absence d’un index et d’une bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Laoureux, « Renwart (Marc), Libres échanges. Une histoire des avant-gardes au pays de Liège de 1939 à 1980 », Textyles, 23 | 2003, 118-119.

Référence électronique

Denis Laoureux, « Renwart (Marc), Libres échanges. Une histoire des avant-gardes au pays de Liège de 1939 à 1980 », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/804

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org