Navigation – Plan du site
Varia

Une maison d’édition brugeoise : Arthur Herbert (1906-1907)

Andries Van den Abeele
p. 95-101

Texte intégral

1Bruges la morte, croyez-vous ? N’en déplaise à Georges Rodenbach, il se passait des choses dans la Venise du nord, y compris dans le monde de l’édition. Au début du siècle, de jeunes écrivains francophones y trouvèrent un imprimeur (brugeois) et un éditeur (anglais) qui leur permirent d’assurer la publication d’une des revues littéraires les plus importantes du début du vingtième siècle et d’éditer les œuvres de quelques jeunes écrivains, tant belges que français. Les initiateurs avaient vu grand, mais l’entreprise tourna court. Elle servit néanmoins de tremplin à quelques auteurs qui poursuivraient leur chemin. Elle fut également à l’origine d’une collaboration franco-belge dans le monde de l’édition à laquelle André Gide fut étroitement lié et qui se poursuivit jusqu’à la fin du siècle. Aussi peu étudiées l’une que l’autre par les histoires de la littérature, cette maison et cette imprimerie méritaient l’enquête dont cet article présente les résultats.

Verbeke, un imprimeur atypique

  • 1 Le Limited servait sans doute de façade, car il n’y a pas trace de la déposition d’un acte de const (...)

2Au cours des années 1906 et 1907 une maison d’édition opérait à Bruges sous le vocable Arthur Herbert Ltd1. Qui donc se cachait derrière ce nom et comment se fait-il que cette maison s’installa à Bruges ?

3Notre recherche s’est dirigée en premier lieu vers l’Imprimerie Sainte-Catherine d’Edouard Verbeke (Bruges 1881-1953), un des fils de l’imprimeur Pieter Verbeke-Loys. En effet, tous les livres édités par Arthur Herbert sortirent de ses presses et portaient comme adresse « Porte Sainte-Catherine », la même que celle de l’imprimeur.

  • 2 Schlumberger (Jean), Œuvres, Tome VI, Gallimard, Paris, 1960, p. 369.
  • 3 Van den Abeele (Andries), Inventaris van drukkers, uitgevers en boekhandelaars in Brugge, 1800-1914(...)
  • 4 Maclagan (Michael), Herbert Arthur Doubleday, dans: The Dictionary of national biography 1941-1950, (...)

4Edouard Verbeke « voué à son métier comme un moine à son ordre » 2, avait parfait ses connaissances d’imprimeur en Angleterre et il y était devenu à tel point anglophile qu’il avait anglicisé son prénom en Edward. Ses modèles n’étaient pas les petites imprimeries brugeoises, mais les grandes maisons anglaises et à Bruges même, les Éditions Desclée de Brouwer, avec leur imprimerie Saint-Augustin. En 1905 il s’établit, indépendamment de son père et de ses frères, près de la Porte Sainte-Catherine3 et continua à entretenir des relations avec des imprimeurs anglais. Il n’hésitait pas à imprimer, tant en néerlandais qu’en français, des livres qui sentaient quelque peu le soufre. À Bruges même il trouva un confrère en la personne de Herbert Arthur Doubleday (1867-1941)4.

Un éditeur anglais...

5D’après sa notice biographique, écrite par l’héraldiste et historien Michael Maclagan (Trinity College, Oxford), Herbert A. Doubleday et un frère de sa belle-mère fondèrent en 1891 la maison d’édition Archibald Constable & C°. Entre autres activités, celle-ci débuta en 1893 avec les travaux préparatoires de l’édition de la Victoria History of the Counties of England, série monumentale consacrée à l’histoire des comtés anglais qui se poursuit jusqu’à ce jour. Doubleday contribua de façon significative à la mise en marche de la série. En 1900 il écrivit un Guide, exposant les buts et le programme de l’ambitieuse entreprise. Il s’attela lui-même aux volumes consacrés aux comtés de Hampshire, Bedford, Essex, Norfolk, Warwick et Worcester. Avant cela il avait déjà réalisé une nouvelle édition des œuvres complètes de Shakespeare.

6Son associé, Archibald Constable, était le petit-fils du grand Archibald Constable (1774-1827) qui, au début du dix-neuvième siècle, avait réussi à faire de sa maison d’édition à Edinburg un centre intellectuel de réputation mondiale. Archibald junior marcha sur ses traces et bientôt la maison londonienne devint une des grandes publishing houses de la capitale. Avant la Grande Guerre déjà, des centaines de livres y furent édités dans les genres les plus divers. Arthur Conan Doyle y publia The hound of the Baskervilles et Bram Stoker son bientôt mondialement célèbre Dracula. Roald Amundsen et Frietjof Nansen lui confièrent le récit de leurs voyages d’exploration. Outre la réédition des œuvres de Walter Scott et de Shakespeare, Constable publia Hilaire Belloc et H. G. Wells et Georges Bernard Shaw qui demeura toujours fidèle à son éditeur. En les citant, nous nous bornons à une sélection succincte de l’important fonds de cette maison, qui est à ce jour toujours en activité.

... s’installe à Bruges

  • 5 Dorment (Richard), Alfred Gilbert, New Haven and London, 1985, p. 263.
  • 6 E.a. avec le neuvième duc d’Argyll (1845-1914) à la Cambridge University Library, avec l’historien (...)

7Malgré la nette expansion de l’entreprise, Doubleday quitta l’association en 1903 et vint s’établir à Bruges : « for a time he lived in Bruges, where he published books in English and French », écrit Maclagan. Plusieurs raisons pouvaient pousser un jeune Anglais à interrompre sa carrière professionnelle pour se joindre à la colonie de Britanniques retraités qui venaient chercher à Bruges la vie à bon marché et l’air salubre. Des difficultés conjugales ou des soucis financiers en étaient parfois la cause. Doubleday connaissait au moins un cas de ce genre, celui du grand sculpteur Sir Alfred Gilbert, qui après une déconfiture retentissante, s’était réfugié à Bruges et avec qui il noua des liens d’amitié5. Par ailleurs, la santé d’un des conjoints ou le désir d’offrir aux enfants une éducation catholique constituaient parfois des motifs pour s’expatrier. Les raisons propres à Doubleday sont peut-être à retrouver dans les lettres de sa main qui reposent dans plusieurs archives britanniques6.

8Les allées et venues de Doubleday s’avèrent plutôt difficiles à retracer. Les registres de la population de Bruges le mentionnent en effet comme établi dans la ville en 1903, avec son épouse Kate Lawrence (née en 1870) et leurs deux filles Audrey (née en 1897) et Daphné (née en 1898). Le ménage s’était installé au Quai du Miroir 7, une maison dix-septième siècle plutôt modeste, déjà habitée par la famille irlandaise Gray. Le registre mentionne toutefois que Doubleday quitta Bruges, sans sa famille, en 1904 pour n’y revenir que le 4 novembre 1909. La liste des résidents anglais publiée à partir de 1909 dans l’Almanach de Bruges, mentionne l’épouse Doubleday, toujours à l’adresse du Quai du Miroir. En 1910 on la retrouve rue Nord du Sablon 21 et ce n’est que dans les listes de 1912, 1913 et 1914 que l’on trouve mentionnés à cette adresse aussi bien Monsieur que Madame Doubleday. On peut dès lors supposer que de 1904 à fin 1909 il résida ailleurs.

  • 7 Swinson (Arthur), Frederick Sander: the orchid king, London, 1970.

9Toutefois, il doit également avoir continué à séjourner, au moins par intermittence, à Bruges. Fin 1905, début 1906 il devait y être pour la mise en route de la maison Arthur Herbert. Il est en outre mentionné en février 1907 dans un acte authentique comme étant domicilié à Bruges et en septembre de la même année il dîna chez Alfred Gilbert. Habitait-il éventuellement dans un des faubourgs ? Mais dans ce cas pourquoi n’aurait-il pas été repris, tout comme sa femme, sur la liste des résidents anglais ? Continua-t-il d’habiter avec sa femme et ses filles à Bruges, tout en étant domicilié ailleurs ? Se fit-il, pour des raisons commerciales ou autres, domicilier en Grande-Bretagne et faisait-il régulièrement des aller-retour entre la Grande Bretagne et Bruges ? Il n’aurait pas été le seul à faire ainsi la navette. Le « Roi de l’orchidée » Frederic Sander (1847-1920) le fit pendant des décennies7.

  • 8 E.a. en 1906 et 1907 deux volumes du Great Roll of the Pipe (pour les années 1177-78 et 1178-79) pu (...)
  • 9 Cuthbert Wilkinson publia en 1914 auprès de la Saint Catherine Press à Londres un recueil de poèmes (...)

10Il semble de toute façon acquis qu’il fonda à Londres une maison d’édition Arthur Doubleday & C°, dont nous avons pu retrouver cinq publications entre les années 1906 et 19118. Le biographe Maclagan, qui ne mentionne pas cette maison, signale que Doubleday fonda en 1908 à Bruges la St.-Catherine Press avec un nommé Cuthbert Wilkinson9. En cela il se trompe, car cette maison avait été fondée dès 1905 par Edward Verbeke. Il se peut qu’il y eut confusion chez Maclagan entre les activités londoniennes et brugeoises de Doubleday.

  • 10 Greffe du Tribunal de Commerce à Bruges, 13 mars 1907; Annexes du Moniteur Belge du 20 mars 1907, p (...)

11Quoi qu’il en soit, début février 1907 (et non en 1908), l’affaire personnelle de Verbeke fut transformée en société en nom collectif, sous les appellations Edward Verbeke & C° et St.-Catherine Press, avec comme gérants messieurs Doubleday et Verbeke10. Que le nom de Doubleday ne fut pas repris dans la raison sociale de la firme, tend à faire supposer que l’associé brugeois avait la prépondérance et détenait sans doute la majorité des parts.

Fondation de la maison Arthur Herbert

  • 11 « Henri Vandeputte et les lettres » (texte autobiographique), dans : La Flandre littéraire, 1926, n (...)

12L’année précédente, la maison d’édition Arthur Herbert avait vu le jour. En fait, tenant compte des délais de composition et d’impression, la décision de sa fondation doit avoir été prise dès 1905, très peu de temps après la parution des premiers numéros de la revue littéraire Antée, puisque le premier ouvrage publié — Pain quotidien, d’Henri Vandeputte — se trouvait déjà mentionné dans la livraison de la Bibliographie de Belgique en date du 15-28 février 1906. Aux dires d’Henri Vandeputte, sur lequel nous reviendrons, il s’agissait d’une initiative prise conjointement par H. A. Doubleday et Paul Grosfils, qui devint en plus, à partir de juin 1906, l’éditeur d’Antée11. La correspondance de la jeune maison portait comme adresse Quai du Miroir 7, le domicile des Doubleday.

13L’hypothèse que l’Anglais ait donné comme enseigne à la maison d’édition ses deux prénoms en ordre inversé, semble plausible. Ne pas lui donner son nom de famille, tout comme ce nom n’apparaissait pas dans la raison sociale de la société fondée avec Verbeke, ne semblerait-il pas indiquer que pour l’une ou l’autre raison Doubleday ne désirait pas se mettre en avant, du moins pas en Belgique ?

  • 12 Munro (John M.), Arthur Symons, New York, 1969; Beckson (Karl), Arthur Symons, a Life, Oxford, 1987

14Quoi qu’il en soit, le nom Arthur Herbert ne pouvait effaroucher des oreilles françaises et sonnait mieux pour elles que Doubleday. En effet, il ne s’agissait pas d’éditer des livres anglais, mais au contraire des œuvres en français destinées au public de France et de Belgique. Trois des livres édités étaient des traductions de l’anglais : un de « l’auteur à scandale » Oscar Wilde (1854-1900), et deux du poète Arthur Symons (1865-1945). Ce dernier, peu de temps après leur publication, commença à présenter des signes d’aliénation mentale qui, pour le restant de sa vie, le firent séjourner pendant de longues périodes dans des asiles psychiatriques12.

15Les neuf autres auteurs publiés étaient tous des écrivains de langue française, français et belges. Leurs noms ne suscitent plus guère d’échos en dehors du cercle des philologues et historiens de la littérature, mais au début du vingtième siècle ils jouissaient d’une notoriété naissante. Ils gravitaient autour des grands, en premier lieu autour d’André Gide (1869-1951) et si l’on en juge d’après les études qui leur sont consacrées, ils sont pour l’heure en voie d’être redécouverts.

Des auteurs français

16Les auteurs de nationalité française publiés par Arthur Herbert étaient au nombre de quatre. L’aîné d’entre eux, Eugène Montfort (1857-1940), fondateur et propriétaire de la revue Les Marges (1903-1926), fonda en 1908 avec André Gide la Nouvelle revue française. La discorde s’installa immédiatement, à cause d’un article critiquant Stéphane Mallarmé, subrepticement introduit par Montfort dans la première livraison. Son roman publié à Bruges, La maîtresse américaine, fut, d’après Vandeputte, tiré à cinq mille exemplaires.

17Francis de Miomandre, pseudonyme de François Durand (1880-1959), obtint, l’année après la publication à Bruges de son volumineux Visages (consacré à André Gide, Remy de Gourmont, Baudelaire, Paul Claudel, etc.), le prix Goncourt pour Écrit sur de l’eau. Il acquit une certaine célébrité en tant qu’auteur de prose élégante et traducteur de littérature espagnole.

18Le poète et dramaturge Saint-Georges de Bouhélier, pseudonyme de Stéphane Georges de Bouhélier-Lepelletier (1876-1947), eut quelque influence sur l’évolution du théâtre moderne avec Le carnaval des enfants (1910). Il fonda plusieurs revues telles que L’Académie Française (1893) et la Revue naturiste (1897).

  • 13 Assouline (Pierre), L’épuration des intellectuels, Paris - Bruxelles, Complexe, 1985, Annexe 5.
  • 14 Temerson (Henri), Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l’année (...)

19Enfin, il y avait le journaliste, poète, romancier et essayiste Louis Thomas (1885-1962) qui avait publié à Paris en la même année 1906 un autre livre d’Arthur Symons, dans une traduction de lui-même et de Jack Cohen. Cet auteur prolifique qui, au cours de sa carrière, prit pour sujets Maupassant, André Rouveyre, Baudelaire, Marcel Schwob, Jean Moréas, Oscar Wilde et d’autres, publia en 1908 ses Tablettes d’un cynique, dont certains aphorismes sont encore parfois cités. Après une carrière de journaliste, l’amenant à publier de nombreux écrits sur des sujets militaires ou politiques, il se rangea résolument du mauvais côté au cours de la Seconde guerre mondiale, avec e. a. des livres tels que Arthur de Gobineau, l’inventeur du racisme et Alphonse Toussenel, socialiste national antisémite (tous deux édités par la maison d’édition collaborationniste Mercure de France). À la Libération il se retrouva inévitablement sur la liste noire des écrivains prohibés13 et, après avoir subi une peine de prison, vint chercher refuge en Belgique, où il mourut14.

Les auteurs belges

  • 15 Massa (Pierre), « André Ruyters, faux nietzschéen, vrai moderne », dans: Bérénice, Le préfuturisme (...)

20Arthur Herbert publia d’autre part cinq auteurs belges. André Ruyters (1876-1950), directeur polyglotte de la Banque d’Indochine faisait partie du cercle des amis de Gide avec qui il échangea plus de six cent lettres15.

  • 16 Decaudin (Michel), « Christian Beck, papillon de l’avant siècle », dans Bérénice, op.cit., pp. 181- (...)
  • 17 Gide (André), Lettres à Christian Beck, Bruxelles, 1946 ; Masson (Pierre), « Christian Beck », dans (...)

21Joseph Bossi, pseudonyme de Christian Beck (1879-1916)16, père de l’écrivain Béatrix Beck, était violemment anticlérical et antibelge. Il entretint lui aussi une correspondance suivie avec Gide qui le portraitura dans Les Faux-monnayeurs sous les traits de Lucien Bercail17.

  • 18 Somville (Léon), « Henri Vandeputte, le naturisme dans le texte », dans: Bérénice, op. cit., pp. 21 (...)

22Tout comme Christian Beck, Henri Vandeputte (1877-1952)18 avait étudié au collège bruxellois des jésuites de la rue des Ursulines. En 1905, sur une idée de Beck, il prit l’initiative, de concert avec Isi Collin et Louis Piérard, de fonder une revue littéraire sous le nom d’Antée et il en informa André Gide. Malgré la brièveté de son existence, cette revue est considérée comme primordiale parmi les revues littéraires belges d’avant la Première guerre mondiale et qui plus est se trouva indirectement liée à la fondation de la Nouvelle revue française.

  • 19 Van Molle (Paul), Le Parlement Belge, 1894-1972, Anvers, 1972, p. 271.
  • 20 Publié dans : Bonneure (Fernand), Brugge beschreven, Bruxelles, 1984, p. 119.

23De Louis Piérard (1886-1951), qui devint plus tard député socialiste19, la maison brugeoise publia le premier recueil de poèmes. Un autre recueil était l’œuvre du dramaturge et codirecteur du Théâtre de la Monnaie Paul Spaak (1871-1936), oncle de l’homme d’État Paul-Henri Spaak, et contenait entre autre un poème intitulé Bruges20.

L’école « naturiste »

  • 21 « Henri Vandeputte et les lettres », o.c..
  • 22 Martin-Schmets (Victor), « Sur les traces de Paul Grosfils », dans : Bulletin des Amis d’André Gide(...)
  • 23 Gide (André), Correspondance, Paris, Gallimard, 1976, p. 672.
  • 24 Warmoes (Jean), Présence d’André Gide, Bruxelles, 1970, p. 59.

24C’est donc dans le prolongement de la revue Antée, pour laquelle tout le travail était fourni par Henri Vandeputte, du moins plus tard l’affirma-t-il lui-même, que la maison d’édition Arthur Herbert vit le jour21. L’initiative en fut prise, toujours selon Vandeputte, par cet autre membre du groupe, devenu peu après l’éditeur d’Antée, le Verviétois Paul Grosfils (1882-1941), lui aussi ami d’André Gide22. Malgré son jeune âge, il connaissait parfaitement la littérature française du moment et fit un choix judicieux parmi les œuvres des « naturistes » qui, à l’exception de Montfort et de Spaak, se trouvaient au début de leur carrière littéraire, avaient entre vingt et trente ans, et n’avaient pas encore la notoriété qu’ils devaient atteindre plus tard. Comme il le fit savoir à Gide, Grosfils ne voulait publier que « des ouvrages d’un certain caractère », estimant que la publication du roman de Montfort avait été « un faux pas de départ »23. Gide ne tarissait pas d’éloges pour ce qu’il publiait et exprima le souhait de lui confier certains de ses écrits, ce qui toutefois ne se réalisa pas24.

  • 25 Bossier (Herman), Un personnage de roman : le chanoine Docre de « Là-bas » de J. K. Huysmans, Bruxe (...)

25Les auteurs publiés par Arthur Herbert appartenaient à l’école dite « naturiste » qui réagissait contre les symbolistes, jugés par eux trop cérébraux et hermétiques. Cela n’empêcha pas que deux des ouvrages publiés sous cette enseigne furent dédiés à Remy de Gourmont (1858-1915), à une époque toutefois où il ne passait plus exclusivement pour être le « pape » du symbolisme. Gourmont s’est par ailleurs taillé une modeste place dans la « petite histoire » de Bruges, en sa qualité d’amant de Berthe de Courrière (1852-1916), la dame hystérique qui fut trouvée, à l’aube du 8 septembre 1890, très légèrement vêtue et l’esprit en désordre le long du Rempart des Maréchaux, après avoir passé la nuit dans la maison de l’abbé Louis Van Haecke (1829-1912), recteur de la Basilique du Saint-Sang25. Courrière et Gourmont inspirèrent Joris-Karl Huysmans (1848-1907) pour sa présentation de Van Haecke sous les traits du chanoine sataniste Docre, dans son roman Là-bas (1891). Une petite vengeance à l’encontre du prêtre naïf et des Brugeois, qui avaient retenu Berthe pendant plus d’un mois à l’asile d’aliénés Saint-Julien, n’est pas à exclure.

26En plus de ses activités pour Antée, Henri Vandeputte était lui aussi impliqué dans la maison d’édition Arthur Herbert. À cette époque il faisait la navette entre Bruxelles et Paris, travaillait dans l’affaire de produits textiles de son père, échoua dans son mariage et s’attira de lourdes dettes de jeu. Il prit la poudre d’escampette, abandonnant sa femme dans les bras de Grosfils et partit début 1907 pour les États-Unis. De retour en France en 1910, il y prit la direction de La Revue des Français. Après la guerre il devint secrétaire général du Casino d’Ostende et amassa une petite fortune qu’il perdit bientôt au jeu. Dans les années trente il devint libraire, pour finir après la Seconde guerre comme bouquiniste. Il en était alors à sa quatrième compagne et appartenait aux cercle des amis de James Ensor.

27Après le départ de Vandeputte, Grosfils ne parvint plus longtemps à maintenir la barque à flot. Les pères Vandeputte et Grosfils cessèrent sans doute de jouer aux mécènes pour une revue et pour des publications qui demeuraient par définition déficitaires. Le dernier numéro de la revue Antée parut le 1er juillet 1907. À la fin du même mois, les deux dernières publications d’Arthur Herbert virent le jour et la maison disparut sans laisser d’adresse.

Brève existence, mais non sans suites

  • 26 Martin-Schmets (Victor), Sur les Traces…, o.c., p. 53.

28Arthur Herbert consacrait beaucoup de soins à ses publications. L’enseigne en lettres d’or sur fond rouge, comportait comme motif central le B couronné, symbole de la ville de Bruges avec, à gauche et à droite, les lettres A et H, tandis que le lion brugeois y figurait également. Les éditions soignées, sous couverture brune, respiraient le goût à l’anglaise. Ces couvertures étaient d’ailleurs fabriquées en Angleterre26. Les recueils de poèmes étaient publiés sous le titre Collection d’Antée, soulignant ainsi le lien avec la revue.

29Arthur Herbert Ltd. fut un phénomène particulier parmi les éditeurs brugeois du début du vingtième siècle. Non seulement il s’agissait de livres en français, mais la maison se concentrait sur une seule école littéraire, ayant ses adeptes tant en France qu’en Belgique. Les initiateurs appartenaient aux milieux bourgeois et libertaires de la capitale belge, et n’avaient, hormis leur éditeur et leur imprimeur, que peu ou pas de liens avec Bruges. Seul Paul Grosfils semble avoir séjourné de temps en temps à Bruges. Comment et pourquoi les jeunes initiateurs se tournèrent vers Doubleday et Verbeke, demeure inexpliqué.

  • 27 Decaudin (Michel), « L’année 1908 et les origines de la Nouvelle Revue Française », dans : Revue de (...)

30La brève existence de la revue Antée et de la maison d’édition Arthur Herbert Ltd. a laissé des traces dans le monde tant des imprimeurs brugeois que des éditeurs parisiens. Certains des auteurs gravitant autour d’Antée furent impliqués dans la création de la Nouvelle Revue Française deuxième mouture27, qui fut également imprimée chez Verbeke. Ce fut l’occasion pour Gide de séjourner à Bruges, entre autres à l’Hôtel de Flandre dans la rue Nord du Sablon, afin d’y effectuer des corrections d’épreuves. L’accueil qu’il y reçut fut tellement à son goût qu’il confia l’impression de plusieurs de ses ouvrages aux Presses Sainte-Catherine : ainsi, en premier lieu, en 1911, C. R. D. N., la première version de Corydon, imprimée à seulement 12 exemplaires ! Gide présenta Edward Verbeke à Gaston Gallimard, ce qui eut pour résultat qu’en 1913 fut fondée la S.A. Imprimerie Sainte-Catherine, avec Gallimard comme actionnaire majoritaire et André Gide, Jean Schlumberger et d’autres collaborateurs de la NRF comme « petits porteurs », aux côtés de Verbeke.

  • 28 Au cours de l’année 2001 l’entreprise a été scindée entre deux propriétaires distincts: la Catherin (...)

31L’imprimerie acquit une réputation mondiale, tant pour la publication de travaux scientifiques en de nombreuses langues « exotiques » que pour l’impression sur papier bible. Bon nombre des ouvrages publiés par Gallimard furent imprimés à Bruges, y compris de nombreux volumes de la prestigieuse Collection de la Pléiade. La présence de Gallimard à Bruges prit fin en 1988, à la suite des disputes entre successeurs qui secouèrent la maison parisienne. Les Presses Sainte-Catherine, laïcisées en Catherine Press, furent reprises par une famille d’imprimeurs et éditeurs brugeois, qui poursuivent les activités spécialisées qui ont fait la réputation de la maison28.

  • 29 Je remercie Hubert Van Maele (Catherine Press, Bruges), Michelle Simpson (archiviste A. & C. Black, (...)

32Ainsi, avec au départ un Anglais, un Verviétois et un Brugeois, une imprimerie et maison d’édition en terre flamande a contribué de plus d’une façon à la diffusion de bon nombre d’écrivains français, certains parmi les plus grands du vingtième siècle : l’Europe des lettres « avant la lettre »29.

Haut de page

Annexe

Éditions par Arthur Herbert Ltd., Bruges

1906

Joseph Bossi, Ce qui a été ou sera, ou Adam abattu et content (farce)30

Joseph Bossi, Les erreurs (récits)

Eugène Montfort, La maîtresse américaine (roman)

Louis Thomas, La maladie et la mort de Maupassant (essai)

Henri Vandeputte, Pain quotidien (poèmes)31

Oscar Wilde, L’âge de l’homme (traduction Paul Grosfils)32

1907

Saint-Georges de Bouhélier, Choix de pages anciennes et nouvelles, (précédé d’une préface par Camille Lemonnier).

Francis de Miomandre, Visages (essais, dédié à Remy de Gourmont)

Louis Piérard, Images boraines (poèmes)

André Ruyters, Le mauvais riche (récits, dédié à André Gide)

Paul Spaak, Voyages vers mon pays (poèmes)

Arthur Symons, Poésies, précédées d’un essai sur l’auteur par Louis Thomas

Arthur Symons, Portraits anglais (dédié à Remy de Gourmont, traduction par Jack Cohen, Henry D. Davray, Georges Khnopff, Edouard et Louis Thomas33)

Haut de page

Notes

1 Le Limited servait sans doute de façade, car il n’y a pas trace de la déposition d’un acte de constitution auprès du greffe du Tribunal de Commerce à Bruges, ni de parution au Moniteur Belge.

2 Schlumberger (Jean), Œuvres, Tome VI, Gallimard, Paris, 1960, p. 369.

3 Van den Abeele (Andries), Inventaris van drukkers, uitgevers en boekhandelaars in Brugge, 1800-1914, [Inventaire des imprimeurs, éditeurs et libraires à Bruges, 1800-1914], dans: Brugs Ommeland, 2001, pp. 5-31, nos 92bis et 162.

4 Maclagan (Michael), Herbert Arthur Doubleday, dans: The Dictionary of national biography 1941-1950, Oxford University Press, 1959, pp. 217-18.

5 Dorment (Richard), Alfred Gilbert, New Haven and London, 1985, p. 263.

6 E.a. avec le neuvième duc d’Argyll (1845-1914) à la Cambridge University Library, avec l’historien et avocat William Pailey Baildon (1859-1924) dans les West Yorkshire Archives, avec Bradford, l’éditeur du The Ancestor, avec Oswald Barron (1868-1939) dans le West Sussex Record Office et avec l’historien Edward Owen (1853-1943) à la National Library of Wales.

7 Swinson (Arthur), Frederick Sander: the orchid king, London, 1970.

8 E.a. en 1906 et 1907 deux volumes du Great Roll of the Pipe (pour les années 1177-78 et 1178-79) publiés par la Pipe Roll Society, fondée en 1888. Les Pipe Rolls (documents fiscaux) sont parmi les plus anciens documents concernant l’Angleterre.

9 Cuthbert Wilkinson publia en 1914 auprès de la Saint Catherine Press à Londres un recueil de poèmes Songs of the plains. Auprès du même éditeur et chez d’autres, il publia des guides touristiques pour Epsom (1910), Chichester (1937) et la Région des Lacs (1939).

10 Greffe du Tribunal de Commerce à Bruges, 13 mars 1907; Annexes du Moniteur Belge du 20 mars 1907, p. 1073, n° 1363.

11 « Henri Vandeputte et les lettres » (texte autobiographique), dans : La Flandre littéraire, 1926, n°5, pp. 3-23. Vandeputte se trompe lorsqu’il écrit : « Paul Grosfils monta avec un anglais Doubleday la Saint-Catherine Press à Bruges ». C’est tout au plus la maison d’édition Arthur Herbert qui entre en ligne de compte pour une fondation commune.

12 Munro (John M.), Arthur Symons, New York, 1969; Beckson (Karl), Arthur Symons, a Life, Oxford, 1987.

13 Assouline (Pierre), L’épuration des intellectuels, Paris - Bruxelles, Complexe, 1985, Annexe 5.

14 Temerson (Henri), Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l’année 1962, Paris (chez l’auteur) ; Dieudonnat (Pierre-Marie), L’Argent nazi à la conquête de la presse française, éd. Picollec, 1981 ; Van den Abeele (Andries), Louis Thomas, ou du voisinage entre le Capitole et la roche tarpéienne (à paraitre).

15 Massa (Pierre), « André Ruyters, faux nietzschéen, vrai moderne », dans: Bérénice, Le préfuturisme belge, 1993, pp. 205-214; Martin (Claude) et Martin-Schmets (Victor) (éditeurs), Correspondance André Gide – André Ruyters, Lyon, 1990.

16 Decaudin (Michel), « Christian Beck, papillon de l’avant siècle », dans Bérénice, op.cit., pp. 181-188; Hoyet (Marie-José), « Entre romantisme et modernité: Christian Beck, l’éternel errant », dans : idem, pp. 195-204; Delsemme (Paul), Écrivains belges franc-maçons de jadis et de naguère, dans Hasquin (Hervé)(éd.), Visages de la franc-maçonnerie belge du xviiie au xxe siècle, Bruxelles, Ed. de l’ULB, 1983, pp. 297-354.

17 Gide (André), Lettres à Christian Beck, Bruxelles, 1946 ; Masson (Pierre), « Christian Beck », dans Bulletin des Amis d’André Gide, 1993, pp. 57-64 ; Masson (Pierre), Gide et Beck, Correspondance, Genève, 1994.

18 Somville (Léon), « Henri Vandeputte, le naturisme dans le texte », dans: Bérénice, op. cit., pp. 215-222; Martin-Schmets (Victor), Henri Vandeputte, Dossiers L, Arlon, 1992.

19 Van Molle (Paul), Le Parlement Belge, 1894-1972, Anvers, 1972, p. 271.

20 Publié dans : Bonneure (Fernand), Brugge beschreven, Bruxelles, 1984, p. 119.

21 « Henri Vandeputte et les lettres », o.c..

22 Martin-Schmets (Victor), « Sur les traces de Paul Grosfils », dans : Bulletin des Amis d’André Gide, 1993, pp. 43-55.

23 Gide (André), Correspondance, Paris, Gallimard, 1976, p. 672.

24 Warmoes (Jean), Présence d’André Gide, Bruxelles, 1970, p. 59.

25 Bossier (Herman), Un personnage de roman : le chanoine Docre de « Là-bas » de J. K. Huysmans, Bruxelles, 1943 ; Id., Geschiedenis van een romanfiguur. De « chanoine Docre » uit Là-bas van J. K. Huysmans, Hasselt, 1965.

26 Martin-Schmets (Victor), Sur les Traces…, o.c., p. 53.

27 Decaudin (Michel), « L’année 1908 et les origines de la Nouvelle Revue Française », dans : Revue des sciences humaines, 1952, pp. 347-358 ; Anglès (Auguste), André Gide et le premier groupe de La Nouvelle Revue Française, Paris, Gallimard, t.1, 1978, t.2 et 3, 1986. Le numéro 1 Gide-Montfort fut considéré comme nul et non avenu, et on repartit trois mois plus tard avec un nouveau numéro 1.

28 Au cours de l’année 2001 l’entreprise a été scindée entre deux propriétaires distincts: la Catherine Press (principalement travaux de reliure) et la Tiger Publishing Systems (impression et logiciel)

29 Je remercie Hubert Van Maele (Catherine Press, Bruges), Michelle Simpson (archiviste A. & C. Black, London), Pierre de Boisdeffre (Paris), Christian Angelet (Université de Gand), Pascal Mercier (Université de Sheffield) et Paul Aron (Université Libre de Bruxelles).

30 Déjà publié en 1898 chez Balat, Bruxelles.

31 Imprimé à 320 exemplaires.

32 Une autre édition porte l’imprint J. B. Leclercq, Lembeck.

33 Ces cinq noms apparurent fréquemment dans les années suivantes en tant que traducteurs littéraires de l’anglais. Henry D. Davray traduisit surtout Oscar Wilde et H. G. Wells.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andries Van den Abeele, « Une maison d’édition brugeoise : Arthur Herbert (1906-1907) », Textyles, 23 | 2003, 95-101.

Référence électronique

Andries Van den Abeele, « Une maison d’édition brugeoise : Arthur Herbert (1906-1907) », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/796 ; DOI : 10.4000/textyles.796

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org