Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 125-128

Bulletin de la Fondation “Ça Ira”

La 13e livraison du Bulletin (1er trim. 2003) salue la réédition de deux ouvrages de Pansaers chez D. Devillez et, à cette occasion, rouvre le dossier de Dada en Belgique, en commençant par reproduire un très beau et très éloquent texte de Neuhuys (1921) sur le mouvement. Henri-Floris Jespers rappelle ensuite d’autres échos réservés à Dada, notamment dans Ça Ira !, bien sûr, mais également les faits, aujourd’hui connus grâce aux travaux d’Hubert Roland, concernant la revue Résurrection. Vient ensuite un autre article, consacré à Marc. (sic) Eemans, personnalité controversée au sein du surréalisme en général, et l’auteur, néanmoins, d’un ouvrage en néerlandais, Vergeten te worden (1930), qui passe pour la seule résurgence du mouvement en Flandre, mais qui, selon Jespers, n’est qu’une traduction de poèmes d’abord écrits en français. Enfin, Paul Joostens est évoqué à travers quelques témoignages de son désir de reconnaissance artistique. Des notes de lecture, brèves, fermes, complètent cet ensemble.

Le n˚14 (2e trimestre 2003), avec en couverture un portrait de Neuhuys par Floris Jespers (1923), s’articule d’abord autour de trois chroniques publiées par Neuhuys dans Le Matin ; elles sont respectivement consacrées au maniérisme espagnol (Góngora), puis, dans la foulée, à Cocteau et à Valéry : si la première éclaire surtout certain penchant de Neuhuys pour les jeux langagiers, les deux autres sont l’occasion de rappeler l’influence de deux poètes majeurs sur leurs collègues francophones, et belges en particulier. Tout cela est documenté, et l’anecdote, malgré des airs de n’y pas toucher, ouvre avec clarté des perspectives très générales. On y trouve ensuite une présentation de la Draisienne de l’incroyable, recueil publié par Neuhuys pour ses soixante ans, et de diverses réactions de lecteurs contemporains.

Le n˚15 (3e trimestre 2003), prolongeant le souvenir de l’hispaniste Lucien-Paul Thomas, évoqué par le n˚14, se voue à l’Espagne, au voyage qu’y fit un Neuhuys âgé déjà, aux anthologies bilingues de poésie belge de langue française, qui s’y publièrent en 1931 et 1966 (3 poèmes de Neuhuys sont reproduits avec leur traduction espagnole). On trouve ensuite un écho d’une conférence que fit à Anvers Tristan Tzara, en 1956, sur les masques nègres, et croise ensuite les trois noms de Neuhuys, du peintre Joostens et de l’écrivain Hubert Lampo, en une de ces chroniques touffues et légères en même temps, dont Henri-Floris Jespers s’est fait une spécialité. Vient ensuite un « tombeau » consacré au peintre Youri Demeure, qui, entre autres, fut le décorateur pour une pièce de Neuhuys, Le Soleil noir, créée à Anvers en 1950, et alors présentée comme une traduction du danois...

Le n˚16 (4e trimestre 2003) contient une longue chronique, consacrée par Henri-Floris Jespers aux années 20 et 30 de Paul Neuhuys, avec en perspective la double question du « retour à l’ordre » et de l’« inquiétude indentitaire ». Bien documenté, enrichi d’anecdotes et de citations éclairantes, le propos semble presque définitif sur Neuhuys, figure de Janus qui s’offrit le plaisir de naviguer comme il l’entendait entre des positions qui passaient pour antagonistes ou contradictoires. Au passage, on évoque Neuhuys romancier, bien moins connu que le poète, et surtout, on se replonge dans la mouvance identitaire de l’époque, face notamment à la question d’une littérature nationale : de quoi mieux situer, finalement, un texte plus tardif comme le Manifeste du Groupe du Lundi. Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). ca.ira@belgacom.net.

Verbum

Réalisée par l’Université de Piliscsaba (Hongrie) et éditée à Budapest par Akadémiai Kiado, la revue Verbum se place à l’enseigne d’un humanisme européen : son sous-titre d’Analecta neolatina en témoigne assez. La quatrième livraison (IV/2002/2 – 538 p.) le montre jusque dans ses aspects institutionnels, puisqu’elle a été composée avec le soutien de l’Institut français de Budapest et du département de « Romanistica » de l’Université de Padoue. On y trouve, en matière de littérature, plusieurs articles sur Victor Hugo et Flaubert, Lorca, la rhapsodie. Le restant du volume est occupé par les actes d’un colloque de linguistique italienne, et par un portefeuille de recensions, en français et en italien. Verbum est une revue ouverte aux collaborations : qu’on se le dise ! Entre autres, il s’indique particulièrement de lui adresser des ouvrages scientifiques à recenser (Rens. : Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Bölcsészettudományi kar, Piliscsaba 2087, PF1. Rédaction : <domokos@btk.ppke.hu>).

Archipel

La vingt-et-unième livraison de la revue Archipel, « Cahier international de littérature »), s’ouvre par une réflexion, mi désabusée, mi espérante, à propos de la « littérature malgré tout », et en particulier malgré son faible pouvoir eu égards aux logiques de guerre qui poursuivent l’espèce humaine. Après un hommage au sculpteur H. Gisiger, auquel elle consacre un entretien, la revue est fidèle à son éclectisme cosmopolite : poèmes et proses traduits de l’allemand, du néerlandais, de l’anglais ou du croate… La Belgique francophone est représentée par un texte de Didier de Lannoy, auteur original et trop peu souvent commenté ; mais il y a d’autres auteurs belges, tous de qualité d’ailleurs : Leo Gillessen, avec des poèmes traduits de l’allemand, Boris Todoroff et Guy Commerman, avec des textes traduits du néerlandais. Correspondance : A. Germoz, Jan Van Rijswijcklaan, 7, bte 2. B-2018 Antwerpen (pas d’adresse électronique).

L’Arbre à Paroles

C’est vers les États-Unis que la revue de la Maison de la Poésie dirige ses regards pour son premier numéro de 2003 (n˚119, janvier-février-mars 2003). Ou plus précisément, en dépit du titre D’une autre Amérique, vers la guerre, celle que combattent les poètes. D’où, inévitablement, le thème du Vietnam appelant celui de l’Irak, et quelques autres fronts présents et passés. Quant à l’Amérique, elle revient au pluriel puisque place est ensuite faite à divers textes en provenance du Québec et de l’Acadie, sélectionnés par Béatrice Libert qui fut d’un festival à Trois-Rivières. Le numéro 120 (avril-mai-juin 2003) sacrifie dans son titre au genre du calembour éculé : Lis tes ratures : fais rosse ! Par « littérature féroce », on entend ici un groupe de poètes « plus proches d’une tradition orale à la québécoise », qui « ont osé secouer les habitudes culturelles et croiser les expressions artistiques » (le jazz, en référence d’arrière-plan et en modèle peut-être) : « ils se sont proclamés un jour Big Band de Littératures féroces ». Cette jeune génération (Vincent Tholomé, Laurence Vielle...) salue au passage, au titre d’ainé, Paul de Troy. (Abonnement ordinaire : 1000-fb pour 4 numéros - m.poesie.amay@skynet.be).

Études francophones

La revue du CIEF, Études francophones, fait peau neuve, dira-t-on, à l’occasion d’un changement d’équipe. Frans Amelinckx, qui a beaucoup fait pour la connaissance des lettres belges en Amérique du Nord et que nous saluons au passage, prend sa retraite et c’est désormais Fabrice Leroy qui préside aux destinées de la revue. En fait de peau neuve, ajouterons-nous, on dirait un coup de vieux, car le graphisme de la couverture est un peu triste et démodé et, de manière assez absurde typographiquement, on en revient, à l’intérieur, à des soulignements pour remplacer l’italique, comme au bon vieux temps des machines à écrire. Comprenne qui pourra. Cela dit, ce n˚2, daté de l’automne 2002, reste fidèle à la formule antérieure, d’un porte-feuille d’articles variés et, en plus des comptes rendus spécifiques qui mêlent la création et la critique, des chroniques de Jean Levasseur qui balaient très largement les espaces littéraires francophones (surtout du Nord, il est vrai). À signaler particulièrement : un article dû à Sylvie Vanbaelen sur Il pleut dans ma maison de Paul Willems. Pour le reste, la Belgique est absente. Sauf la mention de « l’écrivain belge Jacques Dumont » dans une chronique à large balayage de Jean Levasseur, c’est encore le cas dans le premier numéro de 2003 (vol. 18, n˚1, printemps 2003), voué il est vrai à constituer un « Spécial Continent africain » avec une grosse majorité d’études consacrées aux littératures d’Afrique du Nord et du Liban. Si les éditeurs et critiques belges continuent de ne pas se faire connaitre auprès de cette importante revue, du moins retrouve-t-on avec soulagement dans ce numéro les plaisirs de l’italique ! Et quelques autres, plus importants, bien entendu, puisqu’on y lit des analyses, entre autres, des œuvres d’Andrée Chédid ou de Rachid Boudjedra (Études francophones : B.P. 43331 Lafayette, LA 70504-331. Rédaction des comptes rendus : Jean Levasseur, Université Bishop’s, Lennoxville, Québec Canada J1M 1Z7). Courriel : <fleroy@louisiana.edu>.

Yourcenar

Daté de décembre 2002, le n˚23 du Bulletin de la Société Internationale d’Études yourcenariennes est riche d’une petite dizaine d’études, en plus des rubriques courantes, de bibliographie et de comptes rendus. Leur propos est varié, ce qui est un bon indicateur de la vitalité « spontanée » du domaine ; l’analyse des contenus idéologiques, éthiques ou philosophiques l’emporte toutefois d’assez loin sur d’autres approches, de sorte qu’on voit bien à quelles attentes humanistes, ou d’humanité peut-être, l’œuvre de Yourcenar répond aujourd’hui, avec sa langue si fermement déployée, sa rigueur et son acuité. Nourrie de mythes et de traditions populaires (de la Grèce ancienne à Bob Dylan) autant que de références savantes, elle cultive aussi, comme on le montre ici, certaine forme remarquable de silence. La revue annonce aussi la parution de plusieurs volumes d’Actes, dont ceux d’un colloque consacré à Marguerite Yourcenar et l’enfance, qui s’est tenu à Roubaix en février 2003. D’autres rencontres, en cette année du centenaire, auront lieu à Baeza, Thessalonique, Bogota... (Cotisation : 22 euros). Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 - F-72200 La Flèche ou <http://www.artsci.wustl.edu/~siey>.

Ponti / Ponts

La revue Ponti / Ponts, d’une belle facture graphique, est vouée aux « langues, littératures et civilisations des pays francophones » et publiée par l’Università degli Studi à Milan Ponti / Ponts. La troisième livraison (335 pages de contenus assez serrés dans une mise en page qui reste aérée), comporte un dossier d’études sur les Voyages littéraires (et cinématographiques) dans l’espace culturel francophone. Pour la Belgique, on trouve un article consacré par Anna Soncini Fratta au Voyage autour de ma Flandre de Ghelderode, ainsi qu’une évocation du film Pièces d’identités de Mweze Kangura, par Mukala Kadima-Nzuji (ce film, récit d’un voyage en Belgique, interroge ce que sont devenus les liens entre le Congo et l’ancienne métropole). On attirera aussi l’attention sur la copieuse section des comptes rendus, où les lettres belges sont attentivement suivies.

Le courrier concernant la rédaction peut être adressé à <liana.nissim@unimi.it> ; les commandes et abonnements : aux éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, - I-20129 Milano, <cisalpino@monduzzi.com> ; réduction aux abonnements pour cinq ans).

Études françaises

La première livraison pour 2003 de la revue Études françaises (Université de Montréal) propose un portefeuille d’études intitulé Les Imaginaires de la voix et dirigé par Marie-Pascale Huglo. Il s’agit, écrit cette dernière, « de faire travailler des transports et des transferts imaginaires qui relèvent précisément des métamorphoses de la voix moderne et contemporaine en littérature ainsi qu’au théâtre et en cinéma ». La voix doit être ici entendue au sens le plus large, celui, semble-t-il, de la part corporelle (pas forcément individuelle) inhérente à tout exercice de la parole, même strictement lié à ce qu’on a longtemps consacré sous le vocable d’écriture. De la littérature (Lidye Salvayre, Pascal Quignard, Louis-René des Forêts), à la technologie vocale et à sa représentation dans l’œuvre écrite, on passe à la voix oralisée du texte sur la scène et à l’écran. Outre cet ambitieux ensemble de réflexions sur la voix, on trouve encore deux varias, sur George Sand et sur Aragon.

Le deuxième numéro de l’année 2003 (vol. 39, n˚2) est voué à Zola, « explorateur des marges », du moins pour son intéressant dossier d’études (Alain Pagès, Jean-Luc Adine...), présenté par Véronique Cnockaert. Le dossier se termine par l’« Hommage à Zola » de Céline (1933), et cède ensuite la place à des études consacrées à Marguerite Duras et à Diderot. La troisième livraison pour 2003 (vol. 39, n˚3) est entièrement vouée à une Situation du poème en prose au Québec. On voit qu’Études françaises, où l’on ne trouve ni comptes rendus ni chroniques, est moins une véritable revue au sens propre qu’une collection périodique où se publie d’excellents travaux. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>. Mais elle est à présent disponible également au format électronique, via le site <www.dgtic.umontreal.ca> ou <www.erudit.org/erudit/revues.html> ; à long terme, l’archivage des numéros anciens devrait également être assuré de cette manière.

Otrante

La revue Otrante (Art et littérature fantastiques), publiée aux éditions Kimé à Paris, propose un numéro spécial (n˚13, avril 2003) consacré au rapport entre Fantastique et bande dessinée. On y trouve plusieurs contributions vouées à des créateurs belges, singulièrement François Schuiten et Benoît Peeters, mais également Didier Comès et Vincent Fortemps, sans oublier le plus « classique » Edgar Jacobs. On y parle aussi de Donald Duck et de bien d’autres productions, notamment à travers plusieurs réflexions générales. Ce numéro, auquel a collaboré Jan Baetens, est à la fois fort rigoureusement construit et consistant dans ses apports : on peut le recommander à l’attention des amateurs et des bibliothèques...

Français 2000

La revue de la Société belge des Professeurs de français, Français 2000, reste fidèle à sa vocation de constituer une mine d’idées et une vraie revue de lectures pour l’enseignant du secondaire. Il faut signaler sa très belle qualité graphique, langagière et documentaire. Le dernier numéro paru, que nous avons sous les yeux (51e an., n˚185-186, juin 2003), est intitulé Des mots et des images, 2. Il est consacré aux relations entre peinture ou graphisme et littérature, et accueille des réflexions autour, notamment, de René Magritte et d’Henri Michaux. Avec ce qu’il faut d’approches didactiques, mais non seulement. À recommander tout spécialement, donc. Voir le site : <www.sbpf.org> (cotisation annuelle : 17,50-euros. Av. du Gén. De Gaulle, 10, bte 4, B-1050 Bruxelles).

L’Étrangère

Les Éditions de la Lettre volée (20, Bd Barthélemy, B-1000 Bruxelles, <lettre.volee@skynet.be>) proposent une « revue de création et d’essai », intitulée L’Etrangère, dont un récent numéro double (n˚4-5, septembre 2003, 352 p.) est consacré à un « tour d’horizon des poésies francophones ». Ni anthologie ni florilège cependant, ni même panorama, mais essai « pour attirer plus particulièrement l’attention sur quelques écritures poétiques présentes », écrit son responsable, Pierre-Yves Soucy. Seule ambition déclarée : « tenir ouvert cet espace de la parole ». Le titre qui figure en couverture : Poésies francophones, est quelque peu usurpé, dans la mesure où aucune place n’est ici faite aux écrivains du Sud, africains, antillais et autres. Deux belges (Jacques Vandenschrick, Christian Hubin), un suisse, deux québécois, dix français ont les honneurs de ce beau volume. Chacun est présenté par un commentateur-lecteur (le plus souvent lui-même, par ailleurs, poète). Tous ces auteurs sont nés après 1940 : spectrographie d’une génération et en même temps d’une certaine écriture peu soucieuse de « renoncer à son insoumission », ni de « s’abolir comme parole des fondements », écrit P.-Y. Soucy. Il y a sans doute d’autres poétiques possibles, et d’autres manières de résister, par le poème, aux banalisations langagières et aux visions faciles ou imposées du monde. Mais le choix — on n’échappe pas à la logique du florilège — qui est ici proposé a le mérite de l’exigence et de la cohésion.

  • Revues.org