Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Nouvelles écrivaines : nouvelles voix ? Morello (Nathalie) et Rodgers (Catherine) (dir.)

Amsterdam-New York, Rodopi, coll. Faux Titre, 2002
Laurent Demoulin
p. 116-117
Référence(s) :

Nouvelles écrivaines : nouvelles voix ? Morello (Nathalie) et Rodgers (Catherine) (dir.). Amsterdam-New York, Rodopi, coll. Faux Titre, 2002, 334 p.

Texte intégral

1Nouvelles écrivaines : nouvelles voix ? rassemble quinze articles consacrés à des écrivaines françaises ou francophones ayant émergé au cours des années 90 : Christine Angot, Geneviève Brisac, Marie Darrieussecq, Agnès Desarthe, Virginie Despentes, Régine Detambel, Anne Françoise Garréta, Louise L. Lambrichs, Linda Lê, Hélène de Monferrand, Lorette Nobécourt, Yasmina Reza, Pascale Roze, Lydie Salvayre et « notre » Amélie Nothomb nationale. Pour quiconque s’intéresse à la littérature contemporaine, l’ouvrage s’avère tout à fait passionnant.

2La préface de Nathalie Morello et Catherine Rodgers commence par justifier le parti pris féministe de l’ensemble : s’il n’est question ici que de femmes, c’est parce que, contrairement aux idées reçues, celles-ci demeurent largement minoritaires, aussi bien en ce qui concerne le volume de romans publiés chaque année que la distribution des prix littéraires. Bien plus, quand on examine les auteurs analysés par la critique de type universitaire, on s’aperçoit qu’elles sont franchement marginalisées… Les chiffres cités sont tellement accablants qu’il est difficile de voir dans cette constatation une critique féministe d’arrière-garde. Mais loin de s’y arrêter, les préfacières procèdent à une véritable analyse de la situation. Elles proposent d’abord un tour d’horizon, particulièrement éclairant, des différents ouvrages critiques consacrés à la littérature récente, citant notamment plusieurs fois les analyses perspicaces de Jan Baetens. Ensuite, elles constatent que les caractéristiques de la littérature nouvelle ressemblent à s’y méprendre à celles qui servaient naguère à définir la littérature féminine. On peut discuter à n’en plus finir de ces prétendues caractéristiques féminines : Morello et Rodgers elles-mêmes font preuve de prudence quand elles évoquent les visions féminine et masculine du temps qui passe. Toujours est-il que le résultat final de la démonstration semble pertinent : la littérature des femmes, aujourd’hui, est plus proche que jamais de celle des hommes. Seules trois thématiques, dont la sexuation est évidente, demeurent leur apanage : le corps féminin (sexualité et procréation), le point de vue de la femme dans la relation amoureuse, et, bien entendu, le rapport mère-fille. Au vu de ce nouveau contexte, il n’est pas étonnant, même si les préfacières semblent le regretter, que la littérature des femmes s’avère de moins en moins féministe.

3Dans l’économie de cette préface, Amélie Nothomb apparaît comme une écrivaine parmi d’autres, tout à fait symptomatique de sa génération. Son nom se glisse dans nombre d’énumérations, par exemple quand il s’agit de donner des exemples de littérature autobiographique, de roman ironique, de réflexivité ou d’oralité. La seule particularité qui la caractérise ici est, précisément, le discours féministe à l’œuvre dans Stupeur et tremblements. Mais aussi, paradoxalement, une certaine misogynie...

4Quant à l’article consacré à l’auteure d’Hygiène de l’assassin, il est, comme presque toutes les contributions de l’ouvrage, essentiellement thématique. Margaret-Anne Hutton y étudie en effet un thème récurrent chez Amélie Nothomb : le conflit. Elle constate que celui-ci n’est pas de même nature dans les romans autobiographiques (Le Sabotage amoureux, Stupeur et tremblements, Métaphysique des tubes, Péplum) et dans les romans fictionnels (Hygiène de l’assassin, Les Combustibles, Les Catilinaires, Attentat, Mercure). Le premier groupe est analysé de manière sagace en référence à la fois aux théories de Benjamin et de Lynn Chancer à propos du sadomasochisme et à la lecture des relations humaines que Sartre développe dans L’Etre et le Néant. Il en ressort que les conflits, qui opposent la narratrice à un autre personnage féminin, s’achèvent de manière ambiguë par un match nul. Dans le second groupe, ils se soldent au contraire par la mort d’un des protagonistes. Hutton défend l’hypothèse selon laquelle les personnages s’y affrontent en fait toujours eux-mêmes : les vaincus représentent « les parties désavouées et projetées » (p. 263) des vainqueurs, de sorte que, finalement, ceux-ci sont à la fois du côté de la victoire et de la défaite. Ainsi, les deux séries de romans se rejoignent dans la même ambiguïté. Et le manichéisme est évité in extremis, au profit d’une mise en valeur de la contradiction. La lecture de Margaret-Anne Hutton touche ici à un point important, qui permet peut-être d’aborder la question de l’étonnant succès commercial d’Amélie Nothomb. Car si la romancière ne produit sans doute pas de la littérature de haut vol, il serait injuste de la considérer comme un auteur de romans de gare et sa longévité relative ne permet pas d’expliquer ses ventes par quelques prestations télévisuelles spectaculaires. Peut-être Amélie Nothomb écrit-elle des romans de l’entre-deux : trop évidents, trop redondants, avec leur représentation sans fard de conflits manifestes, pour accéder à la « grande littérature » et, en même temps, dans la mesure où ces conflits n’aboutissent pas à un résultat clair, trop paradoxaux pour être rangés dans la littérature dite commerciale. Cet espace personnel, qu’elle a su créer entre deux positions contradictoires, participe peut-être à la satisfaction de ses lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Nouvelles écrivaines : nouvelles voix ? Morello (Nathalie) et Rodgers (Catherine) (dir.) », Textyles, 25 | 2004, 116-117.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Nouvelles écrivaines : nouvelles voix ? Morello (Nathalie) et Rodgers (Catherine) (dir.) », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/779

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org