Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Lemoine (Michel) et Carly (Michel), Les Chemins belges de Simenon

Liège, Éditions du CÉFAL, 2003
Laurent Demoulin
p. 111
Référence(s) :

Lemoine (Michel) et Carly (Michel), Les Chemins belges de Simenon. Liège, Éditions du CÉFAL, 2003, 180 p., ill.

Texte intégral

1Michel Lemoine et Michel Carly ont associé leurs éruditions respectives pour retracer Les Chemins belges de Simenon. L’ouvrage, illustré et documenté à souhait, commence à Liège : la ville natale du père de Maigret a déjà été explorée en détail par Michel Lemoine dans son monumental Liège couleur Simenon en trois volumes (voir Textyles n˚ 23). Le chapitre introductif des Chemins belges et de Liège couleur Simenon obéissent globalement au même double principe : d’une part, situer avec une grande précision les épisodes de l’enfance et de la jeunesse de Simenon et, d’autre part, mettre en lumière les liens qui unissent l’œuvre et la ville. Il ne s’agit cependant pas ici d’un simple résumé des trois volumes cités car le point de vue n’est pas tout à fait le même : non seulement le fil est plus chronologique et moins géographique, mais surtout, apparaissent plus clairement ici, grâce à la suppression de nombreux détails, les sentiments d’amour-haine que Simenon nourrissait à l’égard de sa ville natale et que Lemoine et Carly résument en un sous-titre à la Gainsbourg : « Je t’aime moi non plus ».

2Le reste du livre se divise de manière géographique : sont explorées successivement les villes mosanes (Namur, Charleroi et Givet ici annexée à la Belgique), Bruxelles et la Flandre (Furnes, la Côte, Ostende, Anvers et le Limbourg). Bien entendu, ces chemins belges n’ont pas tous été aussi souvent parcourus par Simenon que les rues de la Cité ardente, de sorte que les abords varient et se font souvent moins biographiques, même si les moindres séjours sont consignés avec soin. Ainsi, c’est en suivant Maigret dans Chez les Flamands que le lecteur entre à Namur. Par contre, il arrive à Charleroi par le train, dans le sillage de Simenon. Quant à Bruxelles, elle est d’abord envisagée de façon littéraire et presque sentimentale : il s’agit, en quelque sorte, de mesurer son importance dans l’imaginaire de Simenon.

3Si l’ouvrage est centré sur la vie et l’œuvre de l’écrivain, il contient également de nombreuses informations socio-historiques sur les villes visitées. En fin d’ouvrage, une carte géographique synthétise l’ensemble avant que Bruno Crémer, un des Maigret à l’écran, ne nous touche un mot de son rapport à la Belgique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Lemoine (Michel) et Carly (Michel), Les Chemins belges de Simenon », Textyles, 25 | 2004, 111.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Lemoine (Michel) et Carly (Michel), Les Chemins belges de Simenon », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/775

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org