Navigation – Plan du site

De la maigritude et autres histoires sans faim…

Isabelle Meuret
p. 78-83

Texte intégral

L’absolue gravité rend absolument léger. Et que pouvoir sans pesanteur ?
Claire Lejeune
Le Dernier testament

La faim est une plume chargée d’encre qui se prépare à me tuer.
Dominique Rolin – Le Corps

Éloge de la faim

1Au lecteur affamé de copieux récits et d’histoires plantureuses, je n’offre ici qu’une maigre collation. La faim y est souveraine, la nourriture sa part manquante. Pareille infamie est confondante ; il n’en demeure pas moins que les lettres belges nous servent quelques belles tranches de maigritude, cristallisation d’envies féroces et de destins tragiques. Ce banquet est un discours tant sur l’amour que sur la mort ; on y ripaille de rien, on se délecte de vertiges et de jeûnes outranciers.

  • 1 Il ne me paraît pas déraisonnable de considérer l’anorexie — en partie du moins — comme une démarch (...)
  • 2 Parce qu’il est impossible de mourir de faim sans attirer le regard de l’autre, Maud Ellmann expliq (...)

2L’anorexie, maladie du désir, pathologie du langage, confine à la folie sans pour autant y basculer. « Déraison » peut-être, « philosophique » certes, car cet acharnement de l’être à se libérer de sa gangue relève d’une certaine sagesse, fut-elle mortifère1. L’anorexie est paradoxe : le vide se fait plein, l’absence se confit en présence, la mort prend vie. Mystérieuse, elle se retrouve ensevelie sous les cadavres exquis d’une frénésie d’interprétation. L’étrangeté fascine, force le regard, elle est l’ultime séduction2.

  • 3 Voir notamment le chapitre « Mythologies de l’anorexie », in Eliacheff (Caroline) et Raimbault (Gin (...)

3En proie à tous les discours, l’anorexie devient mythologie3. La science s’en nourrit, en est repue mais jamais rassasiée. Éviscéré, le corps décharné en perd son langage. Cannibalisé, il n’a plus rien à cacher. Il est une métaphore morte. L’écriture souvent l’exhume, porte sa trace. Une pléthore de textes autobiographiques témoigne soudain de cette débauche d’abstinence. La maigritude s’inscrit dans le corpus littéraire, éloge de la faim en phrases assassines.

  • 4 Je rejoins Jacques Maître dans son utilisation du seul terme d’anorexie plutôt qu’anorexie mentale, (...)
  • 5 Canguilhem (Georges), op. cit., p. 155.
  • 6 Freud (Sigmund), « Au-delà du principe de plaisir » (1920), in Essais de psychanalyse, trad. de Jea (...)

4L’anorexie tue, et il serait de mauvais goût d’en faire l’apologie, même si l’ivresse de l’ascèse captive. La culture contemporaine magnifie le corps émacié tout en condamnant son indécence. Cette pathologie est « une façon d’être au monde » sans vouloir y toucher, un projet d’épure voué à disparaître4. Mais si, comme le remarque Georges Canguilhem, « l’état morbide est toujours une certaine façon de vivre », alors l’évanescence des corps ne trahit pas nécessairement un comportement suicidaire5. Dans le refus alimentaire se manifeste la pulsion de mort où l’enjeu est bien de retourner à un état anorganique, en deçà de la vie mais non point dans son anéantissement total6. Il est un acte de rébellion, une menace terroriste où l’individu, parfois, meurt sur la brèche.

  • 7 Barthes (Roland), Le Plaisir du texte, préf. de Carlo Ossola, Paris, Seuil, (1973) 2000, p. 64.
  • 8 Gide (André), Ainsi soit-il ou les jeux sont faits, Paris, Gallimard, 1952, p. 15.

5« La relation à l’écriture, c’est la relation au corps », écrit Roland Barthes7. Dès lors, il est tentant de voir dans l’anorexie un trouble de l’écriture. Gide avouait en souffrir, tout en tirant une certaine « satisfaction » de son inappétence8 ; quant à Kafka, il la recherchait, gage de créativité. La littérature belge recèle un certain nombre de textes qui, d’une part, sont traversés d’une écriture que l’on pourrait qualifier de faminine. Si proche du corps, dépouillée, tendue vers une limite, un point de non-retour. D’autre part, certains écrits présentent des personnages femméliques qui hantent la mémoire des auteurs qui pour un temps les font revivre.

La Taille zéro de l’écriture

  • 9 Bidaud (Éric), Anorexie mentale, ascèse, mystique. Une approche psychanalytique, Paris, Denoël, col (...)

6Dominique Rolin, Claire Lejeune, Jacqueline Harpman, trois auteurs dont l’écriture, arrachée au plus profond de leurs entrailles, peut être qualifiée d’anorexique dans le sens étymologique du terme. Réduction absurde vers une taille zéro de l’écriture qui se voudrait transparente, fine membrane, papier vélin où graver le désir. Renoncement, passage, et naissance sont autant de balises tout au long du parcours d’un être — d’une écriture — qui ne peut se construire qu’en se condamnant d’abord à une « mort à soi-même »9.

  • 10 Sur l’abjection, voir Kristeva (Julia), Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, (...)
  • 11 Rolin (Dominique), Le Corps, Paris, Denoël, 1969, p. 14. Toutes les références renvoient à cette éd (...)
  • 12 Voici ce qu’elles écrivent : « [d]ans un monde régi par le nécessaire, où toute pensée, toute actio (...)

7L’anorexie est une expérience de la limite, de l’entre-deux. Le sujet s’anéantit pour que jaillisse le « je » de l’énonciation10. L’incarnation est au prix de cette mise à mal de la chair ; l’être se décompose pour ensuite renaître à lui-même. L’écriture est promesse de vie, « elle me tire en avant », écrit Dominique Rolin, dont Le Corps esquisse ce cheminement du dedans au dehors11. Taraudée par l’urgence de se mettre au monde, elle a « le devoir et même le droit d’inventer le mot composé faim-mort » (p. 130), terme qui marque la transition du besoin au désir. Car, comme Caroline Eliacheff et Ginette Raimbault le font remarquer, le premier doit être étouffé pour qu’advienne le second12.

8Le corps de l’auteur et de l’œuvre se crée pour autant qu’il soit dévoré par cette « pulsion de faim » qui n’est qu’un « prétexte » : paraît alors le véritable texte, au terme d’un glissement dedans, dehors, dehors-dedans, ni dehors, ni dedans (Rolin, p. 139). La plume et l’encre libèrent « le squelette enfermé dans [s]a chair », dans « [s]a prison d’organes et de muscles et de vaisseaux et de nerfs » (p. 16). Livrée à cette faim-mort, Dominique Rolin peut enfin voir « se dessiner un mot en lettres d’os : désir » (p. 154) et s’énoncer comme auteur. D’un seul coup elle ressent la présence de son double, cette femme qui écrit et qui n’est autre qu’elle-même. L’écriture anorexique fige la mort dans ses lignes pour que perce l’auteur, hors texte.

  • 13 Lejeune (Claire), « Mémoire de rien », préf. Marc Quaghebeur, Bruxelles, Labor, 1994 (Le Cormier, 1 (...)

9En écho à Dominique Rolin, Claire Lejeune écrit d’« outre-livre ». L’écriture s’accouche, « le texte s’étoile, livre son fruit » ; elle en est « expulsée »13. Ainsi naît l’auteur au terme d’un voyage intérieur en quête de soi. Il importe de faire table rase et de signer sa mort dans un Dernier Testament pour s’ouvrir à la vie avec la Mémoire de rien. Non pas amnésique, mais pleine du souvenir de rien :

Illettrée. Je n’ai jamais pu lire qu’entre les lignes. Ailleurs, il n’y avait rien. Que les os, la cage. Quand j’eus dévoré les entrailles, bu le sang, il fallut bien se rendre à la carcasse… C’est là, dans la secrète école vertébrale que j’appris tout, l’existence de rien. (p. 191)

  • 14 Kristeva (Julia), op. cit., p. 11.
  • 15 Lejeune (Claire), « Le Dernier testament », préf. Marc Quaghebeur, Bruxelles, Labor, 1994 (Lausanne (...)
  • 16 Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, Bruxelles, Labor, 1993, p. 142.

Appétit charognard, immersion putride, décomposition charnelle, nausée indispensable qui mène à la répulsion et pousse l’être hors de lui. « Se rendre à la carcasse », c’est toucher au cadavre et atteindre la limite où le « je » se retrouve expulsé14. C’est la violence de l’écœurement, souligne Kristeva, qui chasse l’être de l’immonde et le projette dans ce monde. « Ce n’est pas tout d’écrire je suis rien, il faut trouver lieu de pourrir » écrit Claire Lejeune, « [l]ourde à moi-même t’oublier jusqu’à l’hystérie du vide, jusqu’au branle de l’inerte »15. Comme chez Dominique Rolin, il y a passage du dedans au dehors, une rencontre du je avec l’autre, le double, cette sœur « née du livre », extirpée de sa crypte16.

  • 17 Selon Éric Bidaud, l’anorexique renie sa parenté et aurait un fantasme d’auto-engendrement selon le (...)
  • 18 Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, Paris, Stock, 1990, p. 74. Toutes les références renvoie (...)

10Si les auteurs présentés ici partagent avec les anorexiques une volonté de s’auto-engendrer17, c’est évidemment au niveau de l’écriture que le projet se situe. Les adeptes du jeûne remettent en question leur filiation, alors que les écrivains cités plus haut sont davantage préoccupés par la venue à une écriture délestée d’influence patriarcale. Jacqueline Harpman, la Fille démantelée dont le « trop de corps de [l]a mère [la] rendit maigre », les rejoint dans une même veine créatrice18. Son autobiographie est une manière de régler ses comptes avec une famille qui ne transmet que le goût du malheur, une façon de faire le ménage en « donn[ant] quelques pages à cette petite fille maigre et nerveuse pour [s]’en débarrasser » (p. 85). L’appétit ne revient qu’une fois confrontée à la mort paternelle, dont elle se nourrit, en proie à une « fringale terrible » (p. 188). L’écrit naît de la mort de la mère ; le corps se réveille suite au décès du père.

  • 19 Harpman (Jacqueline), La Lucarne, Paris, Stock, 1992. Toutes les références renvoient à cette éditi (...)

11Mais c’est dans la nouvelle intitulée La Lucarne que Jacqueline Harpman nous parle plus précisément d’anorexie19. Seule dans sa retraite, elle se détache des trivialités du monde extérieur ; elle vit recluse, ne se nourrit plus, ne vieillit plus. À l’abri des regards, elle se livre à l’écriture, véritable geste auto-érotique :

Ah ! qui pourrait comprendre la jubilation de cette écriture continue, la jouissance de la page qui est toujours en train de se remplir, le soulèvement d’âme quand la dernière ligne est achevée et que j’écarte la feuille de la main gauche, mon profond sourire intérieur quand j’en prends une nouvelle sur la pile et que tout de suite les nouveaux mots viennent s’aligner, armée docile à mes projets, écoulement intarissable de ma pensée ! (p. 202)

  • 20 L’« anachorèse » est la définition que donne Pascal Quignard à l’anorexie. Voir Quignard (Pascal), (...)
  • 21 Bidaud (Éric), op. cit., p. 37.
  • 22 Kestemberg (Évelyne), Kestemberg (Jean), et Decobert (Simone), La Faim et le corps. Une étude psych (...)

12De cette « anachorèse » émergent deux traits importants : la jouissance et la fixation du temps20. Éric Bidaud, s’appuyant sur Lacan, évoque ce vacillement « au-delà du plaisir » où l’être atteint la jouissance dans le dépassement et le recul incessant de la limite21. C’est cette jouissance même qui mène les auteurs de La Faim et le corps à parler de l’anorexie comme de l’« orgasme de la faim »22. Vomissements, prise de laxatifs et hyperactivité sont les maigres manifestations auto-érotiques qui, inexorablement, ramèneraient à l’extase (p. 188). Pour ce qui est du temps, l’aspiration des anorexiques au retour à l’état édénique de l’enfance est souvent évoquée. Il est vrai qu’il se fige avec l’arrêt des menstruations, mais s’accélère tout autant avec le vieillissement des os. L’anorexie se vit alors hors temps.

  • 23 Harpman (Jacqueline), op. cit., p. 212.

13Alors que l’écrivain solitaire de La Lucarne pose la question fondamentale du choix de son identité, il lui apparaît qu’« écrire n’a pas de sens, si ce n’est qu’on soit lu »23. Dès ce moment, elle remet en marche le désir, renaît à la vie, mue par cet élan de la rencontre avec l’autre. Sa retraite indispensable pour se retrouver face à elle-même lui permet de réaliser que « [s]on temps est mesuré » (pp. 236-37). Il est urgent d’endosser la responsabilité de son existence : Jacqueline Harpman découvre qu’écrire est « garder trace de soi-même », ce qui n’empêche que l’on puisse lâcher prise et laisser le temps courir librement (p. 229). La taille zéro de l’écriture signe pour ces trois femmes de lettres le passage d’une autosatisfaction stérile à la jouissance du partage avec le lecteur. L’écriture est don de vie.

Ars Longa, Vita Brevis

14Après analyse de ces illustrations d’une écriture faminine, voici quelques récits mettant en scène des créatures femméliques qui ont eu à souffrir d’anorexie, et ce parfois jusqu’à la mort. Chacun des trois auteurs ici présentés — François Emmanuel, Amélie Nothomb, Marc Quaghebeur — écrit l’anorexie avec l’extrême justesse et la délicate précision d’une expérience vécue de près, voire intérieure. On entre dans une littérature de renoncement, de sacrifice, où une dangereuse frontière se trouve franchie et où l’irréparable se produit. Le fil casse et c’est la chute. Seule l’écriture, par les mots mis bout à bout, permet de recoudre quelques pans de l’histoire. Elle se veut réconfort, calme après la tempête, acceptation du deuil.

  • 24 Emmanuel (François), La Leçon de chant, Paris, La Différence, 1996. Toutes les références renvoient (...)

15La Leçon de chant de François Emmanuel est le récit d’un secret si bien gardé qu’il en pourrit l’existence d’une jeune femme, Clara24. Souvent vêtue de couleurs sombres, elle vit entourée d’ombres, et de mort. Perdue dans ses tourments, elle passe à côté de sa vie, demeure tapie dans la marge, s’épuise à des tâches ennuyeuses comme pour pérenniser l’attente de quelque chose qui ne vient pas. Elle se trouve encombrante, pesante, tout en étant elle-même écrasée sous un passé contondant. Elle est une morte en sursis.

16Hantée par le souvenir de sa sœur anorexique, décédée six ans plus tôt, Clara se défend de vivre faute d’avoir été présente auprès de Milena mourante qui l’appelait à l’aide dans ses lettres. C’est le professeur de chant, habile accoucheur d’émotions, qui parvient à délivrer son élève d’une culpabilité indicible et à « [r]evenir à ce décalque de la morte en elle » (p. 114). Parce qu’un jour elle fait entendre une voix qui n’est pas la sienne mais celle de sa sœur, elle « découvr[e] d’un coup l’horreur d’être habitée par l’autre, la sainte, l’irrémissible horreur, comme à l’instant de mourir » (p. 114). L’énigme dévoilée, Clara peut enfin prendre son envol. Elle peut désormais accepter l’ineffable et relire la correspondance de Milena où s’exprime « la tentation du vide » auquel elle ne put résister.

17Histoire d’amour pour une sœur dont la mort est inacceptable, mais qui peut revivre grâce à la voix qui la rend immortelle. Clara se devait de rester du côté des vivants, alors que Milena qui grossit, maigrit, se gave et vomit, devient la « superposition de deux images ». Elle « inspire une terreur », « exerce un charme », est tour à tour dévorée, dévorante, monstre qui pourrit nourrie de « fétide » et de « fade » (pp. 96, 127). Elle est déjà cadavre, on ne peut plus rien pour elle. L’ultime hommage sera le chant qui permet de préserver sa mémoire tout en acceptant sa disparition.

  • 25 Nothomb (Amélie), Robert des noms propres, Paris, Albin Michel, 2002. Toutes les références renvoie (...)

18Le lien avec la sœur en proie aux affres de la faim est aussi le thème du dernier roman d’Amélie Nothomb, Robert des noms propres25. Histoire vraie à plus d’un niveau puisque la jeune femme dont il est question existe bien en chair et en os ; par ailleurs, la presse révéla en son temps que l’auteur et sa véritable sœur avaient connu l’anorexie. Dans ce dernier livre, Plectrude, alias Robert, qui voit en Amélie, « l’amie, la sœur » (p. 168), eut aussi à souffrir du même mal. Jeu où se croisent la vie et la mort : Robert existe grâce à la plume d’Amélie Nothomb qui, ironie du sort, se fait assassiner par son personnage. Touchée par le destin tragique de cette femme dont la carrière de danseuse fut brisée par l’anorexie, l’auteur la relève de son effondrement gravitationnel et lui offre son plus beau rôle.

19Mais Robert est aussi l’image négative d’Amélie Nothomb. En se créant un double qui, comme elle, a mis son corps à l’épreuve de jeûne et finalement trouvé une voie de salut dans une carrière artistique, l’auteur se débarrasse du cadavre dans le placard. Mais faire de Robert sa meurtrière, c’est lui demander d’être prise en charge. Il faut bien que l’assassin s’occupe de la dépouille, problème à ce jour non résolu. Sans sépulture, la morte devient fantôme et Amélie Nothomb n’en a pas fini de nous tourmenter. À moins que, dépeceur et fossoyeur méthodique, elle n’enterre elle-même ses membres rassemblés dans des livres-cercueils. Alignement parfait de fragments et morceaux choisis, les volumes se suivent à intervalles réguliers, petites pierres tombales que recouvre invariablement la dalle blanche gravée de quelques mots : hic jacet Amélie Nothomb, le titre de l’œuvre en guise d’épitaphe, et à l’occasion, un ruban orné d’une photo de la défunte.

20Bien que non dépourvu d’humour, ce Robert des noms propres verse aussi dans le tragique. L’auteur écrit l’anorexie telle qu’elle est : un cataclysme pour le corps, une anesthésie des sentiments, une obsession débilitante, une profonde dépression. Elle n’hésite pas non plus à mettre au pilori certains adultes irresponsables dans leurs exigences, notamment par rapport aux jeunes danseuses. Alors que sa vie touche au désespoir, celle qui n’a pas encore découvert sa « voix » — Plectrude — songe au suicide et se prépare à sauter dans le vide :

Pourquoi ai-je attendu ce moment pour sentir ce qui me manque ? Ma vie a faim et soif, il ne m’est rien arrivé de ce qui peut nourrir et abreuver l’existence, j’ai le cœur desséché, la tête dénutrie, à la place de l’âme j’ai une carence, est-ce dans cet état qu’il faut mourir ? (p. 161)

21Ainsi s’énonce la plainte de l’anorexique qui ne trouve nulle part son ambroisie. Sous ses allures parfois clownesques, Amélie Nothomb n’en reste pas moins profondément grave et soucieuse de rencontrer la détresse de l’autre. En dénonçant les ravages de l’anorexie, elle sensibilise au danger irréversible de cette pathologie et au gaspillage d’énergie qui, fut-elle investie positivement, permettrait le plein épanouissement des unes et des autres.

  • 26 Les études scientifiques ont récemment mis à jour le phénomène d’addiction qu’engendre l’anorexie. (...)
  • 27 Quaghebeur (Marc), À la morte, illustr. Sarah Kaliski, Montpellier, Fata Morgana, 1990.

22L’anorexique qui rencontre la mort n’a pu échapper au cercle vicieux de la dépendance à la faim26. Issue parfois inévitable pour celle dont le but suprême est de se fondre dans le néant, être rien, diaphane. Marc Quaghebeur dédie un poème aux mots finement ciselés, hommage émouvant, à celle qui fut absolument légère, sans pesanteur. À la morte, inscription tumulaire sous laquelle on découvre d’abord l’illustration d’un retour à la mère, et, ensuite, quelques feuillets volants où s’articulent de minces calligrammes figurant le corps émacié27. Épure parfaite qu’aurait sans doute aimé la femme sensible qui pour toujours reste couchée dans les petits papiers de l’écrivain. Le corps et l’écrit sont en parfaite adéquation : enfoui dans un sépulcre d’encre et de papier, le souvenir n’en demeure pas moins vivant.

Pour une éthique de l’anorexie

23L’artiste de la faim se tient au bord du gouffre, mais à trop l’approcher, c’est la mort qu’elle engrange. Si la peur ne fait pas reculer, alors le vide aspire et l’être chavire dans l’au-delà. Pareille au funambule que l’extase du vertige maintient en équilibre sur son fil, l’anorexique arpente un câble qui la retient plus ou moins à la vie. Mais là où le fildefériste trouve le bonheur de l’exploit accompli, l’adepte du jeûne se perd dans un écheveau de pensées morbides et de rites aberrants.

24S’il est une éthique de l’anorexie, elle est à rechercher dans son écriture. Dénoncer l’infamie pour y substituer un élan vital est promesse de création. Graver le récit de celles qui ont succombé dans le corps du texte, c’est leur offrir une sépulture et permettre le travail du deuil et de la mémoire. L’anorexie détruit, mais son écriture tire celles qui s’y attellent hors du texte, « outre-livre » ; elle les libère de leur prison de langage. En assumant la responsabilité d’écrire la maigritude, cette nostalgie de la faim-mort, on se place résolument du côté de la vie. Tant que brille une infime étincelle, tant que subsiste le moindre souffle, ne pas laisser tomber les bras, tendre la main, s’e/ancrer dans la page, écrire.

Haut de page

Notes

1 Il ne me paraît pas déraisonnable de considérer l’anorexie — en partie du moins — comme une démarche philosophique, ainsi que l’explique Bernard Vialettes. En proie à des angoisses existentielles, l’anorexique pose la question fondamentale de son essence et de sa destinée. Vialettes (Bernard), L’Anorexie mentale. Une déraison philosophique, Paris, L’Harmattan, 2001.

2 Parce qu’il est impossible de mourir de faim sans attirer le regard de l’autre, Maud Ellmann explique l’anorexie, entre autres, comme une étrange entreprise de séduction. En effet, l’autre est contraint de réagir au drame qui se joue sous ses yeux. Voir Ellmann (Maud), The Hunger Artists : Starving, Writing, and Imprisonment, Cambridge, Harvard University Press, 1993, p. 14.

3 Voir notamment le chapitre « Mythologies de l’anorexie », in Eliacheff (Caroline) et Raimbault (Ginette), Les Indomptables. Figures de l’anorexie, Paris, Odile Jacob, (1989) 1996, pp. 11-71.

4 Je rejoins Jacques Maître dans son utilisation du seul terme d’anorexie plutôt qu’anorexie mentale, ce dernier la confinant au registre exclusif des maladies. Je préfère, pour ma part, l’envisager comme une pathologie dans le sens que confère à ce terme Georges Canguilhem, à savoir l’expression d’une forme de désespoir sous-tendue par une volonté de revenir à l’harmonie. Voir Maître (Jacques), Mystique et féminité. Essai de psychanalyse sociohistorique, Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 223, et Canguilhem (Georges), Le Normal et le pathologique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, (1966) 1999.

5 Canguilhem (Georges), op. cit., p. 155.

6 Freud (Sigmund), « Au-delà du principe de plaisir » (1920), in Essais de psychanalyse, trad. de Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis, Paris, Payot & Rivage, 2001, pp. 47-128.

7 Barthes (Roland), Le Plaisir du texte, préf. de Carlo Ossola, Paris, Seuil, (1973) 2000, p. 64.

8 Gide (André), Ainsi soit-il ou les jeux sont faits, Paris, Gallimard, 1952, p. 15.

9 Bidaud (Éric), Anorexie mentale, ascèse, mystique. Une approche psychanalytique, Paris, Denoël, coll. l’Espace analytique, 1997, p. 59.

10 Sur l’abjection, voir Kristeva (Julia), Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, coll. Points Essais, pp. 7-39.

11 Rolin (Dominique), Le Corps, Paris, Denoël, 1969, p. 14. Toutes les références renvoient à cette édition.

12 Voici ce qu’elles écrivent : « [d]ans un monde régi par le nécessaire, où toute pensée, toute action est au service du besoin, l’anorexique, précisément par son refus de subvenir aux besoins physiologiques du corps, manifeste le vide, l’absence d’une catégorie essentielle à l’être humain, celle du désir ». In Eliacheff (Caroline) et Raimbault (Ginette), op. cit., p. 9.

13 Lejeune (Claire), « Mémoire de rien », préf. Marc Quaghebeur, Bruxelles, Labor, 1994 (Le Cormier, 1972), p. 228. Toutes les références renvoient à cette édition.

14 Kristeva (Julia), op. cit., p. 11.

15 Lejeune (Claire), « Le Dernier testament », préf. Marc Quaghebeur, Bruxelles, Labor, 1994 (Lausanne, Rencontre, 1966), p. 184 ; « Mémoire de rien », p. 194.

16 Lejeune (Claire), Le Livre de la sœur, Bruxelles, Labor, 1993, p. 142.

17 Selon Éric Bidaud, l’anorexique renie sa parenté et aurait un fantasme d’auto-engendrement selon lequel elle pourrait se créer elle-même. Voir Bidaud (Éric), op. cit., p. 38.

18 Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, Paris, Stock, 1990, p. 74. Toutes les références renvoient à cette édition.

19 Harpman (Jacqueline), La Lucarne, Paris, Stock, 1992. Toutes les références renvoient à cette édition.

20 L’« anachorèse » est la définition que donne Pascal Quignard à l’anorexie. Voir Quignard (Pascal), Vie secrète, Paris, Gallimard, coll. folio, p. 450.

21 Bidaud (Éric), op. cit., p. 37.

22 Kestemberg (Évelyne), Kestemberg (Jean), et Decobert (Simone), La Faim et le corps. Une étude psychanalytique de l’anorexie mentale, préf. Serge Lebovici, Paris, Presses Universitaires de France, coll. le fil rouge, (1972) 1994, pp. vii, 188, 213.

23 Harpman (Jacqueline), op. cit., p. 212.

24 Emmanuel (François), La Leçon de chant, Paris, La Différence, 1996. Toutes les références renvoient à cette édition.

25 Nothomb (Amélie), Robert des noms propres, Paris, Albin Michel, 2002. Toutes les références renvoient à cette édition.

26 Les études scientifiques ont récemment mis à jour le phénomène d’addiction qu’engendre l’anorexie. Le jeûne prolongé produit une altération de la fonction des neurotransmetteurs avec pour conséquence que celui-ci produit un effet calmant. Voir par exemple les travaux du Dr Walter Kaye de l’université de Pittsburgh, ou du Dr Collier du Maudsley Hospital, en Grande-Bretagne.

27 Quaghebeur (Marc), À la morte, illustr. Sarah Kaliski, Montpellier, Fata Morgana, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Meuret, « De la maigritude et autres histoires sans faim… », Textyles, 23 | 2003, 78-83.

Référence électronique

Isabelle Meuret, « De la maigritude et autres histoires sans faim… », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/774 ; DOI : 10.4000/textyles.774

Haut de page

Auteur

Isabelle Meuret

FUCAM-Mons

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org