Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger

Erpe, Editions De Krijger, 2003
Pierre Halen
p. 113-115
Référence(s) :

Delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger, Préface de Jean Vanwelkenhuyzen. Erpe, Editions De Krijger (<de.krijger@proximedia.be>), 2003, 540 p., annexes, index — ISBN 90-5868-105-X

Texte intégral

1Cette biographie de Robert Poulet est un ouvrage pour le moins consistant, imprimée sur un papier assez lourd. Elle constitue la première étude d’ensemble sur une personnalité controversée, mais indiscutablement importante autant que significative, dans l’histoire littéraire de l’Europe au XXe siècle, et dans celle de la Belgique en particulier. Certes, Robert Poulet n’est plus guère lu, faute d’abord de réédition. Son œuvre littéraire est d’ailleurs très inégale, mais rappelons qu’on lui doit, entre autres, le roman Handji (Paris, Denoël, 1931), un chef-d’œuvre sans doute, et l’un des rares récits de langue française à incarner de manière convaincante ce qu’on désigne sous l’appellation de « réalisme magique ».

2Le nom de Poulet est aujourd’hui davantage connu pour être celui de son frère, le critique Georges Poulet, l’auteur des Études sur le Temps humain qui sont l’un des monuments incontournables de la critique thématique. Robert Poulet, que Georges initia à la littérature et... à la lecture de Maurras, fut cependant davantage célèbre que son frère avant 1940. Ce Liégeois d’origine s’était imposé en France avec Handji, et faisait alors largement autorité en Belgique. Il fut l’un des animateurs du Groupe du Lundi, et certainement l’un des inspirateurs du Manifeste de 1937 qui a fait couler beaucoup d’encre. Figure dominante du champ littéraire, critique dont la sévérité était respectée, Poulet céda à la tentation de se croire un penseur et même un maitre à penser. Il donna dans le journalisme politique de droite et d’extrême-droite, et jugea opportun, après 1940, de considérer la victoire allemande non seulement comme un fait acquis, mais comme une chance pour un fantasmatique « fascisme occidental » qu’il souhaitait distinct des modèles italien et allemand. Patriote belge qui ne cessa de se réclamer de la pensée royale, sans doute, mais pas patriote au point de respecter les institutions légitimes de son pays, et encore moins une démocratie qui lui paraissait périmée. Démissionnaire en 1943, condamné à mort pour collaboration avec l’ennemi puis gracié à la Libération, Poulet vécut ensuite, sans jamais faire amende honorable, à Paris dans les milieux de la droite littéraire française. Il y mourut en 1989, non sans avoir séduit jusqu’à un certain point plusieurs de ceux qui s’efforcèrent d’étudier ce qui parait tout de même un cas un peu pathologique, en raison de cette curieuse alliance d’intelligence, de morgue et d’enfermement dans un imaginaire douteux.

3C’est assurément ce qui justifie l’oubli dans lequel l’œuvre est tombée, n’étaient, entre autres, le mémoire que lui consacra, en 1967, le jeune Jacques Carion et aussi un certain Bulletin des amis de Robert Poulet, publié parait-il à Tourcoing. C’est aussi ce qui explique que l’essaide J.M. Delaunois n’ait trouvé d’autre éditeur qu’une maison provinciale à peu près inconnue dans le monde des lettres, et spécialisée dans la vente et la publication d’ouvrages d’histoire militaire, spécialement relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Mais en même temps, cette œuvre n’en a pas moins été publiée, et son auteur n’en a pas moins joué un rôle important, de sorte que l’entreprise de J.-M. Delaunois était nécessaire, et qu’il faut lui savoir gré de s’être lancé, avec un bon casque de protection, dans l’exploration du labyrinthe. La démarche se veut essentiellement compréhensive, et l’auteur a bien fait de produire une abondance de citations, empruntées à des documents parfois inédits ou oubliés : ainsi, même s’il faut payer le prix d’une certaine longueur, il sera moins nécessaire peut-être d’y revenir. Contrairement à ce qui s’était passé pour son premier livre, consacré à José Streel (voir notre compte rendu dans La Revue nouvelle, T.99, n˚2, février 1994, pp. 59-62), l’auteur s’est retenu de céder à la fascination pour son troublant objet. On le suit, de page en page, qui s’efforce de faire la part des choses, d’expliquer cette fascination néanmoins ressentie, mais aussi de l’éloigner souvent avec une grande fermeté.

4Grâce à un précieux index, l’ouvrage prend indiscutablement rang dans l’historiographie littéraire du XXe siècle. Il apporte sa contribution à la réflexion qu’il sera toujours nécessaire d’entretenir à propos de la tentation fasciste, car c’est bien de cela qu’il s’agit, au titre de l’anti-capitalisme : celle d’un imaginaire tenant lieu de refuge abstrait devant des contradictions non résolues ; chez Poulet comme chez d’autres, c’est un passé d’Ancien Régime, porté par une spiritualité sur laquelle il faudrait un jour revenir parce qu’elle est assurément liée à la question du « réalisme magique », qui impose son miroir aux alouettes. Dans le cas de l’ancien héros de l’Yser, néanmoins sympathisant anarchiste et antimilitariste, ni l’intelligence ni l’honnêteté n’excluent en rien, hélas, les errements à répétition, voire une complaisance dans l’aveuglement.

5L’ouvrage n’est pas parfait. N’insistons pas sur les quelques coquilles évitables (l’accord du participe passé, par exemple), ni sur une mise en page un peu massive. Il faut regretter que le renvoi des notes à la fin du livre, sans qu’il en soit tenu dompte dans la rédaction par exemple par l’indication des dates significatives au fil du texte, gêne la lecture. À bien des endroits, comme dans les chapitres consacrés à l’enfance et à la jeunesse, on se base sur des sources tardives et non contradictoires, les déclarations de Poulet faisant trop souvent autorité. L’analyse littéraire cède parfois à un biographisme simpliste (la névrose produisant l’étrange, p. 50), et la question du rapport entre les œuvres et la pensée est finalement davantage évacuée que traitée : Poulet, en somme, eût mieux fait de se contenter d’être un bon écrivain, comme si la littérature était un exercice a priori innocent, voire « pur » (p. 207). On lira néanmoins avec un intérêt tout spécial, entre autres passages, le chapitre « Un écrivain occupé », où il est question notamment du Disque vert de 1941 et de bien des acteurs de l’époque, dont la jeune Dominique Rolin, très encouragée par R. Poulet. Le chapitre « Un anti-conformiste non subversif » (ce titre est lourd et peu clair) comporte lui aussi nombre d’évocations utiles, mais sur la période qui s’ouvre pour Poulet à Paris après 1951, avec le soutien de Félicien Marceau et de quelques autres « amis », dont Hergé et Jean Paulhan. Dans un domaine qui concerne moins directement l’histoire littéraire, l’important développement consacré au procès et à son contexte est aussi détaillé que convaincant.

6On aura compris que cet essai qui s’applique à saisir les nuances et les contradictions d’une personnalité confuse est abondamment documenté, même si cette documentation reste très liée aux sources émanant de l’écrivain lui-même. Il comporte de ce fait quelques erreurs ou approximations, comme, par exemple, celle qui consiste à expliquer les ruptures du comité de rédaction de Cassandre par les sautes d’humeur de Paul Colin. C’est, conclut l’auteur, l’histoire d’un « curieux homme, qui ne s’appuyait pas sur le monde réel », et à qui « il aura manqué somme toute le sens ordinaire de la vie ». Soit, mais Poulet lui-même ne nous importe plus guère. Sa trajectoire, elle, permet de relire l’ensemble du XXe siècle et d’y apercevoir, sous ses différents visages esthétiques, mondains, anecdotiques ou structuraux, la toile sans cesse retissée des réseaux de droite et d’extrême-droite : Poulet n’était pas un « corps étranger » égaré dans une « mêlée » indifférenciée où, simplement, il n’aurait pas vu clair. L’étude de son parcours permet aussi, d’un point de vue moins diachronique, de s’interroger sur les affinités profondes, peut-être même nécessaires, entre options littéraires et visions socio-politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger », Textyles, 25 | 2004, 113-115.

Référence électronique

Pierre Halen, « Delaunois (Jean-Marie), Dans la mêlée du XXe siècle. Robert Poulet, le corps étranger », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/768

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org