Navigation – Plan du site
Varia

La Fin des bourgeois de Camille Lemonnier face aux grandes chroniques familiales européennes

Yannick Preumont
p. 98-107

Texte intégral

1La Fin des bourgeois de Camille Lemonnier constitue, avec des cycles romanesques comme Meurtres de Charles Plisnier et Le cinquième commandement de Daniel Gillès, un bon exemple de ce que la Belgique littéraire a pu offrir dans le domaine des grandes sagas familiales. En général, on parle de ce roman en faisant référence aux Rougon-Macquart et il est un fait que les ressemblances sont troublantes, voire un peu dérangeantes, et que considérer l’unique tome du naturaliste belge comme une version condensée des vingt volumes de Zola vient vite à l’esprit. Au-delà de ce premier rapprochement, l’étude du roman familial européen nous permet de considérer cette œuvre sous un autre angle et de distinguer en elle une chronique qui mérite la comparaison avec les modèles du genre. La démarche comparatiste met en évidence aussi bien certaines constantes narratives que le côté « tragédie familiale des temps modernes », qui n’ont pas peu contribué au succès des Buddenbrook, Malavoglia et autres Rougon-Macquart et Dynastie des Forsyte. La Fin des bourgeois constitue en réalité le roman familial belge le plus important, le plus représentatif. Comme tout roman familial, il se caractérise par le récit de l’évolution d’une famille sur plusieurs générations, par un mode d’écriture réaliste, accorde une grande importance aux rites familiaux et à ce qui fait du clan une communauté que des rapports conflictuels hautement symboliques menacent, et la famille est condamnée au déclin. En outre il vient s’insérer dans la liste des chroniques les plus célèbres, parce qu’on retrouve d’une part les déclins physique et économique, l’articulation Histoire-individus très soignée, le rapport possible avec la tragédie antique, et tous les signes avant-coureurs d’une fin proche, et d’autre part la prise de position de l’auteur par rapport à la crise des valeurs de son époque, une prise de position qui se manifeste avant tout par le lien entre le déclin de la famille et le déclin moral de la société, par un foyer familial qui renvoie une image de la société dans son ensemble et par une distanciation ironique qui ne laisse plus de doutes sur ce que l’auteur humaniste pense de son temps. Nous désirons montrer dans cet article que, toutes proportions gardées, Camille Lemonnier a offert à la Belgique ce que, pour prendre trois exemples, Giovanni Verga, Thomas Mann et John Galsworthy ont offert à l’Italie, à l’Allemagne et à l’Angleterre, et qu’il faut cesser de le comparer au seul Émile Zola.

La chronique d’une mort familiale annoncée

La déchéance physique

  • 1 Les Rassenfosse sont des bourgeois issus d’un porion, Jean-Chrétien Rassenfosse, qui s’est enrichi (...)
  • 2 À la fin du roman, Jean-Éloi devient presque fou : il délaisse sa propriété à Empoigny pour la Camp (...)

2Dans sa chronique d’une mort familiale annoncée, Lemonnier respecte toutes les règles du genre (règles qui vont être passées en revue tout au long de cet article) et le traitement de la déchéance physique occupe, comme il se doit, une place centrale. Chez les Rassenfosse1, l’image des ancêtres mineurs, vaillants et forts reste gravée dans les mémoires, mais est bien vite ternie par le triste spectacle offert par une descendance aux prises avec une « fêlure » aux consonances toutes zoliennes. Les trois enfants de Jean-Chrétien V et de Barbe Huret demeurent relativement épargnés personnellement (à l’exception de l’homme de la Banque, Jean-Éloi, que la folie des grandeurs finit par emporter2), mais ils souffrent avant tout considérablement par leur progéniture. Chez l’un, une fille est névrosée et inquiète et une autre est atteinte de tuberculose osseuse ; chez l’autre, on trouve une enfant qu’un mal obscur travaille, un jeune bossu perverti, ainsi qu’un gros garçon massif et obtus ; enfin, chez la troisième, avec cette larve graisseuse d’Antonin et une fille comme Sybille qui n’arrive à mettre au monde qu’un seul enfant, et encore, une créature condamnée à dépérir rapidement, il ne faut pas moins renoncer au temps où chez les Rassenfosse on montrait une nature des âges du silex. Camille Lemonnier s’amuse à faire connaître à la descendance du porion des d’Huccorgne, une déchéance pénible et à décrire celle-ci aussi patiemment qu’artistement. Il s’attarde cependant plus longuement sur le cas de la pâle et nostalgique Simone. Les humiliations d’infirme du jeune bossu, ses disgrâces de rejeton mal venu l’intéressent certes ; il se divertit à faire apparaître régulièrement le groin mafflu et congestionné du jeune Rassenfosse qui ne pense qu’à manger, mais ce sont les crises de Simone qui l’intéressent le plus. Car si le bossu est régulièrement atteint d’une démence d’hystérie et si d’autres membres de la famille sont atteints de maux incurables, la fille de Jean-Éloi lui permet de disserter sur un cas typique de signe imminent de la dissolution de la famille, et d’exposer, par l’intermédiaire de personnages placés aux côtés de la malade, ses théories sur la « liquéfaction des sels de la race ». Simone est la triste rose de Noël de l’hiver de sa race épuisée par le sang des héros, et le Rassenfosse perverti, Régnier, avec sa finesse frêle de bossu vicieux et joli, ainsi que Réty, une des figures les plus positives du roman, ne tarissent guère sur le sujet de la fêlure, la sève pauvre, sur le faisandage de la famille. Aux décadences nombreuses des descendants du puissant ouvrier qui abattait la besogne de trois mineurs, décadences qui finissent souvent par une disparition définitive, il faut ajouter le cas de l’être dégénéré par excellence, Léon Provignan. Il est lui aussi le prétexte à de longs discours sur la fin de la race et sa présence étoffe un peu plus le thème de la folie et du déclin, vient enrichir la liste des cas de déchéances physique et psychique, avec lesquels Camille Lemonnier vient s’insérer entre Zola et un Thomas Mann qui neuf ans plus tard, en 1901, se fera connaître avec ses Buddenbrooks, œuvre sous-titrée Verfall einer familie.

Le déclin économique

3Le traitement du déclin économique, autre classique du genre, est tout aussi intéressant. La découverte des gisements fabuleux dans la lamentable fosse de Misère et l’ascension successive des trois enfants de Barbe Huret servent de bon point de départ à une énième histoire de chute familiale collective. Les tonnes d’or tirées du puits qui a enseveli tant de Rassenfosse, les fastueuses propriétés de Jean-Éloi, la grosse fortune terricole du mari de Marie-Barbe-Chrétienne, Pierre-Jérôme Quadrant, et la situation non moins enviable du puîné, Jean-Honoré, subiront des assauts continus. La liste des revers est longue et n’épargne personne. C’est cependant l’homme de la Banque, comme il fallait s’y attendre, qui connaît le plus de déboires. Car s’il y a des problèmes chez les Quadrant après la découverte des dettes terribles laissées par le jeune Antonin, et si la ruine du grand projet national de colonisation en Campine signifie la débacle du fils de l’homme de loi, Eudoxe, la fin des rêves du jeune politicien à succès, Camille Lemonnier, que le sort du prolétariat a toujours préoccupé, s’en prend plus volontiers au brasseur de millions peu scrupuleux. Ce dernier devra affronter tour à tour des fils n’hésitant pas à éventrer le sac aux écus paternel, un projet de grottes à exploiter qui se révélera désastreux, un beau-fils qui se joue de lui et dont les appétits sont tels qu’il aura à nouveau l’impression de ne servir que de « mangeoire », et, pour finir, l’abandon du premier ministre Sixt qui signifie pour lui aussi l’écroulement de son rêve campinois, de la démarche économico-politique fructueuse qui lui avait permis de dépasser la fortune des Stève. Il faut préciser toutefois que de temps à autres, les affaires de la famille vont mieux, comme lors d’un coup de Bourse chanceux ou lors de l’épidémie de typhus qui a ravagé tout un quartier insalubre et a enrichi honteusement, grâce à l’expropriation du cloaque longtemps attendue, le grand propriétaire Piebœuf, mari de Sybille. Mais à chaque fois, Lemonnier n’oublie pas, par mesure compensatoire de contrebalancer ces victoires par une crise presque fatale de Simone, la dégénérescence graisseuse du cœur et une cervelle en bouillie pour Antonin, voire la mort d’un enfant, même si celui-ci ne fait pas partie de la famille, comme celle du petit Rabattu, enfant d’une autre canaille particulièrement coriace. Et pour être sûr de ne pas laisser les lecteurs sur une impression mitigée, il montre, à la dernière page, un Jean-Éloi qui, délaissé des Rabattu et des Akar, continue seul ses stériles conquêtes en Campine.

La mort réelle de la famille

4Antonin est mort dans sa graisse ; l’enfant de Sybille, au fond des dentelles, est devenu un pauvre résidu humain ; Irène a rendu l’âme, et on ramène un jour Arnold sans vie (il avait broyé le crâne d’un jeune homme lors d’une rixe et au soir, alors qu’il traversait un bois à cheval, un coup de feu a retenti) ; après d’ultimes frénésies, Simone meurt elle aussi, donnant un peu plus à son père et à son oncle l’impression de n’avoir bientôt plus autour d’eux qu’un vaste cimetière ; enfin, Jean-Éloi lui-même est emporté par un dernier coup de sang. Le sort s’acharne contre les Rassenfosse et, à chaque fois qu’un malheur s’élève, une voix semble leur annoncer la fin de leur race. Eudoxe et Régnier survivent, mais l’un a perdu tout crédit et s’enfonce dans une morne vie de province, tandis que l’autre est indestructible uniquement parce qu’il joue le rôle du « bouffon qu’on entendra rire sur les ruines de tout le reste ». En réalité, l’espoir repose avant tout sur un seul enfant, mais cet enfant, le fils que Ghislaine a conçu avec le beau valet de chambre Firmin, ne portera même pas le nom des Rassenfosse. Le constat est clair, Camille Lemonnier fait lui-même les comptes et termine ainsi sa Fin des bourgeois :

Des ans coururent ; les ténèbres grandirent. Il n’y eut plus, sur les ruines des Rassenfosse, en attendant les rédemptions, que le trépignement du gamin vieilli, de la mouche funeste et, droite, ses mains de morne idole sur l’os des genoux, Barbe la centenaire reléguée dans son culte des mémoires méprisées et regardant du fond de ses caves orbites, les postérités s’éteindre à ses pieds où le froid de la mort tardait à monter.

  • 3 Chardin(Philippe), Le Roman de la conscience malheureuse, Genève, Droz, 1983.

5Certains auteurs préfèrent une mort plus symbolique pour leurs familles ; Georges Duhamel, par exemple, laisse vivre, mais seulement en apparence, ses Pasquier qui sont des êtres décadents, des ombres vivantes représentatives d’une époque ayant manqué à la fois de buts et d’espérance et des personnages typiques de ce que Philippe Chardin appellera le « roman de la conscience malheureuse »3. Le naturaliste belge préfère se ranger plutôt du côté d’un Thomas Mann qui, de la famille Buddenbrook, n’a épargné que quelques femmes, et de Roger Martin du Gard qui, avec ses Thibault, n’a pas hésité à exterminer jusqu’aux derniers porteurs du nom.

L’articulation Histoire-individus

  • 4 Zola(Émile), Le docteur Pascal dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, v.5, 1 (...)
  • 5 Cf. Yi-Ling (Ru), The Family Novel, New York, Peter Lang, 1992, p. 81.

6Un passage tel que « Le ministère sombra dans cette nuit et ce sang. Il finissait comme avaient fini les Rassenfosse, ses plus fermes soutiens » rappelle inévitablement la phrase contenue dans le Docteur Pascal et qui concerne la mort de Pierre Rougon, le 3 septembre 1870 : « L’écroulement du régime, dont il se flattait d’être un des fondateurs, semblait l’avoir foudroyé »4. Le devenir des Rassenfosse étroitement lié à celui du ministère Sixt, fait songer effectivement au déclin familial lié par Émile Zola à la fin du Second Empire. Mais il faut rappeler ici encore que si Lemonnier ne va pas chercher fort loin son inspiration, il respecte également un impératif qui est celui de soigner l’articulation Histoire-individus. Le conflit qui oppose Oscar Thibault à ses deux fils symbolise le combat entre deux générations, la vieille, qui s’est voulue gardienne de la tradition, et la nouvelle, celle des hommes modernes en quête de liberté5 ; l’infidélité de la femme du personnage principal de la Dynastie des Forsyte va de pair avec « l’infidélité » des colonies anglaises. Les problèmes que connaissent les familles, leur destinée funeste, dépendent toujours d’événements choisis et agencés judicieusement, et, parmi ceux-ci, les événements de nature historique occupent une bonne place. Lemonnier a repris à son maître l’idée de participation à la curée du début de règne et de chute commune avec un pouvoir que les membres plus haut placés de la famille soutenaient et représentaient à la fois, mais sa façon de soigner les détails lui rendent honneur et il mérite le rapprochement avec d’autres grands noms comme Roger Martin du Gard et Galsworthy. L’explication des buts politiques de la colonisation en Campine et des liens entre les Rassenfosse et le pouvoir ; la collaboration étroite avec des Akar ramiculés à travers tous les remuements d’affaires du pays et un Rabattu, entrepreneur devenu l’un des hommes-liges du nouveau régime ; la question des grèves des mineurs et les interventions, à l’exception de celles de Réty et Barbe Rassenfosse, en faveur de la répression ; voilà autant de premiers passages au moyen desquels l’auteur mêle la petite histoire à la grande. D’autres suivront, comme ceux de la collaboration non moins honteuse entre Sixt et Eudoxe qui n’hésitent pas à donner la légion d’honneur à Fléchet en échange d’un radical changement d’attitude à la Chambre ; du discours peu convaincant du même Eudoxe qui risque d’entraîner la chute du ministère ; et de l’abandon du chef du gouvernement après les reproches concernant les crédits attribués à l’œuvre en Campine, les écoles bâties à grands frais et qui n’avaient servi qu’à enrichir les Rabattu et compagnie, ou encore la création de postes d’instituteurs demeurés sans élèves. Le dernier épisode semblera dès lors s’inscrire dans une suite logique. Dans une période d’agitation sociale et de décomposition activée par des ouvriers nouveaux, le ministère peut sombrer comme ont fini les Rassenfosse.

Les personnages décadents et autres indices d’une fin proche

  • 6 De premières crises avaient déjà vu Simone aux prises avec de prophétiques corneilles annonciatrice (...)

7Une autre constante du roman familial européen est la présence de personnages-indices et d’autres mécanismes de prétérition. La fin tragique de la famille n’est pas annoncée de façon aussi peu équivoque que la mort de Santiago Nasar dans la Chronique d’une mort annoncée de Gabriel García Márquez (« El día en que lo iban a matar, Santiago Nasar… » en première phrase), mais la différence est généralement minime, comme l’attestent des sous-titres tels que celui de Thomas Mann, déjà cité, Le déclin d’une famille. Les écrivains multiplient les avertissements néfastes et, parmi ceux-ci, on a pu relever la présence d’un même type de personnage-indice décadent et passablement ridicule qui renforce encore cette impression que, décidément, bien peu de choses pourront être faites pour sauver le noyau familial. Dans la Fin des Bourgeois, Léon Provignan, même s’il n’est pas un Rassenfosse, vient jouer le rôle farcesque qu’ont interprété avant lui Antoine Macquart et ’Ntoni Malavoglia, et que reprendront après lui des histrions tels que Christian Buddenbrook, Victorin Boussardel ou Montague Dartie, le mari de Winifred Forsyte. Dilettante et rêveur inutile, se sentant constamment pris de nostalgies, malheureux et sans force, le mari que Cyrille a tôt fait de tromper, passe d’un début d’oratorio à quelques vers et n’accouche jamais d’un réel chef-d’œuvre. Jeune, il a l’impression d’avoir vécu des siècles, a son propre refrain sur la fin des races et un jour, plutôt que d’aller se battre avec l’un des innombrables amants de sa femme, il décide de mettre un point final au triste récit de sa courte et lamentable existence. Et pour ce qui est des autres allusions fatales, plus classiques, bien avant cet intermède tragi-comique et les petites descriptions du genre « Ce doux Léon, perdu dans ses rêves, sans autorité sur une femme qui avait besoin d’être battue », il ne restait plus aucun doute dans l’esprit du lecteur sur l’avenir des Rassenfosse. Le titre est éloquent et, dès la première page, Camille Lemonnier met sur le chemin de Jean-Éloi un vieux prêtre portant le viatique à un moribond, range un peu de monde derrière un corbillard, et fait dire au banquier « Tout le monde mourait donc dans la ville ! Mauvais présage ! ». Jean-Éloi était allé rendre visite à sa mère et, au retour, dans le fiacre qui le cahote vers la gare, il ressent un malaise qui n’est pas neuf. Impression de fatalité et sensation d’un trou sanglant à travers leur race se mêlent et font souffrir l’homme d’argent qui y voit un avertissement s’attachant au patrimoine toujours accru des Rassenfosse. À la page 40, Arnold et Régnier semblent révéler « le vice et la déchéance des conditions nouvelles de la famille » et, un peu plus loin, vient s’insérer un passage qui fait songer à un autre emménagement important dans une demeure qu’une famille jadis puissante a dû abandonner, l’emménagement des Buddenbrook dans la magnifique maison de la Mengstrasse : Lemonnier explique comment les Jean-Éloi sont venus occuper à Empoigny un domaine ayant appartenu aux Fourquehan de Pravache, des nobles que leur magnificence et leur négligence a fini par ruiner et qui ont laissé leur postérité s’éteindre dans la misère et l’anonymat (le dernier Fourquehan fut homme de peine et frotteur à Paris). Un tel choix ne porte guère fortune aux nouveaux habitants et on ne sera pas étonné de voir Simone confrontée à de nouvelles crises6 et décrite comme un fantôme prophétique sorti des temps, évoquant dans la vieille demeure les mêmes désastres, des deuils sans nombre et un départ de cercueils vers le glas. Pour entendre des paroles aussi peu rassurantes cependant, il ne faut pas attendre si longtemps et, à la page 70 déjà, Régnier s’amuse à effrayer Antonin, qu’il appelle gentiment « gros cochon » par la même occasion, avec un « Nous crèverons tous de Misère, Misère se vengera en nous tuant un à un et toi comme les autres… ». Lorsque Jean-Éloi ne voit pas s’enfoncer aux ténèbres leur maison ou s’ouvrir les gouffres qui ont englouti la plupart de ses ancêtres et paraissent insatiables, son fils bossu fait de nouvelles déclarations sur le vent qui les emporte et sur le fait qu’ils sont maintenant bien mûrs pour les vers ! L’auteur va jusqu’à montrer un frère de Jean-Honoré et de Marie-Barbe-Chrétienne trouvant, dans la fatalité des mots terribles qu’il répète longuement, un délice amer d’anéantissement, et il multipliera ses rappels jusqu’aux signes d’une dissolution non plus imminente mais avenue.

Le rapport avec la tragédie antique

8Les grandes sagas familiales européennes ont toutes quelque chose des tragédies grecques. Tantôt la Némésis vient refaire une apparition remarquée, tantôt revient en mémoire telle tragédie familiale de Sophocle ou d’Euripide et, à une ou deux exceptions près, la présence d’un chœur ne permet plus au doute de subsister ; car dans les tragédies se déroulant au sein d’une famille, ne pouvaient manquer à l’appel des volontaires pour venir former des chœurs à l’antique. Ce sont les tantes qui, en général, se montrent les plus aptes à remplir ce rôle. Mme Permaneder est aidée par les trois sœurs Buddenbrook ; les tantes Juley et Hester Forsyte se réjouissent, dans la maison qu’elles partagent avec leur frère Timothy, de commenter tout ce qui a trait à la famille et les malheurs de Soames ont une bonne place dans leurs discours ; Tante Liline, à laquelle succédera une tante d’Agnès Boussardel, Louise, ne sont pas moins attentives et, même chez les Rougon-Macquart, Zola a réussi à appeler Adélaïde Fouque Tante Dide et à faire d’elle une pleureuse remarquable, une figure plus spectaculaire que celle du scientifique Pascal Rougon. Chez Verga, par contre, les commentateurs attitrés sont à rechercher dans la communauté villageoise. Seules les familles Thibault et Pasquier ne bénéficient pas de chœurs aussi réussis ; Laurent Pasquier fait de son mieux tout de même et le côté huis clos tragique n’a pas échappé aux spécialistes de Roger Martin du Gard. Camille Lemonnier se devait de créer lui aussi quelques-uns de ces personnages secondaires dont les prestations ne passent jamais inaperçues, et Simone ainsi que Régnier, dans la Fin des bourgeois, jouent assurément bien leur rôle de témoins. D’un côté, Simone, lors de ses crises répétées, donne le change à une Tante Dide à moitié folle qui contemplait bien malgré elle le parcours des loups qu’elle avait mis au monde. Elle voit des hommes mystérieux, des cierges, des cercueils et chaque séance fiévreuse faite de sombres et souvent précises prémonitions annonce un malheur imminent pour les Rassenfosse. D’autre part, et venant souvent rejoindre sa sœur pour tenir ses cruels propos, Régnier parle des siens qui s’en vont les uns par la tête et les autres par le ventre, se réjouit en voyant que l’on ne vénérera plus les crottes du glorieux cacatoès qu’est Eudoxe et commente ainsi des scandales comme celui de sa cousine Cyrille et du chanteur Despujol : « et bien, vrai, il ne manquait plus que cela, c’est complet comme pourriture… ». Et pour couronner le tout, à chaque nouveau malheur, une clameur retentit. Aux voix de Simone et de son frère vient s’ajouter celle d’une « petite orfraie perchée dans leur arbre et infiniment criant à la mort ». La fin des bourgeois a lui aussi son chœur d’exception et, pour ne laisser place à aucun doute, Camille Lemonnier a pris soin de placer, sur les ruines des Rassenfosse, Régnier, en gamin vieilli qui continue à trépigner.

Le déclin moral de la société

Crimes et châtiment

  • 7 Jugement que Galsworthy saura nuancer par la suite.
  • 8 Il est accompagné par des prostituées dont il veut faire des ouvrières de la désagrégation, des « s (...)

9Si l’on n’abordait pas maintenant la question de l’aspect moral de cette « chronique d’une mort familiale annoncée » à la belge, un second point de rencontre capital avec les grandes sagas européennes serait négligé. Le lien entre déclin familial et déclin moral de la société demeure une constante, même s’il est traité de façon différente chez chaque écrivain, et l’auteur bruxellois n’allait certainement pas perdre l’occasion de rendre compte à son tour d’un drame dépassant de loin le cadre familial. Il choisit, pour ce faire, plusieurs méthodes dont l’une, connue non seulement de Zola mais également de John Galsworthy et de Philippe Hériat, est de faire du clan une famille coupable de se sentir un peu trop à l’aise dans une époque considérée comme honteuse7. Un des buts du chef de file naturaliste était de critiquer le Second Empire, cette « époque de honte et de folie » durant laquelle tout a été fait pour transformer les grands idéaux révolutionnaires en lointains souvenirs, et prendre une famille représentative de la période en question lui a permis d’atteindre cet objectif ; John Galsworthy a décrit sa classe sociale et les démons de celle-ci, dont le plus grand était le matérialisme bourgeois, l’exacerbation du fameux « sense of property » des Forsyte de l’ère victorienne, ce qui revient à dire d’une partie fort importante de la société britannique de l’époque ; et, avec les Boussardel de Philippe Hériat, l’histoire d’une famille dirigée avant tout par des notaires et des agents de change de la grande bourgeoisie française dans une période qui s’étend de la Restauration aux années 1960, la décadence est une nouvelle fois à mettre en relation avec une réalité politique, sociale et culturelle jugée insatisfaisante dans la mesure où les représentants de la famille se voient châtiés, comme les Rougon-Macquart et les Forsyte, pour avoir outrageusement négligé les valeurs spirituelles et humaines au profit des valeurs matérielles. Pour Lemonnier qui voyait venir le temps où les travailleurs auraient fait place nette, raconter La Fin des bourgeois ne pouvait se faire qu’en mettant en scène une famille riche, dont certains membres se montrent scandaleusement peu honnêtes (mariage de raison arrangé pour sauver les apparences, affaires louches longuement décrites, et plus grave encore, avec les cas du braconnier tué et de la folie meurtrière d’Arnold, morts d’hommes) et qui se voit condamnée en même temps qu’un règne qui « crevait d’inanition, après s’être puissamment regoulé à toutes les auges, après avoir été le règne des ventres… ». Des grèves éclatent et, après avoir multiplié les termes de punition, vengeance et expiation tout au long de son roman, il peut envoyer Régnier sur les routes8 et prédire avec lui le monde nouveau et la fin de celui qui est en train de pourrir.

L’humanisme de Camille Lemonnier

  • 9 « A moins que ce ne soit cela la justice, cette loi qui rend solidaires les familles et répartit su (...)
  • 10 Thomas Mann, John Galsworthy et Roger Martin du Gard.
  • 11 Cf. Landau (Hia), Camille Lemonnier, Essai d’une interprétation de l’homme, Paris, Droz, 1936, pp.  (...)
  • 12 « Il y avait donc sur la terre des gens qui ont tout et d’autres qui n’ont rien, des crève-la-faim (...)
  • 13 Rency(Georges), Camille Lemonnier, 1844-1944, Bruxelles, Labor, 1944, p. 187.
  • 14 Bazalgette(Léon), Camille Lemonnier, Paris, F. Sansot & Cie Editeurs, 1904, p. 23.
  • 15 « Jean-Éloi, lui, représente ceux qui sont déjà enfoncés trop profondément dans la boue, qui n’ont (...)
  • 16 Bazalgette(Léon), op. cit., p. 23.
  • 17 Le cycle des Pasquier est particulièrement sombre alors que dans ses essais il se montre optimiste. (...)

10S’il inflige une punition à toute la famille à cause de la faute de quelques-uns9, s’il fait ainsi appel à la Justice divine, aux consomptions finales, à la grande main qui balaie les Rassenfosse et leurs égaux, c’est qu’il n’a pas moins le cœur tendre que ses célèbres collègues dont plus d’un a reçu le prix Nobel de littérature10. Se préoccuper pour le sort de l’humanité semble de rigueur et du réquisitoire de Zola dans l’affaire Dreyfus à l’humanisme militant de Georges Duhamel et aux écrits accusateurs de Philippe Hériat, les différences de compétence ne cachent pas une sensibilité identique. Là aussi Lemonnier se montre à la hauteur, et des critiques contre la vie intérieure de la civilisation moderne contenues dans l’œuvre de jeunesse qu’est Nos Flamands jusqu’à sa conception d’un édifice de l’état moderne complet dans le roman inachevé Le Roi Révolutionnaire11, en passant par l’iniquité sociale que constate le Mâle12 et la classe ouvrière décrite dans Happe-Chair, le roman publié en 1 886 au moment de violentes grèves sauvages, le ton et l’attitude sont les mêmes. Dans la Fin des bourgeois, cet esprit combatif, cette préoccupation pour le sort de l’humain marque : Georges Rency voit dans le roman un pamphlet social poussé trop au noir13 ; pour Léon Bazalgette, le seul élément positif qui sauve l’œuvre de la médiocrité est l’opposition entre l’énergie des ancêtres terriens et la petitesse de leurs descendants14 ; et, pour citer un dernier exemple, Hia Landau, dans son chapitre sur la vraie morale et la morale conventionnelle, a un jugement moins sévère et s’attarde quelque peu sur les cas de Jean-Éloi15 et de ses semblables, les Rabattu, Akar et Piebœuf. On pourrait continuer le recensement, mais il est clair qu’il est difficile de parler de la saga des Rassenfosse, de cette « histoire-épopée de la banqueroute de la bourgeoisie libérale doctrinaire »16, sans faire allusion aux prises de position de l’auteur, et il vaut mieux préciser encore, avant de passer au point suivant, que par sa foi, sa « foi en l’humanité infiniment perfectible », Lemonnier vient rejoindre le groupe formé par les chroniqueurs les plus optimistes, c’est-à-dire, outre Zola, John Galsworthy, Philippe Hériat, et, dans une certaine mesure, Georges Duhamel17. Il va jusqu’à croire en la victoire future du bien et de la vérité :

  • 18 Landau(Hia), op. cit., pp. 198-199.

Il ne doute pas qu’un jour viendra où ce qui aujourd’hui paraît être rêverie utopique, sera devenu réalité. Il voit cette réalité exister déjà en esprit ; il aperçoit « la splendide cité de demain » dans laquelle le droit règne à la place de l’arbitraire et la joie de vivre à la place du tourment. Car que la société actuelle aille à sa fin, cela lui paraît évident : ouvertement et sans qu’il soit possible de le masquer, elle est à l’agonie : il ne s’agit donc que de hâter le processus de décomposition. Son intention est d’y contribuer, sa volonté d’y coopérer « en homme qui semait avec confiance les idées hardies », de préparer ce qui vient et d’influencer la formation de l’avenir18.

Le rôle chronotopique du foyer

  • 19 Les Rougon réunissent dans leur salon jaune les affamés de pouvoir de la ville de Plassans, offrant (...)
  • 20 Rabattu, à l’heure des cigares, se rapproche de Piebœuf cadet et lui glisse à l’oreille : « – Dites (...)

11Si le chemin, « El camino », emprunté par les picaros joue le rôle de chronotope et, depuis les nombreuses rencontres faites par le Lazarillo de Tormes au xvie siècle, ne cesse de renvoyer à des réalités nationales précises, à la maison, avec la réunion sous un toit de membres d’une même famille et, occasionnellement, d’invités, tous minutieusement choisis dans le vaste personnel romanesque à disposition, est prêtée un même type de fonction. Dans la chronique de Giovanni Verga, par exemple, lorsque des membres de la communauté villageoise se retrouvent chez les Malavoglia, dans la « Casa del Nespolo », c’est l’Italie du Progrès, celle qui a tôt fait d’oublier les idéaux du Risorgimento et que l’auteur italien ne voit pas d’un trop bon œil, qui vient rendre visite à des pêcheurs ayant cherché eux aussi le succès économique, mais en restant fidèles à un idéal d’honnêteté et de pureté qui les condamnait à la défaite. Camille Lemonnier prend le relais du vériste italien et d’un Zola qui a su, lui aussi, utiliser une demeure pour mieux expliquer une période historique spécifique (avec le salon jaune de La fortune des Rougon et ses fieffées canailles19, Zola a voulu annoncer la couleur dès le premier tome des Rougon-Macquart et rendre compte de sa vision de la France du coup d’État et du Second Empire). Il choisit cependant non un, mais trois foyers pour mieux décrire une société bourgeoise qui ne lui plaît guère. Chez les Jean-Éloi, les Jean-Honoré et les Quadrant, lorsqu’on fête un mariage ou une naissance, lorsque des Akar, des Rabattu ou autres gros rentiers, viennent se joindre au mauvais riche qu’est Jean-Éloi, à l’homme qui n’hésite pas à utiliser les femmes pour arriver à ses fins qu’est Eudoxe, et au méprisant mari de Marie-Barbe-Chrétienne qui a en Piebœuf cadet un luxurieux copain de bordée les jours de marché, on a droit à des tableaux hauts en couleur qui préparent longtemps à l’avance la chute expiatoire du ministère corrompu. La mauvaise foi, la pauvreté des consciences et l’égoïsme sordide, qui sont à l’ordre du jour pour un Camille Lemonnier n’aimant pas les demi-mesures et tenant à faire passer son message, sont ainsi mis en évidence. C’est chez les Jean-Honoré fêtant les noces de Cyrille et de Léon Provignan qu’est désirée et même programmée en quelque sorte une épidémie pour tout un quartier20 ; pour fêter les relevailles de Sybille, les Quadrant invitent dans leur hôtel à la ville des parents, mais également diverses familles amies, « tous beurrés, luisants, onctueux, lardés de rentes solides », et quand Régnier propose à la fin d’un repas bien arrosé de se rendre dans une maison de filles, ce sont des luxures d’hommes mariés, de pères de familles honorables, qui « crépitèrent à cette évocation d’une boucherie rose et d’un joyeux massacre d’alcôves. La cuisine et les vins, attisés par l’espoir du stupre, flambèrent aux vieux chaudrons de leur salauderie » ; et un épisode symbolique avait précédé ces deux autres réunions de famille. Au mariage de Ghislaine, les Akar et autres Rabattu se sont montrés dignes d’eux-mêmes et ont été décrits d’autant plus longtemps qu’il s’agissait de leur première apparition sur le devant de la scène. À cela sont venues s’ajouter la mort du braconnier et la froide évaluation de la part de Jean-Éloi du prix à payer pour faire taire la famille. Devant ce triste spectacle, la reine-mère Barbe Rassenfosse décide de quitter Empoigny le soir même. Elle ne peut demeurer plus longtemps dans une demeure où le crime est entré et elle quitte un monde qui n’est plus le sien, un monde que les grands rassemblements dans les propriétés de la famille permettent à chaque fois à Camille Lemonnier, comme nous venons de le voir, d’évoquer avec une bonne dose de jouissance et de férocité.

La distance ironique

  • 21 Si les familles de Zola, Galsworthy et Philippe Hériat peuvent être considérées comme des familles (...)
  • 22 C’est Verga qui a été le plus loin dans le domaine de la focalisation, sa capacité de jouer avec l’ (...)

12La présence de l’ironie, tendre ou féroce, est une dernière constante qu’il est difficile de passer sous silence, surtout quand on parle de l’aspect moral de ces « chroniques d’une mort annoncée », de ce qui fait de ces tragédies familiales, des tragédies familiales de la modernité. Que les auteurs se montrent relativement cléments envers des angoissés (les Thibault et les Pasquier) ou de grands bourgeois (les Buddenbrook et les Forsyte) qui leur sont trop proches pour être reniés complètement, ou enrichissent leur prose d’un ton plus mordant et d’artifices de narratologie plus ou moins élaborés (c’est le cas de Zola, Verga et Philippe Hériat), ils permettent de mettre en évidence une nouvelle convergence et ne perdent pas l’occasion d’utiliser un moyen, que l’on pourrait appeler la distanciation ironique et qui est à la fois plaisant et permet un certain défoulement, pour préparer le chemin de la punition ou de la victimisation21. La plupart des écrivains ont choisi d’introduire dans leurs chroniques des artistes, des âmes inquiètes ou d’honnêtes travailleurs, et, grâce à leur aide et à leurs points de vue22, les individus qui se sentent un peu trop harmonieusement intégrés dans l’ère industrielle montrent tous leurs défauts jusqu’à apparaître souvent ridicules ou grotesques. Camille Lemonnier ajoute à ces personnages une mère aidée par son mari défunt, un bouffon et un vieil avocat. Sous le regard de Barbe Rassenfosse qui est l’âme et le conseil de la famille, Jean-Éloi, pourtant sexagénaire, se sent redevenir le craintif enfant qu’elle régissait d’un geste. Il a, comme le reste de la famille, bien des choses à se faire pardonner et, dans la chambre de l’aïeule qui a des allures de lieu sacré, le portrait du père attend ceux qui franchissent le seuil et inspire des réflexions du genre « nos pères valaient mieux que nous, et selon toute apparence (une faiblesse lui tourna le cœur), nos enfants vaudront moins que nous ». Pendant tout le roman, ce regard sévère de parents sans reproches se fera sentir et Lemonnier utilisera le tableau du père à diverses occasions dont la plus marquante voit, lors du nonantième anniversaire de Barbe Rassenfosse, trois enfants pleurer dans les bras de leur mère et la jeune Laurence installer le portrait de Jean-Chrétien sur un fauteuil, faisant contempler ainsi au défunt une famille morcelée et des mauvais riches dont les mains « enfoncent journellement des clous dans la chair du Seigneur ». Et dans la dernière phrase du livre, il est encore question d’une centenaire de plus en plus reléguée dans son culte des mémoires méprisées. Le côté ridicule et infamant des Rassenfosse ressort également quand Régnier et Réty entrent en jeu. Antonin, selon le joli et terriblement ironique bossu, est un goulafre à prendre comme modèle par les bourgeois qui doivent continuer à s’empiffrer et à manger du pauvre, et Eudoxe, dans les discours du même irrévérencieux bouffon, apparaît moins fringant, faisant « caca sur son perchoir de fientes révérées comme des reliques ». Pour prendre deux derniers exemples, enfin, les honorables ruffians qui circulent dans la Fin des bourgeois se sentent moins à l’aise quand Pierre Réty les regarde « du froid de son petit œil gris et coupant » (le grand Sixt en personne le redoute !) et Jean-Honoré crie en regardant sa bibliothèque et malgré l’exemple de la dernière génération des Rassenfosse « Voici la vérité, la certitude ! Tout le reste n’est que hasard et folie ! », après avoir resongé à l’idée du vieil ami de la famille d’imposer, à chaque génération, le recommencement du travail des antérieurs et de supprimer l’héritage, cette iniquité sociale qui rend les postérités lâches et débiles.

  • 23 Tison-Braun(Micheline), La crise de l’humanisme, Paris, Nizet, t. I, 1958, t. II, 1967.
  • 24 Ibid., t. II, p. 454.
  • 25 L’imaginaire en excès, l’écriture déhanchée de romans comme La fin des bourgeois et L’Hystérique ca (...)

13Micheline Tison-Braun a su parler23 d’une littérature française moderne révélant la crise de l’humanisme sous ses différents aspects (crise de la personnalité, crise des valeurs et crise de la cohésion sociale), et montré comment chaque grand écrivain ou chaque génération littéraire a réagi (contribuant même, bien souvent sinon dans la majorité des cas, au développement du mal : « Corroder les liens organiques par haine d’une société oppressive et malade, puis céder aux pressions totalitaires par nostalgie des liens organiques, telle fut, depuis le début du siècle, la double tendance des intellectuels français insatisfaits ») face au réel24. Les échos vont des théories barrésiennes au désir de cultiver, affiner et civiliser les masses de Romain Rolland, du pacifisme constructif au rejet, de la part d’une jeunesse agitée, de la tradition, de la raison et de l’art. De l’apostolat humanitaire de Zola aux nihilistes, conquérants et révoltés de Malraux, le chemin est long et varié. Les principales chroniques familiales européennes offrent, elles aussi, à première vue un aspect plutôt disparate, mais derrière le tumulte des idées se cachent une méthode et une vision beaucoup plus ordonnées. Déclin familial et déclin collectif sont mêlés dans des tragédies familiales modernes où tout, jusqu’à l’ironie, les maladies des personnages et, pour citer un dernier exemple, la fonction chronotopique du foyer, permet de voir dans le roman familial un instrument de connaissance unique obéissant à des règles précises. Camille Lemonnier n’a pas eu conscience d’exploiter le thème du déclin comme un bon nombre d’autres illustres collègues. Il vient rejoindre des écrivains qui ont procédé, pour une longue période de notre histoire, un peu comme Marcel Proust, Svevo, Gorki et les autres auteurs du roman de la conscience malheureuse ayant réagi à leur manière, avec des personnages victimes eux aussi d’une étrange maladie et avec des formes narratives non moins privilégiées telles que l’héroï-comique sceptique, l’immobilité mouvante ou les litanies de l’ambivalence, face à l’état d’« apesanteur sociologique » généralisé caractéristique de leur époque de transition entre deux mondes, et on a là une raison de plus pour retrouver un auteur belge un peu délaissé, pour continuer à reparler d’un écrivain dont les œuvres restées dans l’ombre d’Un mâle, telles que cette Fin des bourgeois, commencent seulement à être redécouvertes25.

Haut de page

Notes

1 Les Rassenfosse sont des bourgeois issus d’un porion, Jean-Chrétien Rassenfosse, qui s’est enrichi au début du xixe siècle lors de la découverte d’un fabuleux gisement de charbon. Ils connaîtront en deux générations une déliquescence physique et morale inéluctable, à laquelle n’échappera qu’un enfant conçu illégitimement, le petit Pierre. Cf. Lemonnier (Camille), La fin des bourgeois, Bruxelles, Labor, 1986.

2 À la fin du roman, Jean-Éloi devient presque fou : il délaisse sa propriété à Empoigny pour la Campine, où il se ruine en bâtissant un domaine démesuré. Par la suite, il mourra d’un coup de sang devant son rêve enfin réalisé.

3 Chardin(Philippe), Le Roman de la conscience malheureuse, Genève, Droz, 1983.

4 Zola(Émile), Le docteur Pascal dans Les Rougon-Macquart, Paris, Gallimard, coll. La Pléiade, v.5, 1967, p. 925.

5 Cf. Yi-Ling (Ru), The Family Novel, New York, Peter Lang, 1992, p. 81.

6 De premières crises avaient déjà vu Simone aux prises avec de prophétiques corneilles annonciatrices des ruines de la famille et la malade était comparée à une Cassandre qui, avec des abois d’effroi, prédit la fin des Rassenfosse.

7 Jugement que Galsworthy saura nuancer par la suite.

8 Il est accompagné par des prostituées dont il veut faire des ouvrières de la désagrégation, des « sangsues de la pléthore des races ».

9 « A moins que ce ne soit cela la justice, cette loi qui rend solidaires les familles et répartit sur la totalité de ses membres la responsabilité des erreurs commises par quelques-uns seulement », s’écrie Jean-Honoré en refusant de croire en l’existence d’une justice céleste plus aveugle encore que celle d’en bas (cf. pp. 345-346).

10 Thomas Mann, John Galsworthy et Roger Martin du Gard.

11 Cf. Landau (Hia), Camille Lemonnier, Essai d’une interprétation de l’homme, Paris, Droz, 1936, pp. 160-161.

12 « Il y avait donc sur la terre des gens qui ont tout et d’autres qui n’ont rien, des crève-la-faim qui claquent des dents sur les routes et des richards cousus d’or qui s’entonnent à bâfrer au coin de leur feu ! » (Lemonnier (Camille), Un Mâle, Bruxelles, Labor, 1991, p. 233).

13 Rency(Georges), Camille Lemonnier, 1844-1944, Bruxelles, Labor, 1944, p. 187.

14 Bazalgette(Léon), Camille Lemonnier, Paris, F. Sansot & Cie Editeurs, 1904, p. 23.

15 « Jean-Éloi, lui, représente ceux qui sont déjà enfoncés trop profondément dans la boue, qui n’ont plus aucune possibilité d’en sortir et qui ne peuvent que s’enfoncer plus avant. Ils vont sans qu’on puisse les arrêter, à leur fin, la « fin des bourgeois ». Leur démoralisation est trop avancée pour qu’on puisse l’arrêter », dans Landau (Hia), op. cit., p. 175.

16 Bazalgette(Léon), op. cit., p. 23.

17 Le cycle des Pasquier est particulièrement sombre alors que dans ses essais il se montre optimiste. En fait, le présent et le futur proche semblaient bouchés pour l’auteur qui a écrit sa chronique dans l’entre-deux-guerres, mais il n’a pas voulu s’arrêter à la vision des Pasquier et, en se tournant vers des hommes illustres tels qu’Érasme et Cervantes, il a adopté une attitude positive : regarder en arrière pour « réveiller ce qui, dans son patrimoine, pouvait aider à ouvrir des chemins neufs » (cf. Fouché (Chantal), « L’inscription de la décadence dans la Chronique des Pasquier de Georges Duhamel » dans Georges Duhamel et l’idée de civilisation, Colloque international, Paris, BNF, 1994 (textes réunis par Arlette Lafay), p. 199).

18 Landau(Hia), op. cit., pp. 198-199.

19 Les Rougon réunissent dans leur salon jaune les affamés de pouvoir de la ville de Plassans, offrant à petite échelle le même sinistre spectacle que celui donné à la France et au monde entier par le groupe de « gangsters » réunis autour de Napoléon III.

20 Rabattu, à l’heure des cigares, se rapproche de Piebœuf cadet et lui glisse à l’oreille : « – Dites donc, il m’est venu une idée tout à l’heure. Oui, si seulement une épidémie un peu sérieuse frappait votre quartier, la Ville du coup serait bien obligée de vous exproprier. Dès lors il y aurait là une affaire… Ah ! oui, une grosse affaire… à compte à demi, si ça vous va. Nous rachèterions les matériaux de la démolition, nous bâtirions un quartier nouveau… Mais il faudrait l’épidémie, y aider au besoin en laissant tout pourrir… Hein, vous comprenez ? ».

21 Si les familles de Zola, Galsworthy et Philippe Hériat peuvent être considérées comme des familles coupables à châtier, les autres sont au contraire des victimes du nouvel air du temps, des clans dont les membres se montrent incapables de s’adapter à la nouvelle réalité socio-économique de leur pays (le triomphalisme économique, la nouvelle forme du matérialisme bourgeois, la philosophie du Progrès et ce qu’elle peut comporter d’aspects négatifs, ont fait beaucoup de victimes parmi lesquelles peuvent se compter les membres des familles Malavoglia et Buddenbrook) ou d’en supporter la lourde atmosphère que l’on peut qualifier, sans avoir peur d’exagérer, de tragique (c’est le cas des clans Thibault et Pasquier, dont les créateurs ont eu le triste privilège de voir venir le second conflit mondial après avoir participé au précédent, et n’ont pas pu ne pas laisser transparaître certaines de leurs angoisses dans des récits situés aux alentours de la première grande guerre).

22 C’est Verga qui a été le plus loin dans le domaine de la focalisation, sa capacité de jouer avec l’optique des Malavoglia unis par une vision commune de la réalité (à l’exception de’Ntoni) et celle de la collectivité du village partageant mêmes principes et mêmes paramètres de jugement, a impressionné la critique. Cf. L’artificio della regressione de Baldi (Guido) (Napoli, Liguori, 1980) et L’orgoglio e la disperata rassegnazione de Luperini (Romano) (Roma, Giulio Savelli, 1974). Voir également Ironia e negazione de Guglielmi (Guido), Torino, Einaudi, 1974.

23 Tison-Braun(Micheline), La crise de l’humanisme, Paris, Nizet, t. I, 1958, t. II, 1967.

24 Ibid., t. II, p. 454.

25 L’imaginaire en excès, l’écriture déhanchée de romans comme La fin des bourgeois et L’Hystérique captent à nouveau aujourd’hui notre attention, comme le dit Jacques Dubois dans sa lecture du premier roman cité que l’on peut trouver à la fin de l’édition Labor de 1986, et on redécouvre aujourd’hui des œuvres que la critique vouait à l’oubli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Preumont, « La Fin des bourgeois de Camille Lemonnier face aux grandes chroniques familiales européennes », Textyles, 24 | 2004, 98-107.

Référence électronique

Yannick Preumont, « La Fin des bourgeois de Camille Lemonnier face aux grandes chroniques familiales européennes », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/766 ; DOI : 10.4000/textyles.766

Haut de page

Auteur

Yannick Preumont

Université de Rome « La Sapienza »

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org