Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Minne (Jules), Croquis congolais

Édités par Gaston Braive. Genappe, Cercle d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Genappe, <coll. Documents, n˚2>, 2003
Pierre Halen
p. 113
Référence(s) :

Minne (Jules), Croquis congolais. Édités par Gaston Braive. Genappe, Cercle d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Genappe (7, rue Tabaral, B-1470 Baisy-Thy), <coll. Documents, n˚2>, 2003, 103 p., A4.

Texte intégral

1En même temps que parait le numéro spécial consacré par la revue Le Lothier roman à Jules Minne, c’est-à-dire à l’occasion du centenaire de sa naissance en Brabant wallon, le même éditeur publie un texte inédit du poète. La surprise, puisque Minne paraissait relativement oublié, est d’autant meilleure que ce texte, ces textes plutôt, nous en apprennent beaucoup sur leur auteur et permettent de le situer mieux dans l’histoire des lettres coloniales. Jusqu’ici en effet, on savait bien que Minne avait fait en Afrique une carrière administrative (désormais tout à fait éclairée par le numéro du Lothier roman) et qu’il avait trouvé dans le paysage de la forêt équatoriale la matière de cette spéculation poétique qui est le meilleur de son œuvre et en fait un auteur aussi attachant que singulier. Mais, sauf le moutonnement des frondaisons sylvestres et quelques termes de-ci de-là (aussi vagues que pirogue ou rivière), on avait le sentiment que le poète s’intéressait fort peu aux réalités africaines, et notamment au « conflit colonial », aux aspects sociétaires et humains. Ceci au point qu’il semblait même discutable de le ranger parmi les auteurs coloniaux. La publication de ces Croquis congolais, d’après les textes retrouvés dans une farde par le neveu du poète, le Dr Philippe Minne, révèle un auteur attentif aux réalités congolaises, et il n’est pas jusqu’à ce titre de « croquis » qui ne s’inscrive exemplairement dans le corpus colonial, où il constitue un genre original. Il faut pourtant préciser aussitôt que, probablement, il s’agit là de textes de circonstance, au sens où ils semblent davantage le résultat d’une obligation professionnelle que d’une écriture spontanée. Minne, en effet, semble avoir répondu assez mal aux attentes de ses supérieurs dans la fonction d’agent territorial où il fut employé pendant une dizaine d’années, en Province orientale, « en brousse » ; il chercha donc à plusieurs reprises une mutation, qu’il trouva finalement dans l’administration à Bukavu. Mais entre-temps, il avait passé quelques mois à Léopoldville, dans les services de la « Radio nationale belge ». D’où ces « croquis », rédigés pour être lus au micro. C’est en tout cas l’hypothèse assez vraisemblable que formule Gaston Braive dans une courte présentation. Il n’y explique pas pourquoi un texte retrouvé par ailleurs, célébrant la « prise de possession belge sur le Congo en 1908 », n’a pas été publié par la même occasion. Dommage ! Il suppose aussi que ces textes ont également été parus à l’époque dans la presse, mais ceci est évidemment à vérifier. Qu’on ne jette pas la pierre à l’éditeur : cette publication de textes redécouverts il y a peu a été effectuée rapidement pour la circonstance de l’anniversaire, comme en témoignent aussi quelques coquilles mineures. Espérons qu’à tête plus reposée, ces Croquis, peut-être encore augmentés de l’un ou l’autre texte rescapé, pourront être édités dans le format d’un petit livre. On devrait y trouver dans une position séparée le texte ici numéroté 1, consacré à une peu littéraire explication de « l’impôt indigène », qui a pris la place d’un n˚1 manquant dans la farde.

2Si la plupart de ces textes brefs répondent aux lois du genre « croquis » (texte bref en prose, évoquant un aspect particulier de la vie sociale, comme ici le planton, le veilleur, les fourmis, etc., dans une forme de typification), certains débordent ce cadre, plaisant mais conventionnel, et charrient des représentations qui éclairent sensiblement la poésie de Minne, comme le fait par ailleurs son essai Sève bantoue. C’est le cas notamment du texte « Forêt équatoriale » (n˚46), où l’auteur prend distance par rapport à la « société civilisée » ; de même, dans « La carrière territoriale » (n˚44), où il est question d’un « rêveur épouvanté par la suffisance moderne ». À côté de cela, on rencontre des « croquis » qui ressemblent davantage à des exercices obligés ; leur propos est plutôt informatif, sans doute en réponse à une commande. Tout n’est donc pas ici de la même eau, mais on ne peut que se réjouir de disposer désormais de ces textes inédits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Minne (Jules), Croquis congolais », Textyles, 25 | 2004, 113.

Référence électronique

Pierre Halen, « Minne (Jules), Croquis congolais », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/764

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org