Navigation – Plan du site

Vins d’ancrage : l’autre Pirotte

Ana González-Salvador
p. 63-68

Dédicace

Hommage à l’auteur… douze ans après.

Texte intégral

  • 1 Pirotte (Jean-Claude), Les contes bleus du vin, Cognac, Le temps qu’il fait, 1988, p. 63. Toutes le (...)
  • 2 Pirotte (Jean-Claude), La Vallée de misère, Cognac, Le temps qu’il fait, 1987, p. 161.

1Souvent présenté comme « vagabond des lettres » ou « clochard de l’absolu » à la « plume mélancolique », Jean-Claude Pirotte n’hésite pas à se désigner lui-même comme un exilé ou, encore, comme un « plumitif un rien pédant et très ivrogne »1. Cavales et soûleries scandent donc une écriture parsemée de références littéraires et où semblent dominer l’errance et le mal de vivre, « le bonheur aigre-doux d’être seul et misérable »2.

  • 3 Ibidem., p. 106.

J’hésite entre la vie et la mort. C’est banal. […] À quoi bon hésiter ? Je me tue (pour la septième fois). Sera-ce la dernière ?3

  • 4 À ce propos, voir l’étude qu’Alain Bertrand consacre à l’auteur in Jean-Claude Pirotte, Bruxelles, (...)

2Dans ce sombre univers que hante la dépossession4, Les contes bleus du vin apparaissent comme une éclaircie qui introduirait la merveille d’une sérénité inattendue. Lue de près, cette embellie n’est pourtant pas sans nuances puisqu’elle apporte une lumière sur la dialectique, voire les contradictions, qui jalonnent l’œuvre de Pirotte, faite de désir et de refus, de partances et de rémanences.

  • 5 Pirotte (Jean-Claude), « L’illustre défunt » in Il est minuit depuis toujours, Paris, La table rond (...)
  • 6 Pirotte (Jean-Claude), Récits incertains, in Il est minuit depuis toujours, ibid., p. 53.

3En effet, si chez lui semble dominer une énigmatique « faculté de s’éloigner »5, ces Contes nous aident à comprendre que, de par la solidité même de sa culture ancestrale, le vin assure au narrateur la dignité d’un ancrage vital où prend racine la rêverie d’un individu blessé dont la « hantise est de découvrir un lieu, le lieu »6, un ailleurs, hors d’un monde devenu inhabitable. Il ne s’agit cependant pas d’un « anywhere out of the world », d’une évasion dans la perte de la conscience, mais au contraire, d’une conscience qui, même tentée par la dissolution, va de l’avant, perpétuant ainsi le geste existentiel, essentiel, de durer.

  • 7 Le premier récit s’intitule « Sous l’invocation de Saint Vincent » et, le dernier, « Saint-Vincent (...)

4De prime abord, ce recueil de 37 chroniques radiophoniques semble proposer une structure bouclée sur elle-même, sous la double invocation de « Saint Vincent »7. Évitant pourtant la perfection du cercle, la fin ne renvoie pas au début car la tendre ironie qui émane du premier récit s’efface, au cours du dernier, devant l’amer spectacle de l’ancienne fête locale devenue, aujourd’hui, « cérémonial du vide », « beuverie débile » où les « crétins respectables suggèrent que l’ange de l’ivresse a fait son temps ». La fuite s’impose alors, comme seul espoir de salut :

Jojo m’invite à foutre le camp […]. [Il] me raconte une Saint-Vincent de sa jeunesse, et nous courons vers la vigne perlée de neige, envoûtée par le brouillard, grise et noire comme une très ancienne gravure, la vigne dont les rangs s’élèvent dans le ciel du soir, et qu’un feu de sarments oubliés illumine un instant, avant de mourir. (« Saint-Vincent tournante », p. 117)

5La sécheresse contemporaine, qu’incarnait déjà le terne fonctionnaire du premier conte, se précise, lors du dernier, en une sorte de cauchemar où la mort traverse un espace envahi par la morne foule. Un désir d’évasion clôt le dernier conte et, par conséquent, le livre. Un mouvement qui prend son élan et qui, cependant, se fixe sur l’image d’une « très ancienne gravure ». L’écriture renvoie au tableau comme l’encre à la représentation : une vigne, des sarments… un paysage que menacent l’oubli et même la disparition.

6D’autre part, si, dans le premier récit, le « chez moi » du narrateur se définit comme un « nulle part », l’ensemble des contes dément cette absence d’espace, ce non-lieu. Ces chroniques ne cessent de le dire : il existe un « chez moi » enraciné dans un ailleurs qui, grâce à la flânerie, trouve sa localisation dans la constance d’un paysage :

Je n’y peux rien, dès qu’il y a de la vigne dans le paysage, je m’arrête. C’est dire que mes voyages ne m’ont jamais mené très loin. Par contre, ils ont souvent duré beaucoup plus longtemps que prévu. Parce que les sarments sont crochus, et retiennent le vagabond par les basques, tout autant que le parfum des pressoirs l’agrippe par le nez. (« L’hôte de Marius », p. 91)

  • 8 « Bourgogne, quand tu nous tiens », p. 65.
  • 9 L’éternité, p. 101.

7Pour ce « pèlerin du vignoble » à la « quête du bouquet rare »8, le voyage tend à devenir « une sorte de mouvance immobile », une « éternité vacancière »9, dans la nostalgie d’un antan qui est le berceau d’une culture dont il convient de préserver — et de chanter — la mémoire.

  • 10 « Maurice de Thonnance », p. 77.

8De la sorte, on peut lire Les contes bleus de Jean-Claude Pirotte comme un hymne au vin mais aussi comme défense et illustration d’un patrimoine culturel. L’éloge emprunte la voie de la rêverie, la plaidoirie celle d’un cri rebelle de résistance. Car, si la vigne a « la couleur de la terre promise », si le raisin pose les fondements d’un espace magique et secret, si le vin a servi « à civiliser, à rendre l’homme enfin digne de lui-même », il faut aussi dénoncer les dangers qui menacent ce paradis en ouvrant la conscience à « la nécessité morale supérieure du vin »10 :

l’on frissonne à la pensée qu’il demeure à la merci d’on ne sait quelle prévarication, quelle malveillance et quel accès de mauvais goût. À la merci d’une distraction criminelle, ou du pouvoir aveugle d’un promoteur. (« Vu du ciel », p. 100.)

9L’exigence éthique n’exclut pas pour autant une approche hédoniste. En effet, le vin peut s’associer à la table et à la bonne chère. La plus fastueuse des descriptions se trouve dans Corne d’or, qui peint le festin offert au narrateur par ses « incomparables amis d’Istanbul ». Cette opulence mérite bien le détour d’une longue citation :

Que défilent donc les délices de Byzance, les salades fraîches encerclant de couleurs vives les fromages de brebis, les olives fourrées, les piments verts et dorés dont le raki laiteux exalte les arômes secrets et contrastés, le pilaki de haricots blancs, l’imanbayildi et les börek aux épinards, le sirkali biber salatsi qui est une salade de poivrons au vinaigre pour quoi « je donnerais tout Mozart et tout Weber »… Et ce ne sont là qu’amuse-chrétien sans importance, car le vrai repas n’a pas encore commencé.
La légende affirme que le dîneur, chez Rahim Kosova, peut demeurer deux jours à table sans goûter deux fois au même plat, et les légendes d’Orient n’expriment que la vérité, qui est fille aînée de la poésie.
C’est alors que Rahim m’invite à une pause et m’entraîne visiter sa cave, où dorment les vins de Thrace et les cognacs perlés des rives de la mer de Marmara. Nous remontons en compagnie de quelques bouteilles chenues de yakut et de villa doluca, qui, de la plus jeune à la plus vénérable, jetteront leurs feux sourds et dansants sur le contrepoint magique des kebabs et des fricassées d’agneau, des rognons flambés et des brochettes les plus succulentes, qui sont, Mesdames, de testicules.
Ah ! Pourquoi donc ai-je dit au maître d’hôtel le « c’est assez » fatidique ? Les viandes disparurent, et, les coudes sur la table, devant les kadayif et les chekerparé, les croissants de lune aux amandes, et les nombrils de dames, et les lèvres de belles qui sont desserts à guérir de toute misogynie, nous avons, Rahim, mes amis et moi, chauffant entre nos paumes le cognac miroitant, écouté chanter en nous le rêve d’or de Sultan Ahmet. (« Corne d’or », pp. 30-31)

10Quoique plus modeste, le repas de Brigandage ne suscite pas un plaisir moindre. Les convives se trouvent attablés « face au plateau de fromages le plus digne du couvert d’un conseiller d’empire » :

langres, reblochon, époisses au marc, soumaintrain confit de douceur, tomme de Savoie, fourme d’Ambert, bleu de cantal, rigotte de Condrieu, crottins du Sancerrois […] bref, une palette propre à alimenter une toile de Chardin, les appétits présents, et toutes des nostalgies futures. […] d’abord s’imposait un côte-rôtie 1978, qui fut suivi d’un châteauneuf-du-pape de la même année, vins solides et lumineux qui décapent les méfaits de l’ordre social et rajeunissent les conversations. (« Brigandage », p. 16)

Ou, encore :

De toute façon, la rosette de Lyon, subtilement remaniée du côté de Saint-Bonnet-en-Bresse, est plus authentique que la Légion d’Honneur. On pense que pour fêter le solstice, il n’y a rien de tel que le fromage de Cîteaux, avec sa croûte grenue et sa pâte qui a la couleur des couvertures nouvelles de Gallimard, on doute cependant que ce soit la bonne référence. (« À la vigne », p. 108)

11De même, la recette ne manque pas au rendez-vous. Par exemple, celle de la « pauchouse », « cette bouillabaisse bourguignonne dont quelques localités ardentes se disputent la gloire » :

Cette bourride d’eau douce exige des poissons pêchés dans la Saône et le Doubs, non loin de leur confluent, anguille, lotte, brochet, perche ou tanche, dont on coupe les têtes et que l’on tronçonne. On tapisse le fait-tout d’oignons émincés, d’ail, de thym, de poivre et de sel. Prosper Montagné ajoutait du lard, mais cela paraît peu orthodoxe.
Ce qui compte, c’est l’aligoté, un bon aligoté de vieille vigne, robuste et noueux, et puis, à table, l’obligatoire meursault accompagne ce plat sérieux, avec des croûtons frits au beurre et frottés d’ail. (« De la pauchouse au noah par Saint-Bonnet », pp. 48-49)

  • 11 « Maurice de Thonnance », p. 76.

12De conte en conte, le narrateur évoque ainsi quelques scènes de repas mémorables. Pourtant on serait tenté de dire que, dans ce recueil, le plaisir vient moins des nourritures terrestres qu’offrent les tables des hôtes, de Turquie à la Bourgogne, que de la jubilation qu’engendre tout un univers qui s’étend de la vigne au bistro. C’est pourquoi, excellent ou modeste, le vin n’est jamais considéré isolément, comme un simple complément de la nourriture ou du festin, ni comme l’aboutissement d’un processus technique de vinification. Il est « une création du désir »11 que célèbre un langage de connaisseur :

Entre un château-palmer 1976 et un chambertin du clos de Bèze 1979, il n’y avait pas à hésiter. L’un et l’autre méritaient tous nos soins, l’adolescence déjà bien ronde du chambertin balançant avec bonheur la dignité augurale du hautain médoc. Il fallut conclure, et nous conclûmes à la précellence absolue du bourgogne sur tout autre breuvage. (« Brigandage », pp16-17)
Il mêle la grâce à la vigueur ; il associe la fermeté et la force à la finesse et à la délicatesse, et toutes ces qualités contraires lui composent l’admirable synthèse d’une générosité unique et d’une vertu complète. Il est à lui seul tout le grand bourgogne possible. (« Les bienfaits du tabac », p. 89)

  • 12 Ibid., p. 88.

13En somme, comme l’affirme le narrateur, « le vin, c’est beaucoup plus que le vin »12. Il évoque une tradition et une chaleur humaine. À ce propos, le lecteur remarquera que les contes exaltent la complicité de la camaraderie, l’amitié virile surtout : la femme semble absente du parcours vu que, comme le rappelle un des contes,

Chaque viticulteur épouse d’abord sa vigne. Il se marie ensuite avec une femme, qui a droit au titre de vigneronne. Ce n’est, en somme, que de la bigamie. (« La mort de Rapha », p. 80)

  • 13 « Les amoureuses du curé », p. 85.

De fait, les seules « amoureuses » auxquelles on puisse prêter serment de fidélité sont celles que chérit le curé de Marsannay, « prêtre exemplaire, aristocrate et viticulteur »13 :

Et c’est ainsi que, par les crépuscules clairets de fin d’automne, le curé de Marsannay m’entraînait vers le spectacle éblouissant de sa vigne jaune et rouge […] et nous regardions flamber sous le soleil déclinant les rangs doucement galbés des Amoureuses de Monsieur le Curé. Je ne pouvais concevoir de vêpres plus ferventes. (Ibidem, p. 86)

  • 14 Ibidem, p. 85.
  • 15 « Maurice de Thonnance », p. 77.

14S’il est vrai que « la vigne et les hommes d’église ont toujours fait bon ménage »14, il est également vrai que « l’amour du vin est une ascèse qui exige le don total de soi »15. Plus précisément, il s’agit d’une liturgie du vin qui loue la tradition viticole et se maintient attentive à la qualité des crus :

le rosé, ce ne peut être qu’un reginglard né d’une galéjade, on n’a pas idée de se lancer dans une politique rose quand on est Bourguignon. Laissons donc pratiquer cet abâtardissement par les pompeux Champenois et les futiles Provençaux, mais pas nous, de grâce, un bourgogne est rouge ou blanc. (« La mort de Rapha », p. 79)

Or, ce culte exige une mise en garde contre les dangers qui hantent les cuvées et qu’il faut dénoncer ouvertement et sans répit :

sa couleur de colza riche en engrais chimiques me fait sursauter. Ce nectar négocié par le sieur Chapoutier, célèbre droguiste local, est censé rehausser la graisse livide d’une lamelle de terrine industrielle et la fécule d’une quenelle d’où la chair de brochet se trouve radicalement bannie. (« Cafés du Commerce », pp. 13-14.)

ou encore :

  • 16 « Gaz liquide », p. 47.

J’ai pu constater aussi que le sucre se payait de plus en plus cher dans les ballons tue-mouches, et que le risque d’une épidémie de coma diabétique s’annonçait plus effrayant que jamais.
Et je ne dirai rien des arômes de violette ou de cassis pour midinettes sur le retour, pourquoi pas de gingembre et de chou-rave ?, qui s’élaborent dans les cornues de laboratoires concurrents de Sandoz et Solvay. (« Primeurs », p. 19.)
Tenez, j’ai vomi du « côtes de Marmandais » embouteillé par Monsieur B.0243, c’est ainsi qu’il se nomme, ou plutôt qu’il signe ses faux. J’ai dégueulé du sancerre de Saint-Gérard, à Bécon-les-Bruyères, à Walhain-Saint-Paul, et ailleurs je le crains, avec du soufre, de l’amiante et peut-être du plomb fondu, et sans doute, sans doute, aussi, un petit peu, un chouïa de sancerre. Et j’en ai subi des lampées de bordeaux dont on prétendait la jeunesse exquise, et qui laissaient dans la bouche le même sale goût frelaté d’attentat à la pudeur sur un bambin de deux ans déjà prostitué ! (« La pile au verjus », pp. 113-114)
Non, ce n’est pas la guerre, c’est un événement plus grave, qui tue plus sûrement les corps, et ruine l’esprit. Cet empoisonnement terroriste et gratuit, aucune expression de colère, de mépris, n’est assez forte pour le condamner. Ses auteurs vivent en liberté. Les assassins n’ont même pas l’excuse du profit, les marchands du temple ne peuvent même pas invoquer leur âpreté au gain. Le méthanol coûte cher. Et il coûte la vie16.

  • 17 « Adresse à Ponchon », p. 55.
  • 18 « Le crime de Glaude », p. 21.

15S’il faut dénoncer l’adultération chimique de ces « alchimistes modernes »17, il faut aussi proclamer bien haut les difficultés que coûte la défense d’un métier immémorial que menace un présent où seul compte le profit à court terme. Tel est le cas du Glaude, viticulteur à Irancy, qui défendait la « qualité mythique » de son vin et « se flattait modestement d’exploiter encore une ouvrée de plant romain »18.

  • 19 « Le vin de Poissons », p.26.

16Tel est aussi le cas de Camille qui avoue sa fatigue : « Tu sais, mon grand, la vigne, c’est fini, je n’en veux plus ». Mais qui cède devant les arguments du narrateur qui le convainc de ne pas renoncer : « Le vin de Poissons coule dans nos veines, et sa pensée nous conserve en vie, comme le plus puissant et le plus secret talisman »19.

  • 20 « Les bienfaits du tabac », p. 88.

17Rappelons-le, « le vin, c’est beaucoup plus que le vin », car de lui émane une magie qui prend corps dans la terre : « chaque bouteille d’honnête vin porte en elle tout un paysage, et recèle un nombre infini d’histoires »20 :

Je sais d’un monde mystérieux où la vigne rare se cache entre les vergers à quetsches et à mirabelles, entre les ravins à charmes et les ressauts de terre ocre où s’accrochent les antiques genévriers, […]. Je vous parle de ce pays des confins, que l’histoire et la géographie balancent à situer en Champagne, en Lorraine, ou en Bourgogne. […] Avez-vous entendu prononcer le doux nom de Vallage ? (« Le vin de Poissons », p. 24.)

  • 21 « Vin tranquille », p. 73.

18L’envoûtement de la vigne engendre l’incantation des mots : « syllabes magiques évocatrices de terroirs obscurs, et néanmoins lumineux, Villers-Marmery, Verzenay, Trépail, Ambonnay ». Mais encore, « mots de passe qui ouvrent les horizons boisés où se récolte le féminin rosé des Riceys, là-bas, dans l’Aube aux superbes forêts »21.

  • 22 « Le vin de Poissons », p. 25.
  • 23 « Vu du ciel », p. 98.

19Et si les villages « chantent » — « Aingoulaincourt, Cirfontaines-en-Ornois, Germisey, Gaindrecourt-aux-Ormes, Orquevaux »22, le nom des vins aussi — « Charmes-Chambertin, Hervelets de Fixin, Arvelets de Volnay, Gouttes d’Or de Meursault, Bienvenus-Bâtard-Montrachet, Corton-Charlemagne »23

  • 24 « Le goût de jaune », p. 70.
  • 25 Ibidem, p. 70.

20Or, la magie de cette culture semble davantage émaner de l’ancienne patine déposée généreusement, au fil des siècles, par l’histoire que du contrôle légal — telle Appellation d’Origine — exercé par l’homme sur la nature et sur le nom. Il ne faut pourtant pas tout nier de cette action de l’homme et bien distinguer « progrès » et « réaction »24. Selon Pirotte, le vin suscite « une question politique, la seule digne d’être posée peut-être, et, la posant, il la résout » en ouvrant « la voie royale de l’harmonie et de la réconciliation »25.

  • 26 Ibidem, pp. 71-72.
  • 27 Ibidem, pp.7 0-71.

21Ce « sentiment émerveillé du prodige et de la perfection » éveille la croyance en une « harmonie universelle » et fait que « la vie mérite d’être vécue »26. Conçu avec lucidité par le narrateur comme un « songe actif », le vin contient donc « la promesse et la lumière d’une apothéose » qui « fonde les certitudes et les évidences de la poésie »27.

  • 28 « Vu du ciel », p. 99.

22Et qui dit poésie, dit art. Le vignoble révèle « ce prodige qu’est la parfaite alliance de l’homme et de la terre : tantôt «aquarelle de Klee», tantôt «jardin romantique imaginé par Hoffmann» »28.

  • 29 « L’hiver en cave », p. 43.
  • 30 « Un bistro lointain », p. 32.
  • 31 « Cafés du Commerce », p. 13.
  • 32 « Le printemps à Tavel », p. 35.
  • 33 « Le vin des pauvres », p. 2.

23Aux paysages ouverts de ces « œuvres d’art » que sont les vignobles font pendant des espaces de protection : la cave, où « il fait doux comme dans un ventre »29, le bistro, cet « univers amniotique », « bouleversant d’intimité »30 ou, encore, le « bon vieux Café du Commerce dont [le narrateur] conserve le culte anachronique et vain »31. Et si, à Tavel32, un bistro sale et frais peut nous rappeler, sous l’invocation de Ronsard, que « la litanie des cépages est un morceau de littérature », le « bistro des faubourgs tristes » peut également évoquer le « vin baudelairien de tous les soliloques et de toutes les navrances »33 :

  • 34 « Air du cabaret de la côte », in La Vallée de misère, Cognac, Le temps qu’il fait, 1987, p. 120.

dans le brouillard gras du bouchon
où les trognes vineuses roulent
les uvulaires vieux jurons
qu’inspirent les canons de rouge

les néons astres de fortune
ont remplacé l’ampoule unique
qui veloutait d’éclats de lune
les réclames d’apéritifs

mais c’est le même ancien miroir
au tain strié qui réfléchit
les nervures du pinot noir
creusant les pommettes tanniques

et ce qui furtif s’insinue
c’est la même ancienne ivresse
goulée de jeunesse perdue
jusqu’à mon âme, qu’elle gerce 34.

24De la sorte, les espaces de protection maternelle que sont la cave et le bistro s’avèrent être, de même, des lieux où suinte le désespoir. Il s’agit d’univers fermés et angoissants, comme peut l’être, aussi, une chambre :

  • 35 Postface à La vallée de misère, op. cit. , p. 161.

Je n’ai pas inventé le décor, c’est aussi celui de La pluie à Rethel. J’étais en cavale (je ne trouve pas d’autre mot). Je me terrais. J’attendais la péremption des peines, j’attendais aussi, certains jours, la femme que j’aimais. Il fallait meubler l’attente, le silence, le froid. Je buvais du gros rouge acheté à crédit […]. Le bonheur aigre-doux d’être seul et misérable et clandestin me berçait35.

  • 36 « Loterie », in Récits incertains, opus cit., p. 113.
  • 37 « Putains de vies » in Fantaisies et préludes, Il est minuit depuis toujours, opus cit., p. 141.

25Vin de solitude et de déshonneur, le gros rouge accompagne la chute dans des « ivresses mortelles »36, avides d’atteindre une « inconscience tétanique »37.

Quant à moi, je me félicite d’avoir bu énormément à certaines époques de mes existences. Employé de banque, traîne-savates ou avocat, qu’est-ce que je pouvais picoler ! Un véritable homme de peine (boire comme un portefaix, ça se dit, non ?). Il m’a suffi d’être chassé d’un peu partout pour boire infiniment moins, voire pas du tout. La sobriété incarnée. Je n’ai pas pour autant perdu ma réputation d’ivrogne, à laquelle je demeure très attaché. Personne n’a besoin de savoir que je rêve. Afin de donner le change, il m’arrive encore de m’enivrer en public, le plus scandaleusement possible. (« Menue monnaie », p. 205)

  • 38 « Soif » in Tourner court : Il est minuit depuis toujours, op. cit., p. 128

26La fiction porte les traces d’une forte empreinte autobiographique chez un narrateur qui « fréquente tous les bistros du monde » et qui éprouve une soif « qu’aucun liquide ne peut étancher »38. Or, si le vin est souvent associé à l’exil, à l’errance et à la quête d’un absolu, il est également ancré dans l’écriture, comme la vigne dans son terroir.

  • 39 La légende des petits matins, Paris, Éd. Manya, 1990, p. 67-68.

Le souvenir des bistros que j’ai hantés dessine une guirlande éminemment littéraire qui est peut-être le seul, le véritable fil de ma vie. De lampion en lampion, je retrouve mon visage des mauvais jours, celui qui m’est le plus familier, mille fois répété par les glaces mortelles des comptoirs, mille fois éclairé par la démence de l’alcool39.

  • 40 « Un bistro lointain », in Les contes bleus du vin, p. 33.
  • 41 « Quatre heures soupatoires », in Les contes bleus du vin, p. 52.

27Nostalgiques et mélancoliques, sordides ou misérables, les lieux que Pirotte associe au vin dégagent un « goût d’éternité » propice à une rêverie, qui est aussi voyage, que hante le cauchemar. Ce sont des espaces de transformation habités par les démons personnels ou, parfois, comme dans Les Contes du vin, par la féerie des silhouettes idéales d’Yvonne de Galais40 ou de la Châtelaine de Vergy41.

  • 42 Ses compagnons de voyage sont : Nerval, Michaux, Rimbaud, Dumas, Dhôtel, Charles d’Orléans, Brassen (...)

28Dans les Contes bleus du vin, le texte s’ancre dans les légendes et la littérature42 comme la vigne plonge ses racines dans la merveille d’une culture immémoriale. Ce sont pourtant des paysages que menace, à présent, l’oubli.

29Guidée par une affabilité mélancolique, la plume de Pirotte s’acharne à tracer les lignes de résistance d’un parcours identitaire qui se veut vagabondage, après avoir connu l’exil.

  • 43 Gaz liquide, in Les contes bleus du vin, p. 46.

30De la sorte, et non sans dignité, cette écriture forgée dans la conscience de l’errance nous rappelle que « le vin, c’est un peu le refuge ultime de la délicatesse, et disons le mot, de la civilisation »43.

Haut de page

Notes

1 Pirotte (Jean-Claude), Les contes bleus du vin, Cognac, Le temps qu’il fait, 1988, p. 63. Toutes les citations qui suivent se réfèrent à cette édition.

2 Pirotte (Jean-Claude), La Vallée de misère, Cognac, Le temps qu’il fait, 1987, p. 161.

3 Ibidem., p. 106.

4 À ce propos, voir l’étude qu’Alain Bertrand consacre à l’auteur in Jean-Claude Pirotte, Bruxelles, Labor, 1995.

5 Pirotte (Jean-Claude), « L’illustre défunt » in Il est minuit depuis toujours, Paris, La table ronde, 1993, p.182. Les référence dans le texte concernent les nouvelles de ce recueil.

6 Pirotte (Jean-Claude), Récits incertains, in Il est minuit depuis toujours, ibid., p. 53.

7 Le premier récit s’intitule « Sous l’invocation de Saint Vincent » et, le dernier, « Saint-Vincent tournante ».

8 « Bourgogne, quand tu nous tiens », p. 65.

9 L’éternité, p. 101.

10 « Maurice de Thonnance », p. 77.

11 « Maurice de Thonnance », p. 76.

12 Ibid., p. 88.

13 « Les amoureuses du curé », p. 85.

14 Ibidem, p. 85.

15 « Maurice de Thonnance », p. 77.

16 « Gaz liquide », p. 47.

17 « Adresse à Ponchon », p. 55.

18 « Le crime de Glaude », p. 21.

19 « Le vin de Poissons », p.26.

20 « Les bienfaits du tabac », p. 88.

21 « Vin tranquille », p. 73.

22 « Le vin de Poissons », p. 25.

23 « Vu du ciel », p. 98.

24 « Le goût de jaune », p. 70.

25 Ibidem, p. 70.

26 Ibidem, pp. 71-72.

27 Ibidem, pp.7 0-71.

28 « Vu du ciel », p. 99.

29 « L’hiver en cave », p. 43.

30 « Un bistro lointain », p. 32.

31 « Cafés du Commerce », p. 13.

32 « Le printemps à Tavel », p. 35.

33 « Le vin des pauvres », p. 2.

34 « Air du cabaret de la côte », in La Vallée de misère, Cognac, Le temps qu’il fait, 1987, p. 120.

35 Postface à La vallée de misère, op. cit. , p. 161.

36 « Loterie », in Récits incertains, opus cit., p. 113.

37 « Putains de vies » in Fantaisies et préludes, Il est minuit depuis toujours, opus cit., p. 141.

38 « Soif » in Tourner court : Il est minuit depuis toujours, op. cit., p. 128

39 La légende des petits matins, Paris, Éd. Manya, 1990, p. 67-68.

40 « Un bistro lointain », in Les contes bleus du vin, p. 33.

41 « Quatre heures soupatoires », in Les contes bleus du vin, p. 52.

42 Ses compagnons de voyage sont : Nerval, Michaux, Rimbaud, Dumas, Dhôtel, Charles d’Orléans, Brassens...

43 Gaz liquide, in Les contes bleus du vin, p. 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana González-Salvador, « Vins d’ancrage : l’autre Pirotte », Textyles, 23 | 2003, 63-68.

Référence électronique

Ana González-Salvador, « Vins d’ancrage : l’autre Pirotte », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/762 ; DOI : 10.4000/textyles.762

Haut de page

Auteur

Ana González-Salvador

Université d’Extremadura (Cáceres)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org