Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Jules Minne. N˚ sp. de Le Lothier roman. Revue d’histoire publiée par le Cercle d’histoire et d’archéologie du Pays de Genappe

Trimestriel, n˚2, 2003
Pierre Halen
p. 112
Référence(s) :

Jules Minne. N˚ sp. de Le Lothier roman. Revue d’histoire publiée par le Cercle d’histoire et d’archéologie du Pays de Genappe. Trimestriel, (Bousval : <qllib@interweb.be>), n˚2, 2003, 109 p.

Texte intégral

1Rédigé presque de bout en bout par l’historien Gaston Braive, ce numéro spécial est consacré au poète Jules Minne, dont le 15 mai 2003 a marqué le centenaire de la naissance. Minne est né à Loupoigne et a vécu une partie de son enfance dans le Brabant wallon, ce qui lui vaut aujourd’hui d’être l’objet de cette célébration. Cela n’empêche pas l’œuvre elle-même, bien qu’elle soit un peu oubliée, de dépasser très largement le cadre local du Pays de Genappe. Docteur en droit qui ne s’est guère exprimé au Barreau, ensuite fonctionnaire dans l’administration coloniale au Congo, Minne ne semble avoir eu de vraie vocation que pour la poésie. Gaston Braive évoque tour à tour, en historien rigoureux, la « carrière coloniale », puis la « carrière littéraire » de Jules Minne, éclairant magistralement, sinon l’œuvre elle-même dont il trace néanmoins les contours, du moins toutes les données importantes du parcours biographique et éditorial. Il n’y manque qu’une bibliographie étendue, incluant les articles et comptes rendus publiés ici et là par l’écrivain, pour disposer d’un dossier particulièrement complet et fiable ; mais en l’état, l’apport est déjà à saluer. Les archives familiales ont, bien entendu, été sollicitées, mais également les sources administratives disponibles, de sorte que ressuscite peu à peu la personnalité très particulière d’un homme qui n’avait que peu d’affinités avec l’« action» coloniale ni avec les responsabilités humaines attendues dans le contexte des postes de la forêt équatoriale.

2Ce petit volume est donc très riche en notations historiennes, qui permettent aussi de recomposer un parcours poétique dans l’institution francophone belge, depuis le « prix Verhaeren » de 1935 jusqu’à l’anthologie de l’Audiothèque que lui consacre Géo Libbrecht, en passant par le Prix triennal de Littérature coloniale, obtenu avec le soutien de Joseph-Marie Jadot. Les cercles et les revues, les amitiés et les relations : les éléments sont désormais rassemblés, qui permettront peut-être d’envisager une étude institutionnelle. On souhaiterait disposer d’aussi solides apports pour bien des écrivains, et non seulement de « coloniaux ». Minne, à vrai dire, s’il a tiré un parti poétique immense du paysage équatorial, serait assez mal désigné s’il n’était rangé que dans cette catégorie. En réalité, et c’est peut-être aussi la raison pour laquelle il fut surement le plus célébré en Métropole de tous les écrivains belges du Congo, il ne s’intéressa guère au « conflit colonial », cherchant plutôt dans la forêt infinie un motif à spéculer sur l’essence de la vie humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Jules Minne. N˚ sp. de Le Lothier roman. Revue d’histoire publiée par le Cercle d’histoire et d’archéologie du Pays de Genappe », Textyles, 25 | 2004, 112.

Référence électronique

Pierre Halen, « Jules Minne. N˚ sp. de Le Lothier roman. Revue d’histoire publiée par le Cercle d’histoire et d’archéologie du Pays de Genappe », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/761

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org