Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Blancart-Cassou (Jacqueline), Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire

Paris, Honoré Champion, coll. Littérature de notre siècle, 2003
Isabelle Ost
p. 108-109
Référence(s) :

Blancart-Cassou (Jacqueline), Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire. Préface de Jean-Yves Guérin. Paris, Honoré Champion, coll. Littérature de notre siècle, 2003, 316 p.

Texte intégral

1Il manquait sans doute une étude critique qui rende justice à l’œuvre, pourtant d’une grande richesse, de Ghelderode conteur ; c’est à présent chose faite, puisque Jacqueline Blancart-Cassou — par ailleurs auteur d’une Lecture du recueil Sortilèges réédité chez Labor en 2001 (voir Textyles n˚ 22) — nous livre cette année, sous le titre Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire, un vaste commentaire de ce versant trop oublié de l’écriture ghelderodienne. Si on le connaît bien en effet sous son étiquette de dramaturge, il n’en reste pas moins que Ghelderode est également un conteur à part entière : c’est en tout cas ce dont J. Blancart-Cassou parvient à nous convaincre au terme de son travail. Toutefois, contes ou pièces, les mots crient les mêmes obsessions, qui font toute la densité si particulière de l’univers de cet écrivain écorché vif.

2Tel est d’ailleurs ce qui va permettre à la spécialiste une approche qui témoigne d’une forte cohérence avec ses analyses précédentes (principalement par rapport à son ouvrage Le rire de Michel de Ghelderode, Klincksieck, 1987) : la gamme infiniment variée de rires qui résonnent dans ces textes sert ici encore de fil d’Ariane. En effet, l’auteur a fait le choix, assurément judicieux, de ne pas présenter les œuvres dans un ordre strictement chronologique, mais de les classer en deux grandes parties, l’une consacrée aux « contes joyeux » et l’autre aux « contes amers ». Et le lecteur averti de retrouver cette problématique centrale qui traverse tout le travail critique de Madame Blancart-Cassou à propos de Ghelderode : quel est le rapport de l’écrivain au réel — ce réel qui lui inspira, dès la plus tendre enfance, un « sentiment tragique de la vie » ?

3Quand il est désireux de s’en évader afin de se replonger dans une mythique Flandre d’autrefois, reflet de sa propre destinée, Ghelderode renoue avec une veine carnavalesque, que lui inspirent le pinceau des Primitifs Flamands ou les truculences rabelaisiennes. Ainsi, J. Blancart-Cassou nous présente le foisonnement de textes qui tous ont pour point commun de servir d’exutoire aux hantises du conteur, empreints qu’ils sont de songes, de jouissances et d’un humour véritable. Lorsque, par contre, il se décide à affronter cette réalité quotidienne qui lui fait horreur, Ghelderode, masqué derrière les différentes figures de ses narrateurs, laisse affleurer, plus encore que dans son théâtre, les confidences douloureuses de ses terreurs profondes. C’est alors toute la puissance destructrice du rire qui se déchaîne, sur tous les tons, en une vraie « symphonie du rire angoissé », que l’auteur du présent essai examine dans ses moindres nuances, avant de conclure à l’échec de cette « quête » qui mine l’écrivain, en butte à la « toute-puissance du tragique ».

4En définitive, voilà une étude extrêmement précieuse et précise que nous livre J. Blancart-Cassou, véritable introspection au cœur de la complexité d’une écriture fascinante ; un ouvrage rigoureux qui a le mérite d’ouvrir des pistes de recherche vers des textes de première importance dans notre champ littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Ost, « Blancart-Cassou (Jacqueline), Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire », Textyles, 25 | 2004, 108-109.

Référence électronique

Isabelle Ost, « Blancart-Cassou (Jacqueline), Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/750

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org