Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Lemonnier (Camille), La Petite Femme-Singe

Bruxelles, Elaïs asbl, <Colonisons !, n˚5>, 2003
Pierre Halen
p. 108
Référence(s) :

Lemonnier (Camille), La Petite Femme-Singe [Suivi de deux notes, par Philippe Roy et Gatherine Gravet]. Bruxelles, Elaïs asbl, <Colonisons !, n˚5>, 2003, 26 p., agrafé.

Texte intégral

1La collection « Colonisons ! », publiée par Émile Van Balberghe et Nadine Fettweiss, est constituée de petite brochures agrafées, soigneusement éditées, et a pour vocation de remettre en circulation des textes brefs, oubliés ou indisponibles, relatifs à la période fin-de-siècle qui a constitué le cadre chronologique des débuts de la colonisation en Afrique centrale. La cinquième livraison de la collection nous fait retrouver Camille Lemonnier, le naturaliste coruscant, dont on avait déjà pu lire, dans la même série, la nouvelle Gim.

2Une fois encore, cette édition est placée sous le signe du plus grand scrupule philologique qui est la marque des travaux publiés par les deux responsables de la collection, et nous n’avons certes qu’à nous en réjouir.

3La nouvelle elle-même ne fait guère que six pages imprimées ; elle fait partie de l’abondante production grâce à laquelle Lemonnier a pu vivre de sa plume. Il semble y évoquer un souvenir de jeunesse, relatif à l’arrivée au village d’une femme noire, qu’un jeune homme loge à l’auberge pendant trois mois. Cette mystérieuse Africaine connait le piano et chante... une mélodie de Gounod, mais pour le reste demeure inconnue du narrateur qui ne se fait pas faute de fantasmer à son propos, empruntant à tout ce que l’imagerie du temps peut lui fournir de clichés exotiques et racistes, avant toutefois, sur la foi du chant qu’il a entendu, de juger que cette femme est sans doute une femme comme les autres.

4Philippe Roy situe cette pièce dans l’ensemble de l’œuvre de Lemonnier et en commente le développement narratif. Catherine Gravet, ensuite, s’interroge sur les réalités historiques qui auraient pu inspirer l’écrivain, et conclut par l’hypothèse que Lemonnier pourrait bien avoir croisé, en septembre 1892, la route d’une jeune Congolaise, la première de celles qui furent amenées en Belgique pour y recevoir une instruction chrétienne développée dans le cadre de l’œuvre de l’abbé Van Impe, instruction qui comportait une formation musicale. Cette Congolaise se produisit en effet à Dinant, dans le cadre d’un récital organisé par la section antiesclavagiste locale. Ce n’est bien entendu qu’une hypothèse, mais elle est plausible... et, après tant de recherches érudites scrupuleuses, elle a assurément le mérite de titiller notre imagination...

5Le n˚ 6 de la même collection ne concerne que très marginalement la Belgique et nous ne faisons que le signaler : il s’agit de l’édition critique d’un texte anticolonialiste publié en revue, sous pseudonyme, par Octave Mirbeau : Colonisons ! L’édition et le commentaire sont du meilleur spécialiste de Mirbeau : Pierre Michel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Lemonnier (Camille), La Petite Femme-Singe », Textyles, 25 | 2004, 108.

Référence électronique

Pierre Halen, « Lemonnier (Camille), La Petite Femme-Singe », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/748

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org