Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Fraiture (Pierre-Philippe), Le Congo belge et son récit francophone à la veille des indépendances sous l’empire du royaume

Paris, L’Harmattan, coll. Critiques littéraires, 2003
Buata Malela
p. 106-108
Référence(s) :

Fraiture (Pierre-Philippe), Le Congo belge et son récit francophone à la veille des indépendances sous l’empire du royaume, Paris, L’Harmattan, coll. Critiques littéraires, 2003, 310 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Fraiture propose d’approcher le corpus colonial de la période comprise entre 1945 et 1960 de l’ancien « Congo belge ». La problématique traitée vise à étudier la cohabitation coloniale entre les écrivains, en s’interrogeant sur la manière dont cette littérature dit la situation coloniale et le présent congolais, avec en arrière-plan, une visée éthique. Sa tentative de réponse se déploie en trois parties également agencées.

2La première partie a trait au contexte historique. En s’appuyant principalement sur les travaux de l’historien belge Jean Stengers et de l’historien congolais Isidore Ndaywel è Nzièm dont on connaît la monumentale Histoire générale du Congo (1998), l’auteur synthétise de façon critique l’histoire coloniale belge qui va de l’ère léopoldienne à la période rykmansienne. En effet, le partage de l’Afrique centrale décidée à la conférence de Berlin (1884-1885) crée l’État indépendant du Congo (E.I.C.), sans métropole. Léopold II (1865-1909) y applique ses principes cyniques : (1) la colonie doit être une source de richesse pour la métropole et (2) le travail forcé de la population dominée parce que celle-ci souffrirait de « l’ensauvagement » et d’une carence « morale ». L’indignation internationale et la convoitise de ce territoire par les autres puissances auraient poussé la Belgique à annexer le Congo en 1908. De cette date jusqu’en 1960, le bien-fondé du régime colonial se justifie dans la mystification de Léopold II (grandeur morale, sagesse et génie). Ce mythe se retrouve notamment dans le roman Les Évadés de l’oubli d’Egide de Straven. Pour l’imaginaire populaire, ce roi serait un patriarche rassurant à la barbe blanche (comparée à saint Nicolas) et le Congo une région sauvage et riche. Alors que dans la réalité, l’annexion de l’E.I.C. résulte entre autres de la volonté de réduire les crimes de l’ère léopoldienne en instaurant une sorte de « Pax Belgica ». Pour ce faire, la Belgique occupe effectivement l’ensemble du territoire congolais jusqu’à l’Indépendance. La colonie bénéficie d’une période de relative prospérité due à la réquisition générale, qui ne s’est pas faite sans résistances — p.ex. celle de Simon Kimbangu (1889-1950). Entre 1945 et 1960, la phase d’émancipation des autochtones est amorcée pour deux raisons : des facteurs externes — le contexte international de remise en cause des colonies — et internes — le changement du rapport entre les colonisés et les colonisateurs à cause de la guerre, résume Fraiture. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, l’administration coloniale crée la catégorie des Évolués, symbole de la « mission civilisatrice » puisqu’ils défendent le système colonial. Par exemple, ceux qui, tels Antoine Bolamba ou Patrice Emery Lumumba, s’illustrent dans la Voix du Congolais, jusqu’à leur retournement (entre 1956 et 1960) contre ce même système ; après l’échec de leurs revendications, notamment d’une communauté belgo-congolaise, ils militeront pour l’indépendance. Après l’ère léopoldienne, la « praxis » coloniale belge fondée sur une prétendue approche « pragmatique » de la question congolaise se perçoit dans les deux ouvrages du gouverneur général du Congo (1934-1946), Pierre Ryckmans, Dominer pour servir (1931) et La politique coloniale (1933). En effet, cette praxis tente d’aller à l’encontre de l’assimilationnisme du modèle colonial français qui serait homogénéisateur et ne s’instaurerait qu’au prix d’une longue période de désordre. Elle reste favorable à une approche basée sur la « politique d’évolution », c’est-à-dire accepter l’ordre social établi en ne condamnant a priori aucune assimilation. Évolutionniste, car l’objectif serait d’amener les « frères inférieurs noirs » à bénéficier des principes essentiels de la « civilisation occidentale ». Comme le souligne Fraiture, la contradiction est patente car cette idéologie repose sur le même postulat (supériorité du peuple impérial) que le modèle assimilationniste ; également favorable à une gestion « plus humaine » de la population dominée. Donc Ryckmans se montre hostile aux méthodes coercitives. Il faudrait plutôt considérer le point de vue du Noir pour mieux le dominer, c’est-à-dire connaître pour dominer. En somme, écrit Fraiture : « Le mépris du Noir — l’arme justificatrice que privilégièrent les instigateurs du “scramble for Africa” — est abandonné au profit d’une stratégie qui reconnaît du même dans l’autre. Cet a priori favorable — Tzvetan Todorov dans Nous et les Autres parle de règle d’Aristote — devient dans cette période de l’entre-deux-guerres une des clés de voûte de la réflexion menée en Europe sur l’autre colonisé. » (p. 54).

3Fraiture consacre sa deuxième partie à étudier la réflexion critique que la fiction coloniale a suscitée avant et après la Seconde Guerre mondiale. Les premiers critiques, Joseph-Marie Jadot (1886-1967) et Gaston Denis Périer (1879-1963), dont la vie coïncide avec la durée de l’ère coloniale belge — le premier a servi comme magistrat au Congo alors que le second ne s’y est rendu qu’à une seule occasion et a surtout servi au ministère des colonies à Bruxelles —, se connaissent bien et affichent leur « congophilie », adoptant ainsi une attitude « compréhensive » à l’égard du Congolais. S’ils veulent promouvoir la littérature centrafricaine, la synthèse qu’ils proposent sert la cause impériale parce que la compréhension des arts des peuples dominés reste un moyen de les séduire et d’obtenir leur collaboration. En effet, selon eux, la littérature coloniale devrait être utilitariste : dire « le vécu » africain de l’écrivain — ce qui implique une connaissance profonde de l’Afrique — et jouer un rôle moteur de l’institution qui légitimerait cette littérature coloniale. Après 1960, la période coloniale est occultée en tant que sujet scientifique jusqu’à la fin des années soixante-dix où apparaissent quelques travaux sur la littérature nationale congolaise dont ceux de Kadima-Nzuji et de Jean Pirotte. Dans les années quatre-vingt, on organise (1) l’exposition Zaïre 1885-1985 dans le but de dégager quelques avatars dominants de la stéréotypie au sujet du Congolais ; (2) l’exposition internationale sur l’image du Noir dans la culture populaire, et l’ouvrage de Jacquemin, Racisme. Continent obscur. Clichés, stéréotypes, phantasmes à propos des Noirs dans le Royaume de Belgique, tente de déconstruire les images anciennes et contemporaines sur l’Afrique pour combattre le racisme. Dans les années quatre-vingt-dix, deux approches complémentaires émergent : l’une de tendance mytho-critique, avec Pierre Halen, contribue au débat de manière significative dans son ouvrage Le petit Belge avait vu grand (1993). Il y prône la rupture avec l’a priori tiers-mondiste des études consacrées aux images du Noir. Il propose d’envisager les rapports entre mythe et réalité de façon dynamique ; de sortir de l’attribution systématique de « colonialité » à cette littérature qu’on enfermerait de la sorte dans des problématiques dualistes ; de dégager de la situation coloniale un réseau d’identités. Halen élabore aussi une réflexion poétique autour de l’axe conceptuel distinguant l’autre — exotisme : tendance à établir l’Autre dans son altérité — et l’autrui — antexotisme : tendance à parier sur la possibilité de communiquer avec lui — à partir de laquelle l’on peut comprendre la distinction entre la littérature coloniale (tendance antexotisme) et la littérature exotique. Fraiture souligne que l’apport de Halen est le décloisonnement du genre littéraire colonial qu’il y a lieu de situer dans un cadre de réexamen du colonialisme littéraire. L’autre, de tendance comparatiste, provient du collectif Papier blanc, encre noire dirigé par Marc Quaghebeur, dont l’objectif est de dégager les particularités culturelles de la francophonie centrafricaine. Pour lui, la définition du roman colonial serait à chercher dans un entre-deux belgo-congolais. Fort de cet aperçu critique et essentiel, Fraiture se lance dans une analyse complexe des quatre auteurs coloniaux : George Duncan, Henri Cornélus, Marcel Tinel et Joseph Esser.

4La troisième partie fait apparaître, en substance, que ces quatre œuvres se caractérisent par une certaine volonté ryckmansienne (faire connaître le réel colonial), la propension à « altérifier », ainsi qu’à représenter l’ailleurs sous l’angle mélioratif et péjoratif, oscillant entre l’exotisme et l’antexotisme. Cette tension résulterait de la « collision » et de la « collusion » entre le lieu (ici) et l’espace (là-bas). Dès lors, on parle de poétique collusoire lorsque le héros est déraciné et de poétique collisoire quand la présence dans l’espace entraîne un enracinement dans ce même espace. Par conséquent, Fraiture après la lecture des textes, en arrive à la conclusion que les œuvres de Cornélus et Duncan appartiendraient à une poétique collusoire, tandis que celles de Tinel et Esser à la catégorie collisoire.

5Trois parties également organisées, mais inégalement rendues dans ce compte rendu permettent de bénéficier d’une réflexion de grande qualité sur les lettres coloniales. De plus, si l’on peut prêter à Fraiture une intention éthique, comme le souligne cet auteur dès l’entame (p. 17), l’on aurait souhaité alors qu’elle apparaisse plus explicitement dans son propos, bien que l’analyse des œuvres qu’il propose nous la laisse entrevoir. La démarche de Fraiture nous permet donc de nous questionner efficacement à la fois sur l’histoire coloniale, sur les lettres coloniales et la façon d’aborder celles-ci. C’est pourquoi, un tel ouvrage devrait être doublement salué, parce que triplement remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Buata Malela, « Fraiture (Pierre-Philippe), Le Congo belge et son récit francophone à la veille des indépendances sous l’empire du royaume », Textyles, 25 | 2004, 106-108.

Référence électronique

Buata Malela, « Fraiture (Pierre-Philippe), Le Congo belge et son récit francophone à la veille des indépendances sous l’empire du royaume », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/746

Haut de page

Auteur

Buata Malela

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org