Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Marchetti (Adriano), Prédilections. Incursions en Belgique

Rimini, Panozzo, « Saggi », 2002
Maria Chiara Gnocchi
p. 104-106
Référence(s) :

Marchetti (Adriano), Prédilections. Incursions en Belgique. Rimini, Panozzo, « Saggi », 2002, 187 p.

Texte intégral

1Adriano Marchetti, professeur de littérature française à l’Université de Bologne, vient de rééditer en volume dix essais portant sur la littérature belge qu’il a écrits dans la dernière décennie, et qui ont déjà paru dans différents volumes ou périodiques. Publié par l’éditeur italien Panozzo, particulièrement actif dans la promotion de la littérature belge, le recueil est entièrement écrit en français.

2Un avertissement précède le corpus critique : Marchetti avoue qu’il a cédé de son gré au « charme de l’irrégularité », et que « l’unité n’a pas été le souci majeur de ce volume ». D’ailleurs, dès le titre, le lecteur est prévenu : il s’agit de « prédilections », d’« incursions » dans un vaste univers littéraire. Pascal Leclerq, qui préface le volume, rejoint les intentions de l’auteur : le titre de son intervention est « Résonance », un terme qui invoque et traduit la lecture de l’œuvre que Leclerq estime optimale. Autrement dit, le préfacier invite « à écouter d’abord, à vibrer ensuite » ; à écouter une parole qui résonne plus qu’elle raisonne, et qui ne prétend rien résoudre.

3Fuyant toute systématisation, Adriano Marchetti analyse une série d’œuvres assez hétérogènes, signées par des auteurs belges très éloignés les uns des autres, tant du point de vue historique que du point de vue poétique : La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster, La Chanson d’Ève de Charles Van Lerberghe, Christophe Colomb de Michel de Ghelderode, le Journal de l’analogiste de Suzanne Lilar, enfin différents textes de Max Loreau et d’Henri Bauchau. Plus de la moitié du livre est consacrée à ces deux derniers écrivains, que l’auteur étudie depuis longtemps (signalons deux récents numéros monographiques de la revue Francofonia, que Marchetti dirige : Max Loreau. La quête de l’imprévisible, n. 41, automne 2001 ; Henry Bauchau. Voix et vocation de l’écriture, n. 42, printemps 2002). Marchetti considère chacun de ces textes comme un univers en soi, sans donner trop de poids à l’influence qu’ont les éléments extérieurs (approche historique ou sociologique) ou intérieurs (approche psychanalytique) sur leur production.

4La Légende d’Ulenspiegel est abordée par le biais du paradigme temporel. Marchetti s’interroge sur l’histoire dans La Légende, ou plutôt sur l’imagination de l’histoire que Charles de Coster met en scène. La Légende est inscrite dans un temps qui se détache à la fois du passé et du futur, et qui est pour ainsi dire achronique (le temps au sens du Kaïros hébraïque, différent du Chronos grec), relié à un passé et à un futur du désir pur. Une réflexion analogue est faite à propos du Christophe Colomb de Michel de Ghelderode : c’est l’ennui du présent qui pousse Colomb vers un « ailleurs » à la fois spatial et temporel, et qui lui fait désirer — en vain — une temporalité antérieure à la dimension passé-présent-futur. Les renvois autobiographiques du Journal de l’analogiste de Suzanne Lilar n’intéressent pas spécialement Adriano Marchetti, qui dit de cette « confession affabulatrice » : « avant d’être une aventure du sujet, c’est une aventure du langage », un « roman de la poésie », « une suite de faits poétiques » (pp. 68-71). La lecture de La Chanson d’Ève permet à Marchetti de montrer comment, chez Van Lerberghe, naît le symbole, « expérience où le rapport entre les mots et les choses est placé en deçà de la représentation, une expérience où se résout la contradiction entre la connaissance et la contemplation, et celle entre le discours philosophique et l’intuition poétique » (d’après la préface de Pascal Leclerq, p. 14).

5Marchetti donne sans doute la clé de lecture de ses études (et donc la clé pour l’interprétation du corpus) à travers deux réflexions, significativement développées à l’égard des deux auteurs qu’il affectionne davantage. À propos de Loreau, il écrit en effet : « L’essentiel de l’activité de Max Loreau est tout entier œuvre d’images et de mots. Son écriture ne tire pas sa force des certitudes de la pensée, ni de l’ingéniosité des ruses rhétoriques, mais d’une fidèle justesse toujours renaissante du rapport qu’elle entretient avec le monde […] : une manière de dire le monde qui n’explique pas le monde, des résonances qui ne se laissent ni atteindre ni maîtriser » (pp. 85-86). Et, à propos de Bauchau : « Pour comprendre Henry Bauchau, pour jouir de son écriture, il est nécessaire de trouver non pas tellement une tendance critique, mais une intonation de lecture : une forme d’écoute qui se précise toujours davantage comme dialogue avec la poésie, comme dialogue pensant, que ne réussiraient à comprendre ni la pensée considérée en tant que telle, ni la poésie considérée seulement dans son acception de genre littéraire » (p. 149). Si, d’un côté, Marchetti lit en philosophe ces écrivains, qu’il considère avant tout comme des poètes, il entend de l’autre redonner sens aux deux termes poésie et philosophie : « poésie ne veut pas dire esthétique, de même que philosophie ne veut pas dire spéculation logique » (p. 150).

6Personnel, libre de tout schéma préétabli, le discours de Marchetti se tisse pourtant de manière cohérente, et ce pour diverses raisons. D’abord, parce que ses prédilections vont naturellement à des auteurs qui ont conduit, à travers des textes et des parcours très variés, une même recherche à la fois existentielle et langagière. Ensuite, parce que l’auteur s’applique à dégager, de ces œuvres hétérogènes, les points de convergence. Enfin, parce l’approche de Marchetti, et le type de discours qu’il bâtit, sont solidement ancrés à une réflexion philosophique qui lui permettent de profiter de la diversité des œuvres analysées comme une richesse, plutôt que comme une entrave.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Gnocchi, « Marchetti (Adriano), Prédilections. Incursions en Belgique », Textyles, 25 | 2004, 104-106.

Référence électronique

Maria Chiara Gnocchi, « Marchetti (Adriano), Prédilections. Incursions en Belgique », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/744

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Gnocchi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org