Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918

Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, coll. « Archives du Futur », 2003
Bibiane Fréché
p. 103-104
Référence(s) :

Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918. Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, coll. « Archives du Futur », 2003, 472 p.

Texte intégral

1Le brusque déclenchement de la Première Guerre mondiale provoqua un traumatisme d’une rare violence au sein des intellectuels de l’époque. Avant 1914, les échanges littéraires entre Allemands et Belges se portaient à merveille et la réception d’écrivains belges en Allemagne, tels que Maeterlinck et Verhaeren, était une réussite exemplaire. Le jour de l’invasion sonna la rupture. Du côté belge, les représentants du symbolisme participèrent activement à la guerre auprès de leur gouvernement. De même, du côté allemand, les intellectuels se vouèrent à la cause nationaliste.

2Cette mobilisation valut à certains intellectuels germaniques de se retrouver en territoire belge occupé, soit en tant que personnel administratif à Bruxelles, soit en tant que personnel soignant, souvent itinérant. On a appelé ce groupe Kriegskolonie, qu’Hubert Roland traduit par « colonie » littéraire allemande — le terme « colonie » étant mis entre guillemets pour souligner le caractère hétérogène de ce groupement, issu de milieux littéraires, intellectuels et économiques différents. Personne n’avait encore jamais étudié par le menu la composition de cette colonie, son influence sur la littérature, ses éventuelles relations avec la Belgique et ses habitants, son impact sur l’image de l’Allemagne en Belgique et vice-versa. C’est ce qu’Hubert Roland s’est proposé de faire dans cet ouvrage, qui est la traduction, revue et augmentée, de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 1997 à l’UCL et publiée en allemand chez Peter Lang en 1999.

3Trois grands réseaux d’intellectuels se dégagent de l’analyse. Le premier, sans doute le plus serré, même si très hétéroclite, se rassemble à Bruxelles autour du charismatique Sternheim. Cet influent représentant de l’expressionnisme littéraire allemand regroupera autour de sa maison « Clairecolline », et de sa femme Thea — dont le journal permet d’établir une grande partie du réseau de connaissances de son mari — divers adeptes et disciples, dont Einstein, Eisenlohr, Hausenstein, Flake et Huebner. Leur relation, de courte ou de plus longue durée selon chaque écrivain, aboutira à plusieurs réussites littéraires de l’expressionnisme, comme le sont la « prose de Rönne », les nouvelles de Sternheim ou les romans d’Eisenlohr ou de Thea Sternheim. Leurs expériences littéraires, basées sur une nouvelle conception de la langue, un retour au primitif et une idéologie anti-bourgeoise, seront menées de manière isolée, le groupe bruxellois n’ayant pratiquement aucun contact avec le monde culturel belge.

4Il faut dire que « la réalité de l’occupation rend impossible la collaboration intellectuelle indépendante d’arrière-pensées politiques » (pp. 398-399), comme le montre bien le fonctionnement du deuxième réseau d’intellectuels, réunis autour de l’éditeur Kippenberg. Ce dernier a eu l’idée d’éditer une « série flamande », qui a pour but de faire connaître la littérature belge en Allemagne. Ce projet n’est cependant pas que philanthropique. Il vise également, dans le cadre de la Flamenpolitik de l’occupant, à préparer un climat germanophile en Belgique. Quelques écrivains belges comme Streuvels, Timmermans et Eekhoud profiteront de l’aubaine pour diffuser leur œuvre à l’étranger. Jouets d’une politique qui les dépassait ou conscients des risques qu’ils prenaient, ils seront mis à l’index après l’armistice.

5Sur le front, les expériences vécues divergent fortement de la vie paisible de la capitale belge. Les intellectuels, tels que Piscator ou Renn, confrontés au spectacle des tranchées, en seront profondément marqués. Ils remettront en question le fonctionnement des sociétés capitalistes et nationalistes. Jünger, par contre, exaltera le soldat des tranchées, héros des temps modernes capable de délivrer une société occidentale boiteuse.

6En règle générale, les écrivains de la Kriegskolonie, témoins des ravages de la guerre, reviendront de leur premier sursaut nationaliste et se tourneront vers le pacifisme. En se servant de leurs connaissances au sein de l’appareil administratif, certains tenteront, par des initiatives individuelles, d’alléger les souffrances de quelque ami belge. Ces actes isolés joueront grandement dans la réhabilitation de l’image de l’Allemagne après guerre. Parmi les intellectuels qui contribueront à cette tentative de réconciliation, on trouve un certain Paul Colin, animateur frondeur du groupe « Clarté » en Belgique et futur collaborateur durant la Seconde Guerre mondiale.

7Basé sur de nombreuses sources d’archives et illustré de quelques reproductions iconographiques, le propos d’Hubert Roland est clair, précis et détaillé. Des biographies d’écrivains fournissent au lecteur avide de détails supplémentaires les informations nécessaires. Regroupées en fin d’ouvrage, elles n’alourdissent pas le propos. Un index et, chose rare, une bibliographie sélective amplement commentée, ferment un livre soigné et fouillé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918 », Textyles, 25 | 2004, 103-104.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Roland (Hubert), La « Colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918 », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/742

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org