Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 100-101

Théâtre au présent

Le centre des écritures dramatiques Wallonie-Bruxelles présente le premier volume d’une anthologie de 40 pièces d’auteurs belges contemporains. Ce « Théâtre au présent », destiné avant tout aux metteurs en scènes, comédiens et responsables culturels, est particulièrement intéressant aussi pour l’historien de la littérature. Les auteurs sont brièvement présentés (hélas chacun selon son bon plaisir et sans unité de rédaction des notices biographiques), la pièce retenue est résumée en quelques phrases, et un extrait d’une page est donné. Belle radiographie d’ensemble, donc, précise et bien agencée. (Théâtre au présent I, Lansman éditeur, décembre 2003). (Paul Aron)

Itinéraire des lettres hainuyères

Sous le titre Itinéraire des lettres hainuyères, la Direction générale des Affaires culturelles du Hainaut a publié le catalogue d’une exposition itinérante organisée par la Bibliothèque centrale (av. Rêve d’or, 30. 7100 La Louvière). « Ce produit de l’âme d’un peuple métissé » comme l’écrit, dans le style du sous-préfet aux champs, le préfacier de la brochure, intéressera les chercheurs à plus d’un titre. Il présente 29 bio-bibliographies d’écrivains, principalement contemporains, et autant de spécimens de leur écriture. Il rassemble des auteurs de littérature pour la jeunesse, des écrivains confirmés ainsi que des auteurs de bandes dessinées. Cet éclectisme trop rare dans les publications sur la vie des lettres belges méritait d’être salué. (Paul Aron)

Un palmarès

Les réseaux électroniques charrient, entre des milliards d’autres choses sans doute, des listes d’œuvres littéraires francophones qui servent de « canon » pour l’enseignement de ces matières dans les universités nord-américaines. Émanant de l’université de Montréal, la liste « Balzac-L » a ainsi récemment diffusé trois listes, respectivement, je cite, de « 50 textes francophones (2004) », de « 50 auteurs francophones (1998) » et de « 100 auteurs francophones » (combine deux listes de 1998). Il est toujours intéressant d’y jeter un coup d’œil pour voir où en sont les lettres belges dans l’ensemble. La première liste, la plus récente, ne comporte que trois titres belges sur cinquante : Paix sur les champs de Marie Gevers, Sortilèges de Ghelderode, L’Oiseau bleu de Maeterlinck. La seconde, de 1998, en indique quatre : outre le même Oiseau bleu, Mélusine de Franz Hellens, Les Jumeaux millénaires de Maud Frère, La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster (mais on nous indique qu’on ne reprend pas des « auteurs canoniques pour la littérature française », en citant seulement les noms de Mallet-Joris, Michaux et Yourcenar, en plus de Cendrars). Enfin, la troisième est la plus généreuse, puisque, outre toujours le même Oiseau bleu, mais aussi Paix sur les champs, les Jumeaux millénaires, Sortilèges, Mélusine et La Légende d’Ulenspiegel, elle reprend Keetje de Neel Doff, La Nouvelle Carthage de Georges Eekhoud, Le Pain noir d’Hubert Krains, La Maison de papier de Mallet-Joris, La Nuit dans les yeux de Constant Malva, Vents et poussières de Henri Michaux, Quintes de Marcel Moreau, Bruges-la-Morte de Rodenbach, Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb, L’Enragé de Dominique Rolin, Tout est réel ici de Paul Willems et La Salle des profs de Liliane Wouters ; soit dix-neuf titres sur cent, ce qui est évidemment une proportion plus que respectable. La présence de certaines œuvres (par exemple plutôt que d’autres du même auteur, notamment pour Willems, Gevers, Wouters et bien sûr Maeterlinck) peut surprendre, mais telle est néanmoins la réalité de la réception… (Pierre Halen)

Les universités et le nazisme

Le double volume collectif Griff nach dem Westen. Die “Westforschung” der völkisch-nationalen Wissenschaften zum nordwesteuropäischen Raum (1919-1960), édité en 2003 par Burkhard Dietz, Helmut Gabel et Ulrich Tiedau (Münster e.a., Waxmann Verlag) a suscité un grand intérêt, de même qu’une controverse animée, en Allemagne. Cette recherche, suscitée dans le cadre du groupe de travail Benelux (Arbeitskreis Benelux ; www.uni-duisburg.de/Institute/InKuR/Benelux/band6.html) coordonné par l’historien allemand Horst Lademacher et basé dans les universités de Münster et Duisburg, se concentre sur le traitement réservé par les disciplines des sciences humaines à « l’Europe du nord-ouest », en particulier aux « petits voisins germaniques » (Pays-Bas, Belgique, Luxembourg) sous le régime national-socialiste. Il s’agit là d’un travail qui s’intègre dans le débat sur le rôle joué par les universités, en particulier par les disciplines des sciences humaines (dans ce cas-ci les études dites à l’époque « culturelles » et « anthropologiques »), au service du pouvoir totalitaire nazi, ceci dans le cadre d’un débat particulièrement sensible, relancé depuis le Historikertag de Francfort en 1998.

Parmi la quarantaine de contributions, on épinglera évidemment celles qui concernent au premier plan la Belgique, dont le pouvoir national-socialiste distingue clairement les composantes « raciales » wallonne et flamande, comme on le sait : Marnix Beyen étudie le discours des universitaires allemands et wallons sur la composante germanique de la culture wallonne entre 1900 et 1940 ; Carlo Lejeune s’attache au cas de la Belgique germanophone ; Frank-Rutger Hausmann étudie les activités de l’Institut Allemand de Bruxelles (1941-1944) et des contacts nourris entre celui-ci et ses partenaires belges, chargés de relayer le discours officiel, etc.

L’adresse Internet du Arbeitskreis renvoie à l’ensemble des recensions et à la polémique suscitée par l’ouvrage, notamment parmi les responsables du Centre Marc Bloch à Berlin. Un compte rendu plus détaillé suivra dans un prochain numéro de Textyles (Hubert Roland).

Relations belgo-allemandes

Dans le courant des mois de février et de mars 2004, le Goethe-Institut de Bruxelles a organisé une série de manifestations sur les relations belgo-allemandes dans les domaines de la culture et de la littérature, du théâtre et des arts platiques, de la mobilité entre étudiants et enseignants des deux pays au 19e et au 20e siècles. Ces manifestations ont eu lieu dans les locaux du Goethe-Institut mais également dans différentes universités belges (UCL, KULeuven, Facultés Universitaires Saint-Louis). La publication des textes de certaines de ces conférences sera coordonnée par le Groupe de Contact FNRS spécialisé sur ces questions, et coordonné par Hubert Roland (Hubert Roland).

  • Revues.org