Navigation – Plan du site

Le marché noir dans la littérature de l’Ordre nouveau

Michel B. Fincœur
p. 44-49

Texte intégral

Les appétits du marché noir

  • 1 « Smokkeleer », terme bruxellois qui peut se traduire par fraudeur. Durant la Seconde Guerre mondia (...)
  • 2 Hoton (Edmond), Eux et nous. Paris-Liège, Maréchal, 1945, p. 39.

1« Il y eut des “smokkeleers”1 très bien, messieurs importants, dans des pardessus confortables et coûteux, chaussés d’impeccable façon et qui traitaient “des affaires” entre deux apéritifs de luxe ou, mieux, à table, dans quelque restaurant discret autant que somptueux. Ces smokkeleers-là étaient ventrus, dodus, cossus. Ils se portaient bien. Cette catégorie comprenait des gamins de dix-sept ans, de respectables barbons de soixante-dix ans, des petites dames oxygénées et de vieilles taupes toutes décaties »2. Cette image du profiteur du marché noir est bien connue. Elle a été popularisée par des auteurs comme Jean Dutourd dans Au Bon Beurre ou encore, et surtout, par les ouvrages de Marcel Aymé : Le Chemin des écoliers, La Traversée de Paris et Uranus. Souvent, l’image du mercanti est négative, que l’on pense au Tiercelin du Chemin des écoliers ou au Monglat d’Uranus. Cependant, elle peut parfois être cocasse si l’on songe aux interprétations cinématographiques d’un Louis de Funès et d’un Bourvil dans la susdite Traversée ou d’un de Funès seul dans La Grande Vadrouille.

  • 3 Beke (Philippe), « Ravitaillement, rationnement et marché noir », in 1940-1945. La Vie quotidienne (...)

2Le mot est donné : marché noir. Qui prononce ce mot dit restriction, et évoque le spectre de la disette, imagine la famine. Certes, en Belgique, sous la Seconde Occupation allemande la situation a été grave, mais n’avait, heureusement, rien à voir avec la situation de l’Est européen. Le rationnement avait été organisé avant l’entrée de la Belgique dans la tourmente de la guerre. Dès le printemps 1939, le gouvernement prenait des mesures et instaurait un Département pour le ravitaillement au sein du Ministère des Affaires économiques3. À l’automne 1939, après la déclaration de guerre de l’Angleterre et de la France à l’Allemagne, la Belgique instaura le système du rationnement. Le règne du ticket de ravitaillement était arrivé.

  • 4 Mazower (Mark), Dans la Grèce d’Hitler 1941-1944. Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 41.

3Avant-guerre, la Belgique était loin de l’autarcie. Les destructions de la guerre, la fermeture des frontières, la déstructuration de l’économie et la mise en coupe réglée de la Belgique par l’occupant provoquent la raréfaction de la plupart des biens de consommation. Du papier aux tissus et des pommes de terre à la viande, tout devient rare. Les producteurs ont tendance à faire de la rétention, tout comme les distributeurs. La pénurie s’installe. Entre 1939 et 1944, la ration alimentaire du « citoyen belge moyen » passe des théoriques 3 200 calories à environ 1 800 calories par jour. Mais la Belgique était un pays de Cocagne en comparaison de la Grèce où, rien que pour Athènes et Le Pirée, « la famine causa probablement plus de 40 000 morts pendant les douze mois après octobre 1941 »4. Le régime des secrétaires généraux prolonge les mesures drastiques de ravitaillement instaurées par le gouvernement belge, mesures qui permettent néanmoins à la population de survivre. C’est ainsi que les familles ouvrières qui disposaient de pas-grand-chose avant-guerre ne voient pas leur situation changer ; elles avaient peu, très peu, elles ont désormais trop peu. De son côté, la bourgeoisie voit, elle, son train de vie ramené à des proportions congrues, les mêmes que celle du prolétariat urbain. Fini le pain blanc, et il serait temps de manger son pain noir s’il n’y avait le marché noir. On a dit que nombre de familles bourgeoises ont mangé l’équivalent de trois maisons durant la guerre.

  • 5 Homme de gauche, apparenté aux familles Proust et Franck, Emmanuel Berl dira : « Je reste celui qui (...)
  • 6 Le vainqueur de Verdun dira : « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. La terre, elle (...)

4Le problème du ravitaillement n’est pas seulement celui de la culture du blé et de l’engraissement du cochon. C’est aussi un problème de transport et de main-d’œuvre. Pour résoudre la question de l’approvisionnement des villes, des œuvres caritatives veulent déplacer les consommateurs jusqu’à la source même de la production : c’est le cas de l’Aide paysanne aux enfants des villes. Pour pallier le manque de bras — des paysans sont en effet retenus comme prisonniers dans les stalags d’Outre-Rhin —, certaines bonnes âmes prêchent le retour à la terre. Certes, l’idée n’est pas nouvelle, mais elle est amplifiée par le retentissement de la politique d’Outre-Quiévrain. Le 25 juin 1940, Emmanuel Berl5, nègre du maréchal Pétain, soufflera au vieillard cacochyme de Vichy la formule de la terre qui ne ment pas6.

  • 7 Colard (Jean), L’Alimentation de la Belgique sous l’occupation allemande 1940-1944. Louvain, Nouvel (...)
  • 8 Ibid., p. 144.
  • 9 Témoignage oral de l’historienne Marguerite Silvestre, petite-fille de Louis Tromme, décembre 2002.

5À tant puiser des idées par-delà les fleuves et les rivières, les secrétaires généraux érigeront une Corporation nationale de l’agriculture et de l’alimentation destinée à contrôler la production planifiée. Après-guerre, tout le monde reconnaîtra que la plupart des contrôleurs et employés de la Corporation étaient particulièrement incompétents. « On aurait pu s’attendre à ce qu’en raison de ces appointements [particulièrement élevés], les employés de la Corporation s’efforcent de suppléer à leur incompétence par leur dévouement. Au contraire, ils ont généralement fait preuve d’une négligence incroyable »7. Des fraudes ont donné lieu à des révocations éclatantes. Et si un certain nombre d’honnêtes gens était entré à la nouvelle corporation, d’autres sont moins recommandables. Au sortir de la guerre, le professeur Colard opposera le recrutement judicieux d’ingénieurs agronomes et d’une foule d’honnêtes personnes à des cas plus pendables. Il rapportera le cas de cet « étudiant universitaire, qui n’avait d’ailleurs jamais réussi aucun examen, [et qui] entra à la C.N.A.A. en raison de ses opinions germanophiles. En cinq mois, il devint successivement employé temporaire, employé définitif, secrétaire cantonal, secrétaire d’arrondissement et inspecteur principal. Et sans doute, son ascension se serait-elle poursuivie si les dirigeants de la C.N.A.A. n’avaient été obligés de le révoquer pour détournements de fonds et trafic de bétail qui firent scandale »8. Et pour quelques brebis galeuses, c’est l’ensemble des contrôleurs honnêtes qui paye. Dans les villages, ce sont vexations et rebuffades pour les employés de la Corporation. Parmi ces cas trop nombreux, citons celui de Louis Tromme, de Ferrières, qui se voit refuser jusqu’à du lait et du beurre pour ses enfants. Ces brimades seront aussi l’occasion de petits gestes de sympathie : une motte de beurre déposée de façon anonyme sur le seuil de la maison du contrôleur9.

Les « collabos » se mettent à table

6À travers l’analyse d’un roman et d’une nouvelle, nous allons voir que la nourriture, le repas, est un enjeu pour la littérature de collaboration. Celle-ci est prise entre le souci d’affronter les réalités difficiles de l’heure et la nécessité de délivrer un message relativement optimiste, censé rallier le lecteur à l’ordre nouveau.

  • 10 Grevesse (Désiré), Les Saulaies. Bruxelles, Ignis, 1942, 236 p.

7En 1942, Désiré Grevesse, échevin du Grand-Charleroi, publie aux éditions rexistes Ignis un livre intitulé Les Saulaies10. Ce roman est l’histoire du fils d’un paysan, Jean Bernier, qui, devenu avocat à Bruxelles, est héroïquement et grièvement blessé en mai 1940. En convalescence dans sa famille, il réfléchira sur le sens de la vie, et choisira de revenir à la terre. L’auteur met en scène la campagne et plus particulièrement la ferme, prises dans la tourmente de la guerre. Seront ainsi évoqués les problèmes du marché noir, des contrôleurs de la Corporation et enfin celui de l’enfance prolétaire affamée. Sous le couvert du récit d’amourettes paysannes et de drame familial, Désiré Grevesse écrit en fait un roman idéologique.

  • 11 Barrès (Maurice), Scènes et doctrines du nationalisme. Paris, Plon, 1925, I, p. 161.
  • 12 Rigaux « qui avait fait l’autre [guerre], en fabriquant du savon mou… » (p. 108) est une allusion d (...)
  • 13 Grevesse (Désiré), Les Saulaies. Bruxelles, Ignis, 1942, p. 107.

8Désiré Grevesse dénonce, tout au long de son récit, le marché noir. Il trace un portrait du smokkeleer « ventru, dodu et cossu », digne de Maurice Barrès. Celui-ci écrivait : « Que Dreyfus est capable de trahir, je le conclus de sa race »11. Grevesse, lui, écrit en substance : Que Rigaux est capable de smokkeler, je le déduis de sa physionomie. Ce n’est pas le délit de sale gueule, c’est le délit d’embonpoint, la dénonciation du gras, le martyre de l’obèse. Le smokkeleer est le père Rigaux, bourgeois trop vite enrichi dans le « savon mou »12, qui considère la campagne comme le pays de Cocagne. Arrivant aux Saulaies avec des valises, il s’adresse à Jean Bernier : « Nous, c’est inutile qu’on vous le dise : on crève de faim… Il suffisait pourtant de le voir pour juger qu’il n’avait rien perdu de ses formes replètes et de son teint sanguin »13. Son fils, Marc Rigaux, qui s’avérera homme d’ordre nouveau, était changé par les épreuves de la guerre : « Certes, maigri, mais surtout durci, ridé, tanné… Avec dans le regard une jeunesse, un éclat qu’il n’avait point jadis ». Suant, suintant même, le citadin se plaint de la difficulté du chemin : « Et il n’y a pas moyen de vous donner une gare plus proche… Il y a bien des députés dans votre région ? » (Ibidem, p. 110). Désiré Grevesse assimile clairement le bourgeois corrupteur à l’ancien régime, alors que le paysan est considéré comme l’élément sain du corps social et le parangon de l’ordre nouveau. Celui-ci réplique : « Y en avait au temps jadis, oui… On les voyait une fois tous les quatre ans, quand ils avaient besoin de nous. Nous, nous n’avons pas besoin de personne ». Vantant les facilités de la ville, Rigaux père se voit répliquer sur un ton sarcastique que la campagne a « aussi de bonnes choses : le pain, le beurre, les œufs, le lard et la terre. Et les bêtes qui nous les donnent… » (p. 111). Le dialogue s’entame alors. « Évidemment, ce sont des choses qui ont du prix. Surtout en ce moment… Nous, vous savez, on mange de tout : des rutabagas, du son et mille saletés qui vous empoisonnent l’organisme ». La table est alors dressée et le gros homme avoue sortir de table aussi affamé qu’en s’y asseyant. Alors que son fils n’accepte qu’un verre de bière, le père bâfre sous l’œil goguenard du paysan madré. La fille Rigaux, espèce de grue évaporée, vend la mèche devant le fermier : « Il faisait ses calculs dans le train. […] Et il estimait que, sur les prix de Bruxelles, il réalisait un joli bénéfice, grâce à vous… Il fut un bon commerçant, mon père… » (p. 116). Mais le brave paysan lui réplique sèchement que « D’abord […] pas un grain de froment, pas un morceau de lard, pas un gramme de beurre des Saulaies n’a jamais été et n’ira jamais dans le commerce noir… Deuxièmement, que les produits qui sortent d’ici sont allés, comme ils le devaient, au ravitaillement ou, pris sur la part qui nous reste, chez les petites gens de chez nous et gratuitement… Enfin, vous lui direz encore que les spéculateurs qui ont franchi cette grille pour entrer dans la cour, en sont sortis aussitôt, avec une fourche dans les reins » (p. 117).

  • 14 de Somer (Marcelle), Marché noir et psychologie. Gand, Hussein, 1945, p. 7.
  • 15 Grevesse (Désiré), Op. cit., p. 99.
  • 16 Dans sa lecture du Maugré de Maurice des Ombiaux (Bruxelles, Labor, 1986, 251 p.), Michel Voiturier (...)
  • 17 Löns (Herman), Der Wehrwolf. Eine Bauernchronik. Jena, Diederichs, 1910, 248 p. Alors que la Guerre (...)

9Mais Grevesse ne s’en prend pas seulement aux contrebandiers urbains. Il dénonce aussi les profiteurs ruraux. Il se fait l’écho du « citadin aigri » qui parfois baptise le paysan du surnom d’« affameur du peuple »14. Il faut séparer le bon grain de l’ivraie : en l’occurrence, il s’agit d’un fermier dénommé Granchamps, « qui fait du commerce noir »15. Mais pour dire la vérité, le producteur indélicat n’appartient pas à la communauté villageoise : « Grandchamps […], venu depuis une dizaine d’années dans la région, avait apporté avec lui des mœurs nouvelles : exploitation des petits locataires, agiotage sur la valeur des produits, campagnes de calomnie envers des concurrents, excitation partisane, constitution de clans rivaux… […] Le censier de Grandchamps avait si bien intrigué qu’aux dernières élections, son groupe avait obtenu des élus et que lui-même avait été nommé échevin. […] Au début de la guerre, Grandchamps avait abandonné la commune pour mettre sa fortune en sécurité ». L’écrivain ne donne pas de description physique du profiteur. Mais le lecteur peut l’imaginer par le portrait que brosse Grevesse de son fils : « Un jeune homme […] Il porte une tache de naissance, comme un haricot brun, près de la lèvre. — Pas très grand, râblé, les cheveux crépus et noirs ? détailla le commandant. — c’est bien cela… Bernier et le gendarme se regardèrent… Ils avaient tous deux identifié le fils Grandchamps » (Ibidem, p. 126). On le voit, nous ne sommes pas loin des relents de la propagande antisémite. Le mercanti cumule les tares : il ne lui suffisait pas d’être un étranger pratiquant l’usure, il était devenu un cacique de la politique. Pire même, un prévaricateur refusant « de fournir les quantités de beurre, de froment, de viande qui lui étaient imposées et le seul aussi à ne pas être harcelé. Comme si on avait eu peur » (p. 100) de lui. Mais la communauté villageoise réagit par une espèce de « maugré »16 et chasse l’étranger. Grevesse se réfère manifestement au Maurice des Ombiaux du Maugré et prend des accents völkisch qui ne sont pas très éloignés du Wehrwolf d’Hermann Löns17.

10Désiré Grevesse n’hésite pas à critiquer la Corporation nationale de l’agriculture et de l’alimentation. La première description qu’il donne de ses fonctionnaires est digne d’un dessin de Hergé : « Deux hommes pénétraient dans la cour. Ils étaient vêtus d’imperméables et chaussés de guêtres. – Ce sont encore les contrôleurs […] Des contrôleurs du ravitaillement […] Aujourd’hui, le froment, demain les bêtes, puis les emblavures, puis le lait… Ils viennent ainsi au moins deux fois par semaine et ce n’est jamais pour une bonne nouvelle… […] Les hommes, un doigt au chapeau, saluèrent. Ils paraissaient chez eux, allant d’une vache à l’autre, en propriétaires, comme s’ils en pouvaient disposer à leur gré » (pp. 39-40). Devant une nouvelle réquisition de l’administration, le vieux paysan éclate : « Demain, quand d’autres contrôleurs viendront et se plaindront qu’il y a moins de lait, si je leur dis que vous m’avez pris une vache, ils répondront eux aussi : ce n’est pas notre secteur, les vaches… Il y a tellement de secteurs dans votre administration qu’on a fini par tout embrouiller » (pp. 40-41).

11Par-delà les critiques de l’organisation de la Corporation, Désiré Grevesse ne mâche pas ses mots pour fustiger l’attitude des contrôleurs du ravitaillement et prendre la défense du paysan. Mais l’auteur ne leur reproche que leur naïveté, leur incompétence. Lors de la visite du baron Zeep, la gendarmerie arrive à la ferme, flanquée d’agents de la Corporation. « Voilà !... Les contrôleurs ont reçu un coup de téléphone d’un inconnu. On a vu des gens se diriger vers la ferme, chargés de valises… On prétend que ce sont des fraudeurs… » (p. 122). « Leurs yeux furetaient au passage, par la porte du fournil, dans les étables et au fond des hangars, comme s’ils cherchaient un assassin » (p. 121), tels des fouines. Le vieux paysan n’apprécie guère cette visite « et saisit le contrôleur à pleine main, au revers du veston. […] On crut qu’il allait soulever le fonctionnaire de terre. Et alors, d’une voix sourde, étouffée, grondante, comme un orage lointain […] — Écoute, petit… Tu fais ton métier… Tu as besoin de vivre c’est entendu… Mais de grâce, n’embête pas les honnêtes gens. Il n’y en a plus assez pour qu’on décourage ceux qui restent… » (p. 124). Mais bonhomme, le vieillard se radoucit et conseille le jeune fonctionnaire : « Pour faire le métier que tu fais, contrôleur […] faut être ’fichaux’ [fouine, adroit] » (p. 125). Mais malgré ses bons conseils, il semble que les pandores du Ministère ne soient pas plus futés : « Il faut que ça cesse ce scandale !... Et Bernier serrait les poings… […] J’ai entendu les batteurs. Ils ont touché 150 francs à la tête chez Grandchamps pour battre après le départ du contrôleur… On a rempli 15 sacs… C’est une honte, nom des dieux… — Mais, s’étonna Jean… Le contrôleur, qu’est-ce qu’il contrôle alors ? — Le contrôleur, on l’a roulé » (p. 160). Face à ces impérities, la Jeunesse se substitue aux pouvoirs publics défaillants et déclenche alors le « maugré ».

  • 18 « Aide paysanne aux enfants des villes ». Statuts, in Annexe au Moniteur Belge des Arrêtés Ministér (...)
  • 19 Grevesse (Désiré), Op. cit., pp. 54-55.

12Désiré Grevesse reprend aussi les antiennes de l’Aide paysanne aux enfants des villes qui a pour but « d’assurer l’hébergement dans des familles campagnardes d’enfants citadins, de veiller à leur rendre une santé parfaite »18. Le romancier rexiste met en scène deux petits enfants qui arrivent à la ferme des Saulaies : « Deux enfants tristes apparurent sur le pas de la porte […] Il y avait dans le regard de ces mioches au teint verdâtre de feuille mourante, un effroi mêlé de résignation […] L’aîné, — il pouvait bien avoir huit ans — était en haillons […] Ils venaient de Lessines, le pays du caillou, à huit kilomètres. Ils étaient partis très tôt, le matin et, dans leur panier, ils avaient recueilli quelques livres de pommes de terre, quelques quignons de pain, une couenne de lard et des légumes… Ils allaient repartir, par un autre chemin, vers d’autres fermes… Et demain recommencerait une autre station de ce calvaire d’enfants… »19. Le fermier intervient alors : « Suis bien sûr que c’est des sous que tu veux, fit Bernier… – Non, pas des sous… On n’a plus rien avec des sous. Un peu de lait pour mes petits frères que je voudrais. […] Sauf Jean, on savait que ces scènes se répétaient souvent aux Saulaies. Pour Fernande, c’était devenu un rite. Pendant que le père morigénait l’enfant, elle avançait des assiettes au coin de la table. […] La fillette […] se délecta d’une grosse assiettée de crème aux mûres. Jamais, on le voyait, elle n’avait rien mangé de pareil. Son frère […] vida la purée de choux et les pommes de terre au lard qui restaient dans les casseroles… Un quart de pain et une bouteille de lait allèrent rejoindre les autres victuailles, dans le panier » (p. 55). Le père Bernier, patriarche au grand cœur, propose de garder la fillette à la ferme. « Jean aurait juré qu’elle allait dire “non” et qu’elle allait pleurer… Il ignorait ce qu’était la faim et que pour ceux qui en connaissent les tiraillements, le meilleur foyer est celui où l’on mange » (p. 56).

  • 20 Demeuse (Lambert), Vers leur destin… Le roman d’aujourd’hui. S.l., s.e., ca 1942, 32 p.

13Ventre affamé n’a pas d’oreilles. C’est une formule que l’on pourrait appliquer aux personnages de Lambert Demeuse dans sa nouvelle Vers leur destin… Le roman d’aujourd’hui20. Celui-ci met en scène, sous une forme dialoguée, deux couples d’amis. Vers 1942, Hubert, marié à Marguerite et père de deux enfants, est un métallurgiste liégeois, syndicaliste aux idées bien ancrées à gauche. La maladie de sa petite fille et le spectre de la faim le poussent à s’engager comme ouvrier dans les chantiers navals de Kiel en Allemagne. Revenu en congé dans son village, il rencontre le couple ami. Sous une forme dialoguée — à la façon des répons du catéchisme et des ouvrages de propagande politique —, Hubert va présenter les bienfaits de l’Allemagne nationale-socialiste. Naturellement la question alimentaire revient. Hubert justifie son départ par des considérations vénales, mais aussi alimentaires : « Grâce à mon travail en Allemagne, et grâce à l’argent que j’y gagne et que je lui fais régulièrement parvenir, ma famille et moi-même sommes assurés de traverser la guerre, non pas dans le luxe, nous n’aspirons pas à cela, mais dans un certain bien-être et sans craindre d’avoir faim » (pp. 26-27). Le système allemand est vanté pour son efficacité : « Ils ont des stocks, des réserves. L’organisation du rationnement y est méthodique. On pourrait presque la dire parfaite. Les riches n’y obtiennent pas plus que les ouvriers dans les magasins. Chacun reçoit la quantité de marchandises à laquelle ses timbres lui donnent droit et il ne reçoit pas un gramme de plus que sa ration » (p. 22). Le héros s’extasie sur le système qui fonctionne, laissant entendre que ce n’est pas le cas en Belgique. Pourtant, plus loin, il avoue que « tout y est rationné, sans doute, mais le rationnement a précisément pour but de permettre à l’Allemagne de tenir le temps qu’il faudra. L’Europe tout entière produit, cultive et travaille pour l’Allemagne » (p. 23). On comprend mieux dès lors où passent nos récoltes. Ce n’est pas pour rien que les « Boches » étaient aussi surnommés les « Doryphores ». Si l’Europe entière s’échine à nourrir l’Allemagne, les femmes n’en sont pas moins inquiètes des repas du travailleur : l’amie fait remarquer que les femmes « aiment aussi la bonne cuisine, tout ce qui est bon. C’est bien préparé ? interroge-t-elle inquiète. On ne te fait pas manger trop de choucroute ? » (p. 13). Et le volontaire de répondre : « Marie, je voudrais que tous mes compatriotes, tous mes camarades ouvriers et leurs femmes et leurs enfants soient nourris comme je le suis. C’est propre, c’est appétissant, c’est bien servi, les quantités sont amplement suffisantes et surtout, contrairement à ce que tu semblais penser quand tu m’as posé ta question, il y a de la variété dans le menu » (idem). L’alimentation est donc un argument de propagande pour le recrutement des travailleurs volontaires. Elle est littéralement la carotte au bout du bâton qui guide l’émigration vers l’Allemagne. Mais les résultats seront trop maigres aux yeux des nouveaux négriers et les Allemands instaureront rapidement le Service du travail obligatoire, espèce de conscription ouvrière au profit de l’industrie de guerre.

Haut de page

Notes

1 « Smokkeleer », terme bruxellois qui peut se traduire par fraudeur. Durant la Seconde Guerre mondiale, il désignait celui qui s’adonne au marché noir. Fernand Baudhuin différencie le smokkelaar du profiteur de guerre, car le premier est « habituellement un gagne-petit » ; il ajoute que la fraude « a été pratiquée par tout le monde » (L’Économie belge sous l’Occupation 1940-1944. Deuxième tirage. Bruxelles, Bruylant, 1945, pp. 209-210). En néerlandais, « smokkelaar » désigne le contrebandier. La langue française connaît le verbe intransitif « smogler », qui signifie « faire de la contrebande en mer », ainsi que le nom et adjectif « smogleur », qui « se dit d’un bâtiment ou d’un individu qui fait de la contrebande maritime » (Larousse du XXe siècle en six volumes, 1933). Dès 1832, Augustin Jal retient le terme « smogleur » pour désigner le bateau de contrebande (Glossaire nautique. Répertoire polyglotte de termes de marine anciens et modernes. Paris, Firmin Didot, 1848, II, v° Smuggler). Il est presque dommage que les contrebandiers de Didier Daeninckx dans Les Passeurs de liberté (Paris, Gallimard-Le Monde, 2002, 15 p.) ne mettent le mot dans leur bouche.

2 Hoton (Edmond), Eux et nous. Paris-Liège, Maréchal, 1945, p. 39.

3 Beke (Philippe), « Ravitaillement, rationnement et marché noir », in 1940-1945. La Vie quotidienne en Belgique. Exposition à la Galerie CGER, 21 décembre 1984-3 mars 1985. Bruxelles, CGER, 1984, p. 121.

4 Mazower (Mark), Dans la Grèce d’Hitler 1941-1944. Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 41.

5 Homme de gauche, apparenté aux familles Proust et Franck, Emmanuel Berl dira : « Je reste celui qui a fait le discours de Pétain, Pétain, homme qui a accepté le statut des juifs, etc. Mais quand j’ai rédigé ce discours, il n’était pas question de tout cela, et quand il en a été question j’ai dû partir parce que j’étais juif… » (Emmanuel Berl, Interrogatoire par Patrick Modiano, suivi de Il fait beau allons au cimetière. Paris, Gallimard, Coll. Témoins, 1976, p. 88.

6 Le vainqueur de Verdun dira : « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal. La terre, elle, ne ment pas. Elle demeure votre recours. Elle est la patrie elle-même. Un champ qui tombe en friche, c’est une portion de la France qui meurt. Une jachère de nouveau emblavée, c’est une portion de France qui renaît » (« Appel du 25 juin », in Le maréchal Pétain, Appels aux Français. 1940. Paris, Plon, Les Cahiers de l’Unité Française, 1, 1941, pp. 17-18.

7 Colard (Jean), L’Alimentation de la Belgique sous l’occupation allemande 1940-1944. Louvain, Nouvelles Publications Universitaires, 1945, p. 145.

8 Ibid., p. 144.

9 Témoignage oral de l’historienne Marguerite Silvestre, petite-fille de Louis Tromme, décembre 2002.

10 Grevesse (Désiré), Les Saulaies. Bruxelles, Ignis, 1942, 236 p.

11 Barrès (Maurice), Scènes et doctrines du nationalisme. Paris, Plon, 1925, I, p. 161.

12 Rigaux « qui avait fait l’autre [guerre], en fabriquant du savon mou… » (p. 108) est une allusion directe au sobriquet décerné au fraudeur de l’autre guerre. « Durant la Première Guerre mondiale, on l’appelait «baron Zeep» (baron Savon), allusion à l’origine fréquente de son enrichissement. Toutefois, cette appellation s’appliquait plutôt aux industriels qu’aux intermédiaires » (Fernand Baudhuin, Op. cit., p. 210, note).

13 Grevesse (Désiré), Les Saulaies. Bruxelles, Ignis, 1942, p. 107.

14 de Somer (Marcelle), Marché noir et psychologie. Gand, Hussein, 1945, p. 7.

15 Grevesse (Désiré), Op. cit., p. 99.

16 Dans sa lecture du Maugré de Maurice des Ombiaux (Bruxelles, Labor, 1986, 251 p.), Michel Voiturier présente le maugré comme « une forme de vengeance perpétrée par un paysan (ou des complices soudoyés par lui) qui se considère lésé dans ses droits sur un sol dont il a la charge sans en être propriétaire » (p. 235). Désiré Grevesse, lui, parle du « ’Maugré’ et [de] ses coups perfides, au temps où les fermiers suzerains opprimaient les petits métayers […] Sorte de réaction révolutionnaire silencieuse et mystérieuse, et d’autant plus redoutable, dès lors. Des granges pleines, par dizaines avaient flambé… Du bétail avait péri, des champs de froment vert avaient été rasés en une nuit… De gros fermiers avaient été ruinés en moins de dix ans, sans que jamais la main du Maugré fût apparue en pleine lumière » (pp. 138-139). Alors que le ’maugré’ classique participe de la lutte des classes, Désiré Grevesse le détourne au profit de la lutte des races. Les paysans ne pourchassent pas le plus nanti mais l’étranger au corps social qui doit rester immuable.

17 Löns (Herman), Der Wehrwolf. Eine Bauernchronik. Jena, Diederichs, 1910, 248 p. Alors que la Guerre de Trente Ans fait rage, les paysans de la lande de Lunebourg s’organisent en société secrète d’autodéfense. Bientôt, ils donneront la chasse à l’étranger. Précurseur de la littérature Blut und Boden (Sang et Sol), ce roman d’Hermann Löns trouvera des échos dans les littératures belges avec Les Saulaies ou plus encore avec Soldaat Johan de Filip De Pillecijn.

18 « Aide paysanne aux enfants des villes ». Statuts, in Annexe au Moniteur Belge des Arrêtés Ministériels et autres Arrêtés des Secrétaires Généraux, 12 avril 1941, n°582, p. 331.

19 Grevesse (Désiré), Op. cit., pp. 54-55.

20 Demeuse (Lambert), Vers leur destin… Le roman d’aujourd’hui. S.l., s.e., ca 1942, 32 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel B. Fincœur, « Le marché noir dans la littérature de l’Ordre nouveau », Textyles, 23 | 2003, 44-49.

Référence électronique

Michel B. Fincœur, « Le marché noir dans la littérature de l’Ordre nouveau », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/723 ; DOI : 10.4000/textyles.723

Haut de page

Auteur

Michel B. Fincœur

Bibliothèque Royale

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org