Navigation – Plan du site

L’impossibilité d’une littérature belge. La Belgique vue par l’Allemagne nazie1

Ine Van Linthout
p. 63-69

Texte intégral

  • 1 Je voudrais remercier Hubert Roland pour son aide dans la traduction du texte allemand en Français.
  • 2 De Jonghe (Albert), « Het vraagstuk Brussel in de Duitse Flamenpolitik, 1940-1944. Het Duitse stand (...)

1Jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Belgique était promise à un avenir incertain dans la politique national-socialiste. Hitler se refusait à laisser tomber un jugement officiel et clair sur le sort de l’État belge jusqu’en juillet 1944. On peut sans doute expliquer cette indécision — partiellement de nature stratégique — par la présence du roi sur le sol national et par l’importance économique de la Belgique pour l’industrie de l’armement allemande. À cela s’ajoutaient les conflits d’intérêts internes, entre autres entre la SS et l’administration militaire. Suivant les principes de l’idéologie raciale du national-socialisme, il était cependant clair que l’État belge, composé de façon hétérogène disposait de peu de chances de survie sous sa forme de jadis. Par conséquent, et bien qu’en coulisses la retenue officielle ait été prescrite sur les plans politique et militaire, la tendance était de ne plus considérer l’État belge comme un tout, mais comme étant divisé en deux. Déjà, lors d’une conférence de presse confidentielle en 1936, un journal allemand fut réprimandé par le Ministère de la Propagande pour avoir présenté l’unité belge de manière inacceptable. En 1940, Hitler décida que « provisoirement, il fallait accorder tout encouragement possible aux Flamands », tandis qu’il ne fallait « en aucun cas accorder des faveurs aux Wallons ».2 En 1942, l’idée vit le jour, dans les cercles de la SS, d’une division de la Belgique en une Reichsgau Flandern et une Reichsgau Wallonien. Finalement, Himmler interdit en 1943 l’emploi du concept « Belges » ; à l’avenir il ne serait plus question que de « Flamands » et de « Wallons ».

2Ce regard « fédéralisateur » et la négation du droit d’existence de l’État belge furent exprimés dans la presse comme dans la littérature. J’examinerai dans cet article l’articulation de ce discours. Dans la première partie, la division de la Belgique dans le discours nazi sera brièvement analysée. Dans la seconde partie, je me concentrerai sur les mécanismes du discours qui furent instrumentalisés pour représenter la Belgique dans la littérature spécialisée, dans la fiction et dans la critique littéraire.

La division de la Belgique

3Dans le discours nazi sur la Belgique, la Flandre et la Wallonie, on distingue deux façons d’envisager les choses qui minent l’État belge dans sa structure uniforme.

  • 3 Frank(Friedrich), Frisé (Adolf), Graf (Georg E.), Unser Kampf in Holland, Belgien und Flandern vom (...)
  • 4 Hoffmann(Heinrich), Der Feldzug in Belgien, Flandern, Artois vom 14. Mai bis 4. Juni 1940. Zweites (...)

4Les titres de deux livres de guerre publiés en Allemagne pendant la période nazie sont symptomatiques d’une première vision : Notre combat en Hollande, en Belgique et en Flandre3 et La campagne en Belgique, en Flandre et en Artois du 14 mai au 4 juin 19404. À deux reprises, il est question de la Belgique et de la Flandre, ce qui indique que la Belgique et la Wallonie sont considérées comme équivalentes, la Belgique et la Flandre en revanche comme deux entités séparées. Cette division entre d’un côté la Flandre, de l’autre la Belgique (et la Wallonie) est appliquée de façon habile aux différents niveaux de l’argumentation. Elle sert d’abord à établir que la Belgique et la Wallonie partagent le même destin, tandis qu’un autre sort peut être réservé à la Flandre. Elle permet ensuite d’attribuer des ressentiments anti-allemands à la Belgique (et à la Wallonie) et de propager dans le même temps l’union de l’Allemagne avec la Flandre. Elle a encore pour effet que l’antithèse entre la Flandre et la Belgique peut être ressentie comme une antithèse entre la Flandre et la Wallonie, ce qui est exprimé sous la forme d’un contraire irréconciliable entre un peuple germain et un peuple roman. Enfin, elle permet de concevoir une Flandre qui n’est pas délimitée par l’étroitesse des frontières politiques de l’État belge ; il n’est ainsi pas rare que, dans le texte ou par l’image, on représente une Flandre qui, selon l’occasion, intègre une partie plus ou moins lointaine du Nord de la France.

5La seconde façon d’envisager les choses suit chronologiquement la première et peut être comprise dans le contexte des ambitions impérialistes toujours grandissantes du régime nazi. On en trouve par exemple une trace sous la rubrique Umschau in Europa (Regard sur l’Europe) de la revue nazie Europäische Literatur. La dénomination « Flandre et Wallonie » (et non « Belgique ») est ici inscrite à côté de pays comme la France, l’Espagne et la Norvège. La Wallonie se retrouve donc détachée du concept « Belgique » pour être inscrite, non pas en face de la Flandre, mais à côté d’elle. Le contraste entre les deux est atténué, de façon à faire poindre, à de nombreux endroits, l’hypothèse que les Wallons pourraient être un peuple roman non pas « ennemi » mais « germanisé ». Ce comportement ambivalent envers la Wallonie est également étayé par des facteurs physiologiques, historiques, géographiques, idéologiques. Il n’implique toutefois en aucun cas le rétablissement de l’unité belge. Ainsi, Heinz Havertz remarque dans son livre volumineux sur la Flandre :

  • 5 Havertz(Heinz), Flandern. Karlsbad und Leipzig, Adam Kraft, s.d., 185 p. + photos. J’ai traduit tou (...)

La simple formule qui consiste à faire des Wallons les représentants de la race latine et des Flamands ceux de la race germanique est depuis longtemps dépassée par […] les recherches sur la race. Seule la face négative des choses est unilatéralement établie : il n’y a pas eu et il n’y a pas de peuple belge. Les 300 à 400.000 « Belges » qui vivent à Bruxelles n’y changent rien. Le mélange des Flamands avec le peuple wallon à Bruxelles a peut-être pu produire des « Belges » mais pas un peuple belge5.

6Cette ambivalence vis-à-vis de la Wallonie devait plutôt laisser la voie ouverte à son intégration éventuelle dans le Reich allemand. Les doutes fondamentaux quant au droit d’existence de l’État belge n’en subsistent pas moins pour autant. La partie suivante examinera les manières dont ces doutes, ou plutôt l’impossibilité d’un État belge dans le Reich ambitionné par les Nazis, trouvent leur expression rhétorique.

L’annihilation rhétorique de l’État belge

  • 6 J’entends par là les ouvrages non fictionnels consacrés à l’histoire, la politique, la géographie, (...)

7La présentation de l’État belge dans la littérature spécialisée6 est marquée par deux concepts sémantiques qui sont fréquemment appliqués à la Belgique, à savoir ceux de « construit » et « vieux ». L’emploi de ces concepts fait non seulement fonction de jugement de valeur négatif, mais il apporte la preuve de la non-validité des termes de référence concernés. Ils forment tous deux en effet le pôle négatif des termes centraux dans la pensée nazie : le « construit » est opposé à l’ « organique » et au « naturel » ; le « vieux » au « nouveau » et au « jeune ». Eu égard à leur contextualisation spécifique, ils sont utilisés pour séparer ce qui a de la valeur sur le plan idéologique de ce qui est à rejeter, ce qui est valable de ce qui ne l’est pas.

8L’analyse du champ sémantique autour des attributs « vieux » et « nouveau » (ou « jeune ») démontre qu’ils sont conçus sur le mode strictement diachronique, c’est-à-dire qu’ils désignent des phénomènes qui se succèdent : le « nouveau » et le « jeune » remplaçant intégralement le « vieux ». C’est ainsi que ce dernier terme est systématiquement utilisé comme synonyme de « passé » et « dépassé », tandis que « nouveau » et « jeune » sont synonymes de « moderne », « vigoureux » et « porteur d’avenir ». On comprend mieux à partir de cet éclairage le sens implicite précis d’expressions comme « la vieille Belgique », « la jeune Flandre » et « la nouvelle Allemagne », que l’on rencontre en permanence dans le discours nazi. Par l’emploi ciblé de ces adjectifs en apparence inoffensifs, on prépare un ordre nouveau qui remplace le « vieux monde moribond » par une « jeune Europe » dans laquelle il ne reste pas d’espace pour « la vieille Belgique », l’ « État belge en ruine », ce bâtiment déjà en train de chanceler et de s’effondrer.

  • 7 Zeck(Hans F.), Die flämische Frage. Ein germanisches Volk kämpft um sein Lebensrecht. Leipzig, Wilh (...)

9Ce mode de pensée est souvent accompagné d’une argumentation biologique, soutenue par des taux de naissance et des graphiques démographiques comme dans le livre de Hans F. Zeck La question flamande. Un peuple germanique combat pour son droit à l’existence7. Partant lui aussi d’une identité de principe entre la Belgique et la Wallonie, Zeck postule que les deux courent inévitablement vers leur déclin. Ce n’est donc pas uniquement « le peuple belge dans son entièreté qui est un peuple mourant », mais :

on ne peut pas changer […] le fait que la population wallonne a commencé à mourir. La fin approche là où il y a davantage de cercueils que de berceaux ; on ne le remarque pas encore mais c’est inexorable. (p. 92)

10Cette vision apocalyptique de l’avenir est épargnée à la Flandre car :

il s’avère [… ] sans aucun doute que le peuple flamand est la seule source de vie pour la population de l’État belge. (p. 95)

11Zeck ajoute que :

la Flandre est l’épine dorsale biologique de la population belge. L’un dans l’autre, la Flandre est […] tout bonnement le réservoir de vie de la Belgique. (p. 93)

12Tous ces constats culminent dans la pensée d’inspiration sociale darwinienne qu’ « un peuple qui garantit le présent biologique d’un État tout comme l’avenir biologique de celui-ci […] se doit d’exiger un droit inaliénable » ; ce droit, il l’exige de ceux « qui ne possèdent plus la force de vivre ou y ont renoncé volontairement » (p. 96). De manière constante, les titres des publications (Flandre éternelle, La Flandre ne meurt pas, Flandre, le paysage immortel) vont dans ce sens, tandis qu’aucune expression équivalente ne porte sur la Wallonie ou la Belgique.

13La seconde opposition entre « organique » et « construit » n’est pas un concept issu de la pensée national-socialiste ; elle renvoie plutôt à une pensée romantique. Les Nazis la décontextualisent et l’instrumentalisent habilement en relation avec la Belgique. Conformément à la logique bipolaire que j’ai démontrée plus haut, tout ce qui est « organique » et « naturel » a valeur d’existence, tandis que tout ce qui est « construit » est rejeté comme étant non-légitime. Sur cet arrière-plan, il est éloquent que la Belgique soit désignée comme « une structure étatique artificielle » (künstliches Staatsgebilde), une « construction calculée » (Zweckkonstruktion), une « solution de compromis » (Kompromißlösung) ou bien un découpage issu d’un tout géographique naturel. La responsabilité de cette construction étatique est imputée à la politique et à la diplomatie occidentale, ou aux puissances alliées, la France et l’Angleterre. À ceci, on oppose une Europe « organique », dont les créateurs sont l’Allemagne et Adolf Hitler, et qui repose sur la nature, le sang et la race. L’argumentation est renforcée par le fait que, dans le discours nazi, les concepts « Belgique » et « Belges » sont employés systématiquement entre guillemets, ce qui accentue le doute quant à leur légitimité. Il reste à remarquer que, dans la perspective nazie, la « Belgique construite » ne mourrait pas comme « la vieille Belgique » d’une mort naturelle mais qu’elle serait « démantelée » au bénéfice d’un ordre juste fondé sur le peuple. À cette idée du construit s’ajoute fréquemment l’idée de contrainte. C’est ainsi que la Belgique est caractérisée comme « une figure constituée sous la contrainte » (Zwangsgebilde), les Flamands et les Wallons ayant été « forcés à s’associer » (hineingezwängt) ou bien la Flandre y ayant été « incorporée » (einverleibt). Dans ce contexte, on a recours aux métaphores de la « camisole de force » (Zwangsjacke), de la « prison d’État » (Staatsgefängnis) ou du « mariage forcé » (gezwungene Ehe) de deux peuples.

  • 8 Brües(Otto), Fliegt der Blaufuß? Roman aus der flämischen Bewegung unserer Tage. Berlin, G. Grote, (...)

14Le thème du mariage entre la Flandre et la Wallonie nous permet de passer à la fiction, la métaphore étant utilisée de manière significative par Otto Brües dans son roman Le fulmar vole-t-il ? Roman du mouvement flamand d’aujourd’hui.8 En harmonie parfaite avec le credo national-socialiste, selon lequel chaque individu n’a d’importance que s’il se constitue comme partie du peuple, la relation entre les personnages de ce roman représente, sur le mode allégorique, la relation entre les peuples respectifs auxquels ils appartiennent. C’est de cette manière que les différents mariages qui ont lieu dans le roman acquièrent un sens plus profond.

15Le livre commence par la présentation de deux familles qui habitent dans le même village, mais dont l’une est flamande et l’autre wallonne. La famille flamande s’appelle Doedoens, la famille wallonne porte le nom éloquent de Coque. L’opposition entre les Flamands et les Wallons est marquée dès le départ. Un simple exemple : Pierre Coque (le père) siffle souvent la Brabançonne, Marnix Doedoens (le fils) en appelle à plusieurs reprises au chant de l’activisme flamand : Fliegt der Blaufuß ? Les deux familles se rapprochent l’une de l’autre par deux mariages : Gautier Coque (le fils) et Eliza Doedoens (la fille) tombent amoureux l’un de l’autre et en dépit de la résistance du frère activiste d’Eliza, le mariage flamand-wallon ou ‘belge’ a lieu. Les parents veufs, Nina Doedoens et Pierre Coque, se marient pour leur part sans sentiments amoureux. Les deux veulent simplement faire agrandir leurs champs et le mariage de raison est le moyen pour parvenir à leur fin.

16Il s’avère rapidement que le mariage « sentimental » entre Gautier et Eliza, et donc le mariage amoureux entre Wallons et Flamands, ne fonctionne pas, car Gautier :

se battait contre les Flamands … bien qu’il ait épousé une Flamande. Il combattait pour les Wallons, ce que lui dictaient son sang et ses origines. Il combattait contre les Flamands et cette volonté s’était éveillée en lui lorsque Marnix Doedoens avait lancé le cri de combat des Flamands dans la paisible assemblée, le jour de leur mariage. (p. 128)

17Le combat entre Flamands et Wallons est ici transposé à un niveau plus profond, vu qu’il naît précisément le jour où les deux mariés s’unissent dans un mariage belge, au sein de l’État belge. Face à la souffrance à laquelle est confrontée Eliza, Gautier donne une réponse claire qui renforce aussi bien son identité que l’identification de la Wallonie avec l’État belge :

« Tu ne ressens donc pas ce que tu m’infliges, Gautier ? Je suis quand même Flamande ! »
« Excuse-moi », dit Gautier, « mais j’aime ma patrie ! » (p. 129)

18Par ailleurs, le mariage de raison entre Nina et Pierre — c’est-à-dire le mariage de raison entre la Flandre et la Wallonie — semble fonctionner. C’est ce qu’on semble pouvoir déduire des propos de Nina à sa fille, qui vient de lui raconter ses problèmes avec Gautier :

« Eliza », dit-elle […]. J’ai épousé un Flamand en premières noces, je suis mariée une deuxième fois avec un Wallon ; par deux fois, j’ai été heureuse. Pierre est très bon avec moi et je peux seulement te dire que lui non plus n’aime pas les Flamands. Penses-tu que je préfèrerais les Wallons aux Flamands ? Mais comment pourrions-nous faire cesser cette querelle stupide si les Flamands et les Wallons ne se marient pas ? En ce qui me concerne, j’ai de la peine de ne plus pouvoir donner d’enfants à Pierre… je pense que ce serait devenu des gosses convenables. […] S’il n’y tenait qu’à moi, Eliza — je suis une femme, je ne peux que penser comme les femmes — , les Flamands et les Wallons devraient se marier tous azimuts et la Belgique deviendrait grande et puissante ». (p. 130)

19Ainsi, le mariage de raison entre Flamands et Wallons s’avère-t-il au premier abord le scénario approprié pour l’avenir de la Belgique. À y regarder toutefois de plus près, les propos de Nina sont relativisés comme « ne relevant que de la pensée d’une femme ». À un autre endroit du roman, il est en effet établi que les femmes sont des « êtres non-politiques et étrangers à l’État » (p. 188). Ni Nina, ni Eliza ne peuvent en outre offrir une famille nombreuse à leur mari. L’avenir de l’État belge n’est donc en aucun cas garanti par les mariages entre Wallons et Flamands. Tout comme dans la littérature spécialisée, on en vient à la conclusion que la Belgique, aussi bien que la Wallonie, se meurent à cause d’un nombre insuffisant de naissances :

« Marnix », demanda-t-elle [Eliza], « comment cela doit-il se terminer, ce combat entre les Flamands et les Wallons ? »
« Peut-être le temps de la lutte est-il dépassé pour de bon », répondit Marnix, « beaucoup d’enfants naissent en Flandre, et pas en Wallonie. Les mères flamandes dirigent le combat. […] C’est à travers leurs enfants que la Flandre vit pleine de jeunesse éternelle ». (p. 137)

20Le fait qu’Eliza, contrairement aux autres mères flamandes, n’aura pas beaucoup d’enfants indique que la Flandre ne vivra pas à travers les enfants de son couple. La raison en est manifeste : le fils du mariage flamando-wallon sera forcément ce que le roman appelle un Franskiljon, qui est défini comme :

un de ceux qui étouffent son être, sa façon d’être et qui par là nuit à son peuple. Pour un Flamand, il ne peut rien venir de bon d’un Fransquillon. (p. 47)

21En fin de compte, et ceci ne peut surprendre, les lecteurs du roman n’assisteront qu’à la bénédiction d’un seul mariage, celui d’un « vrai » Flamand avec une « vraie » Flamande.

  • 9 À ce propos, cf. Van linthout (Ine), « ‘Flandern in deutscher Sicht’ am Beispiel der Nationalsozial (...)
  • 10 À ce propos, cf. Van linthout (Ine), « “Flandern, halte dich bereit, als Westmark in dieser Welt de (...)

22Le thème des Fransquillons et la distinction entre des Flamands « authentiques » et « non-authentiques », me permettent d’aborder le domaine de la critique littéraire. Vu que la Belgique doit être écartée du discours nazi en tant que telle, il est intéressant de voir comment on thématise sa littérature nationale. C’est ainsi que j’en reviens au titre de cette contribution : l’impossibilité d’une littérature belge. Le discours nazi ne mentionne en effet jamais la « littérature belge », mais la « littérature flamande ». Suivant la même logique, l’emploi ciblé des adjectifs « belge » et « flamand » confronte rarement le lecteur à « un auteur, une œuvre littéraire, des arts… belges », bref à l’existence socio-culturelle d’un « peuple belge »9. La pensée sous-jacente est que seul un peuple est en état de pouvoir produire de la littérature et que la Belgique, en tant que construction étatique non-naturelle, n’en est pas capable. Se pose dès lors la question de savoir ce qu’on fait des auteurs flamands de langue française, qui se considérèrent comme Belges et qui furent épinglés par l’État belge comme des représentants éminents d’une littérature « nationale ». C’est ici que s’affichent les aspects opportunistes et contradictoires de l’argumentation nazie : tandis que certains sont stigmatisés comme Fransquillons, d’autres sont transformés en de véritables Flamands10. Maurice Maeterlinck et Émile Verhaeren sont ainsi appelés des « Francisés » :

  • 11 Peuckert(Fritz), « Flanderns Dichtung im deutschen Raum », dans Nationalsozialistische Monatshefte, (...)

en ceci qu’ils ont sacrifié leur langue maternelle à une civilisation de Paris ou de Bruxelles [sic], vendant ainsi leur premier lieu de naissance pour un plat de lentilles. (p. 588)11

  • 12 Annonce publicitaire dans Europäische Literatur, 1943, 12, p. 28.
  • 13 Ruoff(Wilhelm), « Begegnungen in Flandern und der Wallonie », dans Europäische Literatur, 1942, 1, (...)
  • 14 Hartmann(Waldemar), « Tyll Ulenspieghel im Bilde. Erich Klahns künstlerische Neuschöpfung von Charl (...)

23Marie Gevers en revanche est caractérisée comme « une grande poète flamande »12. On mentionne en passant qu’elle est de langue française, mais on n’en fait pas un problème. De même, le Thyl Ulenspiegel de Charles De Coster ferait partie du « patrimoine culturel flamand, bien qu’il soit écrit en français » (p. 16)13. Un autre critique renchérit en écrivant : « Le fait d’avoir délivré l’oeuvre de son habit francophone, étranger à son être, en a révélé ses valeurs populaires et combatives et l’a ainsi tirée de l’oubli. » (p. 475)14 La valeur de la langue est, en d’autres termes, clairement déterminée par l’auteur ou par l’œuvre en question. Pour légitimer cette inconsistance, tout en suivant la logique raciale, le discours nazi fait systématiquement appel à ce qu’il appelle « l’être intérieur » (das innere Wesen), qui est tantôt concrétisé comme le sang, tantôt comme l’âme mythique. C’est ainsi que Maeterlinck et Verhaeren auraient :

  • 15 Peuckert(Fritz), « Flanderns Dichtung im deutschen Raum », dans Nationalsozialistische Monatshefte, (...)

trahi leur sang flamand et par là leur germanité pour les vendre à la romanité de Paris. Ce simple fait devrait suffire à n’importe quel Allemand pour qu’il dépose avec dégoût les livres de Verhaeren et Maeterlinck, de la même manière que les livres en trompe-l’œil de Heinrich Mann et de ses camarades. (p. 590)15

24De Coster et Gevers par contre :

  • 16 Fromme, (Franz), Begegnungen mit Vlamen. Brüssel, Deutscher Verlag, Die Osterlingen, 64 p.

n’appartiennent pas à la littérature française, […] car l’âme et l’esprit de leurs œuvres sont demeurés flamands dans leur intérieur le plus profond, en dépit de la langue française. Le sang et l’être [das Wesen] décident, pas la langue que quelqu’un a appris, ni même la carte d’identité, marque sur papier d’une citoyenneté. (p. 50)16

  • 17 Peuckert (Fritz), « Flandern gestern und heute. Neue Bücher aus und über Flandern », dans Nationals (...)

25Les facteurs selon lesquels la langue française peut être l’expression chez certains auteurs d’un « être étranger » (volksfremdes Wesen) et chez d’autres pas ne sont pas explicités pour les lecteurs. Ces critères doivent sans doute être compris en fonction du comportement politique des auteurs, de facteurs raciaux ou de l’instrumentalisation politique de leurs livres. Pour les philologues allemands de l’époque, savoir qui devait être caractérisé comment, à quel moment et pour quelles raisons était loin d’être facile. Un exemple éloquent est celui d’une philologue qui fut interdite de publication, parce qu’elle avait appelé De Coster un « Wallon ou demi-Wallon » dans son histoire de la littérature, alors qu’elle avait désigné l’Ulenspiegel comme « l’expression d’un être étranger ». (p. 435)17 Eu égard à l’influence de l’ouvrage quant à la création d’images, celui-ci fut considéré non seulement comme un échec mais aussi comme « dénaturant le véritable caractère de la Flandre germanique ».

Le nouvel ordre

26J’espère avoir montré dans cette étude concise que la critique littéraire des philologues devait jouer, à côté de la littérature spécialisée et de la fiction, un rôle moteur dans la construction d’un « ordre mondial nouveau » en Allemagne nazie. L’indécision officielle envers la Belgique se réduit dans ce corpus à une indécision envers la Wallonie, tandis que la Flandre est manifestement construite comme partie future du Reich allemand. Le discours nazi réussit de cette manière à préparer un ordre nouveau dans lequel les Flamands et éventuellement les Wallons, mais en aucun cas l’État belge, trouvent leur place.

27Il est important d’ajouter que la sélection de textes, d’auteurs et de thèmes dans l’Allemagne nazie est dans une large mesure déterminée par la construction identitaire et la création d’images, qui trouvent leur place dans la politique et l’idéologie impérialistes, de même que dans la situation de guerre. Ce rôle médiateur des images entre la littérature et des intérêts multiples a été peu travaillé dans les études secondaires. De plus, comme la création d’images dépasse forcément les frontières des genres littéraires ainsi que non-littéraires, il est indispensable qu’une étude imagologique compare et contraste différents genres. Comme l’analyse l’a montré, des images convergentes, différentes ou même contraires peuvent être produites pour des raisons tactiques ou autres, ce qui pourrait nous mener à des conclusions différenciées.

Haut de page

Notes

1 Je voudrais remercier Hubert Roland pour son aide dans la traduction du texte allemand en Français.

2 De Jonghe (Albert), « Het vraagstuk Brussel in de Duitse Flamenpolitik, 1940-1944. Het Duitse standpunt », dans Taal en sociale integratie 1981, 4, pp. 405-443.

3 Frank(Friedrich), Frisé (Adolf), Graf (Georg E.), Unser Kampf in Holland, Belgien und Flandern vom 10. bis 4. Juni 1940. München, F. Bruckmann, 1941, 172 p.

4 Hoffmann(Heinrich), Der Feldzug in Belgien, Flandern, Artois vom 14. Mai bis 4. Juni 1940. Zweites Kriegshilfswerk für das deutsche Rote Kreuz. S.d., s.l.

5 Havertz(Heinz), Flandern. Karlsbad und Leipzig, Adam Kraft, s.d., 185 p. + photos. J’ai traduit tous les extraits cités de l’allemand.

6 J’entends par là les ouvrages non fictionnels consacrés à l’histoire, la politique, la géographie, la culture… de la Belgique et de la Flandre.

7 Zeck(Hans F.), Die flämische Frage. Ein germanisches Volk kämpft um sein Lebensrecht. Leipzig, Wilhelm Goldmann, 1938, 141 p.

8 Brües(Otto), Fliegt der Blaufuß? Roman aus der flämischen Bewegung unserer Tage. Berlin, G. Grote, 1935, 220 p. Le titre est une traduction littérale du chant des Activistes flamands Vliegt de blauwvoet.

9 À ce propos, cf. Van linthout (Ine), « ‘Flandern in deutscher Sicht’ am Beispiel der Nationalsozialistischen Bibliographie (1936-1944) », dans : WIESINGER (Peter), éd., Akten des X. Germanistenkongresses Wien 2000 : Zeitenwende — Die Germanistik auf dem Weg vom 20. ins 21. Jahrhundert. Bern, Peter Lang, 2002, pp. 23-27.

10 À ce propos, cf. Van linthout (Ine), « “Flandern, halte dich bereit, als Westmark in dieser Welt deinen Platz einzunehmen.” Westforschung, Literatur(-wissenschaft) und Flandern im Nationalsozialismus », dans Dietz (Burkhard), Gabel (Helmut), Tiedau (Ulrich), éd., Griff nach dem Westen. Die ‘Westforschung’ der völkisch-nationalen Wissenschaften zum nordwesteuropäischen Raum (1919-1960). Münster, Waxmann, 2003, pp. 325-350.

11 Peuckert(Fritz), « Flanderns Dichtung im deutschen Raum », dans Nationalsozialistische Monatshefte, 1936, pp. 586-595.

12 Annonce publicitaire dans Europäische Literatur, 1943, 12, p. 28.

13 Ruoff(Wilhelm), « Begegnungen in Flandern und der Wallonie », dans Europäische Literatur, 1942, 1, pp. 15-17.

14 Hartmann(Waldemar), « Tyll Ulenspieghel im Bilde. Erich Klahns künstlerische Neuschöpfung von Charles de Costers flämischem Volksbuch », dans Nationalsozialistische Monatshefte, 1940, pp. 475-480.

15 Peuckert(Fritz), « Flanderns Dichtung im deutschen Raum », dans Nationalsozialistische Monatshefte, 1936, pp. 586-595.

16 Fromme, (Franz), Begegnungen mit Vlamen. Brüssel, Deutscher Verlag, Die Osterlingen, 64 p.

17 Peuckert (Fritz), « Flandern gestern und heute. Neue Bücher aus und über Flandern », dans Nationalsozialistische Monatshefte, 1943, pp. 434-439.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ine Van Linthout, « L’impossibilité d’une littérature belge. La Belgique vue par l’Allemagne nazie », Textyles, 24 | 2004, 63-69.

Référence électronique

Ine Van Linthout, « L’impossibilité d’une littérature belge. La Belgique vue par l’Allemagne nazie », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/721 ; DOI : 10.4000/textyles.721

Haut de page

Auteur

Ine Van Linthout

Universiteit Antwerpen (UA)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org