Navigation – Plan du site

L’alimentation chez Camille Lemonnier

Philippe Roy
p. 33-43

Texte intégral

1Comment et pourquoi Camille Lemonnier (1844-1913) parle-t-il de manger dans son œuvre ? Et qu’apporte sa voix dans le concert romanesque d’une fin de siècle si friande de descriptions gastronomiques et de métaphores alimentaires ? Cette étude vise à répondre brièvement à ces questions, en se basant sur les livres de fiction de l’auteur ainsi que sur Une vie d’écrivain (1911), l’autobiographie où s’est décantée l’idée de son identité.

La cuisine de l’identité

  • 1 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, préface et notes de Georges-Henri Dumont, Bruxelles, Acadé (...)

2La mère de Camille Lemonnier, Marie Paneels, meurt le 25 février 1846, laissant une fille de six mois et le futur écrivain, qui achève la deuxième année de son enfance bruxelloise. Si l’on en croit Une vie d’écrivain1, la parentèle flamande admire l’appétit du garçon. Aux dates rituelles de l’année liturgique, il avale sans sourciller quinze koekebakken (crêpes) à la file, le pain perdu du Verloren Maandag (Lundi Perdu), les « Saint-Nicolas » en spikelaus et les couques à prientjes de la Noël, avec un pot de cafotje (chocolat) au Nouvel An. Ces festins compensatoires prédisposent le prodige à un léger embonpoint qu’il gardera jusqu’à sa mort, le 13 juin 1913, des suites d’une opération motivée par un cancer de l’intestin.

3La grand-mère maternelle, silencieuse et rangée, vient remplacer sa fille dans le foyer désormais triste, où les semaines sont rythmées par un menu invariable :

  • 2 Idem, p. 56.

Chaque jour, en outre, faisait apparaître au repas du midi les mêmes plats alternés, le lundi le fricandeau, le mardi la carbonade flamande, le mercredi le pain de veau ou les « oiseaux sans tête », le jeudi le bœuf à la mode et un plat de salsifis, le vendredi de la raie ou du cabillaud, le samedi enfin régulièrement le bouillon et le « bouilli », avec l’os à moelle dont on oignait un carré de pain grillé. Le poulet n’apparaissait sur la table que le dimanche, après le rôti ; le pâtissier apportait un « Saint-Honoré » ou une « Sainte-Catherine » et mon père descendait à la cave prendre une de ces bouteilles à grosse panse et à goulot mince d’où larmait l’or liquoreux d’un vin de Tours ou de Coteaux2.

L’ordonnance des repas, en particulier l’abstinence de viande le vendredi, s’inscrit dans une tradition catholique axée sur les espèces eucharistiques, le corps et le sang du Christ. Leur composition répond à une gastronomie qui perdure jusqu’à nos jours en Belgique et fixe les repères économiques de la hiérarchie sociale. Chez les bourgeois Lemonnier, la pâtisserie du dimanche, placée sous la protection de saints, se substitue au pain (présent sous forme de veau le mercredi, ou grillé, le vendredi), tandis qu’on sert avec cérémonie un vin luxueux. Si ces agapes répétitives fournissent à l’orphelin de mère des jalons rassurants, elles contribuent à enfermer l’adolescent dans un carcan social.

  • 3 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 53.

4On mange en flamand mais on parle en français. Pour le jeune et gourmand Lemonnier, la langue française représente d’emblée une source de nourriture spirituelle. C’est l’outil professionnel de son père, avocat sévère et économe qu’il ne tutoie jamais mais dont il dévore en cachette la bibliothèque garnie de contrefaçons belges des grands romantiques français. C’est la loi qu’il faut apprendre, mais, en même temps, transgresser afin d’accéder à l’individualité. Dans ce domaine aussi, Lemonnier démontre sa boulimie. Lorsque son père tombe malade, à la fin de 1868, il vit une véritable crise. Il démissionne, feint d’aller au bureau mais s’enferme pour étudier dans une chambre de bonne. Autodidacte étonnant, il écrit en tous sens, comme on fait ses gammes. Après la mort de son père, en juin 1869, Lemonnier se retire deux ans près de la Meuse, à Burnot, pour créer, plus près d’une nature qu’il considère comme « l’amie maternelle »3. Il a vingt-cinq ans.

  • 4 Lemonnier (Camille), Contes flamands et wallons (Scènes de la vie nationale), Bruxelles, Landsberge (...)

5Rédigé en grande partie à Burnot, le premier recueil de Lemonnier s’intitule Contes flamands et wallons (Scènes de la vie nationale)4. Si le sous-titre se réfère au projet balzacien, le titre montre que Lemonnier entend représenter toute la Belgique. Les six contes du volume sont d’ailleurs dédiés à des Belges, parmi lesquels on trouve des ténors du roman réaliste comme Émile Leclercq ou Émile Greyson, et surtout Charles De Coster dont Lemonnier partage les vues unitaristes.

  • 5 Lemonnier s’y inspire de sa propre tante, Adèle, la mère de son cousin le peintre Eugène Verdyen, v (...)

6Pour mettre en scène les petites gens qui vivent aux quatre coins de son terroir, il a tout naturellement recours à l’alimentaire. « Bloementje », l’émouvante fillette du boulanger de Wavre, dépérit en guettant la venue du grand saint Nicolas, dont les répliques biscuitées dégagent, vainement pour elle, un parfum alléchant. La cérémonie du « Thé de ma tante Michel »5 reflète la désuétude d’un Bruxelles provincial, tandis que « Sainte Catherine au moulin » évoque les sains plaisirs festifs de la table rurale, en pays de Meuse. Traitées avec un réalisme qui met l’eau à la bouche, ces descriptions valent à Lemonnier des encouragements venus d’Outre-Quiévrain. Parmi lesquels le suivant, d’Henri Taine :

  • 6 Lettre du 13 juin 1874, citée en guise de préface à Camille Lemonnier, En Brabant, Paris-Bruxelles- (...)

Deux impressions surnagent : quelle vision nette et circonstanciée vous avez, et comme toutes ces braves gens ont du plaisir à manger ! En vrai Flamand, vous nous donnez de la sympathie pour la cuisine, le ménage, les détails de la vie humble6.

  • 7 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 161.
  • 8 Les 15 août, 15 septembre et 1er octobre 1872.

7Comme on le constate, en dépit des efforts visant à présenter un « double race »7, c’est surtout le côté flamand qui touche le lecteur français. En conséquence, stratégiquement, Lemonnier poursuit dans la veine, riche de références, de l’héritage pictural flamand. En 1874, à Bruxelles et à Paris, sortent ses breughéliennes Histoires de gras et de maigres. Le conte qui se rapporte au titre du recueil, « Un bon tour », avait paru dans la revue bruxelloise L’Art libre, sous l’intitulé moins énigmatique de « Ce qui arriva à Jacob Humérus après avoir acheté la gravure des Gras et des Maigres de Pierre Breughel »8. Lemonnier donne littéralement une histoire en deux tableaux où la nourriture occupe la place centrale. Une nuit, un bourgmestre qui cherche à se restaurer aboutit à l’auberge des Maigres et échappe de justesse à leurs visées cannibales. Mais il a laissé son gros ventre dans la bagarre, ce qui le rend ensuite suspect à l’hôtellerie des Gras, qui refusent de le reconnaître et le jettent à la rue. L’épilogue révèle que le notable a rêvé. C’est un bon tour posthume que lui a joué Pierre Breughel l’Ancien, surnommé Pierre le Drôle, dont il acheté la veille la gravure des Maigres et des Gras. En carême ou au carnaval, faméliques ou pantagruéliques, nous sommes donc tous, toujours, des intrus aux yeux de ceux qui sont radicalement autres.

8Typiquement bruxelloise, « L’Histoire merveilleuse de Tone Knop », du même recueil, est servie dans un estaminet, arrosée de lambic, par un conteur truculent qui s’interrompt dès que les pintes sont vides et qui conclut en commandant une tournée générale. Attablés, dos au feu, nous voilà immergés dans le monde de l’oralité pour le plaisir du ventre et la joie des oreilles. Il fait bon manger et boire, à n’en pas douter, dans ce nombril du monde qui brusselle à tire-larigot et où les fransquillons eux-mêmes portent leurs chaussures à réparer chez le schoenlapper (cordonnier). Tone Knop, charpentier enrichi dans la construction, a tout lieu de se montrer satisfait. Parmi les signes extérieurs de son rang, carrosse ou habits luisants, c’est de la graisse qui l’enveloppe, lui, sa femme et ses trois fils, qu’il est le plus fier. Harmonieusement intégré à la fébrile animation des poêliers, ébénistes ou brasseurs de son quartier, il alterne travail et bombance. Tous les soirs, au café, il va fumer du tabac d’Obourg dans sa longue pipe de Hollande, écluser force chopes de faro et jouer au piquet avec d’autres bourgeois. L’horizon de ce ketje (petit bonhomme), certes très limité culturellement, s’étend aux noms de toutes les rues de la ville. Il sait exactement dans quel bistrot se boit quel type de bière et ses habitudes gastronomiques suivent une cadence hebdomadaire qui ne souffre aucune dérogation. Après que sa quiétude a été dérangée par des accidents en cascades, plus fantastiques que merveilleux, il se retrouve dans un paradis digne de rivaliser avec le banquet d’Odin. On y sert le faro et le boonekamp. Tout est bien qui finit bien, le charpentier a récupéré son bonheur conformiste, symbolisé par la bonne bière, pour l’éternité.

Les festins, jalons de la vie littéraire belge

  • 9 Selon une coupure anonyme du Voltaire, le 10 janvier 1882 : « si on excepte le dernier roman de M. (...)
  • 10 Il semble que, contrairement à son ami Des Ombiaux, Lemonnier n’ait jamais été un œnologue. Émile V (...)

9En 1882, Lemonnier s’impose à Paris comme un romancier prometteur. Il a le vent en poupe. Un mâle, deuxième best-seller de la saison parisienne9 1881-1882, connaît un succès confirmé par Le Mort, Les Charniers (réédition de Sedan) et Thérèse Monique, ressortie du tiroir. Et il a signé un contrat plantureux avec Hachette pour La Belgique, en livraisons dans Le Tour du monde. Séduits par le talent et le prestige de Lemonnier, les littérateurs en herbe de La Jeune Belgique se pressent autour du maître, récemment divorcé et dès lors enclin à la bohème. C’est autour de sa table que renaît la littérature francophone de Belgique, entre juin et août 1882, au n° 26 de la chaussée de Vleurgat à Ixelles, près de l’actuelle place Flagey. Un groupe d’amis prend l’habitude de déjeuner chez Camille Lemonnier le vendredi de chaque semaine. Des écrivains et des critiques, Waller, Giraud, Gilkin, Verhaeren, Eekhoud, Rodenbach, Nautet, Hannon, Maurice Sulzberger, Mahutte, Nizet, Lucien Solvay, Brouez, de Tombeur, Sérasquier ou Maubel, l’éditeur Lucien Hochsteyn, des peintres et des sculpteurs, Constantin Meunier, Verheyden, Claus, Khnopff ou Lambeaux se partagent l’aloyau aux pommes de terre, copieusement arrosé d’un « séveux mâcon »10 :

  • 11 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 203.

Avec les jours, le nombre de convives augmentant, il fallut ajouter une rallonge à la table. Il s’était trouvé que nous avions commencé un vendredi et nous continuâmes : il y eut dès lors les vendredis de la Jeune Belgique. C’était une fête chaque fois qu’il venait un visage nouveau11.

10Or, incapable de dégager une majorité sur un nom, le jury officiel du prix quinquennal de littérature, réuni le 5 avril 1883, décide de n’accorder à personne la prime de cinq mille francs. Donné grand favori, Lemonnier est déçu. Ses commensaux du vendredi, Max Waller en tête, ressentent cette décision comme une injustice et comme un affront au jeune mouvement littéraire qui se dessine. La Jeune Belgique décide d’organiser un banquet de protestation en l’honneur du grand frère Lemonnier. Le 28 avril 1883, tout habillé de rouge, paraît le « numéro de combat » de la revue. Max Waller y fulmine : le « choix de Camille Lemonnier s’imposait », non seulement en raison des succès accumulés durant le dernier lustre, mais aussi étant donné que c’est lui « qui a organisé ce mouvement des Jeunes en Belgique » :

  • 12 Waller (Max), « Le Prix quinquennal. Manifestation Lemonnier », La Jeune Belgique, 3e année, t. II, (...)

C’est autour de lui qu’on s’est rassemblé ; c’est lui qui a donné l’espoir, qui a raffermi les défaillances, qui a mené au combat, si bien que tous les conscrits le reconnaissent ici, à l’heure actuelle, comme leur maréchal de Lettres12.

Waller conclut au divorce « irrémédiable » de l’art et de l’état. Par conséquent, écrit-il, la manifestation qui se prépare est un « acte de justice nationale » auquel il convie toute l’élite artistique. Cette levée de fourchettes mémorable, qui a lieu le 27 mai 1883, scelle l’union sacrée des vrais artistes contre les forces réactionnaires du monde académique. Elle inaugure ainsi, en Belgique littéraire, la tradition des banquets de réparation, ponctués de discours amicaux ou programmatiques. Citons, par exemple, les raouts offerts à Georges Eekhoud le 28 octobre 1893, à Émile Verhaeren le 24 février 1896, à Edmond Picard le 21 décembre 1901 et encore à Lemonnier en mars et en avril 1903. Le réseau parallèle et autonome de l’institution littéraire qui se met en place aboutira, en 1902, à la création de la Libre Académie, surnommée Académie Picard, un organe dont les buts présentent quelque analogie avec l’Académie Goncourt.

11Mais la réhabilitation symbolique opérée par le banquet Lemonnier de 1883 ne lui fait pas oublier la difficulté qui consiste à s’écarter des modèles canonisés. Une comparaison alimentaire, le lait nourricier, lui vient à l’esprit pour évoquer, dans sa préface à La Vie bête de son fougueux cadet Max Waller, le terrible poids des œuvres accumulées par la tradition :

  • 13 Camille Lemonnier, préface de Max Waller, La Vie bête, Bruxelles, Brancart et Deswarte, 1883, p. VI (...)

Presque tous, en venant au monde, nous avons en nous l’étoffe d’affreux petits académiciens, bien que quelques-uns seulement soient voués aux prix quinquennaux. À peine sevrés de la mamelle, on nous gorge du lait des sciences en us, et quand nous voulons écrire, nous nous apercevons — nous en apercevons-nous toujours ? — que nous ne faisons que rabâcher ce qui a été écrit avant nous. Ah ! mon ami ! quelle fatalité ! les plus jeunes ont au moins vingt siècles sur les reins13.

La faim, métaphore de la libido

  • 14 Mitterand (Henri), Zola, t. II : L’Homme de Germinal (1871-1893), Paris, Fayard, 2001, p. 534.

12Le vocabulaire qui exprime le besoin primordial de se nourrir sert aussi à dire toutes les autres nécessités vitales. Pour Lemonnier — comme pour Zola, et avant Freud — le ventre représente « le lieu organique de tous les appétits vitaux, celui de la nourriture comme celui du sexe »14.

  • 15 Ce thème se retrouve également dans des nouvelles comme « Le Chasseur de femmes » (Gil Blas, 21 jui (...)
  • 16 Lemonnier (Camille), Un mâle, préface de Marcel Moreau, lecture de Jean-Pierre Leduc-Adine, Bruxell (...)

13Le chasseur de femmes, le mâle archaïque sorti du hallier à l’odeur de la chair fraîche, hante l’univers romanesque15 de Lemonnier. Il s’incarne dans le personnage de Cachaprès, le braconnier d’Un mâle (1881), qui chasse avec une égale volupté les animaux forestiers ou les jeunes villageoises qu’il « prend par la douceur, comme les oiseaux à la glu »16. Il assimile tout naturellement Germaine, la fermière héroïne du roman, à une proie animale :

  • 17 Idem, p. 47.

Il l’aima comme un gibier rare et difficile, comme une proie inaccoutumée, sentant s’accroître son goût pour elle de la supposer vierge, c’est-à-dire gardée, à l’égal des chasses dont il avait dû escalader les clôtures17.

14Le romancier convoque à nouveau le lexique de la vénerie dans la description épicée du viol collectif auquel Clarinette, l’héroïne de Happe-Chair (1886), échappe de justesse. Il peint une allégorie de la curée, cette portion de la bête tuée que les chasseurs livrent aux chiens pour les récompenser :

  • 18 Lemonnier (Camille), Happe-Chair, préface d’Hubert Nyssen, lecture de Michel Biron, Bruxelles, Labo (...)

Ils arrivaient tous à elle, attirés par sa peau à nu, une ivresse de sang à la tête, comme pour une curée. L’ombre les enhardissant, ils l’accrochaient au hasard du morceau, pétrissaient ses lombes, patinaient ses seins ; et elle sentait leurs mains brutales monter à son giron, dans une prise de possession qui leur tirait par avance un halètement de bête du gosier.
— Cochons, lâchez-moi. Faut-il que vous soyez des lâches ! vociférait-elle en se débattant sous leur meute.
Mais dans cette rumeur féroce des mâles déchaînés sur elle, la voix du Lapin, qui la serrait de plus près, coula à ses oreilles avec une haleine rauque :
— Laisse-toi faire, c’est pon la peine ed’gueuler, faut qu’t’y passe.
À chaque moment, la masse pesait sur elle d’un poids plus lourd ; c’était comme un flot qui à présent lui passait sur le corps, des lèvres lui mangeaient le cou ; et on lui arrachait ce qui lui restait de sa robe, on lui mettait des poings sur la bouche, avec la volonté de la tenir nue tout entière, à la merci de cette animale ruée18.

15Dans Happe-Chair, Lemonnier franchit un pas supplémentaire dans la violence. L’homme libidineux n’est plus un chasseur individuel mais un chien, membre anonyme d’une « meute ». Qu’on ne s’y trompe pas, néanmoins, le cynisme de ces ouvriers ne découle pas de leur manque d’instruction.

16Lemonnier est convaincu que chaque individu revit l’expérience de toute l’espèce humaine. Ainsi, même chez le plus civilisé, des traces subsistent de l’ancêtre préhistorique qui ravissait sa femelle. Cet atavisme est, entre autres, le lot de l’oncle et tuteur d’Andrée Piègre, l’horrible Barboux, dans Quand j’étais homme. Cahiers d’une femme (1907). En « chien furieux », lui aussi, ce boutiquier urbain tente vainement de violer sa pupille, qui en gardera un souvenir traumatisant :

  • 19 Lemonnier (Camille), Quand j’étais homme. Cahiers d’une femme, Paris, Louis-Michaud, 1907, pp. 72-7 (...)

Ce fut le monstre, le satyre qui guette à l’affût de l’heure et de l’aubaine, comme la bête au bois. Tout de suite, j’eus l’idée qu’il voulait me tuer : je ne pensais pas à l’amour. […] Tout à coup il me prit avec ses terribles pouces les poignets comme il l’avait fait dans la journée et maintenant il couvrait mes seins et mes épaules d’écumes, de râles, de baisers, donnant de la tête en avant comme un chien furieux, fonçant du menton eu [sic] travers de mon pauvre corps nu, me faisant avec ses canines de vieil homme de proie une morsure au gras du bras ; le stigmate ne m’en est jamais parti. Maintenant il avait un cri sourd, mêlé à des injures.
Je dis tout et comme cela m’arriva, avec l’horreur de l’homme, avec la conviction réelle qu’il est resté à travers les siècles l’animal originel lâché à travers le hallier des espèces. Il faut qu’on sache que, même chez le meilleur, s’il est musclé, s’il a le signe physique auquel on ne peut se méprendre, le viol est en permanence ; tout dépendra de l’heure, de la circonstance et de la victime. Nulle jeune fille ne sera à l’abri de sa rôde, de sa poursuite, de ses fureurs. C’est la lutte, la lutte éternelle entre le faune constitué pour reproduire, n’importe comment, et l’être qui porte en soi le moule élémentaire de la vie. Et alors il arrive cette chose terrible, la femme et l’homme aux prises dans une rixe où le sang est près de couler, où il passe la fureur du meurtre19.

Rien d’étonnant, dans ce contexte, à ce que la femme soit tentée par l’homosexualité. Au regard de la brute masculine, la femme est « comme de la pâtisserie légère », ainsi que le note la Touque, l’amie lesbienne de Claudine Lamour (1893) :

  • 20 Lemonnier (Camille), Claudine Lamour, Paris, Dentu, 1893, p. 34.

— Et puis, et puis, ajouta-t-elle après un silence où elle parut s’enfoncer aux amoureuses langueurs des souvenirs, c’est bien plus gentil… C’est comme de la pâtisserie légère, mousseux, des lys fouettés dans de la crème. Les hommes, eux, c’est des portefaix, ils ont toujours l’air de fracturer des coffres-forts20.

Au raffinement de la relation amoureuse correspond un changement de registre alimentaire : de la viande crue, on passe à la pâtisserie, infiniment plus civilisée.

La dévoration et le social

17Le riche sursaturé de plats complexes coexiste avec le pauvre privé de pain. Afin de dénoncer cette injustice sociale, l’œuvre de fiction de Lemonnier présente souvent la nourriture, au sens propre, pour mieux souligner sa terrible raison d’être, la faim.

  • 21 Lemonnier (Camille), « Les Bons Amis », Noëls flamands, p. 74.

18Dans ses œuvres de jeunesse, l’écrivain reste au stade du constat, teinté d’un paternalisme à la Dickens. Un petit Italien émigré meurt de faim et de froid au milieu de l’indifférence des passants indigènes dans « La Noël du petit joueur de violon », un des Contes flamands et wallons. Dans le récit des « Bons Amis », qui ouvre les Histoires de gras et de maigres, Lemonnier apporte un exemple, alimentaire, de la collusion du clergé et de la noblesse. Insensible à la douleur du pauvre venu lui annoncer un décès, le curé, les bras chargés des fruits apportés par le baron, s’inquiète d’un détail mercantile : « À quelle classe enterre-t-on ?21 » Vaille que vaille, les braves gens qui recueillent l’orphelin recomposent un foyer autour d’un modeste festin :

  • 22 Idem, pp. 103-104.

Il n’y eut personne qui ne se sentît du bien à l’âme quand Madame Lamy, ayant fait roussir le poulet dans le poêlon et l’ayant ensuite disposé sur une assiette, les cuisses et les ailes à part et le blanc de la poitrine au milieu, Jean se mit à sucer les cuisses, l’une après l’autre, en les trempant dans la sauce au beurre.
Il buvait de petits coups au verre de vin et disait :
— Ah ! que c’est bon, madame Lamy !
Chacun pensait alors :
— Oui, ce doit être bien bon ! C’est comme si j’en mangeais moi-même22.

19Mais peu à peu, à partir de 1886, Lemonnier s’enhardit. Sa critique sociale, s’accommodant de toutes les outrances, trouve un paroxysme inédit en 1892 dans La Fin des bourgeois, un roman qui se conclut aux lueurs saisissantes d’un grand soir. Le délire des deux cousins Rassenfosse, dont Lemonnier décrit l’autodestruction, entretient des liens très serrés avec l’univers alimentaire. Le premier, Antonin, mange comme les suicidaires du film La Grande Bouffe (1973), de Marco Ferreri. Il représente l’homme immuable, à travers les âges, celui qui a toujours faim, l’infatigable tube digestif. Le deuxième est le pervers Régnier, un bossu fou dangereux, prophète de la décadence bourgeoise, qui veut en accélérer la conclusion afin de se régaler de la phase finale, l’apogée du cannibalisme :

  • 23 Lemonnier (Camille), La Fin des bourgeois, préface de Paul Emond, lecture de Jacques Dubois, Bruxel (...)

C’était encore lui qui, en une nuit d’orgie, professait la sottise de Malthus et instituait un club pour l’engrossement des filles. Il faut que les hommes, à force de proliférer, en soient réduits à se manger entre eux23.

20Le très beau chapitre xx du roman raconte l’épisode du pauvre. Au retour d’une virée avec des filles et Antonin, Régnier aperçoit un « gueux de la forêt, […] avec sa grande marche de loup talonné par les famines » (p. 191). Il a soudain « une idée merveilleuse et diabolique » (p. 192). Apprenti sorcier en « humanitarisme » (p. 204), il décide d’emmener ce vagabond et de le servir toute la soirée comme un prince, afin d’en faire un révolté, de semer « la haine dans cet esprit simple » (p. 204).

21Pour gravir les escaliers du restaurant, le vieux s’est déchaussé. Régnier hurle : « Place à sa Sainteté le Pauvre » (p. 194), au grand dépit des garçons accoutumés à des frasques moins saumâtres. Cette fois-ci, le bossu ramène un phénomène peu appétissant :

On flaira comme un danger, dans sa montée à pieds nus le long des tapis, le type des faunes insolites, ce gorille à face d’homme emmené des forêts, traînant après lui une menace de dévastation (p. 194).

Régnier a prévu de lui faire avaler des mets délicieux. Mais il comprend la beauté simple et naturelle de la commande du pauvre hère : « Une soupe au pain et au lard » (p. 195). En guise d’apéritif, il organise le lavement des pieds du « grand Pauvre biblique, délégué par les colères d’en haut pour se regouler de nos restes » (p. 196).

22Après s’être signé, le Pauvre fait preuve d’un appétit incroyable, dans une scène où les aliments, « le liquide et le solide », sont très sommairement décrits :

Le Pauvre élargit le signe crucial, et d’une voracité d’affamé, commença à lapper [sic] goulûment son assiette. Coup sur coup on la remplissait, sans qu’il s’arrêtât d’engloutir, avalant le liquide et le solide à pleine bouche, le nez dans les fumées du potage, indifférent à tout, tenace seulement à la volupté de cette manducation furieuse.
La soupière entière y passa ; il coula un sourire implorant vers Régnier. Celui-ci faisait signe au garçon qui bientôt rentrait avec une terrine fumante. Il la vida avec la même voracité, se jetant les cuillerées dans l’estomac, écurant la faïence, la nettoyant comme un miroir. Un [sic] mollesse à présent amoitissait ses dures cornées, un bien-être lui jutait de la peau.
— La faim, dit le petit Rassenfosse à Antonin, vois-tu, c’est l’état normal de l’humanité (pp. 197-198).

23Il recommence à manger, marquant une prédilection pour l’aliment suprême, une « rondelle de pain de ménage, une vraie roue de charrette » (p. 198), et la boisson biblique : le vin. Antonin lui-même en reste pantois : il a trouvé son maître. Le bossu est aux anges :

— Voyez-vous, mes enfants, disait Régnier, ça, c’est la vraie faim, la faim que le bon Dieu a donnée à la bête, la faim du premier homme, de l’homme néolithique abattant des proies qu’il dévorait toutes vives. Ah ! et c’est aussi la faim de l’homme de demain quand il se ruera sur ce que notre faim dégoûtée de petits mangeurs à longues dents aura laissé subsister par les chemins du monde (p. 199).

Au fond, la gastronomie qui dépasse cette faim-là — et tous les raffinements civilisés — n’existe qu’aux dépens des opprimés.

  • 24 Lemonnier (Camille), « L’Aumône d’amour », nouvelle initiale de L’Aumône d’amour, illustrations de (...)

24Après le repas, parachevant son œuvre de subversion, Régnier veut encore offrir au pauvre le repos du guerrier. Les filles sont dégoûtées, à part une seule, une brave malade qui accepte de coucher avec le vieux vagabond, image vraisemblable du père qu’elle n’a jamais connu. Elle accomplit pour lui L’Aumône d’amour, un geste sacré qui sera développé dans une très belle nouvelle24.

  • 25 Par exemple, dans une carte du 29 mai 1892, Paul Margueritte écrit : « je prendrais pour une anthol (...)
  • 26 Bloy met en doute la véracité du récit dans son Journal, t. 2 : 1907-1917, édition établie, présent (...)

25Cette impressionnante25 scène du Pauvre rappelle un épisode biographique mis en scène par Lemonnier dans Une vie d’écrivain. Il s’agit du dîner offert à la Maison dorée, le 27 novembre 1888, par la direction du journal parisien Gil Blas aux deux nouveaux collaborateurs proposés par le romancier belge : J.-K. Huysmans et Léon Bloy. Si l’on en croit les souvenirs de Lemonnier26, Bloy, qui figure ici le Pauvre égaré dans un restaurant de luxe, manque de s’étrangler en ingurgitant des huîtres :

  • 27 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, pp. 239-240.

Il se taisait, roulait ses gros yeux de poulpican, coupait tranquillement son pain avec le couteau. Par malheur, il y eut des huîtres : je le vis tout à coup porter sa serviette à la bouche et disparaître précipitamment. Des instants passèrent ; Huysmans, inquiet, sortit prendre des nouvelles. En rentrant, il eut un de ses mots de pince-sans-rire :
— Ce n’est rien : c’est une huître qui n’a pu passer. Il n’est pas habitué, vous comprenez.
Au cœur de Paris, dans la grande maison des filles et des fêtards, l’un des puissants écrivains du siècle manquait étouffer d’avoir mangé le plat des riches, lui qui, les trois-quarts du temps, manquait même du plat du pauvre. Il nous passa un petit froid pour cette huître récalcitrante qui le ramenait au sentiment de ses misères27.

  • 28 Lemonnier (Camille), L’Hallali, préface de Michel Otten, Bruxelles, Jacques Antoine (Passé Présent, (...)

26La voracité de la classe bourgeoise ne vise pas seulement le peuple. Elle convoite aussi l’aristocratie, dont elle dévore peu à peu les richesses. Le vieux baron Gaspar de Quevauquant, le héros ascétique de L’Hallali (1906), n’est pas moins suicidaire que les frères Rassenfosse. Conscient du déclin inéluctable de sa famille, il accélère sa ruine par de folles dépenses : il mange sa fortune. Bon perdant, il n’a de réelle considération que pour les « chenapans qui s’engraissent aux dépens de leur maître »28, comme le roturier Firmin Lechat.

  • 29 Cabanes (Jean-Louis), Le Corps et la Maladie dans les récits réalistes (1856-1893), Paris, Klincksi (...)
  • 30 Steiner (George), Dans le château de Barbe-Bleue. Notes pour une redéfinition de la culture, trad. (...)
  • 31 Touraine (Alain), Critique de la modernité, Paris, Fayard (Le livre de poche, Biblio essais, n° 421 (...)

27Dans Happe-Chair, dont le titre traduit la boulimie capitaliste, l’usine personnifie un Moloch moderne qui réclame son tribut de viande humaine. Le sacrifice rituel s’accomplit sous la forme de l’accident du travail29.  L’avènement de l’industrialisation à outrance ne fait qu’accélérer la « marche vers la déshumanisation »30. La production de masse comporte, aussi, des implications sexistes, du fait qu’elle renforce un modèle de société sadique où « la femme-nature est dominée par l’homme-raison »31. Lemonnier entrevoit cette problématique avec plus d’acuité que ses contemporains. Combinant dans ses romans le social et le sexuel, il met en scène la contre-attaque de la femme. Mieux accordée que l’homme avec les forces primitives de l’univers, elle utilise ses formidables ressources naturelles afin d’inverser la domination. Fidèle au champ sémantique de l’alimentation, Lemonnier montre comment la femme rejette le rôle de proie pour endosser celui de prédatrice, de mangeuse d’hommes, aux crocs aiguisés :

  • 32 Camille Lemonnier, à propos des portraits féminins d’Alfred Stevens, dans La Vie belge (Souvenirs), (...)

Celles-ci sont les guerrières, les filles de proie, les vengeresses ; leur rire s’aiguise à la morsure des dents, elles obéissent à la prédestination de rétablir la proportion entre les opprimés et les oppresseurs ; et ayant été les victimes, elles passent au rang de bourreaux32.

Ce renversement se déroule précisément au cœur du domaine où la femme semble le mieux assujettie : la sexualité, qui épuise l’homme alors qu’elle complète la femme. La libido, chez elle, cède la place à un désir révolutionnaire d’anéantissement de l’oppresseur masculin.

  • 33 Hubert Nyssen conclut sa préface à l’édition Labor du roman en affirmant que le titre Happe-Chair d (...)
  • 34 Lemonnier (Camille), Le Possédé, Paris, Séguier (Bibliothèque décadente), 1997, p. 227.
  • 35 Idem, p. 28.

28La stryge, qui montre les dents sous les traits de Clarinette à la fin de Happe-Chair33, s’incarne dans un être diabolique au nom inquiétant, Rakma, l’héroïne du Possédé (1890). Grâce à l’alchimie d’innombrables échanges génétiques entre nomades, cette institutrice, gouvernante au pair dans la famille d’un haut magistrat, représente une « créature merveilleusement outillée »34 pour détruire l’homme. Les « orbes magnétiques »35 de ses yeux, pour citer un exemple, s’assimilent à des bouches :

  • 36 Idem, p. 41. Dans son article « Odilon Redon dans les textes belges et français de la Décadence : l (...)

Œil ouvert comme un trou sur la nudité de la chair (encore cette Voix), œil prometteur de joies impures, œil qui, comme une bouche, boit les baisers et mange la sève des hommes36 !

Rakma jette son dévolu sur l’irréprochable homme de loi Lepervié, que son mauvais amour réduit à l’état d’adultère hypocrite puis de « triste débris » :

  • 37 Lemonnier (Camille), Le Possédé, p. 308-309.

L’homicide Rakma sentait s’exaspérer durant ces crises son sauvage amour de la destruction. Pendant une minute, elle aimait à sa façon le triste débris sur lequel elle achevait d’assouvir ses luxurieuses colères. De son âme forcenée, de son âme impénétrable et forcenée, se levait une sombre joie, une aigre jouissance de tueuse savourant le forfait accompli, de broyeuse d’homme capable d’engloutir des races entières en son creuset37.

29Variante moins sadique et plus indirecte de mangeuse d’homme, Andrée Piègre, l’héroïne déjà évoquée de Quand j’étais homme, concentre ses appétits régressifs sur une certaine « grosse saucisse de Vernon », emblématique du phallus absent. Comme celui de la célébrissime madeleine de Proust, le goût de cette charcuterie est indissociable, pour Andrée, du souvenir de la ville où elle a passé son enfance, encore indéterminée sexuellement :

  • 38 Lemonnier (Camille), Quand j’étais homme, pp. 124-125.

Je me trouvai sans charbon et sans pétrole, avec la mort au bout sous son double masque de dèche et de famine. Je pensais : « Si cependant on pouvait se passer de manger ! » J’essayai, je pus gagner un jour, je pensais sans cesse à la grosse saucisse qui se vendait à Vernon. Cela me mettait à la torture ; j’éprouvais le besoin d’en parler avec Thomas, j’en aurais parlé aux gens de la rue.
Ce soir-là, en rentrant chez moi, je tombai : je restai longtemps sur le plancher glacé ; une coulée de froid terrible soufflait sous la porte. À la fin une hallucination me prit ; je crus voir la saucisse dans un papier sur mon lit ; je me relevai, je farfouillai dans les draps : la saucisse n’y était pas. Au-dedans de moi, j’avais la sensation d’un trou immense : quelque chose criait, un cri sourd, égal et continu, et qui était comme l’aboi d’une bête sous ma peau38.

  • 39 Palacio (Jean de), « Camille Lemonnier ou la confusion des sexes », Naturalismes, Nord’, n° 30, déc (...)

30Pour résoudre son douloureux complexe de castration et aussi afin d’échapper au harcèlement du sexe adverse, Andrée choisit de prendre l’apparence d’un homme. Ce changement représente pour elle « l’instauration d’un nouvel ordre du monde »39. Il passe par le sacrifice des cheveux, le choix d’un nouveau prénom, Léon (elle aurait pu simplement couper la lettre finale d’Andrée), et l’usage du tabac. Et elle trouve enfin un charcutier qui fait la grosse saucisse de Vernon !

L’utopie et le régime végétarien

31Las d’ergoter dans ses romans sur une improbable solution sociale, Lemonnier revient à la nature, sur le mode utopiste. Le meurtre du chevreuil, un épisode vécu à Burnot dans sa jeunesse, acquiert pour lui une valeur hautement symbolique. Nous lisons dans Une vie d’écrivain :

  • 40 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, pp. 140-141.

Un matin, j’entends dans la montagne le cri des traqueurs et l’aboi des chiens. Dricot accourt me dire qu’un chevreuil a franchi le mur et s’est jeté dans les roseaux du quatrième étang. Je prends mon Lefaucheux : je passe le pont et j’aperçois la bête à l’eau. Pour un tueur de lapins et d’écureuils, c’était une pièce de choix. Je tire, le chevreuil reçoit le plomb dans le rein et fait un bond : je lâche mon second coup et il retombe. J’assiste à l’agonie du bel animal ; il a des vagissements de petit enfant qu’on égorge ; son flanc palpite affreusement. Il me passe alors une pitié qui ressemble à de la fureur : j’ouvre mon couteau : je frappe au jabot ; le sang jaillit de la plaie et m’empourpre la main. Le râle devient plus saccadé sans que le chevreuil meure et je frappe à nouveau coup sur coup ; je tâche d’atteindre le cœur. Je me sens tout froid de l’horreur des homicides : j’ai moi-même un râle dans la gorge ; et enfin le corps a une suprême crispation tandis que l’œil, le doux œil limpide où se mire le balancement lent des arbres, me regarde, un regard de reproche et de pardon, et qui petit à petit se fige du froid d’un gel éternel.
Jamais depuis je ne tuai ni n’eus envie de tuer. Je n’avais fait pourtant qu’achever une bête blessée. Les jolis écureuils purent bondir de branche en branche dans la futaie et les ramiers découper à la pointe de leurs ailes l’espace bleu : mon fusil resta pendu à l’archelle. Mais le sang versé ne cessa pas tout de suite de crier en moi. Je dressai aux mânes du chevreuil un double autel expiatoire, l’un dans l’Ile vierge, l’autre dans Adam et Ève. Quant au tueur qui avait traversé ma vie, il s’était replié du côté de la forêt brabançonne, dans la contrée giboyeuse où l’attendait Germaine40.

  • 41 Lemonnier (Camille), La Légende de vie. L’Île vierge, Paris, Dentu, s.d. [1896], p. 10.

32À partir de 1896, le cerf ou le chevreuil, lourde et silencieuse incarnation de la noble animalité traquée par l’homme, devient un motif romanesque récurrent. La proximité génétique qui unit l’homme aux grands mammifères — les porteurs de mamelles d’où sort le lait sacré — devrait lui faire considérer la viande comme un aliment tabou. Ainsi, Barba, le patriarche de L’Île vierge (1896), qui vit heureux avec les siens, en autarcie, loin du monde, a choisi de devenir agriculteur et végétarien « par respect du bœuf ami »41. Sa communauté ne boit ni alcool ni vin, mais de la bière blonde et lumineuse. Ils saluent le soleil le matin. Le cœur des chênes frémit au son de la cognée. Filles et garçon se baignent nus, car Barba « ne leur apprit pas la pudeur, fille du péché »(pp. 8-9). Le problème est justement le mal, qui se manifeste en particulier dans l’envie et dans la volupté de tuer. Or, poussé par un instinct irrépressible, Sylvan, le fils de Barba, a tué un chevreuil et trahi le devoir sacré de respecter la vie. Cet acte barbare l’emplit de remords et lui sert de leçon : il ne versera plus jamais le sang.

  • 42 Lemonnier (Camille), Adam et Ève, Paris, Ollendorff, 1899, p. 4.
  • 43 Bancquart (Marie-Claire), Fin de siècle gourmande 1880-1900, préface de Jean-Jacques Brochier, Pari (...)
  • 44 Lemonnier (Camille), Adam et Ève, p. 69.

33Le sevrage maternel a produit chez Adam, le héros d’Adam et Ève (1899), des effets très puissants. Ayant fui les villes pour vivre en ermite dans la forêt, il meurt d’envie de rencontrer des filles, dont les « petits seins pointus »42 métonymisent une promesse de plaisirs. Véritable — mais invraisemblable — coup de chance, il trouve à la lisière une jeune femme sans famille, qui a « l’innocence du jour » (p. 22) et qui accepte de l’accompagner dans les bois. Leur alliance est conclue par un rite alimentaire archaïque, devenu le « modèle de toutes les transgressions d’interdit »43 : il mord dans une pomme puis la lui passe, afin qu’elle y morde à son tour. Enfin, il l’embrasse en songeant aux promesses de paternité : « tout sein est le commencement d’une mamelle »44. Devenu maternel, le sein reste pour Adam l’objet d’un culte gourmand :

Je la courbai dans mes bras jusqu’à l’herbe, lui baisant la bouche et puis buvant la vie à ses seins blancs comme si mon tour était venu d’être son petit enfant (p. 232).

Il confond sa femme et sa mère. Le sein qui excite, puis nourrit, devient donc la clé d’un cycle vital. Mais on ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche. Adam se met à travailler, en commençant par la chasse. Exactement comme Lemonnier lui-même, il abat un chevreuil et l’achève au couteau, un symbole phallique sur lequel plane l’ombre gigantesque du mâle préhistorique. En butte à la même culpabilité que Sylvan, Adam renonce à ses habitudes carnassières, en prononçant cette phrase dont la redondance sonne comme une prière : « Jamais plus je ne tuerai une bête en vie » (p. 179). Alors renaît le désir du pain. Depuis le début de son escapade en forêt, songeant à la civilisation qu’il a délaissé sur les terres défrichées, Adam constate : « La huche là-bas est pleine de pain vermeil qui n’a pas le goût de la mort » (p. 6). Il admet la supériorité morale du régime végétarien. Lui aussi deviendra agriculteur. Dans la maison qu’il se construit dans la forêt, Adam place en priorité les deux meubles qui symbolisent pour lui le bonheur : le berceau et la huche. C’est probablement aussi la conclusion de son créateur, Camille Lemonnier : le sein et le pain représentent l’accord avec les rythmes naturels de la vie.

Conclusion

34Le discours de Camille Lemonnier sur l’alimentation, au sens propre comme au sens figuré, n’est jamais gratuit. Il s’inscrit dans la volonté d’en dire plus, afin de mieux comprendre l’univers.

35La nourriture joue un rôle structurant dans sa propre identité. Durant son enfance, au sein de sa famille, les repas reflètent un ordre petit-bourgeois catholique, morose à cause du décès prématuré de sa mère et du mutisme de son père. Ils enracinent Lemonnier dans une Belgique métissée culturellement dont il exploitera, en France, l’exotisme littéraire. Devenu un écrivain professionnel presque quadragénaire, il rassemble tous les vendredis autour de sa table ses amis artistes et les aide à s’introduire à Paris. Il devient le héros d’un banquet où s’expriment les forces vives d’une jeunesse littéraire spécifiquement belge.

36L’œuvre de Lemonnier recourt, entre autres, aux métaphores alimentaires pour rendre compte du conflit qui oppose la civilisation à la nature. Dans un premier temps, il prend nettement parti pour l’individu. Il chante la beauté sauvage du chasseur et stigmatise une société dont les rouages favorisent, à côté de l’opulence des nantis, la faim des pauvres. Moins naturaliste que décadent, le romancier fait montre d’une outrance qui culmine dans La Fin des bourgeois. Combinant de façon inédite le social et le sexuel, il dénonce l’oppression de la femme dont le seul recours, pour rétablir l’équilibre, est de manger l’homme.

  • 45 Je remercie Émile Van Balberghe, Alain Roy, Véronique Jago-Antoine et Paul Aron, qui ont eu l’oblig (...)

37Dans un second temps, Lemonnier admet que la civilisation comporte aussi des valeurs apaisantes. Il ébauche un modèle théorique de réconciliation avec la nature, qui s’accompagne d’une évolution dans la symbolique alimentaire. La femme montre le chemin en assumant son instinct maternel. L’homme renonce à la chasse primitive et à la consommation de viande. Devenu agriculteur, il sème puis attend patiemment la récolte afin de préparer le pain, l’aliment par excellence. Pour conjurer le sort qui pousse les sexes à s’entre-dévorer, les humains découvrent un amour librement partagé, un hymen symbolisé par le sein, qui invite à l’amour avant de nourrir la descendance. Cette phase lui vaut d’être considéré comme un précurseur par les naturistes, théoriciens éphémères d’une esthétique humanitaire dont le rêve se fracassera contre la Grande Guerre45.

Haut de page

Notes

1 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, préface et notes de Georges-Henri Dumont, Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises (Histoire littéraire), 1994, p. 37.

2 Idem, p. 56.

3 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 53.

4 Lemonnier (Camille), Contes flamands et wallons (Scènes de la vie nationale), Bruxelles, Landsberger, 1873 ; Paris, Librairie de la Société des gens de lettres, 1875. Les contes évoqués ici sont recueillis dans les Noëls flamands, présentés par Raymond Trousson, Genève-Paris, Slatkine, 1980. « Bloementje » y est rebaptisé « Fleur de blé ».

5 Lemonnier s’y inspire de sa propre tante, Adèle, la mère de son cousin le peintre Eugène Verdyen, voir Une vie d’écrivain, p. 118.

6 Lettre du 13 juin 1874, citée en guise de préface à Camille Lemonnier, En Brabant, Paris-Bruxelles-Liège-Aix-la-Chapelle-Gand-Anvers, [Gilon], 1878, p. 8.

7 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 161.

8 Les 15 août, 15 septembre et 1er octobre 1872.

9 Selon une coupure anonyme du Voltaire, le 10 janvier 1882 : « si on excepte le dernier roman de M. Alphonse Daudet, Un Mâle a été incontestablement le plus grand succès de vente de la saison ». Le roman de Daudet est vraisemblablement Numa Roumestan.

10 Il semble que, contrairement à son ami Des Ombiaux, Lemonnier n’ait jamais été un œnologue. Émile Verhaeren se souviendra qu’il « ne tarissait pas d’éloges sur une très modeste bouteille », Pages belges, Bruxelles, La Renaissance du livre, 1926, p. 29.

11 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, p. 203.

12 Waller (Max), « Le Prix quinquennal. Manifestation Lemonnier », La Jeune Belgique, 3e année, t. II, n° 6, 28 avril 1883, p. 204. C’est donc à Waller que revient la paternité du surnom de « Maréchal des lettres ». Rodenbach, à qui elle est traditionnellement attribuée, ne fait que reprendre cette métaphore militaire dans son discours au banquet du 27 mai 1883 (voir La Jeune Belgique, t. II, n° 7, 5 juin 1883, p. 253).

13 Camille Lemonnier, préface de Max Waller, La Vie bête, Bruxelles, Brancart et Deswarte, 1883, p. VII.

14 Mitterand (Henri), Zola, t. II : L’Homme de Germinal (1871-1893), Paris, Fayard, 2001, p. 534.

15 Ce thème se retrouve également dans des nouvelles comme « Le Chasseur de femmes » (Gil Blas, 21 juillet 1896), « La Vassale » (Le Journal, 13 mai 1897) ou « L’Honnête Prostituée » (Gil Blas illustré, 22 novembre 1906). Voir à ce sujet mon article « Les Contes et nouvelles de Camille Lemonnier », Le Livre & l’Estampe, t. 47, n° 155, 2001, pp. 42-44.

16 Lemonnier (Camille), Un mâle, préface de Marcel Moreau, lecture de Jean-Pierre Leduc-Adine, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n° 130, 1998, p. 25.

17 Idem, p. 47.

18 Lemonnier (Camille), Happe-Chair, préface d’Hubert Nyssen, lecture de Michel Biron, Bruxelles, Labor (Espace Nord, n° 92), 1994, pp. 320-321.

19 Lemonnier (Camille), Quand j’étais homme. Cahiers d’une femme, Paris, Louis-Michaud, 1907, pp. 72-73.

20 Lemonnier (Camille), Claudine Lamour, Paris, Dentu, 1893, p. 34.

21 Lemonnier (Camille), « Les Bons Amis », Noëls flamands, p. 74.

22 Idem, pp. 103-104.

23 Lemonnier (Camille), La Fin des bourgeois, préface de Paul Emond, lecture de Jacques Dubois, Bruxelles, Labor (Espace Nord, n° 31), 1986, p. 41.

24 Lemonnier (Camille), « L’Aumône d’amour », nouvelle initiale de L’Aumône d’amour, illustrations de Marold et Mittis, Paris, Borel, coll. Édouard Guillaume, coll. Lotus bleu), 1897.

25 Par exemple, dans une carte du 29 mai 1892, Paul Margueritte écrit : « je prendrais pour une anthologie des chefs-d’œuvre, cette scène du pauvre ondoyé dans un bain de pieds de champagne, gavé de mangeaille riche, mené chez les filles, et dans un sauvage et grand symbole, forniquant avec la prostitution de la Mort. »

26 Bloy met en doute la véracité du récit dans son Journal, t. 2 : 1907-1917, édition établie, présentée et annotée par Pierre Glaudes, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1999, p. 341, à la date du 21 février 1913 : « Article de Camille Lemonnier dans Comœdia, d’une improbité remarquable. C’est intitulé « Souvenirs littéraires » et c’est fait à la manière d’un conte. Il y est parlé de Huysmans, de moi et de Villiers, et il n’y a peut-être pas deux lignes exactes. » Sur les relations entre les deux écrivains, voir Roy (Philippe) et Van Balberghe (Émile), « D’un mâle à un mâle. Léon Bloy et Camille Lemonnier », Le Livre & l’Estampe, t. 47, n° 156, 2001, pp. 21 123.

27 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, pp. 239-240.

28 Lemonnier (Camille), L’Hallali, préface de Michel Otten, Bruxelles, Jacques Antoine (Passé Présent, n°27), 1980, pp. 175-176.

29 Cabanes (Jean-Louis), Le Corps et la Maladie dans les récits réalistes (1856-1893), Paris, Klincksieck, 1991, p. 488.

30 Steiner (George), Dans le château de Barbe-Bleue. Notes pour une redéfinition de la culture, trad. de l’anglais par Lucienne Lotringer, Paris, Gallimard, 1991, p. 61.

31 Touraine (Alain), Critique de la modernité, Paris, Fayard (Le livre de poche, Biblio essais, n° 4217), 1992, p. 200.

32 Camille Lemonnier, à propos des portraits féminins d’Alfred Stevens, dans La Vie belge (Souvenirs), Paris, Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle éditeur, 1905, p. 187 (La Belgique Fin de siècle. Romans — Nouvelles — Théâtre. Eekhoud, Lemonnier, Maeterlinck, Rodenbach, Van Lerberghe, Verhaeren, éd. présentée par Paul Gorceix, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 153).

33 Hubert Nyssen conclut sa préface à l’édition Labor du roman en affirmant que le titre Happe-Chair désigne la nymphomane Clarinette, « et non le laminoir » (éd. citée, p. 9).

34 Lemonnier (Camille), Le Possédé, Paris, Séguier (Bibliothèque décadente), 1997, p. 227.

35 Idem, p. 28.

36 Idem, p. 41. Dans son article « Odilon Redon dans les textes belges et français de la Décadence : les images invisibles », La Peinture (d)écrite, Textyles, n° 17-18, 2000, pp. 55-72, Évanghélia Stead rapproche judicieusement le motif de l’œil, dans Le Possédé, aux lithographies d’Odilon Redon, dont elle donne de beaux spécimens, pp. 63 et 67.

37 Lemonnier (Camille), Le Possédé, p. 308-309.

38 Lemonnier (Camille), Quand j’étais homme, pp. 124-125.

39 Palacio (Jean de), « Camille Lemonnier ou la confusion des sexes », Naturalismes, Nord’, n° 30, décembre 1997, p. 31.

40 Lemonnier (Camille), Une vie d’écrivain, pp. 140-141.

41 Lemonnier (Camille), La Légende de vie. L’Île vierge, Paris, Dentu, s.d. [1896], p. 10.

42 Lemonnier (Camille), Adam et Ève, Paris, Ollendorff, 1899, p. 4.

43 Bancquart (Marie-Claire), Fin de siècle gourmande 1880-1900, préface de Jean-Jacques Brochier, Paris, Presses universitaires de France (perspectives littéraires), 2001, p. xi.

44 Lemonnier (Camille), Adam et Ève, p. 69.

45 Je remercie Émile Van Balberghe, Alain Roy, Véronique Jago-Antoine et Paul Aron, qui ont eu l’obligeance de me lire et de m’indiquer leurs précieuses observations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roy, « L’alimentation chez Camille Lemonnier », Textyles, 23 | 2003, 33-43.

Référence électronique

Philippe Roy, « L’alimentation chez Camille Lemonnier », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/717 ; DOI : 10.4000/textyles.717

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org