Navigation – Plan du site
Varia

La reconstruction du féminin chez Claire Lejeune : langue-mère et mythes post-historiques

Cécile De Wandeler
p. 85-93

Texte intégral

1Bien qu’elle ne se réclame pas d’un mouvement littéraire féminin et encore moins féministe, Claire Lejeune, par plusieurs aspects de son œuvre apporte une contribution plutôt originale à la recherche féminine en littérature. Évidemment, elle aborde explicitement certains thèmes comme le patriarcat, le problème de la création artistique féminine, la maternité. Mais surtout, en faisant de la poésie le centre même de sa pensée et de son écriture, elle travaille implicitement au surgissement d’une langue nouvelle, expression d’une voix jusqu’ici condamnée au silence.

2Cette conception de la rupture et de la déconstruction du langage a beaucoup occupé la pensée féministe française dans les années ‘70. Il s’agissait, contre un langage considéré comme le véhicule de représentations masculines, de reconstruire une langue-mère tenant compte des spécificités considérées comme féminines : le corps, la jouissance, le rythme, l’oralité, le pré-symbolique… Certaines écrivaines s’y sont attelées tentant de faire surgir le texte du sexe. Sans toujours chercher à être comprises. Sans toujours cerner ce qu’il y a de tautologique à vouloir affirmer librement sa différence en portant en étendard la différence la moins librement choisie : la différence corporelle.

3Autodidacte, Claire Lejeune, elle, est tout de suite partie de sa propre expérience de femme et d’écriture. Elle ne profère aucune théorie sur ce que doit être un « parler-femme », mais dans son œuvre, elle met en place des moyens qui ouvrent une alternative à la langue traditionnelle. Elle ne cherche pas une expression radicalement différente, mais plutôt une communication réelle basée sur un réengendrement de la langue et par la langue. Dans cette optique, les thèmes de la maternité et de l’enfantement, les images de l’eau et du sang seront très présents, comme chez beaucoup de femmes. Mais transformés et dépassés, ils ne constituent plus qu’une métaphore récurrente du fait même de leur accessibilité à l’expérience des femmes.

4À contre-courant de la rationalité classique, presque à la manière de la pensée sauvage, le travail de Claire Lejeune consiste alors à créer des liens entre les éternels opposés, des analogies inconnues entre les dualités, pour renaître dans un lieu mitoyen, « d’où le tiers ne serait pas exclu ». C’est aussi pourquoi elle ne peut s’inscrire dans une attitude de rupture totale, mais cherche à réutiliser l’énorme matériel linguistique et culturel mis en place par des siècles et des siècles de pensée humaine. Par un travail de fouille de la mémoire, elle tente d’exhumer ce qui pourrait être le squelette d’un nouvel être à soi et à l’autre, d’un-e nouvel-le être humain-e. Du mot à la phrase, de la phrase au texte et du texte aux textes, elle tente d’insuffler au langage une vie nouvelle et à l’imaginaire, de nouvelles représentations.

Le recyclage des mots

5La première unité visible affectée par la rénovation du langage est le mot. On parle de la féminisation des titres et des professions. Mais cette transformation du vocabulaire est à l’œuvre, à un niveau beaucoup plus important, dans les œuvres des femmes. C’est une première marque d’appropriation de la langue. C’est pourquoi les néologismes féminisants se multiplient et se retrouvent d’un livre à l’autre. Pas de trouvaille géniale, pas de droit d’auteure, il s’agit d’offrir à soi et aux autres des mots dans lesquels se reconnaître.

6Claire Lejeune fait jouer ce principe, mais elle se concentre moins sur la féminisation à proprement parler. Irma Garcia, quand elle analyse le langage dans l’écriture des femmes, fait ressortir son aspect de langue en travail :

  • 1 Garcia (Irma), Promenades femmilières. Recherches sur l’écriture féminine, Paris, Des femmes, 1981, (...)

Il faut bien voir que ce travail s’inscrit dans une perspective commune aux femmes qui tentent de créer un outil nouveau, malléable […]1.

7Cet « outil malléable » finit par être assimilé à une « chair linguistique ». Et le pétrissage de cette chair finit par devenir un « en-jeu » du texte à lui tout seul. Cette matérialité du langage, ce pétrissage de l’écriture se retrouve chez Claire Lejeune. Le rapport aux mots s’éclaire de cet enjeu car il se profile comme un jeu.

Mots-mères

8Techniquement, les mots sont découpés, ils reçoivent une nouvelle orthographe, s’écrivent en italique, en gras, se collent aussi ou se voient affublés d’une nouvelle lettre. Ils se présentent alors sous une autre forme, une énigme à résoudre, un nœud à démêler. Tout est bon pour marquer, dans le texte, son rejet et son « étrangeté » par rapport à la langue imposée.

9Les mots féminisés ressemblent à origyne et gynocide. On est bien loin du « e muet » qu’on rajoute à auteure. Ici, la racine grecque « gyn » renvoyant au sexe féminin sert à rebâtir un nouveau sens sur des mots courants. Le changement orthographique de sexion, écrit parfois aussi seXion rappelle que dans le sexe, il y a du découpage, et inversément, que dans le découpage, il y a du sexe. Le « X » symbolise même pour l’auteure « l’étymon d’origine », et elle en jouera dès qu’un mot s’y prêtera.

10En effet, le langage est pris dans un travail très féminin de fouille originelle. C’est donc le mécanisme de l’étymosémantisation qui est privilégié. Elle va alors couper les mots par des tirets ou des pronominalisations abusives, pour détacher les racines ou faire apparaître des doubles sens. On a par exemple co-naissant, trans-parents, s’i-déifiant, dia-logique, s’ignifier,… Ils reviennent constamment dans les textes et petit à petit, leur usage devient nécessaire à la compréhension et à l’expression de cette pensée. En effet, ils concentrent en eux des significations très éloignées. Jouant sur les sonorités et les étymologies, les mots se transforment pour donner lieu à un langage du lien, où la signification et le feu se rejoignent pour s’ignifier. Les parenthèses permettent de la même façon de dire deux choses en une, de rapprocher l’avoir et le savoir, la spirale et la spiritualité dans le (s)avoir et la spir(itu)alisation. Elle utilise donc tous les signes graphiques possibles et imaginables pour ponctuer son texte d’un ailleurs du texte. Car ces mots arrêtent, ils donnent à réfléchir et ainsi, file toute une pensée parallèle, crée un autre axe que celui, linéaire, du langage.

11La création réelle de mot s’appuie elle aussi sur ce type de schéma. Ce sont les liens sonores qui président à la création de mots-valises comme sourcière né de source et de sorcière. C’est la nécessité du verbe qui se fait sentir dans se fortuner, et fait éclater la barrière des classes de mots.

12En réalité, un véritable travail de remodelage à l’aide de dessins (les signes graphiques), de trituration des syllabes et des lettres pour en exprimer tout le jus montre encore le côté matériel du langage pour l’auteure. On voit d’ailleurs à quel point cette écriture s’appuie fortement sur l’autre matérialité du langage : l’oralité. En effet, les créations lexicales respectent presque toujours le son, mais elles enfreignent l’écrit pour déjouer le sens. L’exemple de Saigneur pour désigner Dieu suffit à s’en convaincre. Le jeu consiste donc à induire des décalages inconnus entre signifiants et signifiés, entre le sens propre et le sens figuré, mais tout ça dans le secret de l’écriture.

Pronoms / prénoms

13C’est dans cette même logique de décalage que les pronoms subissent une réorganisation totale. C’est dans les essais de Claire Lejeune que ce nouveau système de pronoms se finalise même s’il avait commencé dans la poésie. Ce système se nourrit de différentes tensions : tension d’une part entre le masculin et le féminin, entre le sujet et l’objet, et d’autre part, entre les deux premières personnes et la troisième.

14Dans la poésie, le « je » et le « tu » sont les moteurs de la venue à l’écriture et donc premiers dans cette écriture. Un « ils » pluriel va venir s’affronter au « je » et « elle » fait timidement entendre sa voix.

15Les essais vont orchestrer un véritable chassé-croisé des pronoms. Le « je » dans sa quête de sujet s’était déjà affronté au « moi » objet. Maintenant c’est le lien avec le « soi » qui se révèle. En effet, après la quête individuelle de Claire Lejeune, une réflexion plus globale a pris le dessus. Être « je » l’a sauvée, mais elle comprend aussi que la solution s’élève à une autre échelle : être soi.

Dire je ou plutôt : que je se dise au plus juste. Être soi : développer l’étrangeté incestueuse qui se conçoit des instants de fusion passionnelle de notre identité et de notre altérité. S’auto-générer et s’auto-reconnaître. Il n’est de langue universelle que celle de l’étrangeté. (Le livre de la mère, p. 12)

16De cette incursion du « soi », conjuguée à l’importance du « je », naît au cœur du système des pronoms la résonance du réfléchi. Les verbes vont porter aussi souvent que possible cette particule de « soi » même quand la grammaire l’interdit, peut-être surtout quand la grammaire l’interdit !

17Mais c’est avec le « il » que survient un dépassement inattendu. C’est alors le « on », souvent écrit « ON », qui se charge de la voix de l’oppresseur. De cette manière, « il(s) » garde(nt) toutes ses chances de rejoindre « elle(s) ».

Au Nom du Père, il faut leur interdire l’accès à l’arbre de vie mais s’ils désobéissent, s’ils mangent de son fruit et conçoivent le verbe de la vraie vie, ON lui coupera la langue aussitôt né. (Le livre de la mère, p. 31)

18Car c’est vers le « nous » que tend enfin toute cette écriture. Le chemin a été rude qui passe du « je » au « soi » et du « soi » au « nous » :

Se comprendre afin de nous comprendre. (Le livre de la mère, p. 101)

19Voici donc un système qui a décidé de bannir plus ou moins l’opposition des genres féminin et masculin : les « ils » d’autrefois sonnent moins contre « elle ». Mais cet apaisement des tensions est contrebalancé par une violence qui émerge entre le « on » et le « nous », qui opposent faux singulier et vraie pluralité, prétendue troisième personne et réelle première personne. Enfin, le sujet et l’objet se rejoignent dans la mise du « je » à l’exposant du « soi ». Claire Lejeune n’a pas opté pour la création de toute pièce de nouveaux pronoms comme le « illa » d’Hélène Cixous par exemple. Avec les outils courants — les pronoms —, les textes se chargent d’une nouvelle vision de l’individualité et de la communauté, du masculin et du féminin. Peut-être atteignent-ils enfin ces pronoms, comme c’est le leitmotiv de nombreuses féministes, au prénom ?

Le verbe à l’action

20Le verbe occupe chez Claire Lejeune, une place d’honneur car il incarne cette origine du langage et de toutes choses dans notre société judéo-chrétienne puisqu’« au commencement était le Verbe ». Cette allusion constante aux termes bibliques n’est pas innocente comme nous le verrons plus loin.

  • 2 Wilmet (Marc), La grammaire critique du Français, Louvain-La-Neuve, Duculot, 1997, p. 330.

21Mais dans un premier temps, ce verbe prend une forme particulière, celle de l’infinitif. Pour elle, l’infinitif du verbe déjoue tous les pièges de l’impératif. Il est le garant du respect de toutes les potentialités. En effet, pour certains linguistes2, c’est une forme qui ne supporte pas la division en personne, une forme d’avant la division en époques. Elle englobe le passé, le présent et l’avenir. Elle a un sulfureux goût d’infini. Cette appréhension de l’infinitif par l’auteure ne se fait pas avec une connaissance scientifique de la langue, bien sûr. Mais l’auteure pressent, comme tout locuteur, le sens porté par cette forme linguistique. Et ensuite, elle la met en relation avec sa pensée et en œuvre dans son écriture elle-même, de manière à ce que la théorie rejoigne allègrement la pratique.

22Dans un deuxième temps, ce verbe à l’infinitif, échappant aux temps et aux personnes, touche aux notions de l’être et du faire. Pour Claire Lejeune, Le verbe porte parfois une signification plus large : il est l’écriture et la poésie. Dans ce sens, il montre l’intention de l’écriture : c’est la manière d’être et de faire, qui importe plus que « celui » qui est ou « ce » qui est dit. Ce nouveau Verbe incarne alors la possibilité pour les femmes de créer un monde à conjuguer à leur temps et leur personne puisque l’infinitif, comme forme « originale » du verbe leur laisse tout le champ de possibles.

23Cette prédilection pour l’infinitif va évidemment réorganiser la phrase. Balayé le monotone et très bien vu « sujet-prédicat » ! L’infinitif vient gonfler le texte de possibles.

Revenir sans cesse en amont de l’écriture, récrire et relire le récit de sa genèse, de manière à gagner, de chute en chute l’océan de la mémoire. S’autographier, c’est faire la navette solitaire entre son levant et son couchant, l’arche se faisant voile de tout vent. (Âge poétique, âge politique, p. 11-12)

24L’absence de sujet grammatical induit des effets au-delà de la perception sémantique élargie. Sans repère, le lecteur nage entre l’Autre et lui-Même. Cette absence renvoie à ce « trou », ce « manque » de sujet féminin. En réalité, Claire Lejeune occupe une position ambiguë par rapport à ce sujet. Elle préfère penser un aller-retour constant entre sujet et objet, puisqu’il lui faut l’appui du pronom réfléchi qui lie sujet et objet dans un même mouvement de pensée.

25Cet infinitif ne s’arrête pas là de son envahissement du texte. Il entre dans la maison du substantif et suit souvent les prépositions et conjonctions :

Où le savoir fait loi, le comprendre est toujours de trop. (Âge poétique, p. 58)
L’ouvrage de la pensée initiée à l’archée n’est pas simplement de « restaurer » sa modernité mais de redéfinir et de re-nommer le rapport de l’une et l’autre. (Le livre de la mère, p. 152)

26Il devient aussi un leitmotiv dans la formule « infinitif, c’est + infinitif (+ infinitif…) », scandant véritablement le texte. Ainsi s’élève du texte une mélodie, un refrain répété mais aux accents toujours différents qui rythment systématiquement chaque page, presque chaque aphorisme :

Être libre, c’est se réveiller orphelin. (Âge poétique, p. 72)
Être soi, c’est incarner ce qui n’eut jamais lieu d’exister. (Le livre de la sœur, p. 115)

27Ces usages ne sont pas, loin s’en faut, révolutionnaires. Ils participent des possibilités offertes par la langue. Mais c’est la fréquence, la récurrence, l’omniprésence même de cet infinitif et de ses multiples contextes d’apparition qui en font un élément significatif.

Locutions déjouées

28Le travail de détournement du langage se poursuit aussi à l’extérieur des mots, entre les mots. Claire Lejeune ouvre les yeux sur un langage truffé de petites expressions creuses et figées. Elle ne cesse de les déjouer en les transformant : « perdre le nord pour gagner ses quatre points cardinaux », « se faire une peau d’âme en soi naturelle », rappelant le titre d’un conte célèbre.

29Dans le même esprit, elle se joue de tirades célèbres comme la question classique du Hamlet de Shakespeare :

To be AND not to be (Âge poétique, p. 9)
To be IS not to be (Le livre de la sœur, p. 107)

30Disqualifiant très logiquement la conjonction de coordination exclusive, elle réhabilite l’alternative plurielle de l’être et de la vie en s’attaquant aux monuments de la culture classique. De même le cogito de Descartes passe lui aussi par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Ce détournement d’expressions poursuit le jeu des mots, mais ajoute une dimension critique par rapport à la reconnaissance. Considérés comme fondamentaux dans notre culture, ces deux auteurs sont mis en balance par l’ironie de la réécriture. Ce mécanisme, en germe dans les expressions, se poursuit avec le comportement que l’auteure entretient par rapport aux mythes et aux textes sacrés.

Âge mythique, âge critique

31Dans cette volonté critique, Claire Lejeune entreprend de s’attaquer aussi aux représentations sociales véhiculées par la littérature. Informer le lecteur de cette rupture, de ce changement, sans se faire congédier par les instances de reconnaissance : tout un art(isanat). Pour cela, elle va relier sa pensée avec les mythes et les textes sacrés ainsi qu’avec les paroles d’autres écrivains. Elle va donc mettre en place un réseau de références qui lui permette de donner du crédit à sa parole mais qui jette en même temps le discrédit sur une certaine manière de penser. Elle entre alors dans l’équilibre précaire d’un triangle « critique-reconnaissance- reconstruction ».

32La technique de critique du mythe (« myth criticism ») est très utilisée et conceptualisée par les féministes anglo-saxonnes. Dans leur volonté beaucoup plus concrète d’éveil à la conscience, celles-ci ont entrepris de réécrire une histoire des femmes, entre autres à partir de la critique et de la réécriture des mythes. Elles tentent de faire surgir les images féminines positives trop longtemps enfouies, et par là, de faire émerger le sexe du texte, ainsi que l’apport féminin à la culture.

Déférences mythiques

33En réalité, les mythes riches et complexes apparaissent comme texte fondateur qui donne aux hommes des règles de conduite pour la vie en société.

Mais tous sont à double sens. Ce qu’ils disent clairement, ce qu’ils montrent, s’adresse à ta raison. Ce qu’ils cachent éveille ton désir le plus secret, le plus fou… (Le chant du dragon, p. 15)

34Pour Claire Lejeune, le but sera donc bien de rechercher ce que les mythes cachent aux femmes et d’essayer, de cette manière, d’éveiller en elles un désir très fou : celui de vivre enfin pour soi et par soi.

35Sa stratégie consiste bien à renverser leur symbolique traditionnelle ou à faire apparaître celle-ci sous un jour favorable. En fait, le mythe relevant encore plus ou moins d’une pensée analogique, il s’agit pour elle de créer un mouvement de sens par sa poésie :

Le mythe est une expression de la raison plus ou moins impure selon qu’il est encore plus ou moins chargé d’âme. Lorsque l’âme est transie, le concept d’être atteint son plus haut degré de pureté. Ainsi la vie mourra-t-elle de froid si la poésie ne s’affecte pas toute à provoquer le dégel. (Le livre de la sœur, p. 22)

36Elle s’attelle donc à ré-insuffler la vie dans le corps de ces personnages « trans-parents ». Dans cette optique, Claire Lejeune re-modèle des personnages mythiques, essentiellement grecs, et les fait siens, quand elle ne les fait pas soi.

37À ce titre, Ariane est sans conteste son personnage préféré : elles en viennent d’ailleurs toutes deux à se confondre, l’une montrant à l’autre son chemin, l’autre donnant enfin à l’une sa langue.

« Qui es-tu ? » La réponse qui me vint spontanément à l’esprit fut : « Ariane. » (Âge poétique, p. 65)

Sa présence constante dénote bien la nature labyrinthique du texte. Ses apparitions donnent les indices du parcours à suivre pour comprendre l’auteure, « le fil de soi » :

Le fil rouge du récit de la naissance de ma pensée court à travers le dédale noir et blanc de mes livres, souvent à mots couverts, parfois dénudé lorsque s’y produit un court-circuit. L’infatigable Ariane a conduit Claire à cette charnière occulte de la préhistoire et de l’histoire où gisent les ossements de Lilith, ceux d’Antigone et de la Pythie. (Le livre de la mère, p. 42)

38C’est d’ailleurs aussi le personnage qui amène l’auteure au théâtre. Ariane et Don Juan, titre de la première pièce exclut tout doute possible. Mais d’autres éléments, antérieurs, le confirment encore si nécessaire, montrant que l’œuvre lejeunienne est un écheveau inextricable, un tissu assemblé sans cesse à partir des mêmes motifs qui se croisent et s’entrecroisent.

  • 3 Lejeune (Claire), Age poétique, âge politique, Montréal, L’Hexagone, 1987, p. 65.

39Avec Don Juan, dans les essais comme au théâtre, Claire Lejeune va plus loin que la simple reconstruction positive d’un personnage féminin. Ensemble, Ariane et Don Juan engagent un dialogue entre un mythe féminin païen et un mythe masculin chrétien3. Ils ouvrent alors un processus de maturation dans l’esprit de l’auteure. C’est pourquoi, ils se retrouveront finalement sur scène, pour défoncer, en public, l’impasse de la guerre des sexes :

Ariane : Nous sommes les orphelins de la Statue, Juan. Il nous faut inventer l’après-guerre-des-sexes. (Ariane et Don Juan, p. 82)

40Antigone apparaît elle aussi pour son rôle de guide, puisqu’elle guida son père Œdipe, aveugle de son propre vœu, vers Colonne et l’apaisement de la vieillesse et de la mort.

La raison du Père-Fils n’eut jamais la liberté — royale — de se crever les yeux pour devenir voyante (par les yeux d’Antigone) que dans le théâtre antique. (Le livre de la sœur, p. 35)

41C’est ce que l’auteure propose : mettre fin, ailleurs que dans le théâtre antique, au règne du tout puissant Œdipe, à la dictature du roi de la psychanalyse. Mais le sacrifice d’Antigone pour la mémoire de son frère, interdit de sépulture par la Loi de la cité, imprime une marque encore plus forte sur le personnage. Antigone incarne alors la volonté d’une paix et d’un autre mode relationnel du masculin et du féminin, vécu sur le mode de la fratrie. Ces interprétations témoignent d’une relecture croisée des mythes et de la psychanalyse dans la volonté de faire émerger des schémas nouveaux, qui tiendraient compte du point de vue féminin sur son propre développement et son propre idéal de vie :

Mon désir de connaître l’homme frère devait graduellement subjuguer celui d’être reconnue par l’Homme-Père. Il y a bien sûr de l’Antigone là-dessous, je veux dire sous l’Œdipe… (Le livre de la sœur, p. 60)

42La Pythie, enfin, incarne une version plus païenne de l’histoire de Lilith. Elle semble la survivante d’un ancien culte à la terre et à la déesse-mère. Mais elle est surtout connue pour rendre, dans la Grèce antique, des oracles, en l’honneur d’Apollon. Assise au dessus d’un puits béant, l’omphalos, elle semble néanmoins prendre ses conseils du serpent qui l’inspira, Python, mais qu’Apollon vaincu. Ce personnage est à nouveau sujet à identification puisqu’il représente la poète avant son éradication par la pensée du Même. La Pythie incarne celle dont la voix était sacrée. Et son image de folle et de sorcière n’est qu’une preuve de plus qu’ON a voulu la faire taire. C’est pourquoi elle crée un lien avec toutes les « muse-lées de l’histoire » auxquelles Claire Lejeune travaille à rendre la voix.

Interférences bibliques

43Le mythe fondateur de la société judéo-chrétienne et son texte, la Bible, est aussi une source essentielle, voire indémêlable, de l’œuvre de Claire Lejeune. La démarche première est explicitement critique et souligne les lieux d’exclusion du féminin qui y sont institués. Sa maîtrise des concepts et de la liturgie prouve sa grande connaissance et sa profonde réflexion du texte. Mais c’est tout de suite pour en prendre distance en intitulant tel chapitre « Assomption de l’Impure » ou tel recueil « Le dernier testament ».

44On trouve aussi un rapport implicite à ce texte, par le jeu d’identification et d’inversion de l’auteure avec le Messie. Ici, la Messie est une femme, qui naît à 33 ans au lieu de mourir, qui annonce l’avènement d’un autre Royaume, celui de Soi et de la réconciliation. Sa pensée passe évidemment pour laïque et a-théologique : cette réalité côtoie néanmoins l’existence d’une pensée fondamentalement religieuse dans le sens de relieuse :

La vocation du poète et celle du prêtre sont radicalement incompatibles, bien que la fonction de relier leur soit commune. (Âge poétique, p. 19)

  • 4 Le dictionnaire des symboles, dir. Michel Cazenave, Paris, Le livre de Poche, 1996, p. 363.

45Le travail de critique et de fouille dans le texte chrétien aboutit surtout à la découverte d’un silence sanglant et meurtrier. Ce silence, c’est celui dans lequel On a englouti Lilith, la première venue. Lilith est un personnage refoulé de la Bible, mais elle appartient bel et bien à cette tradition. La cabbale hébraïque la mentionne dans son Livre des splendeurs. Lilith est « celle-qui-dit-non », celle qui transgresse la Loi divine pour vivre le désir absolu.4

  • 5 Mervin (Sabrina), Prunhuber (Catherine), Femmes. Les grands mythes féminins à travers le monde, Par (...)
  • 6 Idem.

46Partie femelle de l’être originaire androgyne, elle est à l’image de Dieu et première comme Adam, donc son égale. Mais elle est aussi l’origine qui enfante l’esprit d’Adam encore inanimé5 et à ce titre, elle incarne à la fois la mère et l’épouse. Mais Lilith refuse l’enchaînement nuptial et la loi conjugale de Dieu. De là, naîtront tous ses malheurs, ses images d’alliée de Satan, de prostituée, de sorcière et de mauvaise mère. Au xxe siècle, l’image de Lilith sort peu à peu de l’ombre : « Lilith, par son refus, est la première féministe, et l’excès est à la mesure de la radicalité de la révolte après de si longs siècles d’asservissement. »6

47Le personnage de Lilith et le récit onirique de sa découverte constituent donc pour l’écrivaine une étape décisive.

Entre le champ magique et le champ logique de la pensée, ce sont les os de Lilith qui font trace de présence réelle. Trace de meurtre entre l’état sauvage et l’état civil. Je me suis souvenue d’elle. Je me suis survenue d’elle. (Le livre de la sœur, p. 143)

48Elle fait de cette rencontre et de cet acte une métaphore de sa guérison. Lilith est un symbole entier : elle représente à elle seule la fusion des contraires. Elle incarne d’abord ce « X », être androgyne originaire. En cela, elle porte aussi l’image positive de cet indivis, ni homme, ni femme, ou à la fois homme et femme, que certaines féministes ont rêvé. Elle est à la fois mère de Dieu et fille du Diable, première venue et première victime. La retrouver, c’est retrouver en soi ce qui a été coupé.

Références littéraires

49Dans son esprit constant du lien, Claire Lejeune relit les mythes mais elle relie aussi son travail à celui d’autres auteurs, et principalement des auteurs sans – e –, je veux dire des hommes-auteurs ! Cette écrivaine, attentive à rendre leur voix aux femmes, cite Rimbaud, Char, Platon, Héraclite, Levinas, Blanchot,… Ce mutisme sur la parole d’autres femmes n’est-il pas étrange ?

50Tout d’abord, les références à Rimbaud et à Char se comprennent. Elle vit son rapport à la poésie dans leur sillage, leur lignée de « voyant » et d’« incendiaire ». Sa réflexion sur la poésie des femmes tire une grande partie de son essence d’une lettre de Rimbaud, qui rythme toute son œuvre, encore une fois comme un refrain :

  • 7 Rimbaud (Arthur), « Lettre à Paul Demey, 15 mais 1871 », dans : Arthur Rimbaud, Œuvre-vie, éd. étab (...)

La Poésie ne rythmera plus l’action ; elle sera en avant. Ces poètes seront ! Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, l’homme — jusqu’ici abominable — lui ayant donné son renvoi, elle sera poète elle aussi ! La femme trouvera de l’inconnu ! Ses mondes d’idées diffèreront-ils des nôtres ? — Elle trouvera des choses étranges, insondables, repoussantes, délicieuses ; nous les prendrons, nous les comprendrons.7

  • 8 Bajomée (Danielle), « Contextes » dans : Lejeune (Claire), Mémoire de rien, Bruxelles, Labor, 1994, (...)

51Ce passage fonctionne comme une vraie légitimation de son travail de poète et de sa vie de femme. Rejetée par un homme, elle a brisé son servage domestique. C’est l’origine même de sa venue à l’écriture qu’elle raconte dans L’Œil de la lettre. Et que fait-elle sinon chercher de l’inconnu : Lilith, une autre Ariane, une langue de femme ? Qu’essaie-t-elle de faire avec son écriture si ce n’est d’écrire pour ce « nous » et pour ce « comprendre » ? Elle suit effectivement le mot d’ordre qu’adressait Rimbaud à son temps, elle se présente comme l’incarnation de ce futur « elle sera poète elle aussi ». Mais si nous pouvons situer la poète dans cette grande lignée, il faut aussi éviter « de les rabattre l’un sur l’autre, ou dominer l’une par l’autorité de l’autre, mais mesurer la réinscription critique ainsi opérée. »8

52Or celle-ci est assez ambiguë du fait même de la dissymétrie entre références masculines et féminines. En effet, elle utilise clairement des mots d’homme qui la conforte à ses propres yeux et la légitime aux yeux des autres. Des mots de femmes, il n’y a que les siens, ou presque. La Lettre aux Québécoises, qui s’insère dans L’issue, fait clairement référence au combat féministe et nomme, ou plutôt prénomme, ces femmes qui s’écrivent. Or, elle s’inscrit autant dans une lignée poétique que politique. Dans la mesure où ses idées, ses revendications, son travail littéraire entre, comme je l’ai montré, dans une perspective féminine et féministe, laisser un vide à cette place est très révélateur.

53Elle cite pourtant le titre de Virginia Woolf, Une chambre à soi pour commencer son troisième chapitre du Livre de la mère. Les mots sont là, tels quels, et l’idée aussi :

Ce qui est refusé aux femmes dans la maison du père, ce sont les limites à leur servitude, un espace-temps où s’appartenir, où leur intimité ait lieu de s’explorer, de se connaître ; soit les conditions de travail de la pensée, la chance même de pouvoir faire œuvre de soi. (Le livre de la mère, p. 77)

54Mais pas une fois, elle ne fait explicitement allusion à cette écrivaine qui, bien avant elle, réfléchit à la condition de la femme qui écrit. Ni à elle, ni à une autre d’ailleurs.

  • 9 Quaghebeur (Marc), « Claire Lejeune ou la mort à l’œuvre », dans : Courrier du centre international (...)

55Le souci de légitimation, qui passe encore majoritairement par les hommes, explique en partie ce parti pris. Citer des auteures, c’est se placer d’emblée sur l’échiquier de la pensée. Mais, comme il existe néanmoins des références brouillées, un jeu de piste, il y a des liens avec une certaine pensée féministe, mais pas avec les « doctrines féministes orthodoxes » selon les mots de Marc Quaghebeur9. En effet, elle réussit cette prouesse qui consiste à parler des femmes, de leurs problèmes dans la société, la famille et la littérature sans citer une seule fois Hélène Cixous ou Julia Kristeva, par exemple. Si elle ne se place pas tout à fait clairement sur l’échiquier, c’est peut-être aussi pour se démarquer des autres textes de femmes.

56En adoptant certaines façons de faire propres à des écrivaines, elle marque son adhésion et sa connaissance de leur démarche. Mais ce lien suffit et s’inscrire plus explicitement dans la parole de l’une ou de l’autre équivaut peut-être pour elle à restreindre sa liberté de paroles et de positions. Citer des femmes, c’est risquer la reproduction du Même. Citer des hommes, c’est faire de l’analogie.

Préférences critiques

57Il y a cependant aussi une grande convergence avec les écrits féminins dans la critique qu’elle adresse à d’autres grands hommes auteurs, philosophes et psychanalystes : Platon, Descartes, Freud, Lacan,… L’apport critique des femmes dans ces domaines est exceptionnel, car il continue, et dépasse pour ce qui est de la question du féminin, les réflexions critiques de la postmodernité.

58La critique psychanalytique, par exemple, est un élément récurrent des textes féministes, de tous bords, mais constitue aussi une référence omniprésente dans les écrits masculins. D’une part, par la connivence de la critique, elle peut alors jouir de la reconnaissance des hommes, des femmes et des féministes. Et d’autre part, elle confirme cette volonté de « déconstruction » puisée dans un mouvement de pensée occidentale masculin, celui de Jacques Derrida entre autre, et par là, son ancrage dans une lignée philosophique et intellectuelle à côté d’autres pensées féministes.

59Son détournement des mythes et des textes sacrés, sous forme d’inversion, d’identification, de féminisation, se révèle donc être une mise en pratique, très prisée par les femmes, de cette déconstruction mais dans une perspective affirmée de reconstruction.

Puzzle en reconstruction

60Bien qu’il soit très difficile de démêler l’écheveau, réellement assumé comme tel, des textes de Claire Lejeune, le fil, tiré ici, d’une écriture en reconstruction plutôt qu’en destruction nous ouvre les portes d’une meilleure compréhension de l’écriture féminine.

61L’écrivaine se heurte essentiellement à deux obstacles majeurs : une langue qui lui refuse souvent ses clés de compréhension et d’expression propres par son histoire presque exclusivement masculine, et des images et références qui ne correspondent pas forcément à sa vision du monde, en tant que femme.

62Évidemment ce « en tant que femme » pose la grande question de l’être-femme, toujours sans réponse univoque. Mais il est certain qu’écrire en tant que femme est toujours aujourd’hui un problème, alors que la question d’écrire en tant qu’en homme ne se pose même pas (à tort peut-être) ! La prise de conscience de cette inégalité a provoqué chez certaines écrivaines des réactions extrêmes, radicales et peu fécondes, fermant à tout jamais des portes de communication aux nez des hommes et des femmes aussi.

63Claire Lejeune n’est jamais tombée dans ce piège. Bien qu’elle n’ait jamais manqué de s’inscrire en tant que femme dans ses textes, elle a évité tous les excès d’une époque et d’un milieu féministe. Dans sa langue, elle a réussi à inscrire une rupture et un retour au sens par le pétrissage des mots par l’oralité et les signes graphiques, les jeux de racines et de pronoms, la toute puissance de l’infinitif, les répétitions rythmiques… Dans sa pensée, elle parvient à se revendiquer d’une tradition poétique masculine, tout en critiquant les pensées classiques, religieuses, philosophiques ou psychanalytiques, de l’exclusion. Enfin elle permet, par la fouille et le détournement des mythes, de donner des images féminines positives auxquelles s’identifier. Dans la problématique féministe, elle se place donc, comme le veut son « credo » en la mitoyenneté, à la croisée des théories féministes françaises et anglo-saxonnes.

64Comme les Françaises, elle se rattache à une tradition masculine, professe la déconstruction et travaille en profondeur le langage. Mais elle refuse leur obsession du corps et de la jouissance. Comme les Anglo-saxonnes, elle s’attelle, par le détournement des mythes, à la création d’une histoire des femmes, ce qu’elles appellent « herstory », et à l’avènement concret d’une post-histoire, en rejetant néanmoins leur préférence pour les genres littéraires fictionnels. Son rapport affectif avec le Québec, mais aussi sa position de francophone de la périphérie et sa marginalité d’autodidacte, lui permettent sans doute d’atteindre à cette mixité qui apparaît presque comme une stratégie littéraire consommée.

65En prenant quelques pièces dans chaque jeu en présence, elle reconstruit à son gré un immense puzzle labyrinthique dont l’image ultime semble être une scène de théâtre où se jouent avec d’antiques personnages de toutes nouvelles répliques.

Haut de page

Notes

1 Garcia (Irma), Promenades femmilières. Recherches sur l’écriture féminine, Paris, Des femmes, 1981, t.ii, p. 9.

2 Wilmet (Marc), La grammaire critique du Français, Louvain-La-Neuve, Duculot, 1997, p. 330.

3 Lejeune (Claire), Age poétique, âge politique, Montréal, L’Hexagone, 1987, p. 65.

4 Le dictionnaire des symboles, dir. Michel Cazenave, Paris, Le livre de Poche, 1996, p. 363.

5 Mervin (Sabrina), Prunhuber (Catherine), Femmes. Les grands mythes féminins à travers le monde, Paris, Hermès, 1987, p. 12.

6 Idem.

7 Rimbaud (Arthur), « Lettre à Paul Demey, 15 mais 1871 », dans : Arthur Rimbaud, Œuvre-vie, éd. établie par A. Borer, Paris, Arléa, 1991, pp. 190-191.

8 Bajomée (Danielle), « Contextes » dans : Lejeune (Claire), Mémoire de rien, Bruxelles, Labor, 1994, p. 272.

9 Quaghebeur (Marc), « Claire Lejeune ou la mort à l’œuvre », dans : Courrier du centre international d’études poétiques, Bruxelles, n˚ 135-136, janvier-mars 1980, pp. 11-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile De Wandeler, « La reconstruction du féminin chez Claire Lejeune : langue-mère et mythes post-historiques », Textyles, 25 | 2004, 85-93.

Référence électronique

Cécile De Wandeler, « La reconstruction du féminin chez Claire Lejeune : langue-mère et mythes post-historiques », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/textyles.710

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org