Navigation – Plan du site

« Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ? » Remarques sur les Poésies d’Edouard Wacken

Hans-Joachim Lope
p. 16-22

Texte intégral

  • 1 « [...] la meilleure pièce de notre littérature dramatique entre 1830 et 1880 », Georges Doutrepont(...)
  • 2 Rancé paraît d’abord sous le titre Le monde et le cloître et sous le pseudonyme Edouard Ludovic. Wa (...)

1Parmi les patriotes belges des premières décennies qui suivent la Révolution de 1830, Edouard Wacken (1819-1861) reste un des moins connus. C’est d’autant plus étonnant qu’il était connu par ses contemporains non seulement comme représentant de l’unionisme idéaliste et romantisant de la phase initiale de l’indépendance belge, mais aussi comme auteur dramatique. En effet, son drame historique André Chénier, représenté pour la première fois au Théâtre de la Monnaie le 28 février 1844, avait été un des grands succès à Bruxelles entre 1830 et 18801 et en ce qui concerne les autres drames de l’auteur — L’abbé de Rancé (1840), Le serment de Wallace (1846), Helène de Tournon (1848), Le siège de Calais (1861), Marie de Brabant (inachevé, 1861)2 — ils avaient tous connu une audience inhabituelle. Louis Piérard, qui connaissait déjà le théâtre de Maurice Maeterlinck et d’Émile Verhaeren, souligne en 1913 en se souvenant de Wacken :

  • 3 L. Piérard dans Wacken, Œuvres choisies, préface, p. X.

On le voit, le théâtre belge, dont on parle tant à l’heure actuelle, n’a pas besoin de remonter jusqu’aux Proverbes du Prince de Ligne ou jusqu’aux Mystères pour découvrir des précurseurs et des origines.3

  • 4 Hippolyte Barella, Edouard Wacken. Paris, Librairie universelle — Verviers, Ernest Gilon Editeur 18 (...)
  • 5 Cf. Oscar Grojean, Sainte-Beuve à Liège. Bruxelles-Paris 1905, et les articles Impossible et Monsie (...)

On en dira autant de Marina (1847), poème dramatique ayant pour sujet la conquête du Mexique par Hernán Cortés.4 En outre, Wacken était connu de ses contemporains pour avoir rivalisé avec Sainte-Beuve lors de la mise au concours, en 1847, de la chaire de littérature française à l’université de Liège que le Français obtint en 1848 pour l’abandonner déjà l’année suivante. Alors, Wacken s’était trouvé au centre d’une polémique retentissante dans la Revue de Belgique et au Libéral liégeois, polémique qui le brouillera d’ailleurs pour longtemps avec son ami et mécène, le ministre Charles Rogier5.

  • 6 H.-J. Lope, « André Van Hasselt und der Kölner Dom », dans Hans Th. Siepe (éd.), Grenzgänge. Kultur (...)
  • 7 D’après Immanuel Kant, Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht, 1784.

2Dans le contexte qui nous intéresse aujourd’hui, il sera moins question du théâtre de Wacken et de sa biographie que de ses poésies qui — au même titre que celles de son ami André Van Hasselt6 — ne sont pas sans intérêt pour la connaissance de la littérature belge francophone à ses débuts. Pour le lecteur moderne, il s’agit moins ici de capter l’élan unioniste des patriotes belges après 1830 que de se rendre compte du statut de cette littérature à vocation nationale mais nettement cosmopolite, et déjà empreinte du sens du compromis7, que la Revue belge met en relief dès 1835 :

  • 8 Revue belge (1835), p. 67. Article non signé.

Point de préférences exclusives. Tolérance et liberté pour toutes les opinions consciencieuses ! Classiques ou roman-tiques, partisans de Nisard ou de Jules Janin, la Revue vous est ouverte8.

  • 9 Recht, op.cit., pp. 52 : « [...] l’élément national n’a rien de nationaliste ».
  • 10 H.-J. Lope, « Zur Diskussion um die ‘Identität‘ der Belgier im Umfeld der Revolution von 1830 », da (...)

Pour Wacken, la recherche identitaire n’a pas forcément comme conséquence l’isolement et le repli sur les ressources dites « nationales ». Au contraire, elle est favorable à l’ouverture et à la réception consciente des littératures voisines. C’est dans leur concert que la Belgique tiendra sa part.9 Et si les drames de Wacken avaient traité des arguments venus de France (Rancé, Chénier), d’Ecosse (Wallace), des Pays-Bas espagnols (Hélène de Tournon), de la Flandre gallicante (Le siège de Calais) et du Mexique (Marina), ses poésies sont, elles aussi, ouvertes à tous les points cardinaux. Dans l’intention de doter la Belgique indépendante de l’ornamentum d’une littérature nationale en langue française10, il formule le programme suivant sur lequel s’ouvre le premier numéro de la Revue de Belgique qui avait succédé, en 1846, à la Revue belge :

  • 11 Revue de Belgique (1846), préface, citée in extenso dans Recht, op.cit., p. 52. Parmi les sceptique (...)

Le monument qui consacre et perpétue une nationalité, c’est une littérature. Nous le savons, beaucoup de nos compatriotes s’obstinent à refuser le titre de nationales à des œuvres écrites en français ; cependant, nous leur faisons observer [...]. que les habitants des États-Unis écrivent en anglais, que les citoyens de Genève écrivent en français, [...], ce qui ne les empêche d’avoir une nationalité et une littérature à eux. Que si ces mots littérature belge vous font hausser les épaules, nous tenons infiniment peu à les conserver, et nous les remplacerons volontiers par ceux-ci : « Littérature française de Belgique »11.

  • 12 Barella, op.cit., pp. 81-90.
  • 13 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 64-65 (Les trois Bohémiens), pp. 66-71 (Don Ramire), pp. (...)

En dernière instance il s’agit, pour Wacken, de rendre le jeune royaume des Belges capable de dialoguer avec les voisins et de mettre les meilleures créations étrangères à la disposition des poètes « nationaux ». C’est vrai non seulement pour Les heures d’or — titre sous lequel Hippolyte Barella publie, en 1888, les Dernières poésies du poète dispersées dans des revues pour la plupart éphémères12 — mais aussi pour les Fleurs d’Allemagne et Poésies diverses dans lesquelles l’auteur présente lui-même, après les Fantaisies de 1845, un choix révisé de ses meilleurs poèmes. On y trouve, entre autres, un certain nombre de versions de poèmes allemands qui sont parmi les plus connus de tout le XIXe siècle comme par exemple Die drei Zigeuner de Nikolaus Lenau, Don Ramiro de Henri Heine, Das verlassene Haus d’Alfred Kahlert, Der Ring de Ludwig Uhland, Das Ideal, Die Kindesmörderin et Der Spaziergang de Friedrich Schiller13. Voici comment Hippolyte Barella juge ce contact de Wacken avec la poésie allemande dont le poète semble vouloir tirer un canon capable de l’inspirer dans la recherche de ce qu’il appelle la lyre belge :

  • 14 Barella, op.cit., pp. 58-59.

Les Fleurs d’Allemagne forment les pages les plus séduisantes du livre de M. Wacken. Le poète a glané toute une corbeille, parfumée et enivrante, dans le jardin poétique si vaste et si varié de la Souabe et du Danube.
À côté du grand Goethe, qui, le premier, a revêtu d’une forme éblouissante, le lied populaire, brillent dans le recueil si frais et si riant du poète, la [...] poésie de Schiller, les [...] ballades de Burger, les chants [...] d’Uhland, ce poète de la nature, de l’amour et de Dieu, Uhland, qu’un écrivain contemporain compare à une harpe éolienne suspendue au plus vieux chêne des forêts teutoniques.
Viennent ensuite, dans ce défilé [...] des bardes de la rénovation germanique, Wilhelm Müller, le poète du printemps et des fleurs, le poète aussi du réveil de la Grèce opprimée ; Kœrner, le chantre de l’épée, dont la muse précéda le drapeau de l’Allemagne dans la guerre sainte de son indépendance ; Chamisso, ou l’élégance française unie à la rêverie allemande ; Henri Heine, l’auteur du Livre des Lieder, cet admirable artiste, ce poète fantaisiste, mélange surprenant de grâce, de fraîcheur exquise, de raillerie fine, de sensibilité, de doute et de foi ; Lenau, poète pittoresque, étincelant, esprit si pur, si élevé, âme ardente et patriotique s’il en fût ; puis d’autres encore, et des meilleurs que nous ne pouvons tous citer.
La muse de Wacken a parcouru d’un pas léger le champ si vaste des fleurs d’Allemagne ; elle a cueilli quelques-uns de ces Vergissmeinnicht, doux et mélancoliques rêveurs, à la tige frêle, aux yeux d’azur, qu’elle éparpille devant nous14.

  • 15 L. Gallait (1810-1857), peintre de l’Histoire des Belges avant la Belgique : L’abdication de Charle (...)
  • 16 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 21-25 (Juana la Folle), pp. 26-29 (Robermont), pp. 42-44 (...)

Il vaudrait la peine d’approfondir chacune de ces remarques sur le texte des auteurs cités, ne serait-ce que pour préciser que les Allemands chantés par Théodore Kœrner pendant les guerres napoléoniennes n’avaient évidemment pas encore de drapeau commun à suivre. D’ailleurs, Wacken n’est pas seulement un germanophile, il est aussi un Européen qui, dans Les heures d’or, prend le même intérêt aux sujets italiens et espagnols : Juana la Loca d’après le tableau de Louis Gallait15, Le chant de la Bohémienne d’après la Signora Adèle Curti etc. En même temps, et comme s’il voulait montrer le revers de la médaille de son internationalisme, il fait preuve d’un régionalisme fervent en adressant à Liège, sa ville natale, deux poèmes enthousiastes intitulés Robermont et Vieux Pont des Arches16.

  • 17 Wacken, « Pourquoi n’aurions nous pas de lyre ? », dans : Revue de Liège 3 (1845), pp. 140-141. — C (...)

3Comme il est impossible de présenter ici toutes les poésies d’Edouard Wacken nous allons nous concentrer, dans les remarques qui suivent, sur la lecture serrée d’un poème qui semble résumer l’essentiel de la poétique de l’auteur et révéler son patriotisme en même temps que sa vision d’une Belgique libérale et européisante. Il s’agit du poème intitulé Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ? publié d’abord, en 1845, dans la Revue de Liège parallèlement à un poème homonyme d’Antoine Clesse. Plus tard, Wacken choisira ce texte pour ouvrir le prologue de son drame André Chénier17.

  • 18 Dans l’anthologie de L. Piérard, op.cit., pp. 123-126.

Ils nous disaient : La Poésie
Est fille d’un autre soleil,
Et dans votre froide patrie
Ne mettra pas son pied vermeil :
À cette fée ardente et fière
Il faut des cieux pleins de lumière,
Des nuits plus belles que le jour,
Des loisirs sans fins pour ses rêves,
Et des chants lointains sur les grêves,
Et des parfums, et de l’amour !

On la vit aux champs de la Grèce
Où brille un éternel été,
Aux lieux où l’antique sagesse
Défiait la volupté ;
Puis elle vint, brune espagnole,
Ouïr la sérénade folle
Au balcon d’où tombaient les fleurs :
Elle laissait, belle éplorée,
Sur la balustrade dorée
Pendre ses longs cheveux en pleurs.

Elle parut dans l’Italie
Où fleurissent les orangers,
Donnant ses nuits à la folie
Et ses jours aux rêves légers ;
Car dans sa course aventureuse,
De tous les plaisirs amoureuse,
Elle vivait selon son cœur :
Elle prenait tout, peine et joie,
Ainsi que le bon Dieu l’envoie,
Et riait au monde moqueur.

Elle hait vos Crésus avides,
Gens qui se meuvent par ressorts,
Ayant au front autant de rides
Que de deniers dans leurs trésors !
Elle aimait jusqu’à la folie
Ces hommes dont toute la vie
Se formait de gloire et d’amour,
Qui dans leurs dévoûments sublimes,
Sans compter, à tous les abîmes
Jetaient leurs trésors tour à tour !

Non ! C’en est fait, la vierge sainte
N’habite plus un ciel si beau :
Quand la liberté s’est éteinte
Elle a fui loin de son tombeau.
Non, non ! Ces nations lassées
Ont vu leurs splendeurs effacées,
Et l’âge a plié leurs genoux.
Le monde rit de leur faiblesse :
Mais la Muse aime la jeunesse :
Elle peut venir parmi nous.

Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ?
Sommes-nous sans foi, sans espoir ?
Un doux regard, un doux sourire
Ne peuvent-il nous émouvoir ?
Quoi ! n’aimons-nous donc rien au monde ?
Quoi ! les forêts, les flots et l’onde,
Les merveilles des cieux ouverts,
Pour nous n’ont-elles point de charme ?
Ah ! partout où brille une larme
Peut étinceler un beau vers18.

  • 19 Phillipe Martinon, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique e (...)
  • 20 Charles Baudelaire, « L’esprit conforme », dans Amœnitates Belgicae :
    « Les Belges poussent, ma paro (...)
  • 21 Revue belge (1835), p. 336 : « Mais que des Belges même se rendent l’écho de ces absurdes déclamati (...)
  • 22 Joseph-Ernest Buschmann, Rameaux. Anvers 1839, Préface, pp. IX-XII.
  • 23 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 35-37, 38-41, 45-46.

4Le poème se compose de six dizains isométriques formés par 10 octosyllabes chacun et structurés selon le schéma ABABCCDEED qui rappelle une variante de l’ode pindarique19. C’est à cette forme que Wacken, alors âgé de vingt-quatre ans, confie ses réflexions sur les possibilités d’existence d’une littérature nationale belge, tout en réfutant les arguments des sceptiques, qui — comme Baudelaire, Taine, Michelet et tant d’autres — niaient aux Belges toute capacité culturelle20. Pour Wacken, ce reproche, déjà réfuté par les patriotes de 183021, n’a aucun fondement ni dans l’histoire ni au présent. En plus, il reprend l’idée stéréotypée d’un contraste ineffaçable qui oppose le Nord au Sud et qui fait apparaître la poésie comme fille d’un autre soleil incapable de s’acclimater dans la froide patrie des Belges. Selon le cliché, la Muse aurait besoin des cieux pleins de lumière et des nuits cristallines, des chants sur la plage, des parfums et de l’amour du Midi. Mais ce topos ex opinione omnium Ils nous disaient — est également réfuté. Le Nord — et il suffit de penser à la mode ossianique du XVIIIe siècle pour s’en rendre compte — n’a-t-il pas, lui aussi, produit des poésies remarquables, tout comme Joseph-Ernest Buschmann venait de le rappeler dans ses Rameaux de 1839, recueil de poésies qui chante l’« enthousiaste et pensive Allemagne », l’« esprit critique et positif » de l’Angleterre et les mérites littéraires de plusieurs pays du Nord et de l’Est, « l’Ecosse, l’Irlande, le Danemark avec l’originalité de leurs chansons populaires, la Russie qui s’éveille, la Norvège [...], l’Islande avec son Edda » etc.22 C’est-à-dire que, tout comme l’hégémonie politique, la poésie ne dépend aucunement d’une géographie déterminée, ce qui permet à Wacken, de mettre en parallèle l’idée de la translatio artium et celle de la translatio imperii. C’est peut-être pour cela qu’on trouve partout dans ses poésies, à part les pièces proprement lyriques, des poèmes consacrés à l’Histoire et à l’actualité belges comme par exemple Amnistie, La voix des aïeux et les Tercets sur la presse libre23. L’auteur y dit son opinion sur les problèmes du jour, sur l’Histoire des Belges avant la Belgique ainsi que sur la liberté de la presse qu’il trouve menacée chez presque tous les voisins du jeune royaume. Il mentionne expressément la Pologne opprimée, la Grèce pas encore tout à fait libérée, mais aussi la France, Rome ( = l’État de l’Église) et le royaume de Naples. Ce sont les nations lassées de l’Europe auxquelles Wacken oppose les Belges qui, eux, connaissent encore le respect des traditions, le moral au combat et l’amour de la liberté :

Les Belges gardent la mémoire
Et le culte de leur passé.
Notre blason, c’est notre histoire ;
Les ans ne l’ont point effacé.
De notre généalogie
Chaque branche saigne, rougie
Du sang généreux d’un martyr.
Aussi ta flamme pure et sainte
Dans nos cœurs ne s’est pas éteinte,
Religion du souvenir.

  • 24 Ibid., p. 38. Pour l’allusion à Jules César cf. la Guerre des Gaules, I, 1. — H.-J. Lope, Zur Ident (...)

« Libres dans les siècles esclaves », les Wallons et les Flamands — « Ouvriers de Liège ou de Gand » — possèdent encore toutes les vertu d’une « race héroïque »24.

  • 25 Pour l’arrière-fond, cf. Leonard Forster, « Europäischer Petrarkismus als Vorschule der Dichtung », (...)

5Face à de telles constantes d’un Volksgeist indomptable, Wacken n’a aucune difficulté à formuler ses réflexions poétologiques. Après avoir habité les champs de la Grècel’antique sagesse défiait la volupté, la Poésie est devenue brune espagnole pour inonder de ses cheveux les balustrades dorées de l’Andalousie. Ces images ne sortent guère de la copia verborum canonisée par la tradition occidentale. On en dira autant de l’Italie qui accueille la Poésie par la suite. Il est vrai que l’Italie de Wacken n’est pas das Land, wo die Zitronen blühen, mais les orangers en fleurs qu’il évoque ne marquent pas non plus une différence essentielle d’avec le Lied de Goethe. C’est dans cette Italie imaginaire que la Poésie consacre ses nuits à la folie et ses jours aux rêves légers, ne perdant aucune expérience, y compris le rapport profond — formulé d’après Pétrarque ? — qui unit la peine à la joie pour ouvrir la voie à la poésie européenne25.

  • 26 Cf. l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 3-14 : La Poésie et les poètes, où on lit e.a. :
    « Âme des (...)

6Au troisième dizain, Wacken introduit un argument nouveau qui n’a plus rien à voir avec les considérations géographiques du début. Cette fois il s’agit des conditions sociales, culturelles et économiques qui constituent le cadre dans lequel la Poésie se développe. L’auteur connaît la valeur du mécénat qu’il souligne à maints endroits26, mais il ne saurait s’identifier au positivisme d’une bourgeoisie d’argent et de commerce, ces Crésus avides qui, pareils aux marionnettes, ne se meuvent qu’au fil de leur âpreté et qui ne connaissent ni idéal ni idéalisme. Pourtant, ce fils d’une famille aisée de fonctionnaires liégeois se rend parfaitement compte de ce que le jeune royaume de Belgique doit au dynamisme des pionniers de la civilisation industrielle aux bords de la Sambre, de la Meuse et de l’Escaut. Donc, si les Crésus avides sont incriminés à juste titre pour représenter une bourgeoisie hostile à toute activité qui ne paye pas au comptant, cela ne veut pas dire que les Belges soient, de façon générale, incapables d’apprécier la Poésie. S’il est vrai que la Poésie aime ceux qui, par-delà tout utilitarisme, consacrent leur vie aux valeurs de la gloire et de l’amour et qui, dans leurs dévoûments sublimes, jettent leurs trésors tour à tour à tous les abîmes, elle peut être sûre de trouver des amants en Belgique. Wacken exprimerait-il ici sa sympathie pour les dandies, pour les représentants de l’art pour l’art ou pour les victimes du mal du siècle romantique, incompris et dégoûtés, et qui ne sont, aux yeux des Crésus avides, que des maladifs à qui il manque la santé mentale et la vitalité ?

7Le poème de Wacken répond à ces questions par le Non ! énergique sur lequel s’ouvre le cinquième dizain. Loin d’être une cocotte légère la Poésie est une vierge sainte. Depuis longtemps déjà elle a quitté le ciel dégagé du Midi car, plus que des jours ensoleillés et des nuits cristallines elle a besoin de la liberté de la parole, de l’inspiration et de l’expression. Cette liberté n’existe plus chez les nations lassées, qu’elle avait choisies au début, si bien qu’elle a quitté ces agréables parages pour se rendre ailleurs. Morte sous l’occupation romaine, la liberté des démocraties de la Grèce antique ne s’est plus réveillée, ni sous l’empire byzantin, ni sous l’empire ottoman. Et même la Grèce moderne, qui fait l’enchantement des philhélènes, est encore loin de l’avoir retrouvée. Pour ce qui est de l’Italie, Wacken aura sous les yeux la création artificielle du Congrès de Vienne, qui n’a rien à faire avec la volonté du peuple. Et le risorgimento n’en était encore qu’à ses débuts. En ce qui concerne l’Espagne d’Isabelle II, elle est en proie, depuis la mort de Ferdinand VII, aux ambitions carlistes et aux dictatures militaires. Et la France ? Elle n’est pas mentionnée dans le poème, mais il est presque certain qu’elle compte aussi parmi les nations lassées, car le parapluie de Louis-Philippe — symbole de la médiocrité positive et du manque total d’idéalisme — n’a vraiment rien pour enthousiasmer les artistes. Le panorama que Wacken présente des nations européennes est décourageant : Le monde rit de leur faiblesse.

  • 27 Cf. Christan Berg, « Le déficit symbolique : la littérature française face au mouvement flamand en (...)

8Par opposition à cet état de choses, les conditions de vie en Belgique sont bien différentes. Les Belges ont su doter leur pays de la constitution la plus libérale de l’époque et se préparent à un avenir brillant. Renonceraient-ils à une littérature nationale pour la seule raison que celle-ci déplairait à quelques-uns de leurs voisins ? N’ont-ils pas prouvé qu’il était possible, en plein XIXe siècle, de réussir une révolution nationale et de montrer au monde, n’en déplaise à Monsieur de Metternich, ce que peuvent la foi et l’espoir ? Sans méconnaître les impératifs économiques, auxquels la Belgique doit l’essentiel de son essor après 1830, les Belges n’ont pas perdu la capacité de se laisser émouvoir par un doux regard et par un doux sourire. Ils savent que la Belgique n’est pas la Grèce, ni l’Espagne, ni l’Italie. Mais ils aiment les forêts, les fleurs et l’onde de leur patrie ainsi que les merveilles des cieux ouverts, telles que les peintres du pays les ont éternisées dans leurs œuvres d’hier et d’aujourd’hui. Et si la Poésie a besoin de liberté, les Belges de la génération de 1830 sont assez sûrs d’eux-mêmes pour savoir qu’ils peuvent la garantir. Malgré les difficultés qu’on sait27, la Belgique est jeune et orientée vers l’avenir. Elle est parfaitement capable d’accueillir les Muses et de les héberger avec dignité :

[...] la Muse aime la jeunesse :
Elle peut venir parmi nous.

car

[...] partout où brille une larme
Peut étinceler un beau vers.

Louis Piérard résume :

  • 28 Dans son anthologie (op.cit.), p. 124.

Le jeune poète qui débutait d’une manière si brillante avait foi lui-même dans l’avenir de notre littérature, et [...] il exprimait cette conviction dans des vers que le lecteur [...] nous pardonnera de reproduire ici. Car ils expriment à la foi et notre pensée, et le désir de ceux qui, comme nous, voudraient voir un fleuron de plus à la couronne de gloire de la patrie28.

9Comme patriote et comme poète, Wacken demande une place pour la Belgique dans la géographie culturelle de l’Europe. Après 1830, la poésie française ne parle plus uniquement à travers la bouche de Paris. Au nom d’un patriotisme qui ne dément à aucun moment ses racines cosmopolites et ses attaches européennes, il conçoit la littérature française de Belgique comme l’aile marchante d’une francophonie sans frontières, dans laquelle les Belges n’ont cessé, depuis, de maintenir leur place.

Haut de page

Notes

1 « [...] la meilleure pièce de notre littérature dramatique entre 1830 et 1880 », Georges Doutrepont, Notice sur Wacken, dans Biographie nationale (t. XXVII, p. 6), 1938. Le drame est repris à Liège le 11 novembre 1844. Une nouvelle mise en scène a lieu à Bruxelles en 1880 lors des fêtes du Cinquantenaire. Une représentation à l’Odéon à Paris échoua à cause de l’opposition du Comité d’administration local. Le plan d’une représentation à Lille ne put être réalisé parce que les douaniers français saisirent le texte à la frontière, cf. E. Wacken, Œuvres choisies, péface par M. Louis Piérard. Bruxelles, Lamertin Editeur 1913, pp. VIII-XI.

2 Rancé paraît d’abord sous le titre Le monde et le cloître et sous le pseudonyme Edouard Ludovic. Wallace (Première : 1er décembre 1846, Bruxelles, Théâtre du Parc) traite d’un sujet tiré de l’histoire écossaise de 1297. Hélène de Tournon a comme sujet la rencontre de Don Juan d’Austria avec la reine Margot à Namur en 1577, pendant laquelle le vainqueur de Lépante tomba amoureux d’une dame de la suite de la reine. La tragédie lyrique Le siège de Calais (Musique : Charles L. Hanssens ; Première : 8 avril 1861, Bruxelles, Theâtre de la Monnaie) s’inscrit dans une tradition thématologique qui va de Froissart à G. B. Shaw. — Igor Recht, Wacken et le théâtre romantique en Belgique. Bruxelles, Office de Publicité 1943, pp. 30-34.

3 L. Piérard dans Wacken, Œuvres choisies, préface, p. X.

4 Hippolyte Barella, Edouard Wacken. Paris, Librairie universelle — Verviers, Ernest Gilon Editeur 1888, pp. 92-99.

5 Cf. Oscar Grojean, Sainte-Beuve à Liège. Bruxelles-Paris 1905, et les articles Impossible et Monsieur de Sainte-Beuve d’Edmond Linge dans la Revue de Belgique. La prise de position de Wacken se trouve dans Le libéral liégeois. — Ulysse Capitaine, Nécrologie liégeoise pour 1861, IIe année, Liège, Renard 1865.

6 H.-J. Lope, « André Van Hasselt und der Kölner Dom », dans Hans Th. Siepe (éd.), Grenzgänge. Kulturelle Begegnungen zwischen Deutschland und Frankreich. Essen, Die blaue Eule 1988, pp. 49-63.

7 D’après Immanuel Kant, Idee zu einer allgemeinen Geschichte in weltbürgerlicher Absicht, 1784.

8 Revue belge (1835), p. 67. Article non signé.

9 Recht, op.cit., pp. 52 : « [...] l’élément national n’a rien de nationaliste ».

10 H.-J. Lope, « Zur Diskussion um die ‘Identität‘ der Belgier im Umfeld der Revolution von 1830 », dans Bernhard Giesen (éd.), Nationale und kulturelle Identität. Studien zur Entwicklung des kollektiven Bewusstseins in der Neuzeit. Frankfurt/M. : Suhrkamp 1991, pp. 426-450 ; Jean-Marie Klinkenberg, « L’idéologie de la “Littérature nationale” (1830-1839) », dans H.-J. Lope (éd.), Studia belgica. Frankfurt/ M.- Bern, P. Lang, ≤1983, pp. 135-153.

11 Revue de Belgique (1846), préface, citée in extenso dans Recht, op.cit., p. 52. Parmi les sceptiques belges on trouve Jules de Saint-Genois, qui souligne dans un article publié dans la Revue belge de juillet 1837 : « Par malheur, [...] nous ne pourrions former une nation particulière, n’ayant ni frontières naturelles comme l’Angleterre, ni température distinctive comme les Italiens ou comme les Russes, ni langue générale à nous comme les Français ou les Allemands ».

12 Barella, op.cit., pp. 81-90.

13 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 64-65 (Les trois Bohémiens), pp. 66-71 (Don Ramire), pp. 72-73 (La maison abandonnée), pp. 74-75 (l’anneau), pp. 76-79 (L’idéal), pp. 80-81 (L’infanticide), pp. 86-93 (La promenade).

14 Barella, op.cit., pp. 58-59.

15 L. Gallait (1810-1857), peintre de l’Histoire des Belges avant la Belgique : L’abdication de Charles-Quint (1841), Les derniers honneurs d‘Egmont et Hoorn (1851) etc.

16 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 21-25 (Juana la Folle), pp. 26-29 (Robermont), pp. 42-44 (La Bohémienne), pp. 59-61 (Vieux Pont es Arches).

17 Wacken, « Pourquoi n’aurions nous pas de lyre ? », dans : Revue de Liège 3 (1845), pp. 140-141. — Clesse, Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ?, ibid., pp. 470-471. — Voir H.-J. Lope, Zur Diskussion..., op.cit., pp. 443-445.

18 Dans l’anthologie de L. Piérard, op.cit., pp. 123-126.

19 Phillipe Martinon, Les strophes. Étude historique et critique sur les formes de la poésie lyrique en France depuis la Renaissance, avec une bibliographie chronologique et un répertoire général, (1912). Reprint : New York, Burt Franklin 1969, pp. 367-390 : Le dizain.

20 Charles Baudelaire, « L’esprit conforme », dans Amœnitates Belgicae :
« Les Belges poussent, ma parole !
L’imitation à l’excès,
Et s’ils attrapent la vérole,
C’est pour ressembler aux Français ».
Suivant sa théorie sur la race, le milieu et le moment, Hippolyte Taine croit les Belges et les Hollandais généralement incapables de produire une civilisation qui compte. Faits pour « endiguer sans cesse des fleuves », ils n’ont pas le temps de penser aux valeurs culturelles : « Aujourd’hui leur littérature est presque nulle », Philosophie de l’art, t. I (1868), IIIe partie : La peinture dans les Pays-Bas I, p. 288. — Cf. aussi Michelet : « Il n’y a jamais eu de Belgique et il n’y en aura jamais [...]. La Belgique [...] est et sera stérile tant qu’elle ne sera pas avec nous », Histoire de la Révolution française, éd. G. Walter. Paris, Bibl. De la Pléiade, t. II. p. 123. De même, Bismarck pensait que la Belgique était « auf die Dauer nicht lebensfähig ». Lettre à Von der Goltz du 8 août 1866. — Claude Pichois, L’image de la Belgique dans les lettres françaises depuis 1830 à 1870. Paris 1957 ; Jean Stengers, « La Belgique de 1830, une nationalité de convention ? », dans Revue de l’Université de Bruxelles 1-2 (1981), pp. 7-19.

21 Revue belge (1835), p. 336 : « Mais que des Belges même se rendent l’écho de ces absurdes déclamations, qu’ils aillent disant à qui veut les écouter : nous n’aurons jamais une littérature à nous ; notre rôle sera toujours celui de froid copiste ; c’est là une chose inexcusable à mes yeux, car ils font à la fois acte de mauvais citoyen et preuve d’une grande ignorance ». (Article non signé).

22 Joseph-Ernest Buschmann, Rameaux. Anvers 1839, Préface, pp. IX-XII.

23 Dans l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 35-37, 38-41, 45-46.

24 Ibid., p. 38. Pour l’allusion à Jules César cf. la Guerre des Gaules, I, 1. — H.-J. Lope, Zur Identität…, op.cit., pp. 446-448.

25 Pour l’arrière-fond, cf. Leonard Forster, « Europäischer Petrarkismus als Vorschule der Dichtung », dans Petrarca, éd. August Buck. Darmstadt, WBG 1976, pp. 424-443.

26 Cf. l’anthologie de Piérard, op.cit., pp. 3-14 : La Poésie et les poètes, où on lit e.a. :
« Âme des repas de Mécène
Ou bergère de l’âge d’or,
O déesse. Muse ou sirène,
Viens chez nous, qui t’aimons encore ! » (p.4).

27 Cf. Christan Berg, « Le déficit symbolique : la littérature française face au mouvement flamand en Belgique au XIX e siècle », dans, Hans Felten & H.-J. Lope, Literatur im französischsprachigen Belgien. Akten der Belgiensektion des Deutschen Romanistentages Aachen (25. – 7. Sept. 1989). Frankfurt/M., P. Lang 1990, pp. 161-172 ; Jutta Heekeren, « Identité culturelle et conscience nationale dans le Revue belge 1830-1843 », dans ibid., pp. 173-180.

28 Dans son anthologie (op.cit.), p. 124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans-Joachim Lope, « « Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ? » Remarques sur les Poésies d’Edouard Wacken », Textyles, 24 | 2004, 16-22.

Référence électronique

Hans-Joachim Lope, « « Pourquoi n’aurions-nous pas de lyre ? » Remarques sur les Poésies d’Edouard Wacken », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/706 ; DOI : 10.4000/textyles.706

Haut de page

Auteur

Hans-Joachim Lope

Philipps-Universität Marburg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org