Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La gastronomie est un art en vogue. On ne compte plus les émissions que lui vouent les médias, les périodiques spécialisés, les foires, festivals et marchés célébrant la fine nourriture et la grande bouffe. Les chefs sont des vedettes ; ils conseillent les producteurs comme la grande distribution… Nous vivons dans l’éloge des pâtes et du chocolat, des vins et des charcuteries, et une rhétorique souvent grandiloquente décrit les fêtes de fin d’année et les menus des restaurateurs.

2Les raisons précises de cette dévotion à la papille gustative nous échappent quelque peu. Faut-il les mettre au compte de la baisse de la natalité qui hante nos latitudes fortunées ? Faut-il y voir un effet mécanique de la réclame ou la transposition fantasmatique de l’ascension sociale ralentie des petits bourgeois ? Ou bien un avatar du décès des idéologies, comme un banquet célébrant la mort des dieux ? Qu’importe après tout : ce ne sont pas ces questions qui nous retiendront ici, mais bien le double constat qui leur est lié.

  • 1 Voir : Courtine (Robert Jullien), Simenon et Maigret passent à table : les plaisirs gourmands de Si (...)
  • 2 La table naturaliste est l’une des mieux étudiées à l’heure présente. On peut lire entre autres : B (...)

3D’abord : la participation active, nourrie si l’on peut dire, des écrivains au culte de la gourmandise. Simenon avait célébré la choucroute des brasseries parisiennes et les maquereaux au vin blanc de Madame Maigret, mais il a fallu attendre Courtine pour pouvoir passer à table.1 Un de ses successeurs livre, lui, dans le roman même les succulentes recettes d’un détective catalan célibataire : on mesure le progrès. Pepe Carvalho a mis les petits plats de Maigret dans les grands. À un siècle de distance, à la place de la description des tablées par lesquelles Zola construisait les indicateurs sociaux de l’Assommoir, un romancier comme Patrick Roegiers paraît installer le centre de son propos.2 L’attitude inverse, l’ascétisme revendiqué, ne peut manquer d’apparaître comme la confirmation de cet état d’esprit. On se souviendra ainsi des passages de La vie mode d’emploi dont l’héroïne est une jeune fille boulimique en pleine crise.

4Il est évident que cette participation des auteurs au culte de la table n’est pas récente. Sans remonter au festin de Trimalcion, il suffit de rappeler les scènes célèbres dans lesquelles Balzac, Maupassant ou Daudet ont décrit la consommation de fluides et de nourritures diverses pour ne pas soutenir naïvement qu’il s’agirait d’un apport nouveau. Mais dans le roman de langue française, tout juste sorti des modèles antiréalistes prônés depuis les années 1960, on croit déceler une particulière complaisance à décrire les scènes alimentaires. Philippe Delerm (La première gorgée de bière…) ou Marie Darrieussecq (Truismes), et, tout particulière-ment, l’apport du roman policier (de San Antonio à Jean-Bernard Pouy) accumulent les exemples probants. La confirmation par le cinéma (de La grande bouffe de Marco Ferreri à l’adaptation du Festin de Babette de Karen Blixen) est incontestable.

5Ensuite : dans le grand concert de la mondialisation, la nourriture est valorisée lorsqu’elle fait entendre une musique discrète, presque folklorique : celle du terroir, du petit producteur, du savoir-faire artisanal. Nul ne chante les fermes et les élevages industriels où l’on engraisse les volailles et les poissons. Mais le poulet qui gambade dans le champ et le fromage (pasteurisé) de nos campagnes sont présentés comme des « valeurs sûres ». La nourriture opère ainsi dans un imaginaire du repli, elle serait la mesure de ce qui nous reste d’humanité. Aussi est-elle liée, toujours, à un lieu, voire à une identité. Il ne reste parfois plus qu’elle pour définir, dans la circulation accélérée des images culturelles, une « italianité » ou une « belgitude » devenues bien problématiques.

6C’est en tout cas à l’intersection de ces constats que s’est défini le projet de la présente livraison de Textyles. Nous voudrions construire l’hypothèse selon laquelle, dans les œuvres littéraires belges de langue française, la description ou l’allusion alimentaire noue une relation étroite avec l’interrogation sur soi, avec, donc, la dimension identitaire de la littérature. Cela ne signifie pas, bien entendu, qu’il faille chercher un propos nationaliste derrière chaque assiette. Mais la répétition des scènes liées à la nourriture dans notre espace littéraire ne paraît pas pouvoir être attribuée au seul hasard.

  • 3 A titre d’exemples, voyez : Littérature et gastronomie : huit études réunies et préfacées par Ronal (...)

7Ce projet n’est évidemment pas étranger à l’effet de mode qui a été mentionné. Mais il trouve aussi sa justification dans l’actualité de la recherche littéraire. La « microhistoire », l’histoire des mœurs et des coutumes de la vie quotidienne, est devenue un terrain largement balisé par les travaux des historiens contemporains. Renonçant, au moins momentanément, aux investigations de l’histoire économique et politique, une part importante des études de cette discipline s’attache à décrire précisément ce qui ne semble pas relever de l’histoire : les manières de table, l’alimentation, le rapport au corps et à ce qui le forme. Les sources de ces travaux sont diverses : elles vont du livre de comptes à la peinture ou aux traités de savoir-vivre. Mais les textes littéraires ont également été mis à contribution, de manière parfois systématique. Dans la foulée, les historiens de la littérature se sont également ouverts à ce genre d’interrogations, qui étaient nouvelles pour eux. Si les dix-septièmistes ont peut-être joué un rôle moteur, ce sont aujourd’hui toutes les époques qui font l’objet de recherches sur les liens entre lettres et nourriture3. Nous voici donc en nombreuse compagnie. Pour ce qui regarde toutefois le corpus qui nous est familier, la moisson est plus maigre. En fait, nous devons constater que les lettres belges font encore rarement l’objet d’investigations thématiques pertinentes. Les activités industrielles (les mines par exemple), ou les constituants géographiques ou climatologiques (les fleuves, les eaux…) ont été étudiés, mais le degré de pénétration des recherches de l’histoire culturelle reste encore faible dans notre domaine.

  • 4 Sicotte (Geneviève ), Le festin lu. Le repas chez Flaubert, Zola et Huysmans, Montréal, Liber, 1999

8Même si nous n’avons pas pu couvrir l’ensemble du champ, cette livraison de Textyles ambitionne donc de présenter des vertus apéritives. Spécialiste du sujet (auquel elle a consacré sa thèse de doctorat4), Geneviève Sicotte fait la synthèse du dossier français et elle y relie quelques écrivains belges de la fin du xixe siècle. Son article servira de guide à tous ceux qui souhaitent prolonger nos travaux : il trace de manière rigoureuse une méthode et une problématique. Philippe Roy en relaie quelques-unes des interrogations dans un article monographique consacré à toutes les formes que prend le rapport à la nourriture dans l’œuvre de Camille Lemonnier : celles-ci concernent tant le récit autobiographique que la fiction romanesque dont il apparaît comme un ressort thématique essentiel. Laurence Brogniez élargit pour sa part la recherche à la comparaison entre peinture et littérature : c’est en effet dans ce lien essentiel que la dimension identitaire de la nourriture trouve à s’énoncer pleinement : les modèles tirés de Rubens ou de Jordaens informent ainsi les écrivains belges qui ont su profiter de l’émergence du courant réaliste pour s’inscrire dans la modernité en revendiquant une originalité « racique ». Les modalités de la consommation de nourriture propres à cette peinture (le gras, l’abondance, le festif) sont reprises dans toutes leurs dimensions, tant par les romanciers que par les critiques. Et les échos de cet héritage dépassent largement la fin de siècle : ils trouvent encore maintes occurrences dans la production contemporaine. Voici ce qu’écrit Michel Franceus, un des nombreux auteurs absents du corpus retenu :

Pourquoi à chaque timide intervention doivent-ils me rappeler que je suis Belge, comme si on m’avait sorti récemment du musée de l’homme ? Ça me décourage. Heureusement que Josiane s’y connaît en omelette : baveuse comme je l’aime et une pagaille d’herbes à coincer sous les dents (Chome-Sud, Cuesmes, Édition du Cerisier, 1987, p. 150.)

9Un héros reçu en France est ainsi identifié au moment précis du repas. On ne saurait mieux décrire l’identitaire. Même une œuvre apparemment aussi personnelle, aussi vouée à la restitution d’une expérience de vie « privée » que celle de Jean-Claude Pirotte, peut être inscrite dans cet effet de sérialisation. Ana Gonzàlès en montre la portée dans l’analyse précise d’un recueil où le vin, parce qu’il renvoie toujours à un terroir pour ceux qui savent le boire, permet à l’auteur d’ancrer paradoxalement son itinérance. Avec Jean Ray, le rapport à la nourriture poursuit cette constante thématique. Il articule, comme le montre Arnaud Huftier, la construction de l’imaginaire de l’auteur, y compris dans ses composantes philosophiques. Jean Ray ne se borne pas à la citation picturale ; son fantastique se nourrit des répétitions gastronomiques dont le caractère ordinaire, quotidien, alimente la dérive vers le fantastique.

10Dans une période difficile, comme celle de l’Occupation, les préoccupations alimentaires sont évidemment centrales pour tout un chacun. Mais elles sont également un enjeu idéologique pour l’Ordre nouveau, puisque le marché noir peut servir de dénonciation des « mauvais Belges ». Michel B. Fincoeur indique la manière dont les récits de Lambert Demeuse et de Désiré Grevesse mettent en scène un optimisme de rigueur (« tout va très bien, madame la marquise ») et un réalisme de nécessité. Pour sa part, la lecture que Laurent Demoulin fait de l’œuvre de Savitzkaya relie le premier aliment liquide (le lait) à la mère, donc à l’enfance et à la famille, ces thèmes essentiels du romancier.

11L’autre face de ce dossier se découvre dans le rejet absolu, quasiment pathologique, de la nourriture. Isabelle Meuret indique combien la figure de l’anorexie travaille des écritures contemporaines comme celles de Dominique Rolin, Claire Lejeune, Jacqueline Harpman. Elle est également un thème privilégié par des écrivains attentifs à traduire une expérience intérieure, comme François Emmanuel, Amélie Nothomb et Marc Quaghebeur.

12Il y aurait certainement matière à poursuivre. Bien des auteurs auraient pu s’ajouter à ceux que nous avons analysés. Mais nous n’avons pas cherché une illusoire exhaustivité. Il nous importait d’indiquer des pistes et de vérifier une hypothèse.

13Notre conviction est que l’étude de cette littérature a tout à gagner de thématisations « transversales » : de celles qui indiquent des permanences, des récurrences, donc la cristallisation d’habitudes et de savoirs, de formes littéraires et de modes de lecture. Ce sont elles qui donnent de la cohérence au corpus : elles en fondent la continuité et lui restituent sa vérité profonde : celle d’être le creuset de notre imaginaire.

Haut de page

Notes

1 Voir : Courtine (Robert Jullien), Simenon et Maigret passent à table : les plaisirs gourmands de Simenon et les bonnes recettes de Madame Maigret, Paris, R. Laffont, 1992.

2 La table naturaliste est l’une des mieux étudiées à l’heure présente. On peut lire entre autres : Bancquart, Marie-Claire, Fin de siècle gourmande, 1880-1900, Paris, Presses universitaires de France, 2001, Bonnin-Ponnier (Joëlle), Le restaurant dans le roman naturaliste : narration et évaluation, Paris, H. Champion, 2002 ; Courtine (Robert Jullien), Zola à table, Paris, R. Laffont, 1978; Klose (Jutta), Tafelfreuden und Liebesleid in der Bourgeoisie: «essen und trinken» bei Balzac, Flaubert und Zola, Frankfurt am Main, P. Lang, 1987 ; Lemarié (Yannick) ; Ventre et manducation dans l’oeuvre de Zola, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du septentrion, 2000.

3 A titre d’exemples, voyez : Littérature et gastronomie : huit études réunies et préfacées par Ronald W. Tobin, Paris - Seattle - Tuebingen, 1985 (« Papers on French seventeenth century literature ») ; Littérature et nourriture, édité par James W. Brown, Halifax, Department of French, Dalhousie university, 1986 ; Centre de recherches littéraires et pluridisciplinaires (Nice), Nourritures et écriture, deux volumes publiés par Marie-Hélène Cotoni, Nice, Université de Nice-Sophia Antipolis, 1999 et 2000 ; Gillet (Philippe), Le Goût et les mots : littérature et gastronomie 14e-20e siècles, Paris, Payot, 1987 ; Sceats (Sarah), Food, consumption and the body in contemporary women’s fiction, Cambridge, Cambridge university press, 2000 ; Safran (Serge), L’amour gourmand : libertinage gastronomique au XVIIIe siècle, Paris, la Musardine, 2000. Tout récemment, l’Université d’Orléans a organisé pour sa part un colloque international intitulé « Nourriture et littérature (24-26 avril 2002). Citons également l’anthologie de Jost (Philippe), La gourmandise. - Les chefs-d’œuvre de la littérature gastronomique de l’antiquité à nos jours, Paris, Le pré au clair, 1998.

4 Sicotte (Geneviève ), Le festin lu. Le repas chez Flaubert, Zola et Huysmans, Montréal, Liber, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Présentation », Textyles, 23 | 2003, 7-9.

Référence électronique

Paul Aron, « Présentation », Textyles [En ligne], 23 | 2003, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/703

Haut de page

Auteur

Paul Aron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org