Navigation – Plan du site

Âme belge, « entre-deux » et microcosme : d’une fin de siècle à l’autre

En guise d’introduction
Hubert Roland
p. 7-15

Texte intégral

  • 1 Cf. entre autres Paul Colin, Belgique carrefour de l’Occident. Paris, Rieder, 1933 ; Franz Hellens, (...)
  • 2 Cf. Edmond Picard, Essai d’une psychologie de la nation belge. Bruxelles, Larcier, 1906.

1Le motif de la « Belgique carrefour de l’Occident », abondamment nourri par diverses métaphores comme celle du « balcon sur l’Europe », s’est révélé au fil du temps une constante du discours destiné à construire les fondements de la nation belge et à garantir son existence et sa pérennité1. Sur le plan diachronique, on peut assez précisément en situer l’apogée au tournant du 19e et du 20e siècle, marqué par la monumentale entreprise d’écriture de l’histoire nationale par Henri Pirenne. Les intellectuels belges de l’époque, tel Edmond Picard, relayèrent avec enthousiasme les efforts de Pirenne dans ce sens. Le célèbre essai sur « l’âme belge », que ce dernier publie dans la Revue Encyclopédique en 1897 et qu’il ne se lassera pas de paraphraser dans de nombreuses interventions orales (notamment au sénat) et écrites2, s’inscrit clairement dans une démarche de bon patriote, jouant la carte du cosmopolitisme au service d’un discours sur la force et la grandeur d’âme de « la petite nation ».

  • 3 Edmond Picard, « L’âme belge », dans Revue Encyclopédique, 24 juillet 1897, pp. 595-599 (ici p. 595 (...)
  • 4 « La recherche, la découverte de cette chose [i.e. l’âme] essentiellement fluide, fuyante, cachée d (...)

2Il n’est peut-être pas inutile de revenir sur ce texte fondateur, abondamment cité, dans une perspective analytique sur le discours identitaire belge. À ceux qui douteraient encore que Picard entend véhiculer un discours de culture nationale pour concurrencer les intellectuels des grandes nations, il suffit de rappeler les premières lignes du texte : « L’âme d’un peuple ! L’âme d’un petit peuple ! grande, peut-être, comme petite peut l’être l’âme d’un grand peuple »3. Les « grands peuples », en premier lieu les deux grands voisins de la Belgique à l’est et à l’ouest, ont fondé, tout au long du 19e siècle, leur identité nationale sur le concept d’une langue commune. Il faut dire que les romantismes avaient mis en évidence cet argument de nature « essentialiste », on ne peut plus commode pour se construire un passé commun et cimenter le sentiment national de la population, toutes classes sociales confondues. Précurseur en quelque sorte de « l’identité en creux », Picard retourne l’argument et fait de cette carence de l’identité belge — paradoxale en soi, puisqu’on sait qu’en dépit de la diversité linguistique de la population belge, la langue officielle du jeune État était le français — son principal atout. La « psychologie nationale » belge serait donc par essence celle du syncrétisme culturel. La « profession de foi » de Picard, si elle trouve à s’exprimer via une rhétorique caractéristique pour l’époque, alliant le discours scientifique positiviste — unissant dans un même élan d’autorité les sciences de la nature et les sciences humaines naissantes comme la Völkerpsychologie — et un irrationalisme quasi obscurantiste d’inspiration romantique4, relève d’une stratégie argumentative tout à fait limpide. Picard ne songe pas un instant à nier le statut d’un « petit peuple » et d’une âme belge « longtemps obscure, niée, bafouée, moquée et méprisée, moins peut-être par l’étranger que par le Belge lui-même » (Picard, p. 595). Il convient donc avant tout de convaincre les Belges de leur propre grandeur : en effet, on lit entre les lignes que l’étranger a déjà reconnu leur vocation — cette reconnaissance de l’extérieur livrant un argument supplémentaire à la pertinence du propos. L’analogie discrète avec la Grèce antique (la patrie belge étant « étroite comme la Grèce »), explicite avec la Rome latine — survenant respectivement dans les deuxième et troisième paragraphes du texte — ne relèvent pas du hasard. La vocation de la Belgique est celle d’un carrefour européen plongeant ses racines dans les plus anciennes traditions de l’occident. Pour notre propos, il n’est pas inutile de citer Picard in extenso :

Et vraiment, la raison principale qui m’apparut souvent pour croire à la spécialité de cette âme […] c’est ce phénomène de persistance qui, depuis les plus profonds lointains historiques, s’affirme sur ce territoire spécial, sur ce triangle géographique formant carrefour entre trois nations typiques parmi toutes : la France, l’Allemagne, l’Angleterre. Un groupe ethnique presque insignifiant, se maintenant quand même sur un sol sans apparente importance, formant centre et point de choc des peuples courant au-devant les uns des autres pour les batailles, les invasions, le commerce, la lutte de religions, pour tous les conflits de la matière et de la pensée. Et, par un prodigue historique inouï, ce ne fut pas assez de trois nations contiguës pour y mêler et leurs mains et leurs cerveaux : du midi de l’Europe, au travers des espaces, des intermédiaires et des obstacles, une quatrième, alors aussi grande et aussi différente, l’Espagne, vint à son tour déferler sur ces provinces, comme si vraiment il eût fallu que tous les vents ethniques y soufflassent et y répandissent les poussières, les germes et les calamités dont ils sont chargés. Auparavant, Rome et César n’y avaient-ils pas apporté l’Italie et la civilisation latine ? (Picard, p. 595)

Picard n’est pas l’initiateur de ce credo européen au sens large du terme. Il ne fait que garantir la continuité d’un discours initié par les premiers poètes de la Belgique romantique comme Edouard Wacken, figure aujourd’hui oubliée par l’histoire littéraire et sur laquelle Hans-Joachim Lope attire l’attention dans le premier article de ce dossier. Représentant de l’unionisme idéaliste et romantisant de la phase initiale de l’indépendance belge, Wacken se plaît à définir l’esprit de la littérature nationale naissante comme ouvert aux influences étrangères. Dans un généreux élan, il embrasse non seulement les pays voisins, mais aussi l’Écosse (berceau des épopées nationales) et le Mexique. L’ouverture aux quatre points cardinaux serait déjà, comme chez Picard, la « marque déposée » de la littérature belge de langue française.

  • 5 Ibid., p. 596. Picard souligne.
  • 6 Je renvoie ici aux considérations de Paul Aron dans son anthologie La Belgique artistique & littéra (...)

3Dans la suite de son article, Picard glisse insensiblement d’un universalisme englobant l’humanité, et qui voit dans la Belgique la métonymie de toutes les nations (« Et quand, le front penché sur un atlas, on regarde par où se délinéent les voies de déplacement et d’invasion […] cette Belgique apparaît comme la route indiquée par la nature même à ceux que la Destinée poussait venant du sud, de l’est ou du nord. Le chemin des Nations ! »5) à un discours mieux circonscrit sur le dualisme de l’âme belge comme synthèse de « l’âme germaine et de l’âme latine, ces deux variétés les plus saillantes de la race aryenne ». Passons trop rapidement sur les présupposés hérités des théories raciales et racistes de l’époque dont on connaît l’influence sur Picard6, pour ne retenir que ce qui concerne directement notre propos : le resserrement du discours sur l’âme belge autour des deux grands voisins français et allemands.

4Ce glissement de sens du microcosme à l’entre-deux présente au moins deux avantages certains sur le plan rhétorique :

- Il rend le propos relatif au syncrétisme culturel plus concret et mieux délimité, en ayant recours aux stéréotypes les plus répandus depuis le romantisme et les publications de Madame de Staël sur « la clarté linéaire française » et la « sentimentalité vague allemande », l’« élégance latine » et la « rusticité germaine » (Picard, p. 599). L’âme belge sera celle d’un dualisme (le terme est de Picard) éclectique, la fusion des influences tiendra de l’originalité « du meilleur des deux » et « il faut être aveugle pour ne pas apercevoir l’influence du génie des deux langues et des deux variétés ethniques, la latine et la germaine dans les œuvres de tous les artistes belges… » (Picard, p. 597). Nul doute également qu’une délimitation plus précise des influences géographiques immédiates de l’originalité belge permet de mieux appréhender un tel concept par rapport au vaste ensemble de l’Europe humaniste depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine.

- Ce glissement de sens mène directement au discours sur la « terre d’entre-deux », qui garantit à l’âme belge une légitimité historique lointaine et lui fournit ainsi des assises plus stables à travers le modèle du Royaume et du mythe que devait constituer le rêve lotharingien incarné par Charles le Téméraire. Le texte de Picard invite à une identification quasi immédiate de l’espace belge avec l’espace géographique représenté dans les manuels d’histoire après la partition de l’empire carolingien en 843 :

  • 7 Préface du drame de Picard citée dans Hans-Joachim Lope, Karl der Kühne als literarische Gestalt. E (...)

La Belgique, située au confluent de la France et de l’Allemagne, dans leur zone de pénétration réciproque, apparaît teintée de l’une et de l’autre couleur, comme les bandes intermédiaires, si harmonieusement dégradées, qui séparent les grands tons primitifs violents de l’arc-en-ciel.
Ce n’est donc pas un hasard si Picard consacra un drame à La joyeuse entrée de Charles le Téméraire (1905), qu’il appelle le « Dernier grand Féodal », et dont le rôle historique marque « le rêve politique gigantesque et romanesque d’un État-tampon entre la France et l’Allemagne, dont le principal élément eût été notre Belgique, demeurée, tel un fragment de planète éclatée »7.

  • 8 À propos de toutes ces questions, voir la thèse de Marie-Thérèse Bitsch, La Belgique entre la Franc (...)

5Le resserrement du discours sur la vocation européenne de la Belgique autour de ses deux grands voisins renforça sans doute la puissance d’identification que le mythe procurait aux intellectuels belges, par le biais de cette légitimité historique supplémentaire. En outre, il correspondait parfaitement au souhait de la classe politique de voir la Belgique adopter un principe d’équilibre entre ses deux grands voisins. La meilleure garantie de la neutralité ne passait-elle pas par cet équilibre, qui évitait au pays d’être englobé dans la sphère d’influence directe de l’Allemagne mais aussi de la France ? Le monde catholique et l’entourage royal notamment (mais pas uniquement) veillaient à entretenir une certaine germanophilie par crainte de l’épouvantail républicain8.

6Les milieux littéraires, et notamment ceux du symbolisme, ont aussi entretenu cette germanophilie, qui leur permettait de mieux se distinguer des écrivains français. L’exemple le plus éloquent demeure à cet égard, on le sait, celui de Maurice Maeterlinck, qui se présenta comme un médiateur privilégié de l’« âme germanique », notamment à travers ses traductions de Novalis et de Ruysbroeck. Fabrice van de Kerckhove retrace la réception de Schopenhauer chez le poète belge (en particulier dans Pelléas et Mélisande), non sans repréciser la portée et les limites de la « germanité » de Maeterlinck. Si nul ne songe à remettre en cause la germanophilie culturelle de Maeterlinck, on ne peut toutefois la comprendre comme un simple mouvement de rejet par rapport à la France. La réception de la culture allemande s’inscrit chez lui dans un mouvement européen plus large, valorisant paradoxalement la France littéraire elle-même — puisque celle-ci fit une place de choix au romantisme allemand tout au long du 19e siècle — mais aussi les Lettres anglo-saxonnes, ces deux sphères culturelles ayant pu servir de vecteur principal à Maeterlinck pour l’initier aux auteurs allemands. En prélude à son étude, Fabrice van de Kerckhove resitue ainsi la complexité des influences étrangères dans la théorie de l’image et du symbole chez Maeterlinck, confortée par Carlyle, Novalis, Coleridge et Emerson (théorie « déjà présente in nuce chez Baudelaire, qui la tenait lui-même du romantisme allemand à travers Poe répétant Coleridge qui, lui-même, dans sa Biographia Literaria paraphrasait Schelling »).

  • 9 Il convient bien entendu de tenir compte également de la réception de la peinture préraphaélite dan (...)
  • 10 Je me permets de renvoyer aux quelques pages consacrées à ce sujet dans mon ouvrage La « colonie » (...)
  • 11 Marc Quaghebeur parle de « chute de la synthèse belge » à ce moment (exposé d’introduction au Congr (...)

7Parallèlement à la valorisation de la composante anglaise dans l’appréhension de la vocation européenne de la Belgique (déjà mise en évidence au début de l’article de Picard)9, l’identification au mythe de l’entre-deux a favorisé dans les milieux intellectuels (aussi bien chez les historiens que chez les écrivains) une germanophilie dont on n’a plus conscience aujourd’hui. La violation de la neutralité belge par l’Allemagne en août 1914 marque à cet égard la césure la plus nette. Frappés de plein fouet par un violent sentiment de trahison (et cela d’autant plus que la culture allemande de Goethe, Schiller et Lessing était jusque là hautement idéalisée — Goethe ne s’était-il pas d’ailleurs intéressé à la tragédie politique d’Egmont ?), les intellectuels belges brûlent leurs idoles d’hier : Verhaeren et Maeterlinck se mettent au service de la propagande nationale, le fidèle Wagnérien Maurice Kufferath ne décolère pas10. Au-delà de ce sentiment compréhensible, renforcé par les atrocités civiles des premiers mois de l’occupation, il semble clair que la perte soudaine et inattendue de la composante allemande de l’âme belge provoque une douloureuse crise identitaire, dont le monde intellectuel belge francophone ne se remettra pas11.

8En effet, l’Allemagne perd la place qu’elle occupait dans l’imaginaire affectif de la Belgique intellectuelle. Rien de plus éloquent à cet égard que le cas de l’historien national Henri Pirenne, qui, mis à l’écart du territoire belge par l’occupant suite à ses prises de position non conformes à la volonté allemande de faire de l’université de Gand une université entièrement flamande, nourrit dès ce moment une rancœur profonde à l’égard de l’Allemagne. Geneviève Warland étudie la genèse de la monumentale Histoire de l’Europe, entamée pendant sa captivité en Thuringe. Contrairement au mythe véhiculé par son fils Jacques, la rédaction de cet ouvrage de synthèse publié à titre posthume en 1936 ne releva pas uniquement du trait de génie, privé de toute recherche documentaire. Dans son exil, Pirenne avait effectivement accès à certaines sources. En outre, ce qui apparaît clairement, c’est que le ressentiment à l’égard de l’Allemagne semble contaminer les thèses scientifiques de Pirenne, qui, dans la lignée de ses prédécesseurs et collègues historiens en Belgique, nourrissait jusque là un grand respect vis-à-vis de la science historique allemande. Soudainement, Pirenne découvre chez les historiens allemands un manque fondamental d’esprit critique et une stricte obédience au pouvoir politique national.

  • 12 Le terme Flamenpolitik désigne l’ensemble des mesures politiques et administratives prises par l’oc (...)
  • 13 L’historien Lode Wils défend d’ailleurs la thèse qu’elle donna à l’activisme une impulsion décisive (...)
  • 14 Cf. le chapitre 6 de La « colonie » littéraire allemande, op.cit., pp. 125-152.
  • 15 Kippenberg continuera à largement diffuser les ouvrages de Felix Timmermans. Quant aux contacts ent (...)
  • 16 Marc Quaghebeur établit un parallèle entre ce regain d’intérêt et la levée du tabou allemand après (...)

9Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que la Première Guerre mondiale fait s’écrouler le mythe de la Belgique terre d’entre-deux, et ceci par défaut. À cela s’ajoute que, si la guerre a provoqué un indiscutable sursaut de sentiment national, la Flamenpolitik de l’occupant provoque un malaise qui, sur le moyen terme, modifiera le rapport à l’Allemagne des deux communautés nationales12. Si le monde flamand, dans sa grande majorité, demeura solidaire de l’État belge et refusa la logique de l’activisme et de la collaboration, dans laquelle ne rentra qu’une minorité, il n’en reste pas moins que la Flamenpolitik devint une balise importante dans l’histoire du mouvement flamand13. La reconnaissance implicite des discriminations infligées par l’État belge au peuple flamand à cette occasion, la sollicitude manifestée, par exemple, par le réseau de la prestigieuse maison d’édition Insel (dirigée par Anton Kippenberg) pour la littérature flamande de langue néerlandaise14, empêchera que, du côté flamand, on tourne complètement le dos à l’Allemagne dans l’interbellum15. En revanche, on sait à quel point le monde intellectuel belge francophone ne se livre plus au jeu de bascule entre la France et l’Allemagne, caractéristique de la génération symboliste, mais fait dès lors pencher résolument la balance vers Paris, démarche culminant bien entendu dans le Manifeste du Groupe du lundi. L’Allemagne fait-elle toujours l’objet d’un tabou, passé le virulent climat de l’« esprit de Versailles » dans les années d’après-guerre, ou est-elle simplement ignorée ? Une étude approfondie sur ce point fait encore défaut. On remarquera simplement à ce stade qu’il faudra attendre la réception tardive du théâtre de Brecht — celle-ci ne passe-t-elle d’ailleurs pas en premier lieu par Paris, pour atteindre la Belgique par un mouvement de ricochet ? — et que le jeune théâtre remette en valeur la dimension allemande (voir notamment la création du Hamlet machine de Heiner Müller) pour une évolution de cette situation en Belgique francophone16. Laurence Pieropan prend d’ailleurs le brechtisme comme point de départ de son étude consacrée à l’expérience dramaturgique de l’Ensemble Théâtral mobile de Marc Liebens et de Michèle Fabien de 1974 à 1979. Elle inscrit la pratique de l’ETM dans le panorama européen de l’époque et effectue un instructif rapprochement avec les thèses de l’essai de Hans-Thies Lehmann consacré au théâtre postdramatique. Si on considère la liste des auteurs européens qui, entre 1974 et 1993, ont inspiré les travaux de l’ETM (outre les auteurs belges et ceux de la tradition française Heiner Müller, Pier Paolo Pasolini, Hendrik Ibsen, Thomas Bernhard et Christa Wolf), il est indiscutable que c’est par la voie du théâtre que la Belgique contemporaine renoue pour le mieux avec une certaine vocation de médiation européenne, nous y reviendrons.

  • 17 Mentionnons au passage la publication toute récente de la thèse de Virginie Devillez, Le retour à l (...)

10Si la Première Guerre mondiale marque le tragique aboutissement du conflit des nationalismes, en ce compris la « guerre des esprits », la période de l’entre-deux-guerres déplace résolument les questions sur un terrain connexe, celui des idéologies. L’exemple du monde intellectuel allemand est éloquent à cet égard : alors que, dans sa grande majorité, il s’était mobilisé au service de la nation en août 1914, il se retrouve profondément fragmenté face à la montée du national-socialisme, qui impose à chacun de choisir son camp à l’intérieur de son propre champ national. Dans cet ordre d’idées, Virginie Devillez étudie « les arts en crise » en Belgique dans le contexte européen à cette époque. Le malaise économique et la crise de 1929 ont une grande incidence sur le rôle qu’est censé endosser l’artiste dans la société. Au progressisme, incarné notamment par la « culture de Weimar » et par l’esprit révolutionnaire des avant-gardes qui s’essouffle, on peut opposer des tentatives de « retour à l’ordre » vers le réalisme, l’art monumental et la tradition, qu’il n’est pas possible d’étudier indépendamment de la sphère politique, qui veille bien à s’en emparer17.

11Une des conséquences de la montée des totalitarismes sera ainsi la soumission directe du discours nationaliste à l’idéologie, comme il ressort, on ne peut plus clairement, de la contribution d’Ine Van linthout, consacrée au traitement de la question belge et flamande dans la littérature de l’Allemagne nazie. S’il existe un prolongement direct par rapport à la Flamenpolitik de 1914-1918 et que l’argument reste fondamentalement le même — démontrer l’impossibilité de la nationalité belge à tous les niveaux, et en particulier dans le domaine culturel —, le discours s’est durci pour se subordonner immédiatement aux théories racistes du IIIe Reich. À la Flandre débordante de vitalité et de bonne santé est opposée une Wallonie décadente et biologiquement non viable. Le cas des Flamands de langue française étant (maladroitement) « réglé » soit par l’assimilation pure et simple (Marie Gevers, Charles De Coster), soit par le rejet de ceux qui ont « vendu » leur âme germanique à la France (Verhaeren et Maeterlinck). En raison de l’instrumentalisation du discours identitaire par ce pouvoir nazi, la Deuxième Guerre mondiale contribua à discréditer davantage celui-ci, tout en continuant à creuser encore le fossé entre la Belgique et l’Allemagne ; le discours sur la vocation d’entre-deux de la Belgique appartient-il depuis lors à un passé révolu ?

12Avant de fournir quelques éléments de réponse à cette question ouverte par le biais de l’actualité récente des tendances centripètes du discours sur la Belgique, remarquons qu’un numéro consacré à cette thématique se devait de prendre en considération les autres composantes du microcosme belge. Reine Meylaerts combine les approches issues du comparatisme, des systèmes et des champs littéraires pour questionner la lancinante présence/absence de la Flandre dans l’historiographie littéraire belge. Elle en conclut que les réponses à ces questions identitaires liées aux questions de langue et de frontière varient selon de multiples paramètres comme les espaces, les époques ou les milieux littéraires. Ernst Leonardy présente enfin le domaine trop peu connu de la littérature de la Communauté germanophone de Belgique et de son ancrage politico-institutionnel. Il étudie les cas de la revue Krautgarten de Bruno Kartheuser et du théâtre AGORA, qui tous deux entendent sortir de l’étroitesse d’une perspective régionaliste et incarner le rôle de passeurs d’idées dans le contexte à la fois régional et international de l’Euregio. La promotion actuelle de « l’Europe des régions », soit dit en passant, s’accommode fort bien d’un discours de valorisation des microcosmes tous azimuts.

  • 18 Jean Weisgerber (éd.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langu (...)
  • 19 Revue de Littérature Comparée299 (75e année, n˚3), Juillet-septembre 2001, p. 349.
  • 20 De Grève aimerait inciter à « dépasser des clichés, bien entretenus hors de Belgique, sur les inces (...)
  • 21 Jean Weisgerber, « Un pays ouvert aux quatre vents », dans ibid., pp. 353-361.

13Dès lors, le discours sur la vocation européenne de la Belgique — microcosme ou entre-deux — appartient-il résolument au passé d’avant 1914 ? Tout donne à penser que non. Passons rapidement sur la carte de visite « Belgique cœur de l’Europe », même si ce discours sous-tend aussi bien l’action de la diplomatie fédérale que celle de la diplomatie culturelle de la Communauté française de Belgique. On n’imagine pas un artiste, dont la diffusion trouve par ce canal un puissant incitant, se situer en porte à faux par rapport à ce credo, qui se décline aussi bien sur le mode national que sur le mode communautaire. Insistons plutôt sur la force d’évocation d’une des principales composantes du discours sur le microcosme, l’élément de médiation et de transformation originale des idées. La vocation de la Belgique est celle d’une « terre d’échanges et de transformations », argumentait Jean Weisgerber en 1991 dans l’introduction de son ouvrage de référence sur Les Avant-gardes littéraires en Belgique, de par sa « position clé au confluent de plusieurs cultures »18. Dix ans plus tard, c’est la Revue de Littérature Comparée qui consacrait un numéro spécial au thème de « La Belgique, espace comparatiste ». Plusieurs parmi les meilleurs spécialistes de nos Lettres, belges et étrangers, y illustrent le propos énoncé par Claude De Grève (Université de Nanterre), dans sa présentation du dossier : même s’il est évident que nombreux « sont les pays susceptibles de revendiquer le titre d’“espace comparatiste” » et au-delà du fait que la littérature comparée ne soit pas officiellement reconnue en tant que discipline à part entière dans ce pays, la Belgique se révélerait un « terrain propice » à l’étude du comparatisme, du fait de « sa spécificité polyglotte » et de « la coexistence de plusieurs littératures en son sein »19. Force est donc de constater, qu’en dépit des avatars communautaires et linguistiques caractérisant à la fois la vie politique belge et l’image de la Belgique à l’étranger, il existe un discours de nature centripète portant sur la culture belge, dont on ne peut nier la pérennité et qui entend dépasser ces tendances centrifuges20. Le concept de Belgique « laboratoire », « pays ouvert aux quatre vents », pour reprendre l’expression de Jean Weisgerber dans l’article introductif du dossier21, ne semble donc pas périmé.

14Même le discours mieux délimité de l’entre-deux resurgit, à l’occasion, là où on ne l’attendait pas. Répondant à une question orale que je lui adressais après l’exposé qu’il donna dans la cadre de la Chaire de poétique « théâtre et société » à Louvain-la-Neuve (6 mars 2002), Jean-Marie Piemme confessait en ces termes « une influence allemande évidente » dans le choix de ses références théâtrales, de même que dans son enseignement à l’insas :

Maintenant mes références sont allemandes, alors je dois vous dire que comme Belge francophone j’ai longtemps pensé que la langue française m’amenait assez naturellement du côté de la France. Et jusqu’au jour où me lisant et me relisant je me suis rendu compte évidemment que je ne suis pas très proche des courants d’écriture français, ni actuels, ni anciens, et que mes références sont effectivement plutôt Lenz, Kleist, Büchner, Lessing, Wedekind, Brecht, Müller, pour en prendre quelques-unes comme ça rapidement, plutôt que les grands noms de la tradition française : Racine, Marivaux, Musset, Claudel, Genet, Koltès, pour prendre une lignée de grands auteurs.

Dans sa réponse, il est curieux de voir que Piemme développe un argument de nature identitaire :

Donc d’une certaine manière, je suis renvoyé à une identité, je disais que j’étais quelqu’un de l’entre-deux, mais me voilà aussi entre deux pays, je veux dire entre une tradition germanique — alors que je ne parle pas un mot d’allemand — et une tradition française, qui ne m’alimente pas énormément, alors que j’en parle la langue.

  • 22 Extrait de la discussion qui a suivi la conférence de Jean-Marie Piemme intitulée « Si mon théâtre (...)

Concluant sur ses difficultés à théoriser la position de son écriture sous cet angle car il commençait seulement à en prendre conscience, Piemme ajouta encore, à bon escient, qu’il découvrit Büchner et Brecht par le biais du Français qui allait « introduire l’Allemagne », Bernard Dort — intéressante circulation d’idées qui n’est pas sans rappeler la médiation réalisée par Maeterlinck un siècle plus tôt22.

  • 23 Geert van Istendael, Het Belgisch Labyrint. Wakker worden in een ander land. Amsterdam, De arbeider (...)
  • 24 Marion Schmitz-Reiners (éd.), Leben in Babel. Eine Lesereise durch die belgische Seele. Eupen, Gren (...)
  • 25 La théorie de l’imagologie comparée, initiée dans les années 1980 à Aix-la-Chapelle par Hugo Dyseri (...)
  • 26 Cf. L’article de Joachim Schultz, « Mysterium, soziale Revolution, Menschenseele. Das Bild Belgiens (...)
  • 27 Cf. Paul Aron, « Un pays de peintres » dans son anthologie La Belgique artistique & littéraire, op. (...)
  • 28 À ce propos, voir encore la publication imminente du volume Pour une iconographie des identités cul (...)
  • 29 Cf. les considérations de Paul Gorceix, entre autres dans sa contribution au numéro déjà cité de la (...)

15Le discours sur le syncrétisme culturel des petites nations, si on s’en tient provisoirement au cas belge, dispose encore de deux atouts décisifs. D’une part, sa nature centripète, fondée sur la cohabitation et la collaboration entre différentes cultures, lui attribue un quota de sympathie non négligeable, qui lui procure des partisans aussi bien à l’intérieur de chaque communauté nationale que chez certains critiques étrangers. Qu’on pense, pour quitter un instant la sphère francophone, à certaines métaphores exemplaires de « l’identité en creux » comme celle du labyrinthe popularisée par Geert van Istendael23, ou celle de la tour de Babel, qui donne son titre à une publication récente des éditions Grenz-Echo, le quotidien belge germanophone24. Quant au regard étranger sur la Belgique, il peut compléter à merveille le regard autochtone ; autoimage et heteroimage, pour reprendre les concepts de l’imagologie comparée de Hugo Dyserinck25, constituent non pas les deux faces de la médaille, mais bien une seule et même face bâtie en concertation intra et extra muros. C’est ainsi que lorsque Rainer Maria Rilke appréhenda en 1902 la Belgique comme « pays de mystère », il s’appuya très concrètement sur des formules de Maurice Maeterlinck ; de même, lorsque la revue expressionniste Die Aktion s’intéressa à « la Belgique sociale », elle reproduisit également l’essai du même Maeterlinck (garant, par excellence, de l’image de la Belgique) sur « la révolution sociale »26. Le mythe bien ancré de la Belgique picturale fournirait peut-être le meilleur exemple d’un tel construit d’autant plus stable qu’il est véhiculé de toutes parts : initié à la fois par les voyageurs français en Belgique au 19e siècle et par les auteurs belges eux-mêmes27, il demeure aujourd’hui incontournable pour toute promotion éditoriale ou autre de la culture belge, aussi bien dans le pays qu’à l’étranger28. Sachant, par ailleurs, que l’image d’un pays au sein d’une culture d’accueil ne repose que sur l’action de quelques médiateurs, il faudrait intégrer dans la catégorie des critiques évoqués celle des professeurs d’université. S’agissant de « la Belgique microcosme », les professeurs étrangers belgophiles en sont sans doute les meilleurs garants, eux qui initient à cette problématique des générations d’étudiants29.

  • 30 Cf. L’identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Textes réunis par Paul Gorce (...)
  • 31 Voir l’interview d’Eicher dans Le Soir du 11 juin 2003 (MAD, p. 40). Confirmant indirectement l’eng (...)

16Enfin, comme le spécifiait Claude De Grève dans le Revue de Littérature Comparée, il est évident que la Belgique ne peut revendiquer le monopole de l’espace comparatiste. Elle peut trouver dans l’accomplissement de cet idéal de nombreux alliés en Europe. Par exemple, la Suisse, à qui l’unissent d’indiscutables affinités, quand il s’agit de faire valoir ce qu’on pourrait presque appeler un « nationalisme des petites nations », ou encore Trieste sur le plan régional30. Sur le plan politique, la périphérie aspire à se distinguer par l’originalité et la créativité sur le terrain de la diplomatie (qu’on pense seulement au rôle dit « moteur » des personnalités politiques des petites nations comme Paul-Henri Spaak et Robert Schumann dans le processus de création des institutions européennes). Sur le plan de la production culturelle aussi, l’originalité est de mise et les artistes ont régulièrement recours à la carte européenne et au discours du microcosme et de l’entre-deux. Le livret du tout récent CD du chanteur suisse Stephan Eicher, intitulé Taxi Europa (Virgin, 2003), reproduit une carte d’Europe présentant la Suisse au centre de cercles concentriques entre la Meer des Nordens et la Mare del Sud. Vantant les mérites du syncrétisme culturel (cette fois sur l’axe nord-sud)31, Eicher a poussé l’originalité jusqu’à imaginer un trio français-allemand-italien pour une chanson interprétée par lui-même, le chanteur italien Max Gazzé et la vedette de la chanson allemande Herbert Grönemeyer. Au-delà de l’exemple suisse, on pourrait encore en étudier bien d’autres et peut-être se demander si les Républiques de l’ex-Yougoslavie (en particulier, la Bosnie-Herzégovine ou la Macédoine) n’ont pas jadis été promues comme des exemples de cohabitation culturelle avant que la volonté politique d’un discours centrifuge ne les entraîne irrémédiablement dans le conflit guerrier.

17Le présent dossier rassemble les actes des conférences de la section 7 du Congrès des Frankoromanisten allemands (Aix-la-Chapelle, 26 et 27 septembre 2002), consacré au thème de la frontière. Les éditeurs remercient vivement l’organisatrice de ce congrès, Anne Neuschäfer, qui a généreusement soutenu l’organisation matérielle de cette section, le comité de rédaction de la revue Textyles qui accepte d’en publier les actes et le Frankoromanistenverband, qui a contribué au financement de ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Cf. entre autres Paul Colin, Belgique carrefour de l’Occident. Paris, Rieder, 1933 ; Franz Hellens, Un balcon sur l’Europe. Choix de textes critiques établi et présenté par Paul Gorceix. Bruxelles, Labor (coll. « Archives du futur »), 1992.

2 Cf. Edmond Picard, Essai d’une psychologie de la nation belge. Bruxelles, Larcier, 1906.

3 Edmond Picard, « L’âme belge », dans Revue Encyclopédique, 24 juillet 1897, pp. 595-599 (ici p. 595).

4 « La recherche, la découverte de cette chose [i.e. l’âme] essentiellement fluide, fuyante, cachée dans les mystérieuses cavernes des psychologies nationales, des psychologies humaines ; de cette chose cosmique lentement façonnée au cours des temps par les influences historiques, sortie de la race, malaxée par les événements, travaillée par les météorologies du climat et par les géologies, par les afflux et les violences des conquêtes, par la mimique des imitations, par les gestes impérieux des illustres ! » (Picard, p. 595).

5 Ibid., p. 596. Picard souligne.

6 Je renvoie ici aux considérations de Paul Aron dans son anthologie La Belgique artistique & littéraire. Une anthologie de langue française 1848-1914. Bruxelles, Complexe, 1997, p. 28.

7 Préface du drame de Picard citée dans Hans-Joachim Lope, Karl der Kühne als literarische Gestalt. Ein themengeschichtlicher Versuch mit besonderer Berücksichtigung der französischsprachigen Literatur Belgiens im europäischen Kontext. Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 1995, p. 217 (pp. 215-226 consacrées à cette pièce). L’ouvrage de Lope retrace la réception littéraire de la figure du Téméraire et du thème de l’entre-deux en Europe, depuis les mémoires de Philippe de Commynes jusqu’aux œuvres de Picard, Georges Sion, René Kalisky et Gaston Compère. J’en ai donné un compte rendu dans Les Lettres romanes, 53, 3-4 (1999), pp. 391-393.

8 À propos de toutes ces questions, voir la thèse de Marie-Thérèse Bitsch, La Belgique entre la France et l’Allemagne 1905-1914. Paris, Publications de la Sorbonne, 1994. Dans un article publié à titre posthume, Jean Stengers a mis en évidence la position du Roi Albert qui, aussi tardivement qu’en septembre 1916, ne souhaitait pas un écrasement total de l’Allemagne au profit de la France et de l’Angleterre, par crainte que ces deux voisins, devenus trop puissants, n’imposassent des limites à l’indépendance de la Belgique (Jean Stengers, « Le Roi Albert en 1916 », dans Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 1-6, 2002, p. 69).

9 Il convient bien entendu de tenir compte également de la réception de la peinture préraphaélite dans le symbolisme, bien étudiée par Laurence Brogniez, Préraphaélisme et symbolisme. Peinture littéraire et image poétique. Paris, Champion (« Romantisme et modernité »), 2003.

10 Je me permets de renvoyer aux quelques pages consacrées à ce sujet dans mon ouvrage La « colonie » littéraire allemande en Belgique 1914-1918. Bruxelles, Labor/AML Éditions (coll. « Archives du Futur »), 2003, pp. 49-55.

11 Marc Quaghebeur parle de « chute de la synthèse belge » à ce moment (exposé d’introduction au Congrès des Frankoromanisten allemands, Aix-la-Chapelle, 26 septembre 2002).

12 Le terme Flamenpolitik désigne l’ensemble des mesures politiques et administratives prises par l’occupant pour encourager l’autonomie de mouvement flamand : réouverture de l’université de Gand en flamand (octobre 1916), séparation administrative de la Flandre et de la Wallonie (mars 1917), etc. Un gros effort fut entrepris sur le plan de la politique culturelle, afin de gagner à la cause allemande le monde intellectuel flamand.

13 L’historien Lode Wils défend d’ailleurs la thèse qu’elle donna à l’activisme une impulsion décisive : Lode Wils, Vlaanderen, België, Groot-Nederland. Leuven, Davidsfonds, 1994.

14 Cf. le chapitre 6 de La « colonie » littéraire allemande, op.cit., pp. 125-152.

15 Kippenberg continuera à largement diffuser les ouvrages de Felix Timmermans. Quant aux contacts entre Stijn Streuvels et l’Allemagne, ils font toujours l’objet d’une âpre controverse en Flandre, après la publication du dernier ouvrage de Hedwig Speliers, Als een oude Germaanse eik. Stijn Streuvels en Duitsland. Antwerpen, Manteau, 1999.

16 Marc Quaghebeur établit un parallèle entre ce regain d’intérêt et la levée du tabou allemand après 1945. Il pose ensuite l’hypothèse que c’est le roman de Pierre Mertens, Les Éblouissements (Paris, Seuil, 1987) — consacré comme on le sait au parcours idéologique du poète expressionniste Gottfried Benn — qui « règle la question allemande dans l’imaginaire francophone de la Belgique » (exposé d’introduction au Congrès des Frankoromanisten allemands, Aix-la-Chapelle, 26 septembre 2002).

17 Mentionnons au passage la publication toute récente de la thèse de Virginie Devillez, Le retour à l’ordre. Art et politique en Belgique 1918-1945. Bruxelles, Dexia/Labor, 2003.

18 Jean Weisgerber (éd.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues. Bruxelles, Labor (« Archives du futur »), 1991, p. 12.

19 Revue de Littérature Comparée299 (75e année, n˚3), Juillet-septembre 2001, p. 349.

20 De Grève aimerait inciter à « dépasser des clichés, bien entretenus hors de Belgique, sur les incessantes querelles communautaires qui déchireraient le pays et sur l’imminent éclatement de la fédération » (ibid., p. 350).

21 Jean Weisgerber, « Un pays ouvert aux quatre vents », dans ibid., pp. 353-361.

22 Extrait de la discussion qui a suivi la conférence de Jean-Marie Piemme intitulée « Si mon théâtre a des pattes », prononcée à la Chaire de Poétique 2002 de l’UCL « Théâtre et société ». Ce 4e volume de la Chaire de Poétique paraîtra en 2004 aux éditions Lansman. Je remercie Ginette Michaux de m’avoir permis de publier ce texte qui accompagnera la publication des textes de la Chaire de poétique.

23 Geert van Istendael, Het Belgisch Labyrint. Wakker worden in een ander land. Amsterdam, De arbeiderspers, 1993

24 Marion Schmitz-Reiners (éd.), Leben in Babel. Eine Lesereise durch die belgische Seele. Eupen, Grenz-Echo Verlag, 2003.

25 La théorie de l’imagologie comparée, initiée dans les années 1980 à Aix-la-Chapelle par Hugo Dyserinck, s’est attelée à étudier l’image d’un pays et d’une culture au sein d’une autre sphère culturelle, essentiellement dans la littérature et la critique (voir Europa provincia mundi : essays in comparative literature and European studies offered to Hugo Dyserinck on the occasion of his sixty-fifth birthday. Ed. by Joep Leerssen & Karl Ulrich Syndram, Amsterdam, Rodopi, 1992). Elle a notamment mis en lumière l’incontestable complémentarité entre heteroimage (l’image d’une culture nationale à l’étranger) et autoimage (l’image qu’une culture donne d’elle-même), insistant sur le fait que l’image de l’autre est nécessairement conditionnée et définie par l’image de soi, rejoignant dans ce sens les recherches de Michel Espagne et Michaël Werner sur les « transferts culturels ». J’aimerais donc suggérer ici, au-delà de l’incontestable complémentarité négative entre auto- et heteroimage déjà abondamment documentée par ailleurs (simple exemple de cette conditionnalité réciproque : celui qui veut se définir comme « civilisé » a besoin dans un même mouvement de définir le « barbare » pour trouver ses repères) la possibilité de construction d’une seule et même image, façonnée en concertation par les autochtones et les étrangers.

26 Cf. L’article de Joachim Schultz, « Mysterium, soziale Revolution, Menschenseele. Das Bild Belgiens in deutschen Literatur- und Kulturzeitschriften zwischen 1900 und 1930 », in Ernst Leonardy & Hubert Roland, Die deutsch-belgischen Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich/ Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes 1890-1940. Frankfurt/M. [u.a.], Peter Lang, 1999, pp. 111 et 114.

27 Cf. Paul Aron, « Un pays de peintres » dans son anthologie La Belgique artistique & littéraire, op.cit., pp. 125-138.

28 À ce propos, voir encore la publication imminente du volume Pour une iconographie des identités culturelles et nationales : la construction des images collectives à travers le texte et l’image/ Ikonographie kultureller und nationaler Identität : Zur Konstruktion kollektiver ‘images’ in Text und Bild. Éd. par Hubert Roland & Sabine Schmitz, Frankfurt/M. [e.a.], Peter Lang, 2003.

29 Cf. les considérations de Paul Gorceix, entre autres dans sa contribution au numéro déjà cité de la Revue de Littérature Comparée ou le discours de Hans-Joachim Lope sur le « microcosme intra-belge » et la fonction de médiateur des auteurs belges au service de l’intégration européenne (introduction de Lope à ses Studia Belgica. Aufsätze zur Literatur- und Kulturgeschichte Belgiens. Frankfurt/M., Peter Lang, 1983, p. 5).

30 Cf. L’identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones. Textes réunis par Paul Gorceix, Paris, Champion, 1997. Dans le compte rendu qu’il consacre à cet ouvrage dans la revue Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen (237. Bd., 2000/2, pp. 469-471), Albert Gier (Université de Bamberg) cache à peine son irritation contre la rhétorique des représentants de la « périphérie ». C’est ainsi qu’il reproche notamment à Marc Quaghebeur d’accorder à ce sujet une nature trop émotionnelle et de se dresser contre « le prétendu impérialisme culturel de la France » (p. 470), se déclarant ainsi solidaire du centre dans ce conflit larvé. À propos de Trieste, voir Claudio Magris, Microcosmes. Paris, Gallimard (« L’arpenteur »), 1998.

31 Voir l’interview d’Eicher dans Le Soir du 11 juin 2003 (MAD, p. 40). Confirmant indirectement l’engouement actuel pour « l’Europe des régions », le chanteur estime, en souriant, que « ce n’est pas la Suisse qui doit devenir européenne mais l’Europe qui doit devenir suisse ». Car le « laboratoire » suisse fonctionne depuis longtemps comme le devrait l’Europe, « avec des petits cantons très indépendants, qui nettoient devant leur porte et parlent des langues différentes mais s’assemblent dans une communauté plus grande ». Interrogé sur l’extension possible de l’Europe, Eicher répond qu’il est fasciné par le mélange européen et asiatique qu’offre la Turquie, marquant toutefois par là selon nous que l’idée de la synthèse culturelle n’est pas la prérogative des petits pays. Les amateurs d’Eicher savent enfin que, très cocassement, il lui arrive de reprendre lors de ses concerts l’hymne du chanteur belge Arno Putain, putain…on est quand même tous des Européens !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Âme belge, « entre-deux » et microcosme : d’une fin de siècle à l’autre », Textyles, 24 | 2004, 7-15.

Référence électronique

Hubert Roland, « Âme belge, « entre-deux » et microcosme : d’une fin de siècle à l’autre », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/699

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

FNRS/UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org