Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Maniutiu (Anca), Carnavalul si Ciuma Poetici teatrale in oglinda

Cluj-Napoca, Casa cartii de Stiinta, Colectia belgica, 2003
Anda Marin Sava
p. 192-194
Référence(s) :

Maniutiu (Anca), Carnavalul si Ciuma Poetici teatrale in oglinda. Cluj-Napoca, Casa cartii de Stiinta, Colectia belgica, 2003, 204 p.

Texte intégral

1Le livre écrit par Anca Maniutiu, professeur des poétiques de mise en scène, qui enseigne l’art du spectacle et le théâtre à l’Université Babes-Bolyai de la ville de Cluj, propose une démarche comparatiste entre les visions théâtrales d’Antonin Artaud et de Michel de Ghelderode. Ce parallèle est structuré en onze chapitres dont le but est de mettre en valeur l’importance du modèle dramaturgique artaudien, novateur et audacieux, comme base du théâtre ghelderodien.

2Ghelderode nie avoir eu connaissance des écrits d’Artaud avant la création de ses grandes œuvres théâtrales ; il conteste même le statut de créateur de celui qui, à ses yeux, « travaille dans l’abstrait, c’est-à-dire sur le papier ». Néanmoins, les deux auteurs dramatiques se trouvent sur la même longueur d’onde par leur manière de concevoir l’acte théâtral comme acte essentiel, investi d’une efficacité métaphysique et ontologique. Ils sont tous les deux tributaires de la même vision, du même rejet de l’époque contemporaine, et véhiculent la même idée selon laquelle l’essence du théâtre est inséparable de l’idée de paroxysme, d’excès, de démesure.

3Anca Maniutiu pense qu’il ne faut pas chercher à rapprocher les deux auteurs dramatiques par leur conception de la cruauté au théâtre, mais plutôt par leur obsession commune du Mal et par leur confiance dans l’impact du jeu scénique et dans son potentiel cathartique. Cette portée cathartique tellement recherchée par tous les deux n’est pas apollinienne mais dyonisiaque, comme dans les rites orgiastiques (le pouvoir d’exorciser par la présence et la participation même). Si Artaud choisit la peste comme modèle, en se plaçant d’emblée sous le signe du dionysiaque, Ghelderode choisit le carnaval car le paradigme du « monde à l’envers » impose une carnavalisation en profondeur de la matière théâtrale. Les deux démarches sont similaires en leur essence, même si les modèles sont différents, car le mouvement reste pareil : destruction et régénération à la fois. Le dramaturge belge donne libre cours à une distorsion ; il propose un modèle dramaturgique insolite, apparemment impur selon Anca Maniutiu, car le modèle du carnaval est altéré par l’excentricité, les associations oxymoriques, les mésalliances, les sacrilèges, les attitudes profanatrices à l’égard de la mort et les obscénités liées au « bas » corporel qui dominent la psychologie rudimentaire des personnages.

4Les deux structures dramatiques — le carnaval et la peste — sont soumises à un mouvement oscillatoire comme si elles se trouvaient entre deux pôles opposés, dans un va-et-vient qui ne permet pas au texte de se fier à aucune de ces deux orbites parce qu’elles sont plus que similaires, presque identiques. Les modèles proposés par les deux dramaturges présentent, à peu près, les mêmes traits d’après Anca Maniutiu : gratuité frénétique, actes absurdes et inutiles, transgression des tabous, déchaînement des pulsions inconscientes et des énergies sexuelles, renversement des hiérarchies et de l’ordre établi. Le sentiment engendré par les deux mondes différents, associés à l’irrationnel et à la folie, tous les deux soumis au même principe du « monde à l’envers », est cependant différent : l’« immense liquidation » est symbolique et joyeuse dans le carnaval, elle est réelle et tragique dans la peste. En tant que paradigmes théâtraux, il est donc impossible de les superposer : l’humour-destruction d’Artaud est loin de l’exubérance joyeuse et insouciante du rire carnavalesque.

5L’auteur décrit les deux directions apparemment paradoxales des syntagmes du carnaval ghelderodien : le carnaval irréversible et le carnaval perpétuel ; le premier suppose une destruction réelle, matérialisée d’ordinaire par la mort de facto d’une victime émissaire (comme dans les grandes pièces telles que Escurial, Barabbas, Pantagleize, Magie rouge, Mademoiselle Jaïre, Hop Signor, Fastes d’Enfer). En ce qui concerne le carnaval perpétuel, qui se situe dans la zone d’attraction du pôle « lumineux », la matière dramatique, sur le plan thématique et symbolique, converge vers l’instauration du paradigme de la fête perpétuelle : c’est la projection utopique d’un « monde à l’envers » rendu éternel (comme dans les pièces Le Siège d’Ostende, La Balade du Grand Macabre, D’un diable qui prêcha merveilles).

6Pour illustrer les interférences, au niveau thématique, symbolique et spectaculaire, entre le carnaval et la peste (en tant que paradigme théâtraux), Maniutiu fait un commentaire « en miroir » de Fastes d’Enfer et des Cenci.

7Le carnaval irréversible ghelderodien, qui joue le rôle et a les valeurs d’un exorcisme (comme dans le projet théâtral artaudien), suit un tracé parallèle à celui du théâtre de la cruauté. Ce « théâtre à l’état sauvage », selon les dires de son auteur, obéit au même principe d’anarchie poétique que celui énoncé par Artaud qui parle de la peste comme d’un double du théâtre dans « un monde à l’envers » où le Mal est tout puissant et où toute trace de « normalité » et de rationalité est perdue. La peste artaudienne et le carnaval ghelderodien sont pareils, d’après Maniutiu, car tous les deux exaltent les vertus déstabilisatrices et les pouvoirs dangereux du théâtre, et visent à bouleverser un public léthargique. Ce type de théâtre devient l’instrument d’une « curation cruelle », d’une « thérapeutique de l’âme », il suscite une réaction immédiate, organique du spectateur.

8Anca Maniutiu résume sa démarche comparatiste en soulignant la force de ce théâtre qui, bien que fondé sur la parole, ne saurait être que « physique ». Pour Ghelderode qui, à l’instar d’Artaud, est sceptique à l’égard des forces de la raison, et méfiant envers les capacités de réaction de l’homme contemporain, la conviction est évidente : « c’est par la peau qu’on fera rentrer la métaphysique dans les esprits ».

9Le Carnaval et la Peste suscite l’intérêt déjà par son titre, par sa couverture (l’illustration est un fragment de L’Enfer du triptyque Le Char au foin de Hieronymus Bosch) ainsi que par son contenu captivant dès la première ligne ; au-delà du public roumain (qui connaît peu les œuvres théâtrales de Michel de Ghelderode), auquel le livre s’adresse en premier lieu, les connaisseurs du dramaturge belge ont droit à une comparaison approfondie et pertinente, à la lumière de la même obsession du Mal et d’un message théâtre semblable. L’objectif du livre est amplement atteint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anda Marin Sava, « Maniutiu (Anca), Carnavalul si Ciuma Poetici teatrale in oglinda », Textyles, 26-27 | 2005, 192-194.

Référence électronique

Anda Marin Sava, « Maniutiu (Anca), Carnavalul si Ciuma Poetici teatrale in oglinda », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/690

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org