Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Thiry (Marcel), Grandes proses. Présentées par Charles Bertin

Arles, Actes Sud, coll. Un endroit où aller, 2002
Pierre Halen
p. 191-192
Référence(s) :

Thiry (Marcel), Grandes proses. Présentées par Charles Bertin. Arles, Actes Sud, coll. Un endroit où aller, 2002, 123 p.

Texte intégral

1Charles Bertin aura servi avec une belle fidélité la postérité littéraire de Marcel Thiry, puisque c’est sans doute à son intervention personnelle qu’on doit cette agréable réédition d’un certain nombre de poèmes chez Actes Sud, sous le titre de Grandes proses. Avant toute chose, il faut donc saluer cette entreprise, visant à réparer ce que Bertin ne cessait de présenter — avec raison, bien entendu — comme une injustice : que ce poète-là n’ait pas trouvé une meilleure audience en France. Cela, en dépit notamment des jugements de Paul Éluard (qui publia Thiry dans L’Honneur des poètes pendant la Guerre) et de Pierre Seghers (qui édita son œuvre poétique presque complète en 1975 sous le titre Toi qui pâlis au nom de Vancouver, mais également un volume dans la collection « Poètes d’aujourd’hui »), et malgré, aussi, les deux recueils publiés chez Armand Henneuse, à Lyon, en 1950 (Âges) et 1957 (Usine à penser des choses tristes).

2Bertin voit dans ces « proses » l’un des aspects saillants de la partie la plus intéressante de l’œuvre, qui commence selon lui avec Statue de la Fatigue (1934). Selon lui, l’appellation apparaît dans Âges avec les « grands poèmes phares » qui introduisent chacun des quatre recueils formant ce volume (en réalité, cette organisation n’apparait formellement qu’en 1975), et que le recours au terme de « prose » va devenir plus fréquent ensuite, notamment dans Festin d’attente et Saison cinq et quatre proses. Les textes retenus ici sont Prose de la nuit du onze mai (1940), Prose dans Paris sombré (1941), Prose des forêts mortes (1951-1955), Not marching now (1957), Prose de la carte muette (1961), Prose de la demoiselle de Cherbourg (1962), Prose des cellules He La (1966), et Prose dans New York (1968). Comme Charles Bertin l’écrit, le témoignage de ce dernier texte suffit à indiquer que ces « déploiements lyriques fastueux » constituent un tribut payé à Cendrars, l’auteur de la Prose du Transsibérien et, avec Apollinaire, l’une des références majeures de Thiry. Bertin suggère par ailleurs que les titres de ces poèmes pourraient « tenir lieu d’une table des matières de toute son existence ». Et de fait, ces huit textes disent des moments biographiques majeurs, de crise et de défaite : l’invasion nazie, l’occupation de Paris, les difficultés du marchand de bois et la crise à la fois existentielle et professionnelle de la fin des années 1950, la mort des êtres chers et le cancer, la solitude enfin, à l’heure où, ironiquement, sa situation matérielle est rétablie.

3Le préfacier a tendance — le titre de Grandes proses est significatif — à magnifier le propos et la forme de ces textes, et à les situer dans l’orbite proustienne d’un salut par l’art, celle d’une éternité acquise par-delà la mort par « le chant fragile et tout-puissant », enfin celle d’une résolution des contradictions existentielles par la poésie. Les opposant au reste des poèmes, qui souvent s’occupent de « petits sujets », dit-il, comme dans Vie poésie, il leur trouve des communs dénominateurs : « un contenu narratif réclamant d’assez longs développements », « une autonomie de structure, une liberté d’écriture et une souplesse prosodique que, dans la conception thiryenne, les poèmes de conception traditionnelle ne peuvent s’autoriser », enfin « le procédé du phrasé en fugue » et un « discours en arabesques » dont il voit l’équivalent dans la composition musicale. Cette conception s’énonce d’autant plus librement que, dit-il, « À [s]a connaissance, aucun écrit de Marcel Thiry n’expose les motivations qui l’ont conduit à utiliser ce terme [de proses] pour désigner un certain nombre de ses poèmes » ; il insiste : « répétons-le ! aucun écrit de Marcel Thiry, à notre connaissance, ne précise les raisons qui l’ont incité à baptiser “proses” les textes qui font l’objet de ce recueil. » Cette affirmation étonne, de la part d’un des meilleurs connaisseurs de l’œuvre : Thiry s’est expliqué clairement sur l’emploi de ce terme dans l’introduction à ses Trois proses en vers (1934), qui inaugurent en réalité, en même temps que l’hommage à Apollinaire, la période de la maturité que Statue de la fatigue illustre plus longuement. Certes, « Venlo », « Kiew » et « Dimanche » sont écrits en vers, mais ce sont bien des « proses », dit le poète, et même des « minores », pour ce que leur point de départ était délibérément anecdotique. Foin de l’universalité, donc, et vive le « prosaïsme », voire, d’une certaine façon, la petitesse du sujet. Thiry y reviendra clairement plus tard, notamment dans Petite prose du passage de nuit où il évoque un vol transatlantique en avion de ligne : « Prosaïsme, elles sont tentantes tes pantoufles / Pour le poème en vol cependant par sa nuit [...] » (Saison cinq, 1969). Si cette « Introduction » de 1934 est certainement la base sur laquelle on peut s’appuyer pour comprendre l’usage du mot « prose » par Thiry, et dès lors apercevoir que l’adjectif « grandes » retenu ici pose problème, reconnaissons que la question, déjà souvent abordée par les commentateurs (dont aucun n’est cité ici), aurait sans doute exigé une étude qui dépassait le cadre d’une préface.

4Par ailleurs, la sélection retenue ici s’explique mal. Si le terme de « prose » était décisif, pourquoi avoir repris Not marching now, et non Prose de la missile ou Prose de l’ambassade ? S’il s’agissait de choisir les poèmes assez longs et en vers (relativement) libres, pourquoi avoir éliminé Ballade de la nuit d’éclipse (1961) ou Tel (1972) ? Et si l’espace était compté par l’éditeur, n’aurait-il pas été préférable de proposer la réédition d’un bref recueil tel que l’auteur l’avait conçu ? Le choix de Trois longs regrets du lys des champs (1955) se serait surement imposé alors, et l’on n’aurait pas isolé de leur contexte des poèmes comme les « proses » du recueil Âges. Mais il doit être écrit quelque part que les rééditions de cette œuvre se feront toujours avec une certaine légèreté philologique, comme le montrent le cas des Nouvelles du grand possible (chez Marabout, puis chez Labor), ou celui du volume Romans, contes, nouvelles, récits, composé autrefois par le même Charles Bertin (De Rache). On devine que cette sélection pourrait être aussi une réponse polémique au choix que proposait il y a peu l’anthologie intitulée Traversées, publiée chez Labor et reprenant beaucoup de ces « petites pièces », de ces « anecdotes » et autres « prosaïsmes poétiques ». Il y va donc d’un point de vue sur l’ensemble de l’œuvre ; l’adjectif « grandes », de même que l’insistance sur l’ampleur « symphonique » de ces développements, a en tout cas pour effet d’occulter ce qui me paraît un élément essentiel dans ces « proses » : non la résolution comme il est dit ici, mais le maintien de la contradiction entre une forme d’envolée lyrique et la résistance que lui opposent le Réel, le siècle. D’où une forme de baroque, accompagnant le sentiment d’une impuissance tragique.

5Ajoutons que le texte suivi par cette édition est celui des Œuvres poétiques complètes publiées par l’Académie royale en 1997. Et que Charles Bertin ne se contente pas d’introduire le recueil : il commente chaque poème avec sa sensibilité et son intuition. À noter qu’il apporte le témoignage d’une lettre inédite, au sujet des convictions spirituelles de Thiry, lettre dont malheureusement il ne donne pas la référence précise (p. 61). De même, il cite un agenda pour contextualiser la « carte muette » des studios de Paris-Télévision (p. 88). Pour le chercheur, ce sont sans doute les seuls éléments neufs. Quant aux lecteurs nouveaux, ce beau petit livre sera sûrement pour eux l’occasion d’une découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Thiry (Marcel), Grandes proses. Présentées par Charles Bertin », Textyles, 26-27 | 2005, 191-192.

Référence électronique

Pierre Halen, « Thiry (Marcel), Grandes proses. Présentées par Charles Bertin », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/688

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org