Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Ray (Jean) / Flanders (John), Œuvres complètes tome 2. La Flandre libérale

Kuurne, Vriendenkring Jean Ray / Amicale Jean Ray, 2003
Björn-Olav Dozo
p. 188-189
Référence(s) :

Ray (Jean) / Flanders (John), Œuvres complètes tome 2. La Flandre libérale. Kuurne, Vriendenkring Jean Ray / Amicale Jean Ray, 2003, 380 p.

Texte intégral

1Une excellente initiative que celle de l’Amicale Jean Ray : en publiant le deuxième tome des œuvres complètes de l’auteur, elle livre au public des textes connus dans des versions inconnues (« le Scolopendre » par exemple), et d’autres jamais réédités depuis leur publication dans La Flandre libérale (« Le Torrent de boue » entre autres).

2L’objectif de ces œuvres complètes est de permettre l’accès aux textes de Jean Ray au fil de leurs différents états. Comme l’écrit Arnaud Huftier dans un des articles critiques accompagnant ces textes, « dans nos différents volumes, le lecteur trouvera à plusieurs reprises un texte qu’il croit déjà avoir lu, mais qui en fait se révèle différent […] ». Sa perspective rejoint celle d’Éric Lysøe, qui réclamait déjà au colloque de Gand de mars 1998 une édition critique des textes de Ray. Pour Huftier, il « apparaît essentiel de montrer le travail constant de Raymond de Kremer sur ses textes et d’en découvrir à chaque fois la valeur des changements apportés ».

3On retrouve dans ce livre tous les textes de Kremer parus dans La Flandre libérale. Quatre parties structurent le volume. La première reprend les textes littéraires de Ray : « Le Torrent de boue », « Le Scolopendre », « La Présence horrifiante », « Monsieur Briscombe et le feu », « Le Ralenti de 5h.17 », « Quand le Christ marcha sur la mer », « Le Roman du pluvier » et « Poste de police, R-2 ». Ces textes sont accompagnés de trois études, deux d’Arnaud Huftier et une d’Hubert Desmarets. La première d’Huftier concerne l’art de la mystification et de l’auto-promotion de Jean Ray, et revient sur l’utilisation qu’il entendait faire de La Flandre libérale, pour renouer des contacts avec le milieu éditorial parisien à la suite de ses années d’incarcération. La lecture que donne Desmarets de « Le / La Scolopendre » met en évidence la dualité du fantastique rayen, et tente de dépasser « le pied de la lettre » pour esquisser le subtil jeu poétique de Ray. Le second texte d’Huftier s’attarde sur la façon qu’a l’auteur d’interroger dans les récits fantastiques eux-mêmes (et en particulier dans « La Présence horrifiante ») les conventions utilisées par ceux-ci. Ray introduit ainsi un métatexte sur la façon d’écrire du fantastique dans des récits fantastiques, et s’adresse de cette manière au public lettré malgré son positionnement social défavorable à l’époque.

4La deuxième partie reprend le texte de Ray consacré à « Maurice Renard, surhomme des lettres ». Celui-ci est accompagné d’un article de Claude Deméocq, qui fait le point sur l’information biographique avérée autour de Ray, et sur ses liens avec l’auteur français.

5La troisième partie revient sur les modalités du retour de Ray à La Flandre libérale en 1930 : les traductions qu’il propose des textes de Gustaaf Vigoureux lui permettent de publier à nouveau, et de proposer des nouvelles personnelles. L’article introductif d’André Verbrugghen rassemble les données biographiques et bibliographiques sur Vigoureux, qui n’est donc pas un pseudonyme de Ray, malgré l’intervention nette et importante de ce dernier dans les traductions de l’auteur de Zwarte Sneeuw. Les textes originaux sélectionnés pour accompagner cette réédition des traductions de Jean Ray permettent de se faire une idée de cette intervention.

6La quatrième partie ne comprend aucun texte de Ray, mais collationne les articles de La Flandre libérale qui parlent de lui. Arnaud Huftier, dans son article de présentation, dégage deux périodes durant lesquelles les articles concernant Ray paraissent : « l’affaire Van den Bogaerde — De Kremer » en 1926 et 1927, lors de laquelle il sera condamné et mis en prison, et la période de 1961 à 1973, qui comprend des articles de critique littéraire et d’hommage. Huftier profite de cette réédition de la réception critique parue dans La Flandre libérale pour étudier la problématique de l’appartenance linguistique de Ray. Il passe en revue les rééditions de l’œuvre, tant flamandes que francophones, en traduction ou non, les problèmes juridiques que ces éditions ont entraînés, tisse les liens qui unissent le problème de la langue et celui du genre fantastique comme définitoire d’une « école belge », revient sur le rôle de Roger d’Exsteyl lors de ces différentes étapes, et montre l’influence des politiques culturelles flamande et wallonne dans la publication des traductions de Ray. Son article, précis, complexe et bien renseigné, apporte un éclairage précieux sur la question de la diffusion de l’œuvre de Ray à l’intérieur de son propre pays.

7Ce volume, qui s’inscrit dans un projet ambitieux, mérite une lecture attentive, tant par les textes de Ray qu’il rassemble, que par l’appareil critique qu’il propose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Björn-Olav Dozo, « Ray (Jean) / Flanders (John), Œuvres complètes tome 2. La Flandre libérale », Textyles, 26-27 | 2005, 188-189.

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Ray (Jean) / Flanders (John), Œuvres complètes tome 2. La Flandre libérale », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/680

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org