Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Valéry (Paul) / Fontainas (André), Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument

Paris, édition du Félin, 2002
Anthony Glinoer
p. 185-187
Référence(s) :

Valéry (Paul) / Fontainas (André), Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument. Édition, introduction et notes établies par Anna Lo Giudice. Avec Entrée au monument par Leonardo Clerici. Paris, édition du Félin, 2002, 379 p.

Texte intégral

1Comme la page de titre l’indique, il y a deux œuvres dans l’édition de la correspondance croisée entre Paul Valéry et André Fontainas. Nous reviendrons sur l’étonnant Entrée au monument de Leonardo Clerici, concentrons-nous plutôt sur l’objet principal, à savoir les quelque trois cents lettres méticuleusement annotées par Anna Lo Giodice, que se sont échangées les deux poètes de 1893 à la mort de Valéry en 1945. Leur amitié, aux yeux de l’histoire littéraire, semble accessoire, en comparaison du moins avec celles qui ont uni Valéry à Gide et à Pierre Louÿs d’une part, et Fontainas aux belges Mockel et Van Lerberghe de l’autre. Valéry et Fontainas ont été liés durant toute leur vie d’homme, sans que cette affinité durable, semble-t-il, ne pèse sur leur environnement poétique.

2Les deux hommes se rencontrent alors qu’ils sont tous deux montés à Paris pour achever leurs études de Droit, vraisemblablement en 1892. Ils s’entendent, s’apprécient, s’écrivent régulièrement. Les premières années de leur relation, jusqu’à la fin du siècle environ, forment sans conteste la partie la plus riche de leur correspondance : quand ils n’ont pas l’occasion de se côtoyer aux mardis de la rue de Rome ou dans quelque salon symboliste — généralement parce que Valéry sillonne l’Europe ou réside à Montpellier —, Fontainas lui décrit sur le ton facétieux qui caractérise leurs premiers échanges tout le petit monde poétique parisien, la vie du réseau d’écrivains dans lequel ils évoluent tous deux. Il ne s’agit pas pour autant d’une correspondance d’école littéraire, dans la mesure où le symbolisme dans son ensemble a toujours farouchement désavoué ce statut. Mais Fontainas, « témoin perspicace plutôt que participant passionné » comme il le confessera dans ses Souvenirs du symbolisme, tient son ami au fait des petites gloires qui se construisent : « Ici Griffin aiguise de narquoises épithètes à destination de quelque Rodenbach ; Louÿs est, bien qu’invisible toujours, triomphal et Heredia chante ou mieux : clame ses louanges », lui écrit-il par exemple en avril 1896 (p. 81). Valéry, de son côté, ne manque pas une occasion de s’amuser gentiment de ces amitiés réticulaires, de ces noms d’auteur qu’on répète à l’envi. Ainsi en décembre 1898, parodiant l’opéra wagnérien : « Troquons le Trocadéro / Contre la belle Otéro ! / Ravissons la tour Eiffel / Dans les poches de Mockel ! / Gide passe ! Enlevons-le / Transférons-le à Sainte feu / Houste ! Amis ! Versez à l’as !… » (p. 139).

3La période de la Belle Époque correspond à une deuxième phase de leur correspondance, la moins passionnante à coup sûr, la plus privée aussi. Hommes établis, quelque peu détachés d’un mouvement littéraire maintenant consacré, Fontainas et Valéry parlent moins littérature : en revanche ils s’invitent à dîner, s’envoient des félicitations, des vœux de prompt rétablissement (Fontainas est atteint depuis longtemps de diathèse goutteuse), des lettres de voyage ou de condoléances, ou encore des conseils juridico-matrimoniaux lors du divorce entre Fontainas et Gabrielle Herold. Le temps passe, les petites joies et les petites haines avec lui. Vient la Première Guerre mondiale, dont il n’est pas question, pas plus que de tout autre événement politique : « De la guerre, je n’ai vu jusqu’ici — » écrit elliptiquement Valéry en septembre 1914 (p. 199).

4Vient alors le temps de la consécration, pour Valéry du moins : la gloire l’atteint de plein fouet en 1917 pour La Jeune Parque, et ne se démentira plus, d’autant qu’il occupe maintenant la chaire de Poétique au Collège de France. Fontainas, lui, tient la rubrique poésie du Mercure de France, ce qui après tout n’est pas rien, mais n’a aucune chance de rivaliser avec son ami de longue date. Il sera, faute de mieux, l’exégète de ses compagnons acclamés, et de Valéry en particulier : « votre œuvre fera un jour la pige à celle de Hugo et à celle de Voltaire réunies » (p. 209), lui écrit-il en 1915. L’aboutissement de leur trajectoire sera sans surprise : l’apothéose pour un Valéry bardé de médailles, de présidences et de titres, et l’amertume d’une destinée littéraire en demi-teinte pour un Fontainas réduit à désirer « plutôt rien qu’une miette » (p. 340).

5En définitive, dans cette correspondance croisée comme dans d’autres qui mettent aux prises un écrivain consacré et un autre dédaigné, l’intérêt principal vient de l’éclairage qu’elle apporte sur ce dernier, sur sa personnalité, et plus encore sur sa position en retrait vis-à-vis de son interlocuteur. Le contraste, le différentiel des positions que la correspondance met en lumière, peut nous en apprendre plus sur le champ poétique de la fin-de-siècle, à y regarder de près, que n’importe quelle histoire du symbolisme.

6Revenons alors, comme annoncé, à la préface de Leonardo Clerici. C’est bien le moins en effet que de lui rendre justice en quelques lignes, au vu de la quatrième de couverture qui est pour moitié consacrée à cette « orchestration en forme de glose et de renvois permettant d’établir les analogies profondes qui tiennent l’œuvre poétique et critique de Valéry et Fontainas ». L’ébouriffante Entrée au monument dit servir de commentaire et d’introduction moins à la correspondance qu’à une série de documents présentés comme exceptionnels — notamment un feuilleton du Temps qu’on nous dit « exhumé » et qui révèlerait « le style nouveau de l’Instituto di Skriptura » (p. 36). En toute humilité, nous avouons n’avoir pu franchir le seuil de ce monument indépassable, malgré quelques morceaux de bravoure littéraire. En fait de glose, voici en effet : « L’état, ce moi. Chose, cause, ce fut jadis le même mot, rien de plus humain, rien de plus significatif que de dire de quoi ce soit. » (p. 13) Et encore : « par le Coran le rossignol s’enivre des nuits d’été, jette mon livre, fruits, feu, dans la pureté en face de l’idolâtrie : paludes de l’action. Portrait de Degas, Monsieur Teste et les notes sur Agathe, ou le sommeil, les photos de Degas, je pensais à l’informe » (p. 12). Loin de nous l’obscuran-tisme qui conduirait à refuser au préfacier le droit de se mesurer à la poésie hermétique dont il fait son objet d’étude. Il nous apparaît seulement que cette logorrhée amphigourique — à situer pour le style entre Anselme de Laon, Jean-Pierre Verheggen et Daffy Duck — risque bien d’amener le lecteur, même de bonne volonté, à fuir à grandes enjambées plutôt que de pénétrer plus avant dans ce « monument du XIXe siècle » (p. 247) que représente, aux dires même de Valéry, son amitié épistolaire avec André Fontainas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Glinoer, « Valéry (Paul) / Fontainas (André), Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument », Textyles, 26-27 | 2005, 185-187.

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Valéry (Paul) / Fontainas (André), Correspondance 1893-1945. Narcisse au monument », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/675

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org