Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Maeterlinck (Maurice), Carnets de travail 1881-1890. Édition établie et annotée par van de Kerckhove (Fabrice)

Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 2002
Denis Laoureux
p. 183-185
Référence(s) :

Maeterlinck (Maurice), Carnets de travail 1881-1890. Édition établie et annotée par van de Kerckhove (Fabrice), 2 vol., Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 2002.

Texte intégral

1Ce n’est pas la première fois que Fabrice van de Kerckhove aborde l’édition critique de Maeterlinck. On lui doit la publication de lettres relatives aux premières représentations de Pelléas et Mélisande à Londres. On lui est également redevable de la très complète édition de La Princesse Maleine chez Labor en 1998. On lui doit, enfin, la révélation de l’existence de l’esquisse de la nouvelle intitulée « Sous verre » à laquelle il a consacré une contribution dans le cadre du colloque Maeterlinck de Cerisy dont les Archives du futur ont publié les actes. Ceux-ci sont d’ailleurs sortis de presse conjointement avec les deux imposants volumes des Carnets.

2C’est le carnet intitulé Mon journal qui ouvre cette plongée dans le dédale des archives. Il s’agit d’un journal intime daté de 1881-1883 qui, comme l’observe van de Kerckhove, vire très vite au carnet de lecteur et d’écrivain. Les premiers essais de Maeterlinck s’apparentent tantôt à des esquisses de scénario à caractère satirique, tantôt à des projets de comédies de mœurs. Une poésie clôture le carnet. Il s’agit d’un sonnet de facture parnassienne que van de Kerckhove met en relation avec le carnet des Poésies qui comprend une soixantaine de pièces inédites à l’exception du sonnet « Dans les joncs ». Non repris dans les carnets de travail, cet ensemble de Poésies devrait être intégré à une édition génétique de l’œuvre poétique de Maeterlinck à laquelle il faudrait un jour s’atteler. En attendant, on peut toujours lire les « Suggestions » qui clôturent le premier volume des Carnets. Il s’agit de la version primitive des poèmes en vers libres inclus dans Serres chaudes.

3Demeurée à l’état archivistique, totalement inconnue de la critique maeterlinckienne, éditée pour la première fois dans les Carnets, « Sous verre » est une nouvelle décadente inachevée, marquée par la rencontre avec Villiers de l’Isle-Adam. L’édition de cette nouvelle est d’autant plus précieuse que le manuscrit est conservé dans une collection privée. Le récit alterne des séquences réalistes pensées dans un esprit satirique et des parties à caractère prosaïque écrites à grand renfort d’effets picturaux. Le titre fait allusion aux dispositifs optiques dont Maeterlinck parsème son texte. La fin de la nouvelle, que l’auteur appelle la « grande scène », est évoquée dans l’agenda de 1886 : un accouchement sanglant suivi d’un infanticide sur le fond immaculé d’un paysage enneigé. La fin du récit rappelle d’ailleurs le Massacre des Innocents (1886). Elle évoque, à travers le motif morbide de l’enfant mort-né, le problème de la filiation récurrent dans l’œuvre de Maeterlinck, et plus généralement dans le symbolisme. Avec le conte inspiré du tableau de Bruegel l’ancien, les « Visions typhoïdes », et « Onirologie », nul doute que « Sous verre » fait désormais partie des textes que l’on doit prendre en considération pour comprendre le premier Maeterlinck.

4À partir de 1886 et jusqu’en 1905, Maeterlinck ne se sépare plus d’un agenda de poche dont il détourne la fonction première en l’utilisant comme lieu où consigner, avec spontanéité et dans une forme souvent fragmentaire, des notes de lecture, des réflexions esthétiques, des remarques sur le langage et des esquisses tantôt développées, tantôt sommaires. L’essentiel de l’édition des Carnets se compose des cinq premiers agendas (de 1886 à 1890). Outre de contenir des indications factuelles qui pourraient servir un jour à l’écriture de la biographie de Maeterlinck, ces documents complètent parfaitement le Cahier bleu édité dans les Annales Maeterlinck par Joanne Wieland-Burston, et les lettres publiées dans les mêmes annales par Robert Van Nuffel. La transcription est basée sur la méthode pratiquée habituellement dans les éditions génétiques. Elle est dotée d’un appareil critique généreux (plus de 900 notes !) dont l’impressionnante érudition apporte une évidente plus-value à l’édition. Les carnets sont passés au peigne fin. Chaque information est vérifiée. Non seulement, les notes de Maeterlinck sont mises en rapport entre elles, mais elles sont également présentées dans leur relation éventuelle avec les œuvres publiées. Si un livre ou un auteur est cité, même partiellement, même confusément, van de Kerckhove retrouve l’édition utilisée par Maeterlinck. On peut ainsi mesurer l’ampleur de l’intertextualité. Fabrice van de Kerckhove a d’ailleurs dressé une bibliographie complète des textes cités. Celle-ci lève le voile sur la genèse de l’étude que Maeterlinck va accomplir sur l’œuvre de Ruysbroeck l’Admirable. L’édition des Carnets permet d’évaluer à sa juste valeur la réception du préraphaélisme. Développée en parallèle d’une critique radicale de la langue française, l’anglophilie de Maeterlinck prend une part déterminante dans sa formation. Elle met un bémol au refrain rabâché selon lequel l’écrivain belge constituerait le trait d’union entre la romanité et la culture allemande. Les Carnets nous apprennent, par exemple, que c’est par un essai de Carlyle que Maeterlinck découvre Novalis en 1889, et qu’il lit les frères Grimm tantôt dans The German Novelists, une anthologie composée par Thomas Roscoe, tantôt dans le volume de Household stories, une traduction de Lucy Crane éditée à Londres et copieusement illustrée par Walter Crane. Ce dernier n’est pas le seul artiste mentionné. Nombre de peintres sont commentés. Des œuvres d’art sont citées. Certaines d’entre elles ont parfois clairement servi de source d’inspiration. Avec d’autres, elles forment le musée secret de Maeterlinck dans lequel on trouve les noms de Rembrandt, Watts, Burne-Jones, Moreau, Doré, De Groux, Minne, Hokusaï… On voit poindre quelques-unes des obsessions maeterlinckiennes : la mort, le rêve, l’existence pré-natale… La genèse de nombreuses œuvres se trouve couchée sur les pages de ces Carnets qui fournissent dès lors largement de quoi nourrir les études génétiques des principaux textes du premier Maeterlinck, jusque Pelléas et Mélisande. Le drame de 1892 reprend en effet des matériaux initialement prévus pour La Princesse Maleine. Le théâtre est évidemment omniprésent. Non seulement les carnets recèlent les esquisses des quatre premières pièces et l’ébauche de Pelléas et Mélisande, mais en plus ils contiennent des notes qui montrent à quel point ces œuvres ont été pensées en terme de théâtralité. Il faut dire qu’un courant de rénovation agite alors les arts de la scène. Maeterlinck se révèle soucieux de l’avenir scénique de ses drames jusqu’à noter des indications nécessaires à l’expression scénique de L’Intruse. Il s’intéresse aux modalités de la représentation au point de rechercher, comme nombre d’écrivains de l’époque, des procédés de représentation dans l’univers des spectacles forains. Les figures de cire du Musée Spitzner ne sont pas passées inaperçues puisqu’il imagine remplacer l’acteur de chair et d’os par l’une de ces étranges créatures privées de vie. Plusieurs phénomènes optiques courants dans les foires se retrouvent également dans les agendas. Il en va de même pour la pantomime, pour un curieux théâtre d’aquarium, ou encore pour un spectacle avec intervention d’automates. D’autre part, les Carnets réservent bien des surprises. L’intérêt de Maeterlinck pour la photographie est encore peu connu. Deux notes nous révèlent le projet d’écrire des nouvelles basées sur le pouvoir de révélation de l’image photographique. Les Carnets mettent au jour l’existence de nombreux projets. On peut citer, parmi d’autres, celui d’un Essai sur l’Éducation des rêves, celui d’un drame rural qui aurait dû mettre un aveugle en scène, celui d’élaborer une poésie graphique où les vers répondent à un jeu de lignes, celui de « L’Avertissement », une nouvelle qui aurait fait le pendant d’« Onirologie »…

5Une copieuse introduction situe parfaitement la portée des archives par rapport aux textes publiés. Elle s’ajoute au portefeuille d’illustration, à l’index, à la table chronologique des œuvres et à l’inventaire des projets inachevés qui contribuent à faire de cette édition des O un outil de travail d’autant plus incontournable dans le champ des études maeterlinckiennes qu’il dévoile un fonds d’archives inédit, peu ou pas exploité par les chercheurs. Ceux-ci disposent désormais d’un témoignage précieux sur la pensée d’un écrivain et sur l’ébauche de quelques-uns de ses textes les plus significatifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Laoureux, « Maeterlinck (Maurice), Carnets de travail 1881-1890. Édition établie et annotée par van de Kerckhove (Fabrice) », Textyles, 26-27 | 2005, 183-185.

Référence électronique

Denis Laoureux, « Maeterlinck (Maurice), Carnets de travail 1881-1890. Édition établie et annotée par van de Kerckhove (Fabrice) », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/673

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org