Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Klinkenberg (Jean-Marie), Petites mythologies belges

Bruxelles, Édition Labor/Éditions Espace de Libertés, coll. Liberté j’écris ton nom, 2003
Luciano Curreri
p. 179-180
Référence(s) :

Klinkenberg (Jean-Marie), Petites mythologies belges. Bruxelles, Édition Labor/Éditions Espace de Libertés, coll. Liberté j’écris ton nom, 2003, 96 p.

Texte intégral

1Dès l’Introduction un peu longuette, Jean-Marie Klinkenberg cherche et trouve un ton narratif pour ses Petites mythologies belges : « Ça a commencé assez tôt. Pourtant, rien ne le laissait prévoir. Car on sortait de la guerre. Et sur les marchés, à la sortie des stades, à la fin des messes [...] » (p. 5). Il s’agit de l’histoire, mais d’une histoire qui devient tout de suite, après la Guerre, vie quotidienne. Il s’agit d’une vie intime et collective : histoire d’un moi qui devient nous, mêlant un petit peu de nostalgie avec beaucoup d’ironie : « Dans ma classe à l’école primaire, à côté du panneau qui m’a initié à la poésie, et qui disait, en lettres bien rondes, “le marron tombe, cloc, les marrons tombent, cloc, cloc”, il y avait une inamovible et incontestable photo du roi, rendue acceptable par celle de la reine (Astrid, évidemment) » (p. 5).

2Ironie, beaucoup d’ironie, mais dans le sens étymologique du mot. Et donc recherche, interrogation des témoins d’une « époque », des gens qui semblaient être là depuis toujours, nos « héros mythiques » à nous. Et à partir du père, bien sûr, dont l’évocation pourrait figurer dans un scénario de Woody Allen (comme celles de la patrie et de Dieu, d’ailleurs) : « D’abord mon père, qui avait été prisonnier de guerre, n’avait rien contre les Allemands ; il disait que c’était contre les nazis qu’il avait dû se battre, et il disait ça à un moment où ne pas utiliser le mot “Boche” était faire preuve de tiédeur suspecte. On était même un peu germanophiles dans la famille » (p. 6).

3Le « panneau [...] qui disait » ; « mon père [...] disait [...] disait ». Les choses, les personnes nous parlent ; elles nous ont toujours parlé. Comment faut-il les réécouter et les faire parler aujourd’hui ? Comment retrouver « ma madeleine à moi » (p. 7) ? Comment suivre l’imaginaire, les « traces mentales » d’une « histoire » belge, sans se laisser traîner dans un « débat » qui ne mène nulle part ? Voilà, parmi les autres, une — peut-être la — réponse (-route) de Jean-Marie Klinkenberg : « [...] puisque la Belgique a constitué une réalité qui s’est objectivement imposée à ses citoyens pendant plus de cent cinquante ans, et puisque dire c’est faire, les adhésions ou les résistances des Belges à cet imaginaire ont forcément déterminé la trame de leur existence intime quotidienne » (p. 8).

4En effet, oscillant entre adhésions et résistances, dénégations et affirmations, et passant à travers « coup de blagues belges, de vacances prises à la mer, d’écoute de Jacques Brel et de lecture de Simenon », « la Belgique s’est bien créé un protocole de décodage du réel, c’est-à-dire une culture » (p. 9). « La culture belge existe. Des milliers des Belges l’ont rencontrée » (p. 17). Il s’agit donc de photographier l’explosion de la culture, pourrait-on dire avec Lotman, dans la société belge, identifiant « morceaux de Belgique » (p. 9) : la mer (p. 17-22), le vélo (p. 23-26), Eddy Merckx (p. 27-36), etc. En compagnie d’Eddy, on sort « des livres de cuisine pour aller vers la chanson de geste » : « Épopée à la morale ambiguë — les impératifs chevaleresques s’y mêlent aux rappels brutaux du pur esprit de réussite —, le Tour de France permet au Belge de magnifier son espace et son histoire » (p. 27).

5On pense à Roland Barthes, au Tour de France comme épopée, essai cité d’ailleurs par Klinkenberg (p. 29), qui, déjà dans l’Introduction, évoque l’univers des Mythologies (1957) barthiennes : « un essai qui fait figurer le mot “Mythologie” dans son titre est nécessairement un clin d’œil fait à Roland Barthes » (p. 14). Ça va de soi. Mais les deux pages suivantes soulignent bien la fonction et le contexte du repêchage, montrant l’horizon narratif brillant de l’essai de Jean-Marie Klinkenberg et, en même temps, son engagement. Le lecteur peut songer à Barthes et décider que Petites mythologies belges, au-delà du célèbre « modèle », « relève de la sémiotique, sans en emprunter la technicité » (p. 15) mais en voulant en garder « la fonction politique (“citoyenne”) » (p. 16).

6Étant donné que le point de départ de la réflexion — on l’a vu — sont les citoyens, leur culture, leur vie, la sémiotique se mêle à l’anthropologie, à l’anthropologie de la culture, et à la sociologie. En outre, la recherche de Klinkenberg va au delà des généreuses décennies 1950 et 1960 de Barthes et se souvient, avec Christopher Lasch, de la crise des années septante, de la perte d’engagement, compensée par une attention exclusive au « moi » pendant les années quatre-vingt et nonante, des mutations consécutives au 11 septembre 2001. La « belgitude » (p. 8) revient ainsi au monde entier, à ses changements, mais à partir de ceux qui la concernent de tout près : État unitaire, État fédéral, Flandre, Wallonie, « identité belge » et « nouveau travail d’identification en cours » (p. 13). Avant de Monter à Paris (pp. 43-50), il faut bien passer par et penser à Bruxelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luciano Curreri, « Klinkenberg (Jean-Marie), Petites mythologies belges », Textyles, 26-27 | 2005, 179-180.

Référence électronique

Luciano Curreri, « Klinkenberg (Jean-Marie), Petites mythologies belges », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/661

Haut de page

Auteur

Luciano Curreri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org