Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

González Salvador Ana (coord.), De Diego Rosa et Segarra Marta, Historia de las literaturas francófonas : Bélgica, Canadá, Magreb

Madrid, Cátedra, 2002
Bibiane Fréché
p. 177-179
Référence(s) :

González Salvador Ana (coord.), De Diego Rosa et Segarra Marta, Historia de las literaturas francófonas : Bélgica, Canadá, Magreb. Madrid, Cátedra, 2002, 625 p.

Texte intégral

1Le concept de littérature francophone semble gagner du terrain éditorial depuis quelques années en Espagne, comme l’atteste la parution en castillan de divers livres sur le sujet. On pense aux ouvrages d’Alicia Mariño Espuelas (Madrid, UNED, 1997) ou d’Adelaida Porras Medrano (Séville, Mergablum, 2002) par exemple. L’« Histoire des littératures francophones » dirigée par Ana González vient compléter la liste mais avec la louable ambition de mener un projet de plus grande envergure. Car si les auteures se sont centrées sur trois littératures francophones seulement — « littérature francophone de Belgique » (par Ana González Salvador), littérature canadienne (Rosa de Diego) et littérature maghrébine (Marta Segarra) —, elles pensent s’ouvrir au reste des littératures francophones dans d’autres volumes en projet. Leur choix s’est d’abord porté sur des littératures issues de trois continents différents (l’Europe, l’Amérique et l’Afrique), « marquées, dans leur devenir historique, par une relation complexe avec la “mère” France » et représentatives de la difficile cohabitation, sur un même territoire, de plusieurs langues.

2Les trois histoires littéraires sont organisées de la même manière : après une introduction de la littérature étudiée par un spécialiste (Marc Quaghebeur pour la littérature belge, Michel Tétu pour la littérature canadienne et Charles Bonn pour la littérature maghrébine), l’ouvrage propose une description historico-linguistique du pays étudié et se penche sur son identité et sur le rapport de ses écrivains avec « l’Autre » (la France principalement). Après cette entrée en matière vient l’exposé littéraire proprement dit, qui se clôt sur une présentation des grandes figures de la littérature étudiée. Une courte bibliographie complète chaque chapitre. Grâce à la place majeure réservée à la contextualisation, l’ouvrage peut être lu tant par des lecteurs avisés et déjà familiarisés au sujet que par des néophytes. C’est là un de ses atouts majeurs. Nous nous attarderons maintenant sur l’étude de la littérature belge par Ana González.

3Dans une première partie assez bien documentée, la directrice du Centre d’Études sur la Belgique francophone à l’Université de Cáceres dresse un panorama historique de la Belgique, qui s’étend de la présence des Romains dans nos contrées aux données géopolitiques actuelles du fédéralisme, en passant par les différents pays envahisseurs et les six rois belges. Elle présente ensuite les particularités linguistiques du pays, en débouchant très naturellement sur les questions littéraires du fantasme de la correction linguistique et du langage carnavalesque. Elle aborde ensuite le problème de la relation à l’« Autre » — toujours écrit avec une majuscule. Elle ne se penche pas uniquement sur les rapports France/Belgique, mais évoque aussi d’autres types de relations qui ont marqué la littérature belge : les relations avec l’occupant (espagnol, allemand, hollandais, etc.) ; avec le colonisé (le cas du Congo) ; avec les immigrés. Elle termine enfin par un très bref historique de la situation éditoriale en Belgique, et par une analyse des fluctuations terminologiques caractérisant les lettres « françaises de Belgique », « belges de langue française » ou « francophones de Belgique ». Elle envisage ces variations du point de vue des relations qu’entretient la littérature belge avec le centre parisien. Nulle part cependant, elle ne justifie le choix qu’elle a adopté.

4Après cette longue introduction — presque aussi étendue que la deuxième partie —, Ana González passe à la présentation proprement dite de la « littérature francophone de Belgique », qu’elle divise en quatre grandes périodes, qui ne coïncident que partiellement avec les divisions chronologiques habituellement proposées mais ne s’en éloignent pas non plus outre mesure. Elle situe la première, qu’elle intitule « à la recherche de racines », entre 1815, période de gestation de la littérature belge et 1867, année de publication du « roman fondateur » de De Coster. La période de « consolidation » s’étend jusqu’en 1916, marquée par la mort de Verhaeren, un des représentants les plus significatifs des écrivains de la fin du xixe siècle. La troisième période, celle des « questionnements », commence avec la publication du premier numéro de la revue Résurrection et finit en 1976 avec l’apparition du terme « belgitude ». La dernière période dure jusqu’à nos jours. On pourrait émettre quelques réserves sur cette division en quatre périodes, notamment quant à la date choisie pour séparer la première de la deuxième. Même si effectivement La Légende d’Ulenspiegel constitue le texte fondateur de la littérature belge, il semble que la seconde période commence lors de la redécouverte du texte par les Jeunes Belgique et non par l’année de sa publication, durant laquelle le roman n’avait pas du tout été salué.

5La première partie est décrite de manière assez traditionnelle et juste, même si l’auteure semble quelque peu influencée par sa nationalité — ou par celle de ses lecteurs potentiels — dans le choix des textes qu’elle cite ou commente. Une bonne part des romans à caractère historico-nationaliste traite de la légende noire espagnole, on en convient, mais en lisant l’exposé, on a l’impression qu’aucun autre sujet n’était abordé à l’époque.

6Dans la deuxième partie, on est sceptique lorsqu’on nous dit que « de la génération des poètes symbolistes [Elskamp] est peut-être celui qui cultive l’exil intérieur et traduit le mieux, peut-être parce qu’il est un flamand francophone [c’est nous qui soulignons], le déphasage entre réalité et langue ». En effet, la plupart des symbolistes étaient des Flamands francophones et on ignore donc la raison de cette remarque. Quant à la description des trois revues qui jouèrent à l’époque un rôle indéniable au sein de la littérature fin de siècle, celle de L’Art Moderne est fort faible. D’un point de vue chronologique, on s’étonne de voir apparaître dans cette deuxième période le populisme, dont les œuvres majeures ont été écrites après la Première Guerre mondiale.

7Pour la troisième partie, on regrette le nombre assez élevé d’imprécisions et d’erreurs qui ont échappé à l’auteure. Par exemple, González écrit « le succès du classicisme est encouragé par l’Académie Royale de Langue et Littérature françaises, appelée Académie thérésiennée, fondée au XVIIIe siècle et rénovée par le ministre Jules Destrée en 1921 ». Rattacher l’ARLLF à la thérésienne demanderait un bout d’explication supplémentaire. S’il y a effectivement une classe de lettres au sein de la thérésienne, elle reste en vigueur après la création de l’ARLLF. Tout autre chose, lorsque González évoque le Journal des poètes, elle cite le nom de Pierre Bourgeois, mais ne mentionne même pas celui de Pierre-Louis Flouquet, le grand ordonnateur de la revue. L’essai est bien sûr serré et limité à 80 pages pour la présentation générale des lettres belges francophones, ce qui implique un choix draconien des acteurs littéraires commentés, mais certaines omissions, qui pourraient donner un panorama erroné du champ littéraire belge, auraient dû être évitées.

8De manière générale, on peut déplorer quelques petites imperfections en parcourant l’essai d’Ana González. Le lien essentiel qui unit art et littérature en Belgique est rarement évoqué. La biographie des auteurs est souvent décontextalisée. Les éléments pris en compte varient d’un écrivain à l’autre et ne semblent pas avoir été réunis dans un but précis, comme l’analyse du milieu d’origine de l’écrivain par exemple. De nombreuses coquilles essaiment le texte, notamment pour ce qui concerne l’orthographe des noms (Cristophe au lieu de Christophe par exemple) ou la datation (deux dates de naissance différentes pour Françoise Delcarte, plusieurs « 18.. » faisant en fait référence à une datation du xxe siècle, création du théâtre national et du Rideau de Bruxelles située dans les années 1950 ou lieu des années 1940, début des Biennales de poésie de Knokke situé dans les années 1960 au lieu de début 1950…).

9Mais toutes proportions gardées, même s’il pèche par des imprécisions ou des coquilles qui irriteront le spécialiste, le texte d’Ana González est une bonne introduction à la littérature belge. Il donnera, à des étudiants universitaires par exemple, une image assez juste de la littérature belge de langue française. Le néophyte hispanophone, quant à lui, parcourra l’ouvrage facilement, grâce à la longue introduction historico-linguistique qui précède l’analyse littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « González Salvador Ana (coord.), De Diego Rosa et Segarra Marta, Historia de las literaturas francófonas : Bélgica, Canadá, Magreb », Textyles, 26-27 | 2005, 177-179.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « González Salvador Ana (coord.), De Diego Rosa et Segarra Marta, Historia de las literaturas francófonas : Bélgica, Canadá, Magreb », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/657

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org