Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Bertrand (Jean-Pierre) et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles

Bruxelles – Montréal, P.I.E.-Peter Lang – Les Presses de l’Université de Montréal, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies / Théories n˚1, 2003
Bibiane Fréché
p. 175-177
Référence(s) :

Bertrand (Jean-Pierre) et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles. Avec la collaboration de Laurent Demoulin. Bruxelles – Montréal, P.I.E.-Peter Lang – Les Presses de l’Université de Montréal, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies / Théories n˚1, 2003, 320 p.

Texte intégral

1Plus que tout autre littérature sans doute, la littérature francophone doit être étudiée dans ses rapports avec la langue française. Reprenant le jargon musical des modes, Jean-Pierre Bertrand et Lise Gauvin présentent cet ouvrage collectif comme une réflexion historique et sociologique sur la langue et la littérature. Au contraire des modes musicaux qui sont consubstantiels et sur un pied d’égalité, la langue, unitariste, normalisatrice, l’emporte sur les littératures mineures — aussi appelées littératures émergentes — en lutte constante avec la langue majeure. L’ouvrage est organisé en trois parties. La première propose une interrogation des concepts de littérature mineure et langue majeure, tandis que les deux autres abordent des études spécifiques, majoritairement centrées sur la littérature québécoise.

2Grands spécialistes de la question, Lise Gauvin et Jean-Marie Klinkenberg ouvrent la danse en duo, interrogeant dans des articles croisés les deux concepts clés de l’ouvrage. Lise Gauvin se penche sur la notion de littérature mineure, qui fut avancée par Gilles Deleuze et Félix Guattari d’après les écrits de Kafka. Elle se plaît à déconstruire le concept, qui recouvre la « littérature qu’une minorité fait dans une langue majeure », car cette notion soi-disant kafkaïenne serait non seulement issue d’une mauvaise traduction puis d’une mauvaise interprétation de l’auteur tchèque, mais s’adapterait mal à la pratique langagière des écrivains francophones. Au vocable « mineure », Gauvin préfère celui d’« intranquillité », qu’illustre parfaitement la littérature québécoise, hantée par la conscience de sa légitimité, écrite dans une langue au statut précaire (qui a permis aux générations d’écrivains de passer de l’insécurité à la « surconscience » linguistique) et disposant d’un domaine de diffusion peu rassurant. Cette fragilité se meut toutefois en force, celle de l’intranquillité, grâce à laquelle la littérature québécoise peut surprendre, sans jamais se trouver là où on l’attend.

3Jean-Marie Klinkenberg, quant à lui, réorganise sa longue réflexion sur le concept de langue dite « majeure ». S’appuyant sur les notions de phases centripète et centrifuge, d’unitarisme linguistique, d’hypercorrectisme ou de rébellion littéraire, d’insécurité linguistique et de conception essentialiste de la littérature, il donne à voir le système qui organise la production littéraire francophone.

4À la tierce, Michel Biron reprend la notion d’écrivain liminaire, qu’il avait avancée dans son Absence du maître (2000). La liminarité rend compte du comportement des écrivains québécois qui, complètement excentrés par rapport au centre parisien et protégés par une institution littéraire locale assez forte, écrivent plutôt en marge des institutions littéraires parisiennes, que par rapport à elles. À travers deux romans à succès des vingt dernières années, Biron montre comment cette liminarité affecte non seulement les relations sociales entre écrivains mais aussi la langue d’écriture. L’écrivain liminaire, contrairement à l’écrivain belge par exemple, ne se positionne pas en regard d’un genre ou d’une certaine maîtrise de la langue, mais s’abandonne à l’écriture improvisée. Dans ces romans à succès, le monde extérieur envahit le monde intérieur, et la question du dehors ou d’une réalité extérieure à l’écriture demeure irrésolue. C’est alors la loi de l’invention verbale sans fin qui l’emporte. Biron y voit malheureusement comme une impasse pour l’écrivain québécois, qui ne sait plus vraiment où aller.

5Dans les études de cas, le regard lancé sur la production québécoise brille d’un œil plus optimiste, affichant une littérature québécoise battante, sur le plan littéraire comme sur le plan institutionnel. Prenant acte de leur situation excentrée, les écrivains québécois s’inventent une écriture personnelle, anti-conventionnelle et plurilingue, tandis que l’institution locale encourage cette virulence créatrice.

6Côté littérature belge, le tableau s’assombrit. À travers l’étude de romanciers ou de poètes, on découvre une littérature belge francophone dominée par un centre géographiquement proche, par rapport auquel il faut constamment prendre position, en suivant le tempo ou en jouant à contretemps.

7Rainier Grutman analyse le roman emblématique de la phase dite « dialectique » des lettres belges, à savoir l’Histoire exécrable d’un héros brabançon de Jean Muno. (Dé)construit autour d’un dédoublement constant des personnages, espaces, marques temporelles, narrateurs, etc., le roman symbolise d’abord le débat identitaire belge. Le texte, qui mêle français, espagnol et anglais, donne ensuite à voir une réalité linguistique plus complexe, surtout représentative de la diversité linguistique bruxelloise. Enfin, les constantes allusions à l’Angleterre et au temps symbolisent un monde qui éprouve quelques difficultés à accepter le changement, par exemple dans la distribution des forces linguistiques.

8Pierre Halen se penche aussi sur le cas de Jean Muno, mais en le comparant aux situations du Québécois Jacques Godbout et de l’Antillais Raphaël Confiant. Se basant sur ces trois exemples, il montre en quoi les écrivains francophones n’ont pas les moyens d’une véritable rébellion vis-à-vis du centre parisien, encore moins d’une indépendance matérielle et symbolique, même s’ils peuvent, dans une certaine mesure, jouer avec les contraintes du système, montrer qu’ils ne sont pas dupes d’une domination, ou encore expliciter le rapport de domination symbolique à l’intérieur duquel ils sont pris et en fonction duquel ils adoptent une position hostile. Il souligne également que leur hostilité envers le centre de légitimation se double d’une animosité envers les relais locaux de domination.

9Dans un article bien ficelé, Lisbeth Verstraete-Hansen met en relation les différents plans énonciatifs des Chiens de la Senne de Charles Paron, avec la thématique centrale du roman d’une part, où la langue est révélatrice de la condition sociale des personnages, et avec une stratégie de positionnement, d’autre part, par laquelle Paron se démarque des valeurs littéraires légitimées par l’institution littéraire belge.

10Lieven D’Hulst se penche sur la poésie de la première moitié du dix-neuvième siècle, dans le chef des Wallonnades de Joseph Grandgagnage. Dans le contexte d’une littérature qui se cherche, il montre que l’originalité du genre des Wallonnades, inclassable, et le rapport wallon/français mis en exergue par l’auteur, sont des stratégies visant à se démarquer non seulement du centre investi par les modèle français mais aussi d’une périphérie belge qui ne donne que de pâles reflets de la littérature hexagonale.

11Jean-Pierre Bertrand, enfin, dans un article à l’humour nettement plus fin que les poèmes qu’il analyse, pousse la notion de littérature mineure jusque dans ses derniers retranchements, en analysant la production des « poètes du dimanche » contemporains. Bien assis entre deux annonces immobilières, ou les numéros de téléphone des pharmaciens de garde, ces poèmes trouvent leur place dans les journaux gratuits locaux et les annuaires téléphoniques. Alliant stéréotypie thématique et surcodage formel, ils sont dominés, non par la littérature elle-même, mais par ses représentations sociales et populaires. Au lieu d’utiliser le terme de « mineur », Jean-Pierre Bertrand préfère qualifier cette poésie de vicinale, puisque c’est une littérature de voisinage, et dans sa circulation matérielle et dans son orientation thématique. Elle entre ainsi parfaitement dans la ligne rédactionnelle de proximité des supports qui la publient.

12Au vu des articles théoriques et des études de cas qui composent cet ouvrage, issu du colloque international qui s’est tenu à Liège du 9 au 11 octobre 2001, on constate que l’opposition mineure/majeure, sujet central du livre, est révélatrice de bien d’autres réalités du monde littéraire francophone, dont les conditions d’émergence et l’autonomisation de cette littérature, la relation entre l’écrivain, l’institution littéraire et son public, les modèles dont dispose le texte littéraire pour représenter les rapports langue/littérature, etc. L’ouvrage propose un bon état de la recherche sur la question des interactions entre langue française et littératures francophones, mais ouvre des perspectives sociologiques et institutionnelles beaucoup plus larges. Les références scientifiques sont — presque — communément partagées : Jean-Marie Klinkenberg, Lise Gauvin et, malgré la contribution de cette dernière, Gilles Deleuze et Félix Guattari, font office de modèles intellectuels en la matière.

13L’amateur de littérature belge regrettera peut-être la disproportion évidente — que cache le sous-titre — entre les études de cas dédiées à la littérature québécoise (13) et celles consacrées à la littérature belge de langue française (5). Mais au vu des organisateurs du colloque (Centre d’Études québécoises de l’Université de Montréal, Centre d’Études québécoises de l’Université de Liège et Groupe de Recherche interuniversitaire sur les Interactions Langue/Littérature), cette domination québécoise était sans doute inévitable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « Bertrand (Jean-Pierre) et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles », Textyles, 26-27 | 2005, 175-177.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Bertrand (Jean-Pierre) et Lise Gauvin (dir.), Littératures mineures en langue majeure. Québec / Wallonie-Bruxelles », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/654

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org