Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

p. 170-174

Bulletin de la Fondation “Ça Ira”

La dix-septième livraison du Bulletin revient sur l’intéressant Paul van Ostaijen et, autour de lui, sur le milieu des avant-gardes anversoises de l’après première guerre mondiale, où francophones et Flamands se soutenaient dans une même protestation qu’il faut bien appeler flamingante même si l’essentiel était, pour les premiers au moins, dans un combat plus général. Ils se soutenaient jusqu’à un certain point puisque, aux yeux de van Ostaijen, les gages donnés par la revue Ça Ira ! ne seront pas suffisants. La conversion de Neuhuys à Dada ne lui paraitra pas suffisante non plus, si l’on en juge par ses fines observations critiques. Tout cela nous amène, via Berlin et Paris, à Bruxelles où l’on retrouve, dans le même bouillon de culture, Pierre Bourgeois et Marcel Lecomte. Le deuxième volet de cette livraison est constitué par l’édition d’une anonyme Lettre ouverte à quelques écervelés qui ont mérité une correction, qui vise van Ostaijen en le parodiant, et émane vraisemblablement d’un collègue lettré (il latinise à loisir) de l’administration communale d’Anvers. Ce document, amusant autant que significatif, a pu être ici reproduit grâce à un collectionneur qui en a conservé un rare exemplaire.

Le n˚18 (2e trimestre 2004) ravira les amateurs d’« irréguliers » : Henri-Floris Jespers y retrace, maints documents à l’appui, les dernières années de Paul Joostens, ses derniers espoirs de reconnaissance et ses dernières expositions de son vivant, ses diatribes contre Michel Seuphor avec lequel il était en dispute depuis les années 1930, et bien sûr le rôle de go-between que joua dans tout cela Paul Neuhuys. La créativité verbale de Joostens, débridée et sautant allègrement par-dessus toutes les frontières linguistiques, mérite à elle seule le détour, mais l’étude éclaire aussi par de significatives anecdotes concrètes la vie agitée du dadaïste aux prises avec l’institution artistique et... ministérielle.

La dix-neuvième livraison (3e trimestre 2004) du Bulletin est particulièrement passionnante : elle se centre sur la période de la Guerre et de l’Occupation. Henri-Floris Jespers, selon sa méthode un peu éclectique mais bien documentée, y multiplie les brefs éclairages anecdotiques et néanmoins très significatifs. On y voit un Neuhuys partager d’abord l’esprit de la défaite et se laisser tenter par la perspective du redressement moral qui est dans l’air du temps. Marcel Mariën jouer les go-between entre Bruxelles et Anvers, entre autres puisqu’il ralliera semble-t-il aussi Fernand Dumont. Paul Colinet donner des poèmes en néerlandais, etc. En fin de numéro, on lira une évocation de Lucienne Desnoues, récemment décédée, mais aussi une note sur Guy Imperiali, auteur moins bien connu.

Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). <ca.ira@belgacom.net>

Echinox

Les Cahiers de l’Echinox / Echinox Journal sont imprimés en Dacie, à Cluj, et publiés conjointement par le centre de Recherche sur l’Imaginaire de l’Université Babes-Bolyai de cette ville, et le Centre d’études historiques de l’Université d’Europe centrale à Budapest. Le numéro 5 de ces cahiers — plus de 300 pages de texte bien serré, sur deux colonnes — est daté de 2003 et a pour thème les « géographies symboliques ». Il comporte une vingtaine d’articles rédigés en anglais ou en français (un seul en roumain). La première section, à caractère théorique, étudie les rapports entre géographie et identité, la question de l’imagination et des fantasmes géographiques, la frontière entre civilisation et sauvagerie. La deuxième section travaille spécialement la question des frontières, — constructions culturelles et historiques comme on le sait, — avec des aperçus sur la littérature des voyages, sur l’identité aborigène, etc. La troisième partie met plus explicitement l’accent sur les aspects littéraires, et notamment sur la question de la traduction. Les zones planétaires évoquées sont multiples, de l’Australie au Canada, avec une part importante, bien sûr, qui tire parti des leçons de l’Histoire d’Europe centrale. Les périodes sont tout aussi variées, de l’Antiquité à nos jours. Avec des contributions de Bertrand Westphal et de Michel Maffesoli, entre autres. Une livraison extrêmement riche, donc, qui se termine par une importante section de comptes rendus ; les lettres belges s’y retrouvent au détour de plusieurs publications, dont les n˚21, 22 et 23 de Textyles. Au total, une très riche livraison, à recommander à toutes les bonnes bibliothèques universitaires et autres... Abonnement (2 numéros : 50,00 euros). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>. Voir aussi les sites : <www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma> et <www.lett.ubbcluj.ro/~echinox>

Archipel

La belle et tonique revue Archipel n’a pu faire paraitre son n˚22 en 2003 : il sort donc en juin 2004, retard qui ne nous est pas autrement expliqué que par l’exercice, budgétaire on peut le supposer, du trapèze auquel se soumet nécessairement une revue littéraire qui s’est voulue indépendante. C’est l’occasion de parler aussi des risques plus littéraires d’une entreprise ouverte au-delà de ces cloisons linguistiques qu’absurdement la Belgique s’est construites. Passées ces évocations quelques peu amères, le sommaire réussit une fois encore à faire la tranquille démonstration de ce que peut apporter, à tout lecteur un peu ouvert, de vrais morceaux de littérature puisés à toutes les sources de qualité... Dans le prolongement du numéro Seuphor, on rencontre d’abord une évocation de son ami Georges Coppel, ainsi qu’un poème de Ch. Morgenstern et la traduction d’un calligramme de Paul van Ostaijen par Agnès Caers : autant d’occasion de montrer les vertus poétiques de la simple graphie. La suite est éclectique, avec bonheur, y compris dans les langues puisqu’on y lit des traductions de l’anglais, de l’allemand et du néerlandais. Une mention spéciale pour les textes de l’Anversois Bert Vehoye, et pour des « contes élagués » d’Éric Dejaeger.

2004 est une année faste, puisqu’un numéro 1 paraît aussi à l’enseigne d’Archipel : c’est le premier volume du secteur « édition » (aussi appelé 20 bis, pour la commodité de ceux qui souhaiteraient le ranger avec la revue dont il a le format et le graphisme général). Il s’agit d’un livre composé, à l’occasion des dix ans de la revue, par les amis d’Alain Germoz, qui entendent ainsi lui rendre hommage en faisant mieux connaître ses écrits personnels (sans préjudice pour des dessins), et sa personnalité. On se réjouit de lire ces extraits variés, et notamment bon nombre de poèmes. Correspondance : A. Germoz, Jan Van Rijswijcklaan, 7, bte 2. B-2018 Antwerpen. Archipel mérite qu’on la soutienne : les deux numéros, 25,00 euros (320-0831782-77)

Francofonía

Le n˚12 (2003) de la revue d’études francophones de l’Université de Cadix porte entièrement sur « Littérature et société dans la littérature francophone du Maghreb ». Les écrivains de la diaspora et ceux de l’immigration (en France) y reçoivent une part de l’attention. Mais on y traite aussi de l’écriture féminine, de la violence en Algérie, de la mémoire et des représentations de l’histoire. Un beau dossier, rassemblé par Cristina Boidard et Najib Redouane. Dans les varias, un nouveau plaidoyer pour l’enseignement des langues africaines en Afrique, avant une théorie de comptes rendus où se mêlent ouvrages de création et d’étude. Catherine Gravet y évoque les premiers livres de Malika Madi et de Saber Assal, ensuite un ouvrage édité par Émile Van Balberghe en 2002, Blanche. Une vie effacée, de Michèle Maitron, émouvant récit à la seconde personne, en quête d’une identité ravie par le temps. On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : <francofonia@uca.es>

L’Arbre à Paroles

Le n˚121 de la revue L’Arbre à paroles (juillet-aout-septembre 2003) se place sous un titre plutôt général qui, reconnait-on, embrasse sans doute l’ensemble du champ poétique : Affleurement du soupçonné, et « donc » aussi, de l’insoupçonné. C’est donc une « anthologie aléatoire », et les contributions apparaissent dans un ordre alphabétique. À ce compte, on peut tout de même se demander s’il faut toujours s’obliger à publier des numéros thématiques. En fin de numéro, avant la rubrique des comptes rendus, trois « médaillons » plus consistants invitent à relire les œuvres de Saint-John Perse, de Marc Dugardin et de l’italien Libero de Libero. Le n˚121 (octobre-novembre-décembre 2003) est une émanation, pourrait-on dire, du Festival international de poésie de Trois-Rivières, et des relations qui se sont construites de longue date entre la Maison de la Poésie d’Amay et les Écrits des Forges, elles-mêmes significatives des relations entre « Wallonie et Québec » : Pascal Leclercq y propose une « petite anthologie », inspirée par la volonté de prolonger quelque peu l’ambiance des fins de soirée... belle prolongation, en fait, et ce florilège n’est pas si petit, qui nous fait connaitre toute une jeune génération, née après 1970 au Québec pour la plupart des auteurs. En « médaillon », un poème de Willem Roggeman sur « Baudelaire à Bruxelles », traduit par Évelyne Wilwerth, avant des évocations, successivement, de Jean-Claude Tournay, de Bernard Noël et de Philippe Jones, et l’habituelle rubrique de comptes rendus.

Le n˚123 (janvier-février-mars 2004) s’intitule Mise en quarantaine : c’est que l’on y célèbre les quarante ans d’une rencontre — entre les deux Francis, Chenot et Tessa — qui allait engager une longue série d’activités culturelles et poétiques, sous des noms divers dont L’Arbre à paroles est le dernier et sans doute le meilleur qu’on pouvait lui trouver, pour désigner à la fois la revue et les éditions de la Maison de la Poésie. Sans surprise, mais il n’en faut pas toujours, ce numéro propose une sélection de textes dus à « quarante poètes dont le cheminement a rencontré [le leur] à un moment donné » : Pierre Dhainaut, Éric Brogniet, Anise Koltz et bien d’autres. Un « portrait » est ensuite consacré à « Franz Moreau enfin (re)découvert », grâce à une réédition de son œuvre au Taillis Pré sous le titre Courbure du temps ; un autre l’est à André-Pierre de Mandiargues. La deuxième livraison de cette année (n˚124, avril-mai-juin 2004) a pour titre (Jacques) Kober entre aubaine et timidité et rend hommage à ce poète français dont la vie fut associée de près aux arts plastiques contemporains et aux destinées du surréalisme après 1945. À la suite de cette présentation qui comporte une petite anthologie, on trouve, entre autres « portraits », une note sur le poète Michel Lambiotte.

Le titre du n˚125 (juillet-aout-septembre 2004) est plutôt joli : Trois fois rien. C’est un numéro d’été, qui, nous dit-on, est « dans l’air du temps ». Et effectivement, consacré qu’il est aux formes brèves, il paraît en même temps que se tient un colloque voué aux formes contemporaines de « l’art du peu » à l’Université de Metz. Quel rapport entre ce temps et ce peu, c’est ce qu’on ne nous dit pas, mais qu’on peut sans doute approcher en lisant les poèmes brefs, entre autres, de Michel Lambiotte, Philippe Jones ou Béatrice Libert. La livraison est en outre lestée par une brève étude sur René Char et l’habituelle rubrique des comptes rendus. (Abonnement ordinaire : 25,00 euros pour 4 numéros - m.poesie.amay@skynet.be)

Les Cahiers du Ru

Des montagnes du Val d’Aoste, dont les aléas de l’histoire ont fait une terre italienne de langue française, continuent de nous venir les beaux et éclectiques Cahiers du Ru, animés par Pierre Lexert (« provéditeur de la Rédaction »). Pour saluer l’été 2003, la quarante-et-unième livraison revient, précisément, sur l’histoire de cette francophonie montagneuse, apparemment en perdition par l’effet de l’« occupant » italien et par la faute de ceux (anglo-américains) qui, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en ont empêché le rattachement à la France. La mélancolie est donc au rendez-vous et, non sans argument, cultive ce ton désabusé dont Pierre Lexert fait aussi un des charmes de sa revue. On y croise la figure de Gilles de Rais, une nouvelle et plusieurs suites de poèmes de Lexert lui-même, puisqu’aussi bien celui-ci n’a pas trouvé dans les envois une matière qui corresponde à sa double exigence d’une poésie à la fois musicale et désinvolte, faite de « ces riens qui font tout le charme de certains instants ». Propos sur la science ou sur la politique, comptes rendus d’exposition, maximes inventées ou glanées, tout cela sur un agréable papier couché et illustré de dessins, de gravures ou de photos d’œuvres d’art : un moment pour l’esprit, en somme, qu’on peut multipliera par deux avec le n˚43, daté de l’hiver 2004. Par deux, ou par trois, car, la saison sans doute exigeant de plus copieuses nourritures, ce numéro d’hiver est plus ample et varié. Relevons-y une chronique de Michel Têtu sur Champlain, des nouvelles, des poèmes aussi, toujours à l’enseigne de la lisibilité chère à la revue, une belle présentation de peintres italiens « divisionnistes », le tout mâtiné pour notre plaisir de quelques touches coquines ou de sursauts très voltairiens contre un certain retour du religieux. Pour recevoir cette roborative autant que plaisante revue, on peut se faire membre de l’Institut Valdôtain de la Culture, 59, Grand Eyvia, I-11100 Aoste (31 euros pour trois numéros).

Cahiers internationaux de symbolisme

La revue du Centre Interdisciplinaire d’Études philosophiques de l’Université de Mons-Hainaut (CIEPHUM) a publié un nouveau numéro triple (n˚104-105-106 – 2003), intitulé : Théories et pratiques de la création. Le génie de la différence nous délivrera-t-il de la tyrannie de l’identité ? cette dernière formule laisse évidemment de quoi penser sur l’évolution récente de la réflexion à propos d’un concept — celui d’identité — qui, naguère, était paré de toutes les vertus, et s’identifiait à, ou escortait en tout cas la revendication de différence (culturelle, sexuelle, etc.). Depuis, l’ex-Yougoslavie, le Rwanda, le fondamentalisme musulman sont passés par là. Plus que jamais peut-être, une tradition humaniste héritée des Lumières éclaire la discussion obscure et tourmentée, aux vifs impacts sociétaires, qui va du port du foulard au multiculturalisme constitutionnel. On parle ici d’un « imaginaire autodestructeur de la civilisation » (tiens : revoilà la civilisation au singulier, ça fait un bien fou !), auquel on oppose la liberté d’une pensée créatrice, ouverte, pluridisciplinaire. Avec des contributions d’Anatole Atlas / Lippert, de Jean Louvet (« Tyrannie du narcissisme »), Raoul Vaneigem, Edgar Morin, Jacques Sojcher, Claire Lejeune, Michel Maffesoli, etc. Ça se termine par « Dix pistes pour l’avenir », à preuve que les philosophes peuvent aujourd’hui, non seulement commenter Aristote, Hegel et Blanchot, mais se tenir dans le lieu concret du politique. En fin de volume, quelques comptes rendus importants, dont deux consacrés à des travaux récents sur Henry Bauchau. On s’abonne : rens. <http://www.umh.ac.be/ciephum>

La même institution publie la revue Réseaux (revue interdisciplinaire de philosophie morale et politique), et, pour 2003, un numéro triple (97-98-99) intitulé Éthique et pouvoir des médias.

Yourcenar

Le n˚24 du Bulletin de la Société Internationale d’Études yourcenariennes propose une douzaine d’articles inédits, en plus des rubriques habituelles, réservées à la bibliographie courante, aux comptes rendus et, bien sûr, aux activités de la Société elle-même. Les études reviennent sur des textes déjà souvent commentés, comme les Nouvelles orientales, et spécialement « Comment Wang-Fô fut sauvé », ou encore Denier du rêve, ce texte étonnamment moderne où se dénonce aussi l’illusion de la Rome fasciste. Mais on y découvre aussi des « textes oubliés », comme tel compte rendu salzbourgeois, ou encore, à propos des relations littéraires entre Yourcenar et Cocteau, les dédicaces que ces derniers s’envoyèrent tour à tour (fac-similés). (Cotisation : 22 euros). Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 - F-72200 La Flèche ou <http://www.artsci.wustl.edu/~siey>

Lettres et cultures de langue française

La revue de l’Association des Écrivains de langue française, qui n’avait plus paru depuis 2001, reprend ses activités avec un n˚26 (2e semestre 2004) assez consistant. La présentation extérieure de la revue n’a pas changé, mais le propos est cette fois davantage centré, en l’occurrence au moyen d’un dossier sur l’Acadie et les lettres acadiennes. Dans la seconde partie de cette livraison, on peut lire une suite de recensions assez brèves, où la Belgique n’est représentée que par un compte rendu consacré au Sentiment du fleuve de François Emmanuel. C’est peu, eu égard au soutien institutionnel que semble avoir accordé la Délégation Wallonie-Bruxelles à Paris. Encore une fois, l’explication est à trouver dans le défaut d’une politique de présence littéraire concertée (Rens. : Adelf, 14, Rue Broussais, - F-75014 Paris).

Revue luxembourgeoise de littérature générale et comparée

Logée encore au « Centre universitaire de Luxembourg », même si l’Université du Luxembourg existe officiellement désormais, la Société luxembourgeoise de Littérature générale et comparée publie avec régularité, mais à intervalle assez long, une revue de bonne tenue. La dernière livraison (2003-2004) fait une certaine place aux lettres belges, puisqu’on y trouve notamment un compte rendu consacré à Jean Ray et un article qui se voue au Don Juan de Charles Bertin, par le regretté Heinz Klüppelholz. Bertin côtoie ainsi Nabokov, Sade et Dante : il y a de moins prestigieux compagnonnages. (Rens. Antoine Cipriani, 13, am Weier, L-3914 Mondercange)

Maurice Carême

Toujours animé par l’infatigable Jeannine Burny, le bulletin de la Fondation Maurice Carême a publié une 49e livraison datée de septembre 2003. On y trouve, comme à chaque fois, les éphémérides des activités consacrées de par le monde au poète, ou liées à lui d’une manière ou d’une autre, de Taïpê à Bamako. Un article de fond, signé J. Burny et voué à l’humanisme de Maurice Carême (on y traite entre autres des poèmes dédiés aux constellations), et la présentation du prix annuel Maurice Carême, cette fois-ci décerné, côté poésie, à Yves Namur pour sa Petite Cuisine bleue et, côté critique, à Constantin Dumitru. (On s’abonne : Av. Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles. <jeannine.burny@coditel.net>)

Études françaises

La revue de l’Université de Montréal consacre son premier numéro de l’année 2004 (vol. 40, n˚1) à l’écriture féminine contemporaine (seconde moitié du xxe siècle) : Réécrire au féminin. Pratiques, modalités, enjeux. Le dossier d’études critiques est placé sus la direction de Lise Gauvin et Andrea Oberhuber. Il s’agit comme on s’y attend de « déconstruire une vision de l’histoire pour en proposer une autre — qui prend parfois la figure d’une utopie au féminin ». On y trouve étudiées, entre autres, les œuvres d’Assia Djebar, d’Andrée Chedid, mais aussi d’Amélie Nothomb. Avec deux varias, sur Jack Kérouac et Pierre Loti (au désert).

Le deuxième numéro pour 2004 (vol. 40, n˚2) accueille un dossier d’études consacrées à Pascal Quignard, ou le noyau de l’incommunicable, et deux varias, à propos de Nathalie Sarraute et d’un poème de Baudelaire. Sur Quignard, l’un des derniers candidats à la canonisation en France, les éclairages sont multiples, de l’anthropologie à la psychanalyse, de la question des genres à celle des origines. La bibliographie quignardienne établie par Jean-Louis Pautrot est à signaler en particulier. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris). Voir aussi : <pum@umontreal.ca>.

Au ceges

Le CEGES (Centre d’études et de documentation “Guerres et sociétés contemporaines”) a déménagé et rouvert ses portes au 29, square de l’Aviation à B-1070 Bruxelles (tél. ++32.25.56.92.11). Entre autres publications, le CEGES publie un Bulletin dont le n˚38 (été 2003) se répartit en un cahier principal, un dossier et une annexe. Cette dernière reprend la « Bibliographie 2002 », où l’on consultera entre autres avec intérêt, pour la littérature, les rubriques consacrées à l’histoire sociale et culturelle. Le « Dossier » est consacré aux archives judiciaires de la répression qui a suivi la Seconde Guerre mondiale : statut, conservation, accessibilité, etc. Quant au Bulletin lui-même, il abonde comme chaque fois en échos divers, renseignant le public intéressé à propos des nouvelles acquisitions des fonds documentaires, y compris audio-visuels, des séminaires, colloques et conférences, mais aussi des publications récentes.

À noter que le CEGES a lancé, à l’enseigne des éditions Complexe, une nouvelle collection d’essais historiques, dont le premier volume paru regroupe deux rééditions d’ouvrages épuisés depuis longtemps, réuni sous le titre La Belgique sous l’occupation allemande (1940-1945). Le CEGES publie également les consistants Cahiers d’histoire du temps présent, dont la dernière livraison (n˚11, 2003, 263 p.) s’intéresse notamment à la politique culturelle allemande pendant les deux guerres mondiales. Site : <www.cegesoma.be>

  • Revues.org