Navigation – Plan du site
Chroniques

Colloques

p. 167-169

Littérature et peinture

À Valenciennes et au Cateau-Cambrésis, du 27 au 29 mai 2004, s’est tenu un colloque international sur le thème De la plume au pinceau. Écrivains, dessinateurs et peintres depuis le romantisme. Au programme (orné d’un dessin de Dotremont), on trouve entre autres une communication de Myriam Watthee-Delmotte : « Henry Bauchau. Le passage de l’image » et une intervention de Serge Linares, par ailleurs organisateur de la rencontre, sur le « Plastique de l’écriture chez Christian Dotremont ». Rens. Centre d’analyse du message littéraire et artistique de l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (++33.(0)3.27.51.16.12). (Pierre Halen)

Congrès du CIEF

Le Congrès annuel du CIEF s’est déroulé en 2004, du 19 au 27 juin, à l’université de Liège. Cette manifestation-fleuve, dispersée en sessions multiples, est souvent boudée par les chercheurs européens, mais la formule du congrès a pourtant l’avantage, outre celui de permettre quantité de rencontres, de témoigner par son programme ouvert de l’état actuel de la critique dans le domaine très large des études francophones et françaises. De la critique ou, plus précisément sans doute, du déplacement des centres d’intérêt dans le chef des enseignants « francisants » du monde entier, et spécialement en Amérique du Nord.

Les dominantes du programme annoncé montrent, du point de vue des problématiques, que les membres du CIEF gardent un goût très prononcé pour les études féminines et migrantes, ce qui n’étonnera personne, pas plus que leur intérêt pour le cinéma, les questions identitaires et les métissages, les approches culturelles voire culturalistes, y compris dans la didactique où l’on réfléchit aussi à l’usage des nouvelles technologies et de l’audio-visuel. Du point de vue géographique, la mode reste au Maghreb et aux Antilles, le Québec étant lui aussi très prisé, mais d’abord par les Québécois eux-mêmes. Si l’ensemble a cette fois-ci une coloration belge plus accentuée, comme on le verra, c’est sans doute à mettre sur le compte de la circonstance. Enfin, du point de vue des auteurs considérés, quelques écrivains émergent dans les prédilections : Tahar Ben Jelloun, Assia Djebbar, Le Clézio notamment, mais c’est bien moins inattendu que l’attention consacrée au congolais Kama Kamanda, à qui une session entière est cette fois dévolue. Le contexte liégeois et celui du centenaire aidant, il est moins surprenant qu’une autre le soit à Simenon, avec les contributions suivantes : « Simenon et le cinéma », par Sonia Lee (Trinity College) ; « La polyphonie chez Simenon : une alternative à la représentation du mystère existentiel de l’être humain », par Alexandre Dessingué (Universitetet i Stavanger) ; « Simenon : le drôle de commissaire d’une France “raffarinesque” disparue », par S. Pascale Vergereau-Dewey (Kutztown University).

Quant à l’intérêt marqué cette fois pour Amélie Nothomb, il ne parait pas s’expliquer par l’occasion liégeoise, puisque les initiateurs des deux sessions qui lui sont consacrées, rien de moins !, ne sont pas des compatriotes. La première, Amélie Nothomb à toutes les sauces, présidée par Jeannette Gaudet (Université de St. Thomas), accueille les communications suivantes : « La souillure dans Cosmétique de l’ennemi », par Laureline Amanieux (Université Paris X-Nanterre) ; « Les heurs et malheurs d’Amélie : enfant-dieu et humour chez Nothomb », par Annik Doquire-Kerszberg (Lock Haven University of Pennsylvania) ; « “Que faire du corps ?” : la maîtrise de soi dans Robert des noms propres d’Amélie Nothomb », par Alison Rice (University of California, Los Angeles) ; « Nom et nommer chez Nothomb », par Mark Lee (Université de Mont Allison). La seconde : Lire Amélie Nothomb, réunit les contributions suivantes : « L’aller-retour d’Amélie Nothomb : de Métaphysique des tubes à Stupeurs et tremblements », par Jeannette Gaudet ; « De l’humour à l’abject au risque du vrai : le cas Nothomb », par Frédérique Chevillot (University of Denver) ; et « Lecteurs en cherche d’auteur : Amélie Nothomb », par Yves-Antoine Clemmen (Stetson University).

Si l’on tâche à dresser une synthèse, du point de vue des lettres belges et en dehors des sessions nothombiennes et simenoniennes, du vaste programme annoncé pour ce Congrès, on note tout d’abord que l’Université de Liège ne s’est pas contentée d’accueillir la manifestation dans ses locaux, mais qu’elle est intervenue de manière dynamique dans les activités, à commencer par les touristiques, avec deux promenades simenoniennes dans la ville, et une excursion à Bruges, sans doute inévitable. À quoi l’on ajoute un dîner « Maigret » selon les recettes de Mme Maigret. Les écrivains, eux aussi, sont présents, avec une première « Table ronde d’écrivains belges », sur le thème Symbolisme et écriture dans la littérature belge, avec la participation notamment de Jacqueline Harpman, Claire Lejeune, Nicole Malinconi, Lydia Flem, et sous la présidence de Jeannine Paque. Une deuxième table ronde, constituée sur le thème « Que peut la littérature ? » et animée par Laurent Demoulin, réunit les noms de Jacques De Decker, Jacques Izoard, Caroline Lamarche, Jean Louvet et Pierre Mertens. Une « Rencontre d’écrivains », dans une « salle des alcôves », rassemble ceux de Patrick Virelles, Colette Nys-Mazure, Évelyne Wilwerth, Gaëtan Brulotte et Jacques De Decker encore, tandis qu’une session est consacrée aux Facettes du métier d’écrivain : témoignages belges, avec les interventions suivantes : « Parole(s) d’Amélie Nothomb », Nicole Bajulaz Fessier (C.U.E.F.A., Grenoble) ; « Le traitement de texte : service ou servitude ? », par Patrick Virelles ; « Peut-on assigner un écrivain à résidence ? », par Colette Nys-Mazure ; « Écrire sur commande : contrainte ou liberté ? », par Évelyne Wilwerth.

Plusieurs sessions sont entièrement vouées à la Belgique, à commencer par celle qui s’intéresse au Cinéma belge : outil pédagogique, avec les interventions suivantes : « Ma Vie en rose et le droit à la différence », par Karen Humphreys (Trinity College) ; « Construction, déconstruction, reconstruction : les exercices de style de Lucas Belvaux dans sa trilogie », par Marie-France Bunting (Harvard University) ; « Les faces cachées de l’immigration clandestine en Belgique dans La Promesse de Luc et Jean-Pierre Dardenne », par Anne François (Eastern University) et « Mizike Mama de Violaine de Villers : documentaire du patrimoine africain en Belgique », par Roseanna Dufault (Ohio Northern University).

Un autre atelier s’intitule : Espaces et imaginaire dans la création belge, avec les communications annoncées : « Où habitent les innommables ? », par Francis Tremblay (Université du Québec à Montréal) ; « Le dehors et le dedans : espaces romanesques dans Le Jour du chien de Caroline Lamarche », par Renée Linkhorn (Youngstown State University) ; « La Terre-Mère : un dialogue avec quelques poètes de Belgique », par Judy Cochran (Denison University) ; « Bruges-la-Morte de Rodenbach : espace matriciel et espaces gigognes », par Béatrice Libert.

Une double session est animée par Jeannine Paque et Josette Gousseau autour du thème : La vie est un roman ou les enfances exaucées : littérature de femmes. On y trouve les communications suivantes : « Se (re)construire une vie : identité, altérité et intertextualité dans l’écriture de Neel Doff, Dominique Rolin, Jacqueline Harpman et Amélie Nothomb », par Susan Bainbrigge (University of Edinburgh) ; « Les personnages de l’enfance dans l’œuvre de Caroline Lamarche », par Francisca Romeral (Universidad de Cadiz) ; « Le déconditionnement de la femme dans Denier du rêve de Marguerite Yourcenar (1959) », par Michèle Langford (Pepperdine University) ; « Véra Feyder : se mettre en mots, se mettre au monde », par Jeannine Paque (Université de Liège) ; « L’infini de l’enfance chez Dominique Rolin », par Lola Bermudez (Universidad de Cadiz) ; « Véra Feyder ou comment s’échapper de la bouche de l’ogre », par Domenica Iaria (Università di Messina) ; « Les marges de l’exil : langue, corps et identité chez Nicole Malinconi », par Martine Renouprez (Universidad de Cadiz) ; « La trilogie de Neel Doff : entre naturalisme et écriture femme », par Josette Gousseau (Università di Palermo).

Enfin, deux autres sessions traitent de la Belgique en ouvrant quelque peu la perspective. La première reprend la formule de Baudelaire : Pauvre Belgique ?, avec les interventions suivantes : « “Sahara de prairies”, “horizons de forges rouges”, “gais chemins grands” : les Impressions belges de Paul Verlaine », par Esa C. Hartmann (University of North Carolina, Greensboro) ; « MC [sic] Verheggen, rappeur belge », par Éliane Dalmolin (University of Connecticut) ; « La poésie au miroir de la Belgique », par Marie Joqueviel-Bourjea, (Montpellier III) ; « “Le visage recouvert d’un drap” - René Magritte et la représentation de l’impossible », par Serge Bourjea (Montpellier III). La seconde exploite la matière africaine, si l’on peut dire, des lettres belges : Du Zaïre au Congo : échanges culturels avec la Belgique, avec les interventions prévues comme suit : « Identité mise en pièces : Pièce d’identité », par Marie-Christine Garneau (University of Hawaii) ; « V. Y . Mudimbe et l’incommensurable postcolonial », par Georges Van Den Abbeele (University of California, Davis) ; « Relations entre le Congo et la Belgique : amnésie ou sainte colère ? », par Thérèse De Raedt (University of Utah).

Pour être complet, signalons aussi les communications dispersées dans divers ateliers et concernant des écrivains belges : « L’écriture comme forme de survie dans Moi qui n’ai pas connu les hommes et La Lucarne de Jacqueline Harpman », par Sylvie Vanbaelen (Butler University) ; « “Le service commandé des femmes”. La mort en couches dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar », par Bérengère Deprez (Université Catholique de Louvain) ; « Mythe, modernité et poétique de l’hybris chez Émile Verhaeren », par Vera Castiglione (University of Bristol) ; « Périple(s) africain(s) ; la société coloniale dans les écrits de Simenon », par Marie-Hélène K. Tessio (Princeton University) ; « Les nouveaux Francophones : le tiers espace des littératures allochtones de la Belgique francophone », par Jean-Frédéric Hennuy (Brown University) ; « Transexualité et vice dans Orlanda de Jacqueline Harpman. Interprétation psychanalytique du roman à partir de l’Analyse Transactionelle (AT) », par José Luis Arráez Llobregat (Universidad de Alicante). Avec aussi une intervention plus linguistique : « Le discours épilinguistique des belgicismes », par Jean N. de Surmont (Valibel), et deux communications sur une question encore trop peu étudiée par ailleurs, la Guerre : « Alain Bosquet et la Deuxième Guerre Mondiale », par Christine Tipper (University of Exeter) ; « La geste des brigadistes internationaux dans la littérature francophone de Belgique », par André Bénit (Universidad Autónoma de Madrid).

Qu’on nous pardonne le caractère certainement fastidieux, à la lecture, de pareil inventaire, qui ne se justifie pas seulement d’alimenter — on l’espère, utilement — l’index de la revue. Il apporte en effet quelques enseignements. Le premier est certainement qu’il faut se féliciter de la tenue de ce congrès en Belgique, qui aura eu pour conséquence d’attirer l’attention des membres du CIEF sur les lettres belges dans leur diversité (relative : le symbolisme, un peu, et surtout la période contemporaine) ; ceci, grâce à l’investissement de plusieurs acteurs particuliers, au premier rang desquels il faut compter Jeannine Paque. Le second, nonobstant, est à l’inverse l’engagement relativement faible et en tout cas marginal des chercheurs liégeois et belges dans l’entreprise, au contraire des Luxembourgeois qui ont voulu saisir cette occasion de se faire connaitre ; ceci reflète, à vrai dire, les carences des l’universités belges dans les domaines francophones non belges, où, logiquement, elles auraient pu et dû prendre un avantage. Le troisième est assurément la très forte féminisation du Congrès, à la fois dans ses intervenants et dans ses objets ; c’est ce qui a sans doute inspiré le thème de la dernière communication que nous citons : « Écritures masculines chez Sollers, Toussaint et Houellebecq », par Philippe Moisan (Grinnell College). Le quatrième est la part active, parfaitement repérable, prise par le réseau des centres d’études sur les lettres belges répartis dans les universités européennes, celles du Sud de l’Europe en tout cas. Cinquième enseignement : il existe en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde un grand nombre de chercheurs et d’enseignants qui sont des amateurs potentiels des lettres belges, qu’on n’a peut-être pas encore assez associés aux réseaux existants ; l’onomastique nous le suggère : il se trouve parmi eux un certain nombre de Belges expatriés qui sont autant de relais virtuels pour une action de promotion. Enfin, le sixième et dernier : les références franco-françaises continuent à perdre du terrain. Faut-il mettre en parallèle la part très faible qu’ont ici les approches de périodes plus anciennes ? C’est une hypothèse qu’on pourrait défendre... (Pierre Halen)

  • Revues.org