Navigation – Plan du site

Périer-Nougé-Cocteau

Geneviève Michel
p. 44-46

Texte intégral

  • 1 Ce texte, repris dans Nougé (Paul), L’Expérience continue, Lausanne, L’Âge d’homme, 1981, pp. 209-2 (...)
  • 2 Pièce représentée pour la première fois le 18 juin 1921 au Théâtre des Champs-Élysées ; rééd. Galli (...)
  • 3 Dans une lettre à Nougé, Paul Hooreman laisse entendre que Goemans aurait pu en être l’auteur, rema (...)

1Le Dessous des cartes de Paul Nougé1 prend largement son inspiration dans Les Mariés de la Tour Eiffel de Jean Cocteau2. Le rapprochement entre les deux pièces a été fait dès la première représentation du « spectacle »3, à Bruxelles le 2 février 1926. C’est le journaliste Marcel Defosse (le futur Denis Marion) qui, perspicace, le relève dans sa chronique :

  • 4 D[efosse (Marcel)], « Réflexions sur les spectacles de ce temps », Bruxelles-universitaire, 7e anné (...)

Les Mariés de la Tour Eiffel de M. Jean Cocteau donneront de cette pièce une idée d’autant plus exacte que les quatre auteurs s’en sont inspirés au point d’en prendre hardiment un personnage, celui du général4.

  • 5 Lettres mêlées, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1979, p. 17.

2Une autre correspondance, cependant, est passée inaperçue : il s’agit de celle qui existe entre cette unique pièce de Nougé et la pièce d’Odilon-Jean Périer qui n’a jamais été représentée et qui s’intitule Une soirée au Théâtre de l’Étrille. Une seule indication contemporaine semble nous en avertir. Il s’agit d’une lettre que Paul Hooreman écrit en janvier 1926 à Raymond Rouleau pour l’aviser qu’il s’oppose « formellement à l’exécution de la pièce de Goemans et Nougé […] au Théâtre du Groupe libre »5. Il assure à son correspondant que la musique, dont Souris revendique la paternité, est en réalité de lui. Il passe ensuite aux menaces :

Au cas où Nougé et Goemans passeraient outre, je te préviens que rien ne m’empêchera d’aller jusqu’à la procédure pour les contraindre au silence. Et que ces messieurs ne perdent pas de vue que j’ai la preuve certaine que cette pièce est un tripotage (un repère, comme ils disent) d’une pièce de Périer encore inédite, et que celui-ci avait imprudemment confiée à Goemans.

  • 6 Voir la remarque de Marcel Mariën dans Lettres mêlées, p. 20 et les lettres pp. 17-20. Voir aussi M (...)

3Cette lettre s’inscrit dans la mystification organisée par le groupe Correspondance6 autour de la représentation du Dessous des cartes, à laquelle Hooreman participa aussi bien que Souris, Goemans et Nougé. Nous ne nous attarderons pas sur ce montage, il suffit qu’Hooreman nous ait mis la puce à l’oreille. N’étant pas en possession de « la preuve certaine », il nous reste à aller y voir de plus près.

  • 7 Il n’y en aura que deux, le deuxième étant sorti des mains de l’imprimeur le 22 février 1928, jour (...)
  • 8 Selon Defrenne (Madeleine), Odilon-Jean Périer, Bruxelles, Académie royale et langue et de littérat (...)
  • 9 À tous hasards est reproduit dans ibid., pp. 270-271 et Le Jeu des mots et du hasard de Nougé, dans (...)

4Une soirée au Théâtre de l’Étrille paraît en décembre 1927 dans le Premier Livret7 que publient Odilon-Jean Périer et Robert de Geynst ; elle semble avoir été conçue à la même époque8 qu’À tous hasards, un jeu de cartes poétique proche de celui qu’inventa Nougé9, c’est-à-dire vers la fin de l’année 1925. La pièce se fonde elle aussi sur un jeu de cartes :

  • 10 Premier Livret, pp. 10-11.

Vous voyez, mon cher, il n’y a qu’à jeter les cartes au hasard. Ce sont les répliques. Elles créent l’atmosphère, et les personnages, quand ils changent d’état-civil [sic], le sens de leurs paroles change avec eux. […] Elles sont mêlées d’une certaine manière. Nous en retournerons quelques-unes à tour de rôle : il se peut que cela compose une pièce. Quand nous aurons joué toutes nos cartes, nous les battrons, nous recommencerons à les tirer. Avec de la chance ce sera une pièce bien différente de la première. Nous jouerons ainsi jusqu’à ce que nous en ayons assez10.

  • 11 Voir sa préface de 1922 dans Les Mariés, p. 64.
  • 12 Les acteurs de Cocteau étaient des danseurs de la compagnie des ballets suédois de Rolf de Maré et (...)

5La technique est la même que celle des jeux de cartes, à la différence que le jeu n’est plus solitaire : cette fois, il se joue à deux et en public. Tout comme la pièce de Nougé, le divertissement expérimental de Périer fait référence aux Mariés : les deux spectateurs du Théâtre de l’Étrille, qui se lèvent à la fin de la représentation et s’installent sur le devant de la scène pour y découvrir « le dessous des cartes », rappellent les deux « phonos » des Mariés de Cocteau. Lorsque le rideau se lève, des acteurs apparaissent et jouent une scène à partir de ces répliques tirées au hasard. Quant à savoir si les acteurs sont muets, comme chez Cocteau, ou s’ils prononcent eux-mêmes les répliques que leur montrent les deux « tireurs de cartes », les indications de Périer ne permettent pas de trancher. Quoi qu’il en soit, ces deux personnages jouent le rôle du chœur dans les tragédies antiques, tout comme les haut-parleurs de Cocteau11. Dans Le Dessous des cartes, ce rôle sera tenu par quatre menuisiers — Nougé, Goemans, Souris et Hooreman —, qui commencent par présenter les auteurs de la pièce — eux-mêmes en l’occurrence — avant de laisser la parole aux autres personnages ; ils se cantonnent dans leur rôle de chœur, ponctuant la pièce de leurs commentaires, de leurs bruits de scie et de leur chanson de scieurs de long. Les trois pièces livrent une réflexion sur la voix autre et la voix de l’autre, mais si Cocteau convoque la modernité en filtrant sa pièce à travers la technique (les phonos parlent, les acteurs se taisent), les artifices employés par Nougé et par Périer témoignent plutôt d’une réflexion sur la notion d’auteur, d’acteur et de spectateur : auteurs multiples et incertains, intervention du hasard et de la voix populaire, auteurs devenant acteurs et commentateurs, spectateurs et acteurs se faisant auteurs. Les combinaisons sont multiples et dépassent le stratagème moderniste brillant, et en quelque sorte utilitaire, de Cocteau12.

  • 13 Préface de 1922, Les Mariés, p. 65.
  • 14 La première se déroule dans une rue mal éclairée, la deuxième dans une maison bourgeoise et la troi (...)
  • 15 « André Souris », p. 55.
  • 16 Defrenne (Madeleine), op. cit., p. 279.
  • 17 Voir la fausse lettre d’Amande Hooreman à Hermann Closson dans Lettres mêlées, p. 19.

6Les trois pièces font une abondante utilisation des lieux communs : clichés, proverbes, citations, expressions toutes faites et phrases banales en constituent le matériau principal, ou même exclusif. Rappelons l’intention de Cocteau dans les Mariés : « Dans notre spectacle, je réhabilite le lieu commun. À moi de le présenter sous tel angle qu’il retrouve ses vingt ans13. » Les approches de Périer et de Nougé sont différentes. Périer insiste sur la multiplicité des sens : il suffit de dépayser un lieu commun pour en changer le sens et la portée, c’est ce que démontre la succession des trois scènes qui utilisent les mêmes répliques14. L’expérience du théâtre de l’Étrille serait ainsi une expérience sur la polyphonie du déjà dit et sur l’effacement du sujet, thèmes qui font écho aux préoccupations de Nougé. Ce dernier va y revenir pour réaliser un démontage complexe de la pièce de Cocteau par une réécriture systématique de la parole de l’Autre. Si sa pièce se déploie « derrière un rideau de lieux communs15 », ce n’est pas pour raviver la signification de ceux-ci, mais pour amener le spectateur à s’interroger. Nougé et ses complices du groupe Correspondance se réclament en effet d’une attitude de l’esprit consistant dans une remise en question de toutes les données communes, et leur méthode favorite, celle qu’ils utilisent dans la revue-tract Correspondance, est de s’insinuer dans l’esprit et la manière d’un auteur pour en altérer les perspectives. C’est aussi cette conception du spectateur qui rapproche Nougé et Périer, et les distingue de Cocteau : le spectateur doit collaborer à la représentation, s’impliquer, que ce soit « pour saisir les allusions, — ou y mettre un contenu — combler les ellipses et assurer une cohérence16 », ou pour constater « que l’on ne compren[d] rien à rien17 » et donc s’interroger.

7Dans ce sens, la courte pièce de Périer constitue effectivement un repère sur le chemin du détournement de la pièce de Cocteau, dans la mesure où Périer confère un caractère critique, polyphonique et circonstancié aux lieux communs et en multiplie les possibilités d’interprétation pour le spectateur. Dans la pièce de Nougé, l’artifice des cartes disparaît, Périer en ayant déjà montré le dessous ; seul le titre en garde la trace. Il constitue à la fois un clin d’œil à Périer et une critique de Cocteau : en retournant les cartes jouées par Cocteau, tout ce que l’on obtient est une pantomime dépourvue de sens.

Haut de page

Notes

1 Ce texte, repris dans Nougé (Paul), L’Expérience continue, Lausanne, L’Âge d’homme, 1981, pp. 209-227, est daté de janvier 1926.

2 Pièce représentée pour la première fois le 18 juin 1921 au Théâtre des Champs-Élysées ; rééd. Gallimard, coll. Folio, 1997.

3 Dans une lettre à Nougé, Paul Hooreman laisse entendre que Goemans aurait pu en être l’auteur, remarque à laquelle Mariën répond, en note, que le manuscrit de la pièce est entièrement de la main de Paul Nougé et que nous ne possédons aucune trace de la collaboration de Goemans (Lettres surréalistes, n∫ 27 et note p. 17). Cette collaboration est cependant tout à fait probable (voir le début de la pièce, p. 211) et bien dans l’esprit de Correspondance.

4 D[efosse (Marcel)], « Réflexions sur les spectacles de ce temps », Bruxelles-universitaire, 7e année, n° 6, 27 février 1926. Voir aussi Mariën (Marcel), L’Activité surréaliste en Belgique, Bruxelles, Lebeer-Hossmann, 1979, p. 95, ainsi que mon article « Spectacle et spectateur selon Paul Nougé : Le Dessous des cartes, un détournement des Mariés de la Tour Eiffel de Jean Cocteau » dans Relaciones culturales entre España, Francia y otros países francófonos, Cadix, Servicio de publicaciones de la Universidad de Cádiz, 1999, vol. II, pp. 175-186 pour une analyse des démarquages du texte de Cocteau.

5 Lettres mêlées, Bruxelles, Les Lèvres nues, 1979, p. 17.

6 Voir la remarque de Marcel Mariën dans Lettres mêlées, p. 20 et les lettres pp. 17-20. Voir aussi Michel (Geneviève), « Spectacle», pp. 183-184.

7 Il n’y en aura que deux, le deuxième étant sorti des mains de l’imprimeur le 22 février 1928, jour de la mort d’Odilon-Jean Périer, comme le signale une feuille volante qui y est glissée.

8 Selon Defrenne (Madeleine), Odilon-Jean Périer, Bruxelles, Académie royale et langue et de littérature françaises, 1957, p. 276.

9 À tous hasards est reproduit dans ibid., pp. 270-271 et Le Jeu des mots et du hasard de Nougé, dans L’Expérience, pp. 266-286.

10 Premier Livret, pp. 10-11.

11 Voir sa préface de 1922 dans Les Mariés, p. 64.

12 Les acteurs de Cocteau étaient des danseurs de la compagnie des ballets suédois de Rolf de Maré et ne parlaient pas français.

13 Préface de 1922, Les Mariés, p. 65.

14 La première se déroule dans une rue mal éclairée, la deuxième dans une maison bourgeoise et la troisième dans une maison de passe.

15 « André Souris », p. 55.

16 Defrenne (Madeleine), op. cit., p. 279.

17 Voir la fausse lettre d’Amande Hooreman à Hermann Closson dans Lettres mêlées, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Michel, « Périer-Nougé-Cocteau », Textyles, 25 | 2004, 44-46.

Référence électronique

Geneviève Michel, « Périer-Nougé-Cocteau », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/646 ; DOI : 10.4000/textyles.646

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org