Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 165-166

Michaux

Au cours du colloque « Sillage de Kafka » (11, 12, 13 mars 2004), organisé à l’Université de Paris X-Nanterre, et où l’on a forcément beaucoup parlé de littérature mineure, des qualificatifs kafkaïen et même kafkaesque, Chantal Colomb (Paris X) a présenté une communication intitulée « Michaux lecteur de Kafka ». (Pierre Halen)

Yourcenar

La postérité critique de Marguerite Yourcenar est loin de faiblir, au contraire. Nous sont ainsi proposés, pour le centenaire de la naissance de l’écrivain, de nombreux ouvrages, dont : La Fonction du lecteur dans “Le Labyrinthe du Monde” de Marguerite Yourcenar, par la Coréenne Sun Ah Park (L’Harmattan) ; Marguerite Yourcenar. Écriture, maternité, démiurgie, par Bérengère Deprez (PIE – Peter Lang) ; Marguerite Yourcenar. La difficulté héroïque de vivre, par Marthe Peyroux (Eurédit). En même temps est annoncée, pour paraitre chez Fata Morgana, une édition des Trente-trois noms de Dieu, petit recueil intimiste qui témoigne de la dernière expérience poétique de Yourcenar. Pour paraitre également en 2004, à l’enseigne de la Société Internationale d’Études yourcenariennes, sont également annoncés les Actes du colloque international de Thessalonique (2-4 novembre 2000) : Marguerite Yourcenar, écrivain du xixe siècle ?, ainsi que l’Inventaire de la bibliothèque de Marguerite Yourcenar à Petite-Plaisance, par Yvon Bernier. Les anniversaires n’expliquent pas tout, comme on peut s’en rendre compte en lisant la bibliographie courante proposée dans son Bulletin par la Société Internationale d’Études yourcena-riennes. Le fait remarquable est sans doute l’extension du domaine de cette postérité critique à l’Orient : Japon, Thaïlande, Corée ont aujourd’hui leurs yourcenarisants. (Pierre Halen)

Sépharades

S’intéresser à la communauté sépharade dispersée à travers le monde, et aujourd’hui notamment en Belgique, depuis son expulsion d’Espagne en 1492, c’est l’occasion de décentrer un tant soit peu son regard sur les nations et les cultures nationales. Donc prendre d’une certaine façon la mesure, ou une mesure en tout cas, du « Tout-monde » dont parlait Glissant. En Belgique, si l’on peut dire puisqu’il vit à Paris, un écrivain « belge » comme Albert Russo relève de cette longue histoire du décentrement. Tout ceci pour saluer la sortie de presse d’un petit livre de synthèse, dû à Moïse Rahmani : Sépharades 2004. Un état des lieux. Préface de Rivka Cohen. Asnières, Editions N.L.A. / Philippe Hugounec éditeur, 2004, 68 p.— ISBN 2-9521706-0-6 (<Editions_NLA@yahoo.com>). Le même auteur, membre de l’A.E.B., avait déjà publié Shalom Bwana. La Saga des Juifs au Congo (Éd. Romillat, 2002) et Les Juifs au soleil. Portrait de Sépharades de Belgique (Filipson éd., 2002). (Pierre Halen)

Les lettres belges en Roumanie

À Iasi, capitale de la francophonie en Roumanie, les éditions Fides poursuivent un ambitieux programme de traductions d’auteurs belges. Déjà, en 2002-2003, on a pu apprécier les excellentes traductions dues au Professeur Petruta Spanu (de l’Université de Iasi) d’Un Mâle de Lemonnier (Un Mascul), du Cocu magnifique de Crommelynck (Încornoratul magnific), de Petit Judas d’André Sempoux (Micul Iuda), de Fin de tournage de Michel Lambert (Sfirsitul Filmarilor).

Le premier semestre de 2004 nous apporte : Pelléas et Mélisande (avec une belle couverture de Mucha), Corps de métier de Jean-Luc Outers (Corp de meseriasi), un gros volume de Fragments du Prince de Ligne (Mémoires, Lettres et un choix d’Écarts), Aubertin d’Avalon de Bernard Tirtiaux, Jeu d’intérieur, Petit matin, grand soir, Tranches de dimanche et Fitness de Jacques De Decker (Joc de interior si a1te piese), Torquato l’ami d’un autre temps d’André Sempoux (Torquato, prietenul din alte vremuri), enfin un volume de théâtre de Paul Emond (Teatru), qui rassemble deux pièces déjà connues : Les Pupilles du tigre et Seul à Waterloo, seul à Sainte-Hélène, ainsi que quatre pièces inédites : Cercles de famille, Les Îles flottantes, Chante, petit homme et Survie.

Ajoutons qu’un excellent panorama des lettres belges contemporaines a été offert au public roumain grâce à la traduction des chroniques de Jacques De Decker rassemblées dans La Brosse à relire, traduction publiée chez Fides en 2001 sous le titre Littérature belge d’aujourd’hui. (Michel Otten)

  • Revues.org