Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Brogniet (Éric), Christian Hubin, Le lieu et la formule

Avin Hannut, Luce Wilquin, coll. L’Œuvre en lumière, 2003
Laurent Demoulin
p. 129-130
Référence(s) :

Brogniet (Éric), Christian Hubin, Le lieu et la formule. Avin Hannut, Luce Wilquin, coll. L’Œuvre en lumière, 2003, 117 p.

Texte intégral

1Né à Marchin en 1941, Christian Hubin est l’auteur d’une œuvre poétique d’une grande exigence, qui se répartit en une trentaine de recueils parus entre 1962 et aujourd’hui. Les commentateurs ont l’habitude de diviser cet ensemble en deux parties, selon des critères internes (esthétique et philosophie de l’œuvre) et externe (éditorial). C’est au milieu des années 1980 que Christian Hubin, jusque-là publié chez divers éditeurs, voit son recueil Personne paraître chez José Corti, maison prestigieuse et sélective à laquelle il est depuis resté fidèle. Or, dans ce recueil, son projet poétique se radicalise : il abandonne les métaphores surréalistes pour une écriture dépouillée à l’extrême, rejetant tout lyrisme, effaçant toute trace de l’énonciation et, au niveau syntaxique, supprimant les propositions principales au profit de subordonnées elliptiques. Les poèmes qui en résultent, pour la plupart disposés en vers libres courts, posent en permanence une question cruciale : celle du sens.

2Dans son essai Christian Hubin, Le lieu et la formule, Éric Brogniet se penche, notamment, sur cette question et sur la division de l’œuvre. Par rapport à celle-ci, son but paraît clair : il s’agit pour lui d’établir des ponts entre les deux parties et de montrer en quoi la première préparait le terrain à la seconde. Résumer l’apport de son ouvrage quant à la question du sens est moins aisé, car celle-ci revient sans cesse sur le tapis sans être analysée de façon systématique. Précisons à cet égard qu’Éric Brogniet, dont l’œuvre poétique est elle-même déjà importante, réalise ici, d’ailleurs avec brio, un texte de critique-écrivain, à la manière d’un Blanchot : s’il est très ambitieux d’un point de vue intellectuel, s’il fait des détours par la phénoménologie, la musique et les arts plastiques, s’il cite ses sources avec précision et s’il s’appuie à bon escient sur les autres commentateurs de Hubin tels que Francis Édeline ou Pierre Romnée, il produit davantage un plaidoyer vibrant en faveur du poète (et, derrière lui, d’une certaine conception de la poésie moderne) qu’une étude de type universitaire. Le lieu et la formule avance par sauts successifs, sans craindre les contradictions apparentes et les vrais paradoxes. Son essai tend à ouvrir un large débat et non à imposer une doctrine construite. Ainsi, quant à la question du sens, lit-on, pages 25-26, que la langue de Christian Hubin est « libérée du sens » et peut à ce titre « indiquer “le réel absolu” ». Éric Brogniet donne ensuite, page 30, la parole à Pierre Romnée, qui déclare que cette même langue est adéquate à l’univers dans la mesure où celui-ci est « régi par la loi de l’entropie ». Puis Brogniet défend l’idée selon laquelle « la conscience du décalage par rapport à la réalité » (p. 30) est à la base « de l’expression poétique ». On glisse donc d’un réalisme « absolu » (c’est-à-dire, sans doute, indépendant des grilles imposées par le langage et ancré sur une réalité par nature inaccessible), à un réalisme directement mimétique du monde tel que chacun peut en appréhender le désordre, pour en arriver à une sorte d’anti-réalisme du décalage. La première position sera développée pages 45-46 par le biais d’une réflexion de la philosophe Chantal Collomb : la poésie de Hubin exprime « la pure présence des choses » (p. 45), elle laisse parler les choses, mais comme « l’être des choses relève de l’indicible » (p. 46), elle a recours à l’ellipse. Ainsi, peut-être pouvons-nous lever la contradiction entre les deux premiers points de vue : il s’agit bien d’un réalisme absolu attaché à dire l’indicible, mais qui ne s’arrête pas à cette impossibilité et qui parvient, en déconstruisant la syntaxe au moyen de l’ellipse, au réalisme mimétique de l’entropie.

3Les déclarations de Hubin auxquelles Brogniet fait appel vont encore dans d’autres directions. Pages 63-64, « écrire » consiste selon le poète en une « tentative d’arracher un sens au monde et à notre nuit, d’être un moyen de connaissance, mais en même temps dans le refus de s’illusionner sur ses pouvoirs [...] ». Cette fois, le texte n’obéit plus au réalisme absolu de la chose même, ni à l’anti-réalisme, ni au mimétisme du chaos. Il est tentative, lucide et modeste, d’ordonnancement de ce chaos. Cependant, la position défendue par Romnée semble plaire également à Hubin, qui, dans le même texte, évoque une « paraphrase infinie du monde, de sa genèse perpétuelle » (p. 65) et aboutit à l’idée de fusion. Il souligne cependant lui-même qu’il s’agit là d’une autre voie (« À moins que [...] », p. 65). La problématique du sens conserve donc ici la forme d’un questionnement inépuisable. Et les propositions émises, pour pertinentes qu’elles soient, concernent à chaque fois l’œuvre dans son ensemble. Elles ne disent rien de la position du lecteur face à un poème précis de Christian Hubin : le sens y surgit puis y disparaît, abandonne une cristallisation possible pour une autre, traverse les vers comme une comète dans la nuit. Éric Brogniet n’évite d’ailleurs pas le contact avec le texte puisqu’il reproduit une analyse de poème signée Georges Legros (pp. 39-40) avant de s’adonner au même exercice pages 47 et 48.

4Le texte de Brogniet est suivi d’un entretien, d’une haute tenue, avec Christian Hubin, qui se termine par une déclaration paradoxale du poète. Celui-ci assigne en effet à la poésie le but suivant : « Dire sans dire. Relier sans lien. Le poème est son effacement. Le réel est son cénotaphe. » (p. 88). Les annexes comportent également, outre un cahier photographique, des lettres adressées à Hubin au sujet de son œuvre, entre autres par François Jacqmin, Roger Munier et Jacques Brault. Enfin, l’ouvrage se clôt par une bibliographie des livres de Hubin ainsi que des articles écrits à son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Brogniet (Éric), Christian Hubin, Le lieu et la formule », Textyles, 28 | 2005, 129-130.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Brogniet (Éric), Christian Hubin, Le lieu et la formule », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/634

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org