Navigation – Plan du site
Chroniques
La Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds Gustave Vanzype

Vincent Radermecker
p. 159-162

Texte intégral

1En mai 2002, désireuses que soit honorée et préservée la mémoire de leurs aïeux, Bénédicte, Cécile et Élisabeth Ferrière cédèrent à notre institution divers objets et papiers permettant de cerner au plus près les vies et œuvres du couple Gustave Vanzype (1859-1955) et Julia Frezin (1870-1950) ainsi que de leur beau-fils, Lucien Christophe (1891-1975). Elles eurent l’amabilité de faire également don aux Archives et Musée de la Littérature de plusieurs caisses de livres d’auteurs belges ainsi que d’une partie des invendus de la vente publique.

  • 1 Le reliquat de cet ensemble fut cédé à un brocanteur. On y retrouva, notamment, par hasard, un exem (...)

2Le 25 janvier 2003 furent, en effet, mis aux enchères — salle Laetitia à Uccle, en présence du libraire Alain Ferraton — les plus précieux des tableaux, dessins, partitions, autographes, manuscrits et livres qui leur avaient été légués1 : soit neuf cents lots. L’ensemble témoignait de vies vouées à l’art ainsi que d’un extraordinaire réseau d’amitiés et de relations. Signe de cette estime, une importante correspondance entre Charles Lefébure et le couple royal Albert Ier et Élisabeth accompagnait les documents proposés. Lors de la vente, les A.M.L. réalisèrent diverses acquisitions qui, en plus de compléter le fonds reçu, enrichirent la globalité des collections.

3De cet ensemble, seuls les documents relatifs au fond Gustave Vanzype ont jusqu’ici été dépouillés et encodés. Demeurent en attente ce qui touche à la romancière et sculpteur Julia Frezin ainsi que ce qui concerne le poète et critique littéraire Lucien Christophe (essentiellement un portrait, un buste, des coupures de presse, de la correspondance et des manuscrits).

*

  • 2 Prologue d’un drame,compilation de reportages réalisés à l’étranger avant 1914, est paru à la Nouve (...)
  • 3 Histoires bourgeoises(1892), L’Instinct (1901), Les Hôtes d’un soir (1920 ; 1950, édition augmentée (...)
  • 4 Claire Fantin (1900) et La Révélation (1904).
  • 5 Citons, parmi les plus importantes : L’Échelle (trois actes, 1895), Tes Père et Mère… (trois actes, (...)
  • 6 Ses analyses picturales vont en priorité à des personnalités, essentiellement belges, au talent et (...)

4Avant d’être nommé, à 52 ans, premier Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, Gustave Vanzype fut un journaliste estimé. Ses chroniques et ses reportages les plus significatifs ont d’ailleurs été publiés en volumes2 et réédités sous le titre, Itinéraires et portraits, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, en 1969. Ce goût d’une activité en prise sur le réel, on en trouve trace dans ses contes et nouvelles3, ses deux romans4, ses vingt et une pièces de théâtre5 sans compter ses nombreux articles et ouvrages de critique picturale6.

  • 7 Il est orphelin de fait, du côté de son père, à six ans. Organiste de métier, Jacques Vanzype aband (...)

5Bruxellois dans l’âme, bien que de mère hollandaise et de père brugeois, Gustave Vanzype naît à Bruxelles-ville, le 10 juin 1869 ; il meurt à Watermael-Boitsfort, le 12 septembre 1955. Tôt orphelin7, il s’affranchit de son tuteur à dix-sept ans, gagnant Paris où l’attire l’amour de la littérature. Il en revient quelques mois plus tard, traqué par la faim. Engagé à Bruxelles à la rédaction du Rapide de Flor O’Squarr (à la ligne, puis au fixe), il passe à La Nation puis, après un différent avec Victor Arnould, à L’Étoile belge. Outre des contributions occasionnelles — parfois sous un pseudonyme — à divers quotidiens, il s’attache alors à la Gazette dont il devient rédacteur en chef en 1891 (il y tient la chronique artistique à partir de 1896). En 1916, il est engagé comme rédacteur en chef à L’Indépendance où il termine sa carrière journalistique.

  • 8 Il refuse de présenter Les Visages, pièce pressentie en 1922 pour un troisième prix triennal.
  • 9 Il est membre de la Libre Académie en 1907, membre, en 1924, puis directeur, cinq ans plus tard, de (...)
  • 10 Voir MLT 1616.
  • 11 Gustave Vanzype, Méditations devant des images, Bruxelles, L’Éventail, 1929, p. 155.

6De 1921 à 1946, date de sa mise à la retraite, Vanzype s’acquitte de la tâche de Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises, fonction que la nouveauté de l’institution et la diversité des personnalités et générations en présence rend délicate. Ses deux Prix Triennaux8, pour Le Gouffre (1894-1896) et Les Liens (1912-1914), ainsi que le choix de sa pièce, Les Semailles, pour la réouverture du Théâtre du Parc en 1919 lui ont valu cette nomination prestigieuse et rémunératrice, nomination qu’il cumule avec des charges croissantes9. Une pluie de décorations (chevalier en 1899, Ordre de Léopold en 1912, Croix de l’Ordre de la couronne en 1946) s’accompagne, en 1940, de l’obtention du Prix Quinquennal de littérature10 décerné pour l’ensemble de son œuvre. Ces obligations citadines et ce travail incessant lui feront parfois regretter de s’être éloigné de la nature. N’écrit-il pas, en 1929, dans Méditations devant des images : « Je vis courbé sur des livres […] Je subis l’assaut des mots. Et j’ai peur, quelquefois, que leur ingéniosité et leur séduction ne m’égarent, ne me fassent oublier ce qui est certain, ce qui est immuable »11.

  • 12 Cette lettre n’a pas pu être acquise par les AML lors de la vente publique.

7On peut dire que, sans cesse sollicité par l’actualité ou penché sur les œuvres littéraires et picturales d’autrui, Vanzype a fait passer le talent des autres avant le sien à l’image des protagonistes de ses fictions. Témoignage de cette faculté d’écoute, la lettre que lui écrit Xavier Mellery, le 27 janvier 1899 : « Quand, captivé par le travail, je suis mené vers la région de mon idéal, que de réflexions il me suggère souvent, que je regrette aussitôt voir s’évanouir. J’aimerais alors les retenir, les imprimer comme une déduction de mon art, comme un fruit de mon travail. Mais les présenter à qui, si ce n’est à vous ? »12

*

  • 13 Classée par ordre alphabétique de l’expéditeur : d’abord la correspondance adressée à l’auteur (MLT (...)
  • 14 Les documents ont été rassemblés par type d’écrits : manuscrits, coupures de presse et publications

8La classification du fonds conservé aux A.M.L. est simple : d’abord les généralités sur l’homme et l’œuvre (MLT 1601/1624) ; ensuite la correspondance13 (MLT 1625/1730) ; puis, partie substantielle, tout ce qui concerne les chroniques et les billets d’humeur (MLT 1731/1749), les critiques d’art (MLT 1750/1773), les contes et les romans (MLT 1774/1787) et les pièces de théâtre (MLT 1788/1817)14 ; enfin, ce qui a trait aux conférences (MLT 1818/1830), le tout complété par des études sur son œuvre (MLT 1831/1839) et par des documents divers (MLT 1840/1844).

  • 15 Ainsi des coupures de presse sur un voyage en Norvège où il représente la Belgique à l’occasion du (...)

9Parmi les généralités se trouvent rassemblés ce qui touche aux distinctions et à divers aspect du travail d’écriture (rapport avec les maisons d’édition, traductions…) ainsi qu’une revue de presse15.

  • 16 Notons la diversité des correspondants : hommes politiques, historiens, écrivains, plasticiens… Épi (...)

10La correspondance, quant à elle, accueille de nombreux auteurs belges de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Citons Roger Avermaete, Constant Burniaux, Gustave Charlier, Herman Closson, Léopold Courouble, Henri Davignon, Albert du Bois, Louis Dumont-Wilden, Edmond Glesener, Luc Hommel, Philippe Lambert, Henri Maubel, Pierre Nothomb, Georges Rency, Fernand Séverin, Charles Spaak, Paul Spaak, Marcel Thiry, Albert t’Serstevens, Georges Virres… L’ensemble témoigne du rôle joué par Vanzype, tant dans l’encouragement aux plus jeunes ou la stimulation de la vie littéraire que dans la préservation d’une mémoire patrimoniale. Elle atteste aussi l’estime où le tenaient ses confrères16. Exemple parmi d’autres : une lettre de seize pages de Fritz Lutens, où le jeune dramaturge installé près de Paris mais déjà fort malade s’épanche en franche amitié. Retenons aussi d’évocatrices missives en liaison avec le théâtre : celles d’Yvette Guilbert, Georges Garnir, Madeleine Renaud-Thévenet, Victor Reding et Fernand Wicheler ; celle aussi, ironique et gaie, de Jules Delacre qui n’est pas encore, à l’époque, l’homme de théâtre célèbre qu’il deviendra. Cette correspondance complète fructueusement divers ensembles d’archives conservés au sein de l’institution : fonds du Théâtre du Parc, fonds Georges Garnir, fonds Madeleine Renaud-Thévenet…

  • 17 Le manuscrit s’arrête dans le courant de la scène neuf du troisième acte.

11Les manuscrits reçus sont aussi très intéressants. Signalons, pour les pièces de théâtre, ceux (malheureusement incomplets) d’une pièce de jeunesse jamais jouée et inédite, Le Choc, (1895)17, de deux drames, Les Étapes et Les Forces. Sont aussi à mentionner une copie manuscrite de L’Aumône (pièce en quatre actes créée au Théâtre du Parc, le 28 février 1901 et restée inédite) ainsi qu’une copie manuscrite de Holocauste (1907), œuvre également inédite et, de plus, jamais jouée. Ces deux textes éclairent le passage entre les premières pièces naturalistes de l’écrivain et ses pièces idéalistes de la fin. Sur la copie de L’Aumône, des corrections témoignent d’une relecture, sans doute de loin postérieure à l’écriture. On y surprend un auteur qui élague le finale de son texte pour en accentuer la résonance mystérieuse. En ce qui concerne les manuscrits des « chroniques », notons quelques pages sur la rencontre, à Paris, avec des poètes symbolistes gravitant autour de Paul Verlaine ; quelques pages sur Charles Marie Flor O’Squarr ; et quelques autres relatives à la fondation de l’Académie. Mentionnons encore trois manuscrits de nouvelles, dont un fragmentaire, ainsi que, pour la partie « critique d’art », une étude (non publiée et vraisemblablement écrite sur commande) sur le paysage et l’école de Tervueren.

12La revue de presse des quatre pans de la production de l’écrivain est fouillée, donnant lieu à des comptes-rendus brillants comme, par exemple, ceux de Charles Bernard.

13En ce qui concerne les publications, le lecteur découvrira des contes et des articles de réflexion, parfois écrits sous un pseudonyme, qu’il aurait été difficile de rassembler hors de ce contexte.

  • 18 On regrettera ainsi l’absence des lettres, souvent remarquables, signées par de nombreux peintres e (...)
  • 19 Parmi les pièces perdues : La Gêne, en trois actes, créée à l’Alcazar, le 17 mars 1894, par le Théâ (...)

14Par rapport à l’ensemble de cette production, où les nouvelles et les pièces de théâtre du début, ainsi que les trois volumes intitulés Nos Peintres (1903-1904-1905) méritent la plus grande attention, on déplore, dans le fonds, quelques lacunes. Une grande partie de la correspondance entretenue avec de nombreux peintres et écrivains de renom a été dispersée18. Autre manque plus irrémédiable, l’absence des manuscrits de certaines pièces de jeunesse. Les héritières ayant légué ce qu’elles possédaient, demeure la question du destin de certaines œuvres, aujourd’hui disparues19.

*

15En guise de conclusion à cette trop brève évocation, ce passage d’une lettre envoyée par Marcel Thiry à Gustave Vanzype :

  • 20 1952, MLT 1708.

Je m’étais proposé de ne vous remercier de l’envoi de votre « Théâtre » qu’après avoir lu ou relu cette œuvre d’ensemble, pour mieux vous dire l’impression de grandeur et de noblesse que j’ai toujours éprouvée devant chacune de celles de vos pièces que je connaissais, impression qui se trouve singulièrement renforcée quand elles se présentent ainsi réunies dans leur perspective d’ensemble comme les majestueuses avenues d’un rond-point en étoile20.

Haut de page

Notes

1 Le reliquat de cet ensemble fut cédé à un brocanteur. On y retrouva, notamment, par hasard, un exemplaire dédicacé de The Gentle Art of Making Enemies (1890) du peintre James McNeill Whistler ainsi qu’une correspondance entre ce dernier et Maître Maeterlinck d’Anvers (un avocat apparenté à Maurice Maeterlinck) à propos de l’édition pirate de ce livre qu’avait réalisée, à Anvers, le journaliste Sheridan Ford.

2 Prologue d’un drame,compilation de reportages réalisés à l’étranger avant 1914, est paru à la Nouvelle Société d’Édition, en 1934 et Au Temps du silence, récits biographiques, à l’Office de Publicité, en 1939.

3 Histoires bourgeoises(1892), L’Instinct (1901), Les Hôtes d’un soir (1920 ; 1950, édition augmentée).

4 Claire Fantin (1900) et La Révélation (1904).

5 Citons, parmi les plus importantes : L’Échelle (trois actes, 1895), Tes Père et Mère… (trois actes, 1896), La Souveraine (trois actes, 1899), Les Étapes (trois actes, 1907), Liens (trois actes, 1912), Les Semailles (trois actes, 1919), Les Visages (trois actes, 1922).

6 Ses analyses picturales vont en priorité à des personnalités, essentiellement belges, au talent et à la vie discrètes : Henri De Braekeleer, Franz Courtens, Eugène Laermans, Jules De Bruycker… Il s’attache aussi à des « phares », Vermeer de Delft, mais surtout Peter Breughel l’ancien et Pierre-Paul Rubens.

7 Il est orphelin de fait, du côté de son père, à six ans. Organiste de métier, Jacques Vanzype abandonne en effet femme et enfants. Il perd sa mère à quatorze ans.

8 Il refuse de présenter Les Visages, pièce pressentie en 1922 pour un troisième prix triennal.

9 Il est membre de la Libre Académie en 1907, membre, en 1924, puis directeur, cinq ans plus tard, de la classe des Beaux-Arts de l’Académie royale de Belgique, qu’il préside en 1938. Il devient aussi membre associé à l’Association des Écrivains belges et occupe, en 1946, la présidence de la Commission de Peinture Moderne.

10 Voir MLT 1616.

11 Gustave Vanzype, Méditations devant des images, Bruxelles, L’Éventail, 1929, p. 155.

12 Cette lettre n’a pas pu être acquise par les AML lors de la vente publique.

13 Classée par ordre alphabétique de l’expéditeur : d’abord la correspondance adressée à l’auteur (MLT 1625/1726) ; ensuite celle destinée à différents membres de la famille (MLT 1727/1730).

14 Les documents ont été rassemblés par type d’écrits : manuscrits, coupures de presse et publications.

15 Ainsi des coupures de presse sur un voyage en Norvège où il représente la Belgique à l’occasion du centenaire de la naissance d’Henrik Ibsen. Signalons également des coupures de presse concernant le décès de son épouse, ses quatre-vingts et quatre-vingt-cinquième anniversaires, sa mort, le dixième anniversaire de sa mort, ainsi que le centenaire de sa naissance.

16 Notons la diversité des correspondants : hommes politiques, historiens, écrivains, plasticiens… Épinglons l’hommage de Paul Crockaert qui évoque, en 1952, « ce théâtre qui, avec tant de réalisme et de lyrisme, évoque le drame de la vie et l’énigme de ses mystères, ses contradictions, de son inquiétude dans la recherche à tâtons du Bien et du Beau ». Lettre autographe. Voir MLT 1645.

17 Le manuscrit s’arrête dans le courant de la scène neuf du troisième acte.

18 On regrettera ainsi l’absence des lettres, souvent remarquables, signées par de nombreux peintres et sculpteurs belges : Émile Claus, Franz Courtens, Jean Delville, Jef Lambeaux, Xavier Mellery, Eugène Smits, Jacob Smits, Vincent Vinçotte... Par ailleurs, la relation épistolaire entretenue avec trois figures importantes de notre littérature (Albert Giraud, Maurice Maeterlinck et Émile Verhaeren) a été dispersée. Pour prendre la mesure de cette dispersion, nous renvoyons au catalogue de la vente.

19 Parmi les pièces perdues : La Gêne, en trois actes, créée à l’Alcazar, le 17 mars 1894, par le Théâtre des Auteurs belges ; Le Gouffre en trois actes, créé au Théâtre du Parc, le 25/03/1895 ; Misère et Faits-divers, deux pièces en un acte, créées au Théâtre de Bruges, le 10 mai 1896. Des mémorants, pourtant, y avaient jadis eu accès. En 1944-1945, Michel Capelle rédige à l’ULB un mémoire : Le Théâtre de Gustave Vanzype. Ses rapports avec le Théâtre Libre. Son originalité, dans lequel il appert qu’il a lu La Gêne. Jeanine Bultiau de l’ULB qui défend en 1958 : Le Théâtre de Gustave Vanzype semble, elle, avoir lu Le Gouffre et Le Patrimoine.

20 1952, MLT 1708.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Radermecker, « Le Fonds Gustave Vanzype », Textyles, 26-27 | 2005, 159-162.

Référence électronique

Vincent Radermecker, « Le Fonds Gustave Vanzype », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/633

Haut de page

Auteur

Vincent Radermecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org