Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Van Rossom (Christophe), Jacques Crickillon. La vision et le souffle

Avin/Hannut, éd. Luce Wilquin, 2003
Charlyne Audin
p. 128-129
Référence(s) :

Van Rossom (Christophe), Jacques Crickillon. La vision et le souffle. Avin/Hannut, éd. Luce Wilquin, 2003, 215 p.

Texte intégral

1« Voilà un travail littéraire qui présente maint caractère océanique. » C’est en ces termes que Christophe Van Rossom inaugure son étude consacrée à Jacques Crickillon. Mû par la volonté de montrer la « puissance de déferlement » de l’œuvre, le critique entreprend de suivre le poète dans le mouvement même de ses créations. Son approche, à la fois stylistique et thématique, retrace le parcours poétique de Crickillon depuis ses débuts en 1968, avec La Défendue, jusqu’à son dernier titre, La Chanson de Nana Sumatra, paru en 2001.

2L’ouvrage, qui s’articule autour de sept chapitres correspondant chacun à une période phare de la vie de l’écrivain, montre combien Ferry, la femme aimée, constitue le pilier qui structure et porte l’œuvre. Présente dans les textes sous divers pseudonymes (Afanema, Naïma, Lorna, etc), elle offre au poète l’énergie qui lui permet d’éprouver, en dépit de la fureur qui l’anime parfois, une sympathie quasi mystique pour l’univers qui l’entoure. À la fois mouvante et sereine, véritable clé de voûte des différents recueils, la femme est pour le poète la manifestation la plus accomplie d’une synthèse entre l’art et la vie.

3Loin de se limiter à cette dimension, Van Rossom invite également à (re)découvrir un espace poétique traversé par le désir intense de déjouer la mort, la bêtise et la mesquinerie. Parler, pour Crickillon, c’est refuser d’acquiescer à l’intolérable, c’est-à-dire à presque tout. Conscient du néant qui guette, le poète se doit avant tout d’être un « guerrier » et de dénoncer la bassesse de tous les « assis ».

4S’il aime ironiser sur les travers du monde et laisse exploser sa colère en plusieurs endroits, Crickillon apparaît aussi dans cette analyse comme l’observateur attentif des cultures d’Orient, cultures mythiques où il retrouve pour quelques instants l’apaisement. Cet Orient, parfois plus mental que réel, apparaît dans son œuvre comme le lieu d’une élévation spirituelle et représente l’horizon d’une improbable marche vers la sagesse.

5Cette monographie, qui dévoile les grandes lignes de force d’une démarche complexe et riche, rappelle par ailleurs au lecteur la singularité formelle de l’œuvre de Crickillon dans laquelle tous les genres, tous les tons et tous les registres sont convoqués pour traduire au mieux ses fulgurances.

6Outre l’aspect bien documenté et l’analyse rigoureuse, l’étude de Christophe Van Rossom a pour mérite de proposer non seulement une sélection de jugements critiques (Ayguesparse, Bosquet, De Decker, etc.) et d’illustrations photographiques, mais surtout un entretien avec Jacques Crickillon, qui livre un éclairage exclusif sur la formation de sa sensibilité, sans oublier quelques poèmes inédits, extraits d’un recueil à paraître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlyne Audin, « Van Rossom (Christophe), Jacques Crickillon. La vision et le souffle », Textyles, 28 | 2005, 128-129.

Référence électronique

Charlyne Audin, « Van Rossom (Christophe), Jacques Crickillon. La vision et le souffle », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/631

Haut de page

Auteur

Charlyne Audin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org