Navigation – Plan du site
Varia

Propagande et universités : la Westforschung et la Belgique (1933-1945)

Hubert Roland
p. 153-158

Notes de l’auteur

La présente contribution prend comme point de départ un compte rendu critique étendu, dans le but de mettre en évidence une question de recherche actuelle. Elle espère ainsi ouvrir de nouvelles perspectives sous la forme du débat. Toute réaction dans ce sens sera encouragée par le biais d’une réponse à l’auteur du compte rendu (roland@licg.ucl.ac.be).
L’ouvrage en question est le suivant : Burkhard Dietz, Helmut Gabel, Ulrich Tiedau (éd.), Griff nach dem Westen. Die « Westforschung » der völkisch-nationalen Wissenschaften zum nordwesteuropäischen Raum (1919-1960), Münster / New York / München / Berlin, Waxmann, 2003 (Studien zur Geschichte und Kultur Nordwesteuropas; vol. 6). 2 vol. , 1296 p.

Texte intégral

  • 1 Fischer(Fritz), Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914-1 (...)

1En 1961, l’historien allemand de la Première Guerre mondiale Fritz Fischer publiait l’ouvrage Griff nach der Weltmacht, qui allait profondément bouleverser l’historiographie allemande. Pour la première fois, les plans de guerre de l’Allemagne impériale étaient appelés par leur nom par un représentant d’une profession qui avait plus tôt largement contribué à relayer l’idéologie nationaliste1. Les éditeurs du Griff nach dem Westen admettent avoir cherché un lien explicite avec le titre de cet ouvrage qui a fait date. Leur perspective est de mettre en avant la responsabilité des nombreux représentants du monde universitaire qui, dans les sciences humaines, ont mis leur compétence au service de la Westforschung, ou plutôt de la dérive idéologique qui caractérisa celle-ci après l’accession au pouvoir d’Hitler. Car si l’intérêt culturel, régional et « anthropologique » pour les pays voisins « de l’ouest » avait déjà été systématisé dans le cadre de différentes disciplines universitaires, les effets consécutifs à la mise au pas (Gleichschaltung) ne se firent clairement sentir qu’après 1933. L’horizon d’une « communauté de destin » visionnaire au service du Reich imposa désormais une grille d’analyse de type « national-populaire » (völkisch-national) à toutes les disciplines dont l’objet de recherche portait sur les cultures des voisins de l’Ouest. Immédiatement après la libération, comme le rappellent les éditeurs dans leur introduction, Victor Klemperer posa le constat que le large spectre de ces disciplines (sciences historico-politiques, sociales et anthropolo-giques, géographiques, philologiques, etc.) avait été amputé de son caractère scientifique par la doctrine nazie (p. XII).

2Il fallut attendre au moins un changement générationnel pour que le monde universitaire allemand aborde de front ce débat délicat ; celui-ci rebondit ainsi de façon polémique lors de la journée des historiens allemands de Francfort en 1998, dont le thème portait sur les historiens sous le national-socialisme. Laissant volontairement de côté des pans importants de la Westforschung comme la France ou la Suisse, les éditeurs du présent ouvrage ont voulu se concentrer sur le volet « nord-ouest européen » de celle-ci et mettre l’accent sur les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Le résultat de ce projet initié par l’historien allemand des Pays-Bas Horst Lademacher est une publication imposante de quelque 1300 pages, regroupant une quarantaine d’études de cas. Le présent compte rendu ne portera pas sur l’ensemble de celles-ci mais il en esquissera quelques enjeux et se concentrera sur celles qui concernent au premier plan la Belgique francophone. Quelques perspectives de recherche découlant des résultats présentés ici seront encore rapidement évoquées.

  • 2 Le Germaniste Hans Ernst Schneider (1909-1999) joua un rôle de premier plan dans le programme de l’ (...)

3Les spécialistes de l’histoire culturelle et politique des deux occupations liront avec attention les contributions consacrées à quelques « médiateurs culturels » entre la Belgique et l’Allemagne, qui se sont mis au service de l’idéologie officielle et dont les noms leur sont plus ou moins familiers : Franz Petri (1903-1993 ; articles de Martina Pitz et de Karl Ditt), Robert Paul Oszwald (1883-1945 ; article de Stephan Laux), le cas Schneider/Schwerte (articles de Barbara Henkes/Björn Rzoska et de Joachim Lerchenmueller)2. D’autres articles adoptent une approche davantage institutionnelle et étudient l’évolution des centres de recherche concernés par la Westforschung (essentiellement à Bonn, Cologne et Aix-la-Chapelle et notamment sous l’angle d’étude des « cultures des pays rhénans »). L’accent est évidemment mis sur le traitement réservé aux cultures de langue flamande et néerlandaise, auxquelles de nombreux articles sont consacrés, mais, comme nous le verrons, la composante francophone de la Belgique ne comptait pas ici pour quantité négligeable. Mentionnons encore le long article de l’historien de la Belgique germanophone Carlo Lejeune, qui traite du sort réservé par les idéologues nazis aux cantons d’Eupen-Malmedy, mais aussi à la minorité germanophone d’Arlon et de Montzen. Lejeune consacre par ailleurs quelques paragraphes à la littérature annexionniste belge, qui, dans les milieux de l’exil belge en 1914-1918, envisageait un agrandissement territorial de la Belgique de la Weser à la Moselle, en ce compris la région de la Ruhr. À côté du cas connu de Pierre Nothomb, il est aussi question de Maurice des Ombiaux et de l’avocat bruxellois A. Zwendelaar.

4Plusieurs contributions, notamment celle de Winfried Dolderer, spécialiste des contacts entre le nationalisme flamand et les milieux impérialistes allemands, mettent en évidence l’importance d’une composante diachronique dans les questions qui nous occupent. L’idée d’un trait d’union « belge » qui cristalliserait de nombreuses facettes de l’antagonisme franco-allemand remonte à l’époque des guerres napoléoniennes et des Befreiungskriege. Et celle que les Flamands constituent une population d’ascendance germanique niederdeutsch — sorte d’avant-poste de la germanité au sein de la romanité — ne constitua pas l’apanage du pouvoir nazi mais était déjà admise comme une évidence par les milieux de la révolution de 1848. Au-delà d’une évolution indéniable des idées politiques, certains lieux communs liés à l’image de l’autre (et à l’image de soi) traversent donc les époques avec une belle constance. Stéréotypes qui peuvent prêter à sourire en temps de paix, mais il suffit d’un cadre idéologique imposé d’en haut pour les raviver et les radicaliser en une arme de guerre.

5Dans le cadre de la Westforschung, et ce fut sans doute là son aspect le plus troublant, cette instrumentalisation politique du discours provoqua une collusion entre les stéréotypes et le discours scientifique. Rien ne prédisposait par exemple l’historien Franz Petri à servir de fer de lance aux théories racistes du Troisième Reich, au moment où il se lança en 1926 dans une thèse d’habilitation consacrée aux développements linguistiques et aux mouvements de population le long de la frontière ouest de l’espace linguistique allemand. S’inspirant entre autres des deux volumes de Godefroid Kurth sur La Frontière linguistique en Belgique et dans le nord de la France, Petri arriva à la conclusion que les frontières linguistiques ne pouvaient être fixées de manière stable mais se cristallisaient progressivement à partir d’un espace culturel en évolution permanente. Sa méthode interdisciplinaire de la Kulturraumforschung intégrant les facteurs historiques, culturels et régionaux ne devait pas nécessairement s’avérer compatible avec les arguments raciaux et racistes de la propagande nazie. Et si Petri lui-même n’entendait peut-être pas au départ donner une intention politique à ses travaux, ceux-ci servirent néanmoins à légitimer la politique expansionniste du Reich, en particulier après que l’historien Franz Steinbach de l’école de Bonn ait attiré son attention sur les territoires de Wallonie, du nord et de l’est de la France.

6Dans l’étude qu’elle consacre au traitement réservé à la Flandre dans la rhétorique national-socialiste, Ine Van Linthout revient sur l’élément linguistique et les contradictions qu’on lui prête. Comme on l’a dit plus haut, l’association entre la Flandre et l’Allemagne passe par l’inspiration romantique d’une culture et d’une langue qu’on entend commune ; dans le même temps, la tradition romantique qui proclamait l’association indéfectible du peuple et de la langue ne conditionne que partiellement les théories nazies — l’exemple juif démontrant bien évidemment dans cette perspective que l’argument du sang doit primer avant tout. La relativisation du critère de la langue permit ainsi d’englober la Wallonie et la Belgique francophone dans l’orbite de la Westforschung, les frontières linguistiques ne correspondant pas nécessairement à celles des cultures et des peuples.

7Frank-Rutger Hausmann consacre une étude très instructive au Deutsches Wissenschaftliches Institut (DWI) de Bruxelles, cette institution scientifique de politique culturelle, chargée de relayer les objectifs de la propagande allemande dans seize capitales européennes indépendantes, neutres ou occupées. Les plans d’implantation de ces instituts scientifiques étaient prévus depuis 1934 mais il fallut attendre le déclenchement de la guerre pour que leur organisation se concrétise. Sous le couvert de « collaboration intellectuelle entre les nations », ils étaient en réalité chargés de faire œuvre de propagande politique, par le biais du « dialogue interculturel ». Contrairement à une idée reçue — et ceci est mis en évidence par plus d’une contribution à cet ouvrage — la propagande culturelle ne se veut pas agressive ou insistante mais elle mise avant tout sur la compétence scientifique de ses acteurs. Au fond, il s’agissait de prolonger et de discrètement adapter au nouveau contexte idéologique la mission de collaboration scientifique et de dialogue culturel déjà menée à l’époque par les lectorats d’université ou les Goethehäuser, précurseurs des actuels Goethe-Institute. Installés dans certains bâtiments de prestige ou dans des ambassades délaissées au moment du déclenchement des hostilités (à Bruxelles, l’ambassade de Pologne, sise au 29 de l’avenue des Gaulois), les DWI invitèrent de nombreux artistes, intellectuels et professeurs allemands dans le cadre de conférences, lectures et concerts.

8À en croire le rapport du directeur du département linguistique du DWI de Bruxelles, le Germaniste Günther Weydt, qui, après la Guerre, enseigna à l’université de Münster, le travail de propagande culturelle de l’équipe qui anima l’institut à partir du 15 décembre 1942 ne s’avérait pas a priori particulièrement facile. En raison du manque de cohérence de la population, un peu comme dans les Balkans, les Allemands devaient faire face à la concurrence des autres nations. Et à cause des relations économiques avec l’Angleterre, Weydt décrit les Flamands comme particulièrement anglophiles. En outre, l’influence française pesait de tout son poids, non seulement à Bruxelles mais également en territoire flamand. Il convenait donc de veiller à particulièrement soigner les contacts avec les représentants du monde culturel et les professeurs d’université, de même que de renforcer les échanges académiques et scientifiques. Plusieurs professeurs allemands furent invités dans les universités de Gand et de Liège ; un œil très attentif avait été porté à l’université de Bruxelles, à laquelle on attribua un commissaire allemand, le juriste de Cologne Gustav Adolf Walz, avant que les autorités universitaires ne décident de fermer l’institution. Aucune Gastprofessur n’avait été prévue à l’université de Louvain.

9Le président du DWI se fit entourer d’organes culturels flamand et wallon, constitués de personnalités issues du monde de l’art, de la culture, de la politique et de l’économie. Cyriel Verschaeve fut nommé à la tête de l’organe culturel flamand lié au DWI, le Germaniste de Liège Adolphe Léon Corin, flanqué de Pierre Hubermont comme secrétaire général, à la présidence de l’organe culturel wallon. Les autres membres de ce conseil semblent avoir été l’astronome Marcel De Halu, le sculpteur Victor Rousseau, l’écrivain vicomte Davignon et le mathématicien Lucien Godeaux. C’est le Romaniste de Heidelberg Walter Mönch qui fut nommé à la tête du DWI de Bruxelles, après qu’on ait également envisagé la candidature de Franz Petri. Mönch promit de développer une discipline de Wallonistik, qui devait mettre en évidence la position particulière de la littérature francophone de Belgique d’ascendance « belge », c’est-à-dire « flamande ». Une filiation devait ainsi relier la mystique flamande médiévale à Novalis, puis à Maeterlinck et Verhaeren. Contrairement à ses déclarations d’intention initiales, Mönch ne s’intéressait pas suffisamment à la linguistique et à la Volkskunde et il fallut lui adjoindre un assistant linguiste. Personne ne satisfaisait à ces conditions, avant que le Romaniste Heinrich Lausberg, qui se tailla après la Guerre une réputation dans le domaine de la rhétorique, n’accepte de consacrer un projet d’habilitation à la Wallonie, qui n’aboutit pas.

10Le DWI de Bruxelles fit publier les résultats des recherches en cours chez l’éditeur De Lage Landen. Il développa un programme de conférences sur des thèmes allemands, belgo-allemands et européens et chercha surtout à gagner les cœurs des Belges par le biais de la musique et de l’art. Le musicologue André M. Pols fit faire à Mönch la connaissance du directeur de l’opéra royal d’Anvers Hendrik Diels, qui lui proposa d’y faire représenter l’œuvre intégrale de Wagner. En tant que professeur invité à l’université de Liège, activité qu’il poursuivit de front avec la présidence du DWI, Mönch présenta encore quelques exposés de civilisation et de musicologie qu’il publia après 1955, lorsqu’il reprit du service à l’université de Mannheim. Enfin, il est encore question dans le très instructif article de Hausmann des voyages d’étude en Allemagne, en compagnie des professeurs et étudiants de Liège. Une quinzaine de personnes participèrent à ces voyages le long du Rhin, de Cologne à Heidelberg et jusque dans le Frankenland jusqu’en 1943.

11Dans les souvenirs qu’il publia en 1981, Mönch relativisa clairement la portée politique de son travail et insista sur la dimension culturelle de celui-ci, de même que sur la qualité des relations humaines avec ses collègues belges de Liège, qui « ne pouvait pas nuire » et se serait d’ailleurs renforcée après la Guerre. La continuité indirecte de la Westforschung après la Guerre fait d’ailleurs l’objet d’une attention particulière dans ce volume. Car, comme on a déjà pu le constater, nombre de protagonistes et acteurs de cette politique firent carrière par après dans le monde de la culture et de l’université. Outre le fait que leur enseignement et leur recherche leur offraient toujours une tribune (ont-ils seulement pris la peine d’actualiser leurs notes de cours ? !), certaines initiatives reprirent et adaptèrent l’idée d’un lien entre le concept d’un occident chrétien (propagée avec insistance du temps de la guerre froide par le catholicisme politique rhénan et d’Allemagne du sud) et celui d’un berceau civilisationnel européen symbolisé par la région « entre Meuse et Rhin », soit autour du siège de Charlemagne à Aix-la-Chapelle. C’est dans ce contexte que s’est inscrite la fondation du Karlspreis, attribué chaque année dans cette ville à un représentant politique particulièrement méritant sur le plan de l’intégration européenne (en 2003 à Valéry Giscard d’Estaing, de par son action dans l’élaboration d’une constitution européenne et pour son rôle de « visionnaire », comme le spécifia le président allemand Johannes Rau dans sa laudatio). Autre aspect d’une semblable continuité — présenté comme un « héritage positif » par Hausmann — le fait que le travail stimulé par Mönch se soit avéré en quelque sorte précurseur de celui de certains instituts universitaires allemands (Cologne, Aix-la-Chapelle, Marbourg), qui, comme on le sait, portent une attention particulière à la littérature et à la culture belges francophones depuis les années 1980.

12C’est dans une complémentarité entre hétéroimage et autoimage que Marnix Beyen étudie le problème de la « composante germanique » de la culture wallonne dans la philologie francophone et allemande entre 1900 et 1940. La tendance germanophile du discours sur la culture wallonne, peu étudiée jusqu’à présent, faisait pourtant partie de la rhétorique « wallingante » au cours du XIXe siècle, avant que ces références au « substrat germanique » de la Wallonie ne se fassent de plus en plus rares, ceci au fur et à mesure que le mouvement politique wallon se structurait, en réaction aux exigences du mouvement flamand. La référence obligée à la patrie intellectuelle française dans le climat de l’après Versailles n’empêcha toutefois pas les experts d’établir la distinction entre une culture hennuyère fort orientée vers la France et un bassin d’entre-Sambre-et-Meuse davantage imprégné de culture germanique. Les dialectologues et toponymistes s’interrogeaient volontiers sur les conséquences des migrations germaniques du début du Moyen Âge, tandis que les historiens et historiens d’art posaient la question d’un espace culturel né autour des échanges et déplacements entre Liège et Cologne. Dans le sillage du fondateur de la philologie wallonne Charles Grandgagnage, les premiers textes du Romaniste liégeois Maurice Wilmotte se permettaient d’insister sur l’originalité de la Wallonie, en particulier du bassin liégeois, à l’intérieur de la romanité, en mettant en valeur une « tumultueuse inspiration germanique, pleine de spontanéité ». Si Wilmotte revint par la suite largement sur ses positions, entre autres lorsqu’il prit conscience du danger impérialiste allemand, il ne put empêcher que, dans la polémique qui suivit la publication de l’opus magnum de Franz Petri sur l’héritage germanique de la Wallonie et de la France du nord en 1937, ce dernier lui rappelât fort à propos ses positions antérieures…

13L’étude de Marnix Beyen retrace donc avec beaucoup de clarté et de précision les aléas de cette discussion entre spécialistes francophones et wallons, question devenue éminemment brûlante après 1933. Le dialectologue de Liège Jean Haust demeura influencé par les premières thèses de Wilmotte ; le classiciste et néerlandiste de la même université Jean-Henri Bormans s’attarda à trouver dans ces influences germaniques une preuve de l’identité belge. Le germaniste Adolphe Léon Corin, déjà mentionné plus haut, s’attela pour sa part à illustrer les nombreux contacts historiques entre l’évêché de Liège et l’Empire allemand, non seulement au niveau du Rhin, mais également jusqu’en Westphalie et à Leipzig. Ses thèses furent paradoxalement contestées par le romaniste de Berlin Ernst Gamillscheg, qui s’était taillé une réputation internationale dans ce domaine. En revanche, celles de Petri et de Steinbach sur la frontière linguistique trouvèrent un écho chez Leo van der Essen et François-Louis Ganshof, historiens belges patriotes mais sympathisants du mouvement culturel flamand. Il est vrai que, comme indiqué plus haut, elles avaient été formulées entre autres à partir des publications de Kurth… Fameux imbroglio donc que celui des thèses respectives sur les espaces culturels et « ethniques » — car il faudrait encore tenir compte des considérations sur la fonction particulière attribuée au bassin de la Meuse et de la Moselle — et qui démontre bien à quel point il n’y a pas qu’en Afrique que les frontières géographiques gardent un caractère foncièrement arbitraire, relevant principalement de la volonté politique du moment.

14Les relations entre propagandistes allemands et idéologues francophones et wallons (tout comme flamands d’ailleurs), avant tout fiers de leurs spécificités, ne furent pas toujours marquées du sceau de l’harmonie. Contrairement à leurs attentes, les Allemands ne trouvèrent pas un soutien extrêmement fiable auprès des professeurs de Liège comme Corin pour relayer leurs thèses. Celui d’Hubermont, en revanche, ne fut pas négligeable, d’autant plus que son attitude plus modérée en façade présentait mieux que l’agressivité d’un Degrelle, quasiment contre-productive. La propagande, on l’a dit, est d’autant plus efficace qu’elle se pare d’une grande discrétion et c’est ainsi que dans les rapports avec ses collègues de Liège et dans son travail académique de professeur invité, Walter Mönch évita délibérément toute propagande maladroitement extrême et s’en tint à une attitude de grande collégialité. Plutôt que de mettre en avant le caractère germain des Wallons, il insista sur leur romanité et répandit généreusement le topos de la Wallonie plaque tournante de l’Europe. C’est aussi avec beaucoup de nuances que Petri et ses collaborateurs, reprenant notamment les thèses de Pirenne, ne remettaient pas brutalement en cause l’existence de l’État belge mais insistaient plutôt sur la distinction « naturelle » des deux communautés linguistiques du pays. La publication d’un ouvrage scientifique d’érudition sur l’histoire et la culture de la Wallonie fut envisagée, partant du motif du petit pays frontalier, terre d’échanges, qu’il convenait de projeter dans le passé. La prudence et l’exigence du travail des différents collaborateurs à l’ouvrage — bien loin du discours pangermaniste officiel des milieux proches de la SS — fit que celui-ci ne put être achevé à temps. Il aurait probablement reflété assez fidèlement les thèses d’origine de Wilmotte sur l’identité wallonne.

15Griff nach dem Westenconstitue donc une précieuse source de renseignements pour l’étude de la seconde occupation en Belgique, en particulier concernant ses aspects culturels et la collaboration intellectuelle. On peut regretter le principe d’organisation du livre, basé sur une simple juxtaposition des articles après une instructive introduction, servant surtout de mise en contexte. Les redites d’informations ne sont pas rares et alourdissent l’ensemble ; quelque peu noyé dans la masse d’informations, le lecteur aurait apprécié que les lignes de fond de l’ouvrage soient dégagées de manière plus synthétique. Malgré cela, de précieux index des noms de personnes, de revues et des institutions (y compris universitaires), permettent à chacun d’y trouver son compte.

16En vérité, cet ouvrage devrait constituer une balise supplémentaire qui pourrait servir à une étude d’ensemble consacrée à la vie intellectuelle sous l’occupation. Car il faut bien constater — un simple aperçu des références infrapaginales dans l’introduction suffit à s’en convaincre — que la Belgique francophone accuse un certain retard en la matière. Le beau numéro spécial de Textyles consacré à Leurs Occupations. L’impact de la Seconde Guerre mondiale sur la littérature en Belgique remonte déjà à 1997 et présentait une série d’études de cas, qui doit être dépassée. L’observateur même attentif ne parvient pas à distinguer les travaux de qualité, qui continuent de paraître, des ouvrages inégaux, voire plus ou moins partisans ou inutiles (voir les ouvrages récents sur Robert Poulet et sur Paul Colin) lancés par les éditeurs, tandis que l’impression se dégage parfois que le débat historique continue encore et toujours de se fixer sur l’attitude de Léopold III. Heureusement, la brillante série d’émissions radiophoniques de Jean-Pol Hecq sur « l’encre brune », dans le cadre de l’émission Mythographies sur Musique 3, que la direction radio de la RTBF a eu la pitoyable idée de faire passer à la trappe, comme d’ailleurs l’essentiel de ses émissions culturelles, a permis d’ouvrir encore de nouvelles perspectives.

17N’est-il donc pas temps de faire le point sur ces questions dans le cadre d’une étude de synthèse, qui dépasserait le côté forcément hétérogène des recherches qui se font plus ou moins isolément ? Le cas de la Belgique francophone intéresse également l’étranger, comme le démontrent certaines recherches accomplies ou en cours au Royaume-Uni, en France, et, comme on le voit, en Allemagne. Quant aux interactions avec la Belgique néerlandophone, elles demeurent évidemment pertinentes et une mine d’informations nombreuses. Une simple juxtaposition des sources suffit à s’en convaincre. Où en est-on dans l’étude des différentes disciplines et institutions universitaires pendant cette période ? L’ouvrage Griff nach dem Westen met enfin bien en évidence la nécessité d’entamer cette recherche en amont — cela pourrait être encore davantage le cas dans la littérature — et dans une complémentarité avec la première occupation.

Haut de page

Notes

1 Fischer(Fritz), Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914-1918. Düsseldorf, Droste, 1961. Nombreuses rééditions depuis lors. Traduction française en 1970 Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale, 1914-1918 (Éd. de Trévise).

2 Le Germaniste Hans Ernst Schneider (1909-1999) joua un rôle de premier plan dans le programme de l’organisation SS Ahnenerbe, dont l’objectif était de faire prendre conscience aux populations belge et néerlandaise de leur « appartenance allemande », avant de changer d’identité après la guerre et de faire, sous le nom de Hans Schwerte, une carrière institutionnelle de premier plan, notamment à l’université d’Aix-la-Chapelle dont il devint Président. La supercherie fut officiellement découverte en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Propagande et universités : la Westforschung et la Belgique (1933-1945) », Textyles, 26-27 | 2005, 153-158.

Référence électronique

Hubert Roland, « Propagande et universités : la Westforschung et la Belgique (1933-1945) », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/624 ; DOI : 10.4000/textyles.624

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

Fonds National de la Recherche Scientifique
Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org